4 invités en ligne

Yes we can ! Petites reines / Grands voyages

par Alessandra Villa
21 juin 2023
mis à jour 05 août 2023
448 lecteurs

Pourquoi les femmes sont-elles si peu représentées parmi les cyclo-voyageurs solitaires ? Y a-t-il une façon particulière de voyager à vélo quand on est une femme ? Comment vivent-elles cette expérience, et quelles en sont les conséquences ? Alessandra a étudié la question en menant une étude sociologique. Elle nous partage ses résultats et quelques témoignages qu’elle a recueillis.

J’ai beaucoup voyagé à vélo, et de plus en plus en solitaire ces dernières années. Sur les routes, je n’ai pas rencontré beaucoup de femmes, et encore moins seules. La question semblait intéressante, et j’en ai fait le sujet de mon mémoire de Master en tourisme durable. Je me suis alors interrogée de manière un peu plus systématique. Pourquoi le voyage à vélo en solo est une pratique plus masculine que féminine ? Y a-t-il une façon particulière de voyager à vélo quand on est une femme ? Comment vivent-elles cette expérience, et quelles en sont les conséquences ?
J’ai recueilli les témoignages de treize femmes, de 27 à 69 ans, originaires d’Europe et des Amériques, mais aussi d’Afrique du Sud et d’Inde, qui ont voyagé seules à vélo dans différentes parties du monde. Elles sont devenues mes informatrices. Certaines en étaient à leur coup d’essai, d’autres revenaient d’un tour du monde. Pendant deux mois, elles m’ont raconté leurs expériences, très variées mais convergeant pourtant de manière étonnante sur certains points. Au-delà des probables universels du voyage à vélo (liberté, autonomie, aventure, proximité avec la nature, retour à l’essentiel, beauté des paysages, rencontres, découvertes de cultures, vie active en plein air…), d’autres constantes sont ainsi apparues, potentiellement caractéristiques de l’expérience féminine : elles concernent surtout l’avant et l’après voyage.

Au sujet d’Alessandra

Après ses études dans le tourisme durable puis une formation de mécanicienne cycles et en mobilité vélo, elle a développé une activité de conseil en cyclotourisme et mobilité douce, et créé le projet We can do it ! pour apprendre notamment aux femmes et aux migrantes les bases de la mécanique, et les encourager à la mobilité cyclable voire au voyage, en collaboration avec plusieurs associations italiennes.
cycloconseil.fr
We can do it !
L'étude dans son intégralité

... et la suite ?