Dossiers thématiques, souvent connectés à un numéro "papier" de Carnets d'Aventures

Dossiers

Voyager avec des ânes

par ManonM dans Dossiers mis à jour 22 juin 500 lecteurs 5 commentaires

Vous trouverez dans cet article les compléments du dossier pratique "randonner avec des ânes" publié dans Carnets d'Aventures 64 :

- ACHETER UN ÂNE

- PASSER LES FRONTIERES AVEC UN ÂNE

- ASINOTHERAPIE (QUELQUES NOTIONS)

- Des carnets MyTrip de voyages et randonnées avec des ânes :

          Le carnet de Sébastien et sa famille dans le Vercors

          La vidéo de la randonnée de Damien, ses 2 filles et ses 2 nièces dans les Pyrénées

          Voyage avec 2 ânes dans les Cévennes

          Sur les pas des Maîtres sonneurs avec 2 ânesses

          2 ânesses en Dordogne

          Des Alpes à l'Atlantique avec 2 ânes

 

Avant tout projet de voyage international, bien se renseigner auprès de la DDSV (Division Départementale des Services Vétérinaires) pour connaître les dernières mesures concernant les passages de frontières. Même si théorie et pratique ne coïncident pas toujours et qu’aucune situation ne ressemble à une autre, il vaut mieux être en règle pour éviter les mauvaises surprises.
Nous relaterons ici deux exemples bien différents.

 

Acheter un âne

par ManonM dans Dossiers 17 juin 196 lecteurs Soyez le premier à commenter

Acheter un âne, c’est en acheter deux (voir plus bas « Matériel et conditions nécessaires »), c’est s’engager pour une vie entière puisqu’il peut vivre une quarantaine d’années, et c’est aussi organiser tout un quotidien autour de lui. Cela doit donc être une décision mûrement réfléchie concrétisant une vraie passion.

Patous, bergers d'Anatolie, quels sont les comportements à adopter quand on rencontre des chiens de protection des troupeaux ?

Nous regroupons ici quelques conseils utiles émanant d'un jeune berger sympathique avec qui nous avions longuement discuté lors d'une itinérance à VTT BUL dans le Dévoluy, ainsi que du site du parc national des Ecrins.

Texte et photos : Carnets d'Aventures

Les outils pour créer son itinéraire et s'orienter

par Anthony dans Dossiers mis à jour 20 janv. 2020 3630 lecteurs Soyez le premier à commenter 2

Dans Carnets d’Aventures #58, nous avons évoqué une démarche à suivre pour créer et préparer un itinéraire. Je dis bien “une” démarche plutôt que “la” démarche. Avec l’habitude, il appartient à chacun ensuite de définir ses préférences pour établir sa démarche. Il existe autant de manière de voyager que de voyageurs !

Sitytrail, iPhigénie, ViewRanger, VisoRando : que choisir ?

Je ne reviens pas ici sur les multiples avantages d’utiliser son smartphone comme GPS, j’en ai déjà longuement parlé dans Carnets d’Av #58. Pour résumer :

  • Compacité et légèreté : un smartphone tient dans la poche, et pèse à peine plus qu’une seule carte papier
  • Sécurité : les puces GPS des téléphones sont maintenant très performantes, et permettent de nous localiser rapidement même dans des conditions difficiles.
  • Facilité et flexibilité : on peut emporter plein de cartes, à utiliser même sans connexion réseau. Et c’est justement le sujet de cet article !

Bien sûr, comme tout appareil électronique, les pannes et la casse sont le talon d’Achille des smartphones. Il appartient à chacun de prendre ses précautions, et de bien choisir son téléphone pour ses activités.

AlpineQuest, LocusMap, OsmAnd, OruxMaps

Nous avons évoqué dans la partie précédente les applications qui permettent facilement de préparer ses randonnées puis de les synchroniser sur son téléphone, comme Sitytrail. Bien que cette dernière soit très aboutie, ses fonctionnalités sont simplifiées pour que l’interface demeure facile et intuitive. Un choix très judicieux pour que chacun puisse utiliser son smartphone comme GPS.

Toutefois, pour certaines fonctionnalités avancées, on peut se tourner vers des applications plus riches et plus complexes à la fois. Je pense notamment à AlpineQuest et LocusMap, que j’utilise souvent. Mais il en existe d’autres, comme OsmAnd ou OruxMaps par exemple.

Les GPX et KML n’ont plus de secret !

Le système de traces GPS apporte son lot d’avantages dans la conception d’un itinéraire :

  • Estimation très précise de la distance et du dénivelé d’un parcours
  • Grande polyvalence : on peut dessiner des tracés complexes (avec variantes par exemple), des points d’intérêt… Couper une traces en deux, ou réunir deux traces en une. 
  • Inter-opérabilité : une trace s’échange facilement d’un appareil à l’autre, d’une application à l’autre. C’est ce qui permet plein de choses comme on va le voir dans cet article.

À la fin de l’article, les traces GPS n’auront plus de secret pour vous !
 

Mobilité douce

par Johanna dans Dossiers 10 août 2019 1011 lecteurs Soyez le premier à commenter 1

Même lorsqu'on pratique le voyage itinérant sans moyen motorisé - à moins de commencer le voyage dès le pas de sa porte d'y revenir- on utilise des transports motorisés au moins pour se rendre au point de départ du voyage, et pour rentrer.
Une part significative de nos émissions de gaz à effet de serre a pour origine le transport (~40% en France), en particulier les transports routiers et aérien. Face au paradigme du « tout voiture », le concept de mobilité douce, d'écomobilité ou de mobilité durable, regroupe « des modes de transport jugés moins nuisibles pour l'environnement, sûrs et sobres, en particulier à moindre contribution aux émissions de gaz à effet de serre » (Wikipédia). La mobilité douce offre une alternative écoresponsable aussi bien lors de nos déplacements quotidiens que de nos voyages.
Conjointement avec le dossier "Mobilité douce" publié dans Carnets d'Aventures 56, cet se propose d'explorer un peu plus le concept de mobilité douce, et donne des infos et conseils pour préparer son voyage en mobilité douce. Nous vous conseillons également vivement la lecture de notre article CO2 mon amour - Les transports motorisés !