Des Alpes à l'Atlantique avec deux ânes

(réalisé) share(partager)
Nous sommes Carole et Dom, 
Notre voyage devait s'étaler sur quatre mois entre mi avril et mi août. Nous ne partirons finalement qu'en mai, Covid oblige avec son lot de consignes. En partant à cette date, nous resterons dans le rayon des 100 km pendant 12 étapes, en attendant début juin et les nouvelles possibilités de se déplacer. A cette date nous continuerons sur l'itinéraire initial, sinon nous en tracerons un nouveau dans le périmètre imposé. L'essentiel sera de se mettre en marche.
Nous partons en autonomie accompagnés de deux ânes bâtés (Vanille et Pépito). Nous souhaitons rejoindre l'île d'Oléron au départ de notre village haut savoyard de Serraval, dans le massif des Aravis.


Nous poursuivons plusieurs objectifs : Prendre le temps, revenir à l'essentiel, rencontrer les acteurs d'autres territoires, ne pas regarder la montre...
Nous compléterons notre carnet le plus souvent possible pour vous faire partager notre aventure.

En regardant la carte et notre itinéraire, peut-être allez-vous reconnaitre votre village. Si vous voulez partager un bout de notre voyage, nous proposer un coin de prairie pour planter une tente et faire brouter les ânes, laissez nous un message.
âne / âne randonnée/trek
Quand : 22/05/20
Durée : 90 jours
Distance globale : 1094km
Dénivelées : +9164m / -9947m
Alti min/max : 3m/1085m
Carnet créé par Domecaro le 21 sept. 2019
modifié le 19 sept.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus stop
5169 lecteur(s) - 86
Vue d'ensemble

Le topo : Section 55 (mise à jour : 20 juil.)

Description :

Lundi 20 juillet 

Etape au départ de Saint Sornin. Khalid nous accompagne et se moque gentiment de nos ânes. Il trouve qu'ils ne sont pas assez chargés. Effectivement, pour un mauritanien , nos ânes sont grands et pourraient porter davantage. Quelle belle rencontre. 

Passage d'un nouveau gué avec brio. La rivière est surmontée par un pont romain mais les ânes devront une nouvelle fois se mettre à l'eau. La taille des passages aquatiques augmentent de jour en jour. Nous sommes désormais sur un sol calcaire et les chemins sont très poussiéreux. Nous marchons davantage à découvert. Il va falloir s'habituer à ces nouveaux paysages.

Il n'a pas plu depuis un mois et l'herbe est très sèche. Pépito et Vanille ressemblent parfois à des patineurs artistiques. Ils glissent avec leurs fers. Les champs de tournesol en fleurs baissent un peu la tête.

Cet après-midi, repos près de la  grotte du Queroy à l'ombre des arbres. Sieste pour tout le monde.

Le compte-rendu : Section 55 (mise à jour : 20 juil.)

Passage des gués sabots dans le naseau
Passage des gués sabots dans le naseau
Le gué romain de Vilhonneur
Le gué romain de Vilhonneur
Khalid nous accompagne sur les premiers kilomètres
Khalid nous accompagne sur les premiers kilomètres
Section 55
Un cheval qui n'en croit pas ses yeux
Un cheval qui n'en croit pas ses yeux
Il fait chaud, le ciel est haut.
Il fait chaud, le ciel est haut.
Commentaires
share posté le 20 juil. mis à jour le 20 juil.

Cat_d_Angouleme
1 messages
J'espère que vous avez bien dormi aux Combes. C'est'est chouette que Khalil vous ait accompagnés sur votre départ. Bon trip les amis et ravie de vous avoir rencontrés.

Actuellement

Carnets d'Aventures N°61