Des Alpes à l'Atlantique avec deux ânes

(réalisé) share(partager)
Nous sommes Carole et Dom, 
Notre voyage devait s'étaler sur quatre mois entre mi avril et mi août. Nous ne partirons finalement qu'en mai, Covid oblige avec son lot de consignes. En partant à cette date, nous resterons dans le rayon des 100 km pendant 12 étapes, en attendant début juin et les nouvelles possibilités de se déplacer. A cette date nous continuerons sur l'itinéraire initial, sinon nous en tracerons un nouveau dans le périmètre imposé. L'essentiel sera de se mettre en marche.
Nous partons en autonomie accompagnés de deux ânes bâtés (Vanille et Pépito). Nous souhaitons rejoindre l'île d'Oléron au départ de notre village haut savoyard de Serraval, dans le massif des Aravis.


Nous poursuivons plusieurs objectifs : Prendre le temps, revenir à l'essentiel, rencontrer les acteurs d'autres territoires, ne pas regarder la montre...
Nous compléterons notre carnet le plus souvent possible pour vous faire partager notre aventure.

En regardant la carte et notre itinéraire, peut-être allez-vous reconnaitre votre village. Si vous voulez partager un bout de notre voyage, nous proposer un coin de prairie pour planter une tente et faire brouter les ânes, laissez nous un message.
âne / randonnée/trek âne
Quand : 22/05/20
Durée : 90 jours
Distance globale : 1094km
Dénivelées : +9164m / -9947m
Alti min/max : 3m/1085m
Carnet créé par Domecaro le 21 sept. 2019
modifié le 19 sept.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus stop
5300 lecteur(s) - 88
Vue d'ensemble

Le topo : Section 26 (mise à jour : 21 juin)

Description :

Samedi 20 juin

Aujourd'hui, réveil difficile, les filles sont un peu à la traîne. La première partie du parcours est très goudronnée et notre seul point de passage est le pont de Sauviat sur la Dorne, limite naturelle entre les monts du Forez et le Livradois. Les gorges sont dures à  remonter. 

Une traversée en sous bois par des chemins très humides nous emmènent jusqu'au pique-nique. L'aménagement du territoire est avant tout prévu pour ce qui roule, non par pour ce qui marche.

Un petit somme réparateur remet tout le monde en marche. L'après-midi est très agréable. Nous  nous approchons du château de Mauzun que nous avons en ligne de mire depuis le matin.

Depuis le matin, nous avons un problème de ravitaillement. Aucune boulangerie, épicerie. Nous demandons à acheter du pain à un couple (Bernard et Michelle)..Nous repartons avec des œufs, du pain, des cerises, des pommes de terre tirées du jardin et 3 pots de confiture. Nous passons une heure en leur compagnie à boire du sirop et à manger du clafoutis. Nous sommes régonflés à bloc.

L'installation près du château de Mauzun se fait grâce à Fanny. Coup de chance, ce soir présence d'un camion pizza sous la halle. On se régale avec une pizza délicieuse et deux bières. Khadija, une adorable voisine de Fanny nous apporte thé à la menthe et gâteaux marocains. Ces attentions et ces cadeaux sont des moments privilégiés et nos carburants pour le chemin d'après. L'essence même de notre voyage. Merci à tous...

Le compte-rendu : Section 26 (mise à jour : 21 juin)

Section 26
Section 26
Nous marchons aux petits pas des ânes
Nous marchons aux petits pas des ânes
Fin de soirée sur l'horizon
Fin de soirée sur l'horizon
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°61