Des Alpes à l'Atlantique avec deux ânes

(réalisé) share(partager)
Nous sommes Carole et Dom, 
Notre voyage devait s'étaler sur quatre mois entre mi avril et mi août. Nous ne partirons finalement qu'en mai, Covid oblige avec son lot de consignes. En partant à cette date, nous resterons dans le rayon des 100 km pendant 12 étapes, en attendant début juin et les nouvelles possibilités de se déplacer. A cette date nous continuerons sur l'itinéraire initial, sinon nous en tracerons un nouveau dans le périmètre imposé. L'essentiel sera de se mettre en marche.
Nous partons en autonomie accompagnés de deux ânes bâtés (Vanille et Pépito). Nous souhaitons rejoindre l'île d'Oléron au départ de notre village haut savoyard de Serraval, dans le massif des Aravis.


Nous poursuivons plusieurs objectifs : Prendre le temps, revenir à l'essentiel, rencontrer les acteurs d'autres territoires, ne pas regarder la montre...
Nous compléterons notre carnet le plus souvent possible pour vous faire partager notre aventure.

En regardant la carte et notre itinéraire, peut-être allez-vous reconnaitre votre village. Si vous voulez partager un bout de notre voyage, nous proposer un coin de prairie pour planter une tente et faire brouter les ânes, laissez nous un message.
âne / âne randonnée/trek
Quand : 22/05/20
Durée : 90 jours
Distance globale : 1094km
Dénivelées : +9164m / -9947m
Alti min/max : 3m/1085m
Carnet créé par Domecaro le 21 sept. 2019
modifié le 19 sept.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus stop
5169 lecteur(s) - 86
Vue d'ensemble

Le topo : Section 38 (mise à jour : 04 juil.)

Description :

Vendredi 3 juillet

Denier jour en Corrèze. Direction La Creuse. Depuis le début de cette journée, que de surprises. 

Nous longeons un aérodrome,  nous arpentons des chemins très sablonneux. Nous nous méfions un peu. Vanille adore les bains de sable. Elle a déjà explosé la cuvette de vaisselle en se roulant. Bon rien de grave. Nous avions déjà traversé des autoroutes, des ponts... Jamais de barrage et bien c'est fait. Après avoir suivi le lac de Chamet, les ânes sont un peu surpris mais traversent sans souci. Nous avons droit à un petit verre de rosé au passage. 

Nous continuons dans la forêt et nous passons près d'un ancien centre de vacances EDF désaffecté. Quelques personnes s'y sont installées pour tenter de créer une nouvelle forme de vivre ensemble. Chouette rencontre. Nous aurions aimé y passer plus de temps. Saloperie de Covid. 

Après-midi sauvage. Nous progressons dans la jungle de La Creuse. Des fougères géantes nous entourent. 

Nous arrivons à Faux la Montagne. On découvre un village dynamique et vivant. Un atelier de typographie sauvage, un bar associatif bien sympa et une multitude d'idées qui pourraient sans aucun doute intéresser notre nouvelle équipe municipale.

Ce soir, le camping est fermé mais en quelques instants on nous souhaite la bienvenue et on nous trouve une solution. L'ancienne cabane de la crèche. 

Le compte-rendu : Section 38 (mise à jour : 04 juil.)

Drôle de coupe....
Drôle de coupe....
Une première fois.
Une première fois.
Sérénité des vieilles pierres
Sérénité des vieilles pierres
Section 38
Plus moyen de manger tranquille. Les ânes sont difficiles à limiter. Leur complicité grandit de jour en jour mais il va falloir reprendre quelques règles...
Plus moyen de manger tranquille. Les ânes sont difficiles à limiter. Leur complicité grandit de jour en jour mais il va falloir reprendre quelques règles...
Nous voilà au pays des lacs.
Nous voilà au pays des lacs.
La jungle. Une forêt de fougères géantes
La jungle. Une forêt de fougères géantes
Notre abri pour la soirée. Ce soir, impossible d'éteindre la lampe de chevet. Personne ne sait couper la pleine lune de juillet
Notre abri pour la soirée. Ce soir, impossible d'éteindre la lampe de chevet. Personne ne sait couper la pleine lune de juillet
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°61