SupervagabondS en Suomi

(réalisé) share(partager)
LE FILM DE CE VOYAGE EST VISIBLE ICI: 
Facebook : SupervagabondS en Scandinavie

3 mois et demi de canoë en Finlande en autonomie complète avec un drone et une petite incursion en Russie qui nous a valu d’êtres soustraits de notre liberté par les gardes-cotes Finlandais...

Cependant nous avons rencontré tellement de gens bienveillants, gentils et curieux à notre égard que nous considérons ce voyage comme un cadeau de la vie. 

Nous avons aussi croisé un lynx;
Sans images du félin, nous n'aurions rien dit !

De mi Mai à fin Juillet nous avons parcouru plus de 1200 km de canoë et apprécié une centaine de kilomètres de portages à travers des parcs nationaux, de lacs immenses en rivières minuscules aux marais envoûtants. 

Jusqu'à la rencontre d'une famille Finlandaise qui bouleversera le cours de notre voyage, sa finalité et aussi un peu de notre vie. 

Le mois d’Août s'est déroulé autour d'une cabane/sauna au bord d'un lac, qui nous a été prêtée sans limite de durée et à laquelle nous pouvons revenir comme bon nous semble !

L'étranger est notre frère; L'homme qui vient de bien loin est notre parent.
- Proverbe Finlandais -




3 and a half months of canoeing in Finland in complete autonomy with a drone and a small incursion in Russia which has earned us from being removed from our freedom by Finnish rangers ...

However, we have met so many caring, kind and inquisitive people that we view this trip as a gift of life.

We also crossed a lynx;
Without images of the feline, we wouldn't have said anything !

From mid-May to the end of July we traveled more than 1200 km of canoe and enjoyed a hundred kilometers of portages through national parks, from huge lakes to tiny rivers to mesmerizing marshes.

Until the meeting of a Finnish family that will upset the course of our journey, its purpose and also a little of our life.

The month of August took place around a cabin / sauna at the edge of a lake, which has been lent to us for no time and to which we can return as we wish !

The stranger is our brother; The man who has come a long way is our parent.
- Finnish proverb -

canoë
Quand : 5/15/17
Durée : 105 jours
Distance totale : 3823.7km
(dont réalisés 1214.5km)
Dénivelées : +1497m / -1593m
(dont réalisés d+:564m / d-:487m)
Alti min/max : 76m/278m
Carnet créé par SupervagabondS le 28 Sep 2017
modifié le 22 Apr
5286 lecteur(s) - 188
Coup de coeur !
Vue d'ensemble

Le topo : Nav 40 - 19 Août (mise à jour : 13 Jan)

Distance section : 45.9km Dénivelées section : +17m / -21m
Section Alti min/max : 104m/113m
carte

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Nav 40 - 19 Août (mise à jour : 13 Jan)

Pendant que Mirja et Amélie passent la journée ensemble à la piscine sauna de Juva, je donne un coup de main à Eero pour ramasser des cailloux, dans la journée nous retournons voir son fils puis son ami avec qui nous ferons sauna. Paula, sa fille, viendra nous saluer avec tous ses enfants.


En rentrant le soir à la maison tous les deux, au moment de repasser à l'endroit exact où avait eu lieu notre rencontre, nos regards se sont croisés et nous avons partagé la pensée commune de cet instant inoubliable.


While Mirja and Amelie spend the day together at Juva's sauna pool, I give Eero a helping hand to pick up pebbles, in the daytime we go back to see his son and his friend with whom we will make sauna. Paula, his daughter, will come to greet us with all his children.

Returning home at night both, when we went back to the exact place where our meeting took place, our eyes met and we shared the common thought of this unforgettable moment.

Mirja, tu à été comme une mère pour Amélie.
Mirja, tu à été comme une mère pour Amélie.
Mirja, you've been like a mother to Amelie.


Eero à choisi une place pour son couteau, qui me fait honneur !
Eero à choisi une place pour son couteau, qui me fait honneur !

Eero chose a place for his knife, which does me honor !


Eero et Rami nous déposent au pied du canoë et filent en Laponie où Eero possède des maisons à louer qu'il doit entretenir. Nous devions revenir en Décembre mais nos finances ne nous ont pas permis ce plaisir.
Eero et Rami nous déposent au pied du canoë et filent en Laponie où Eero possède des maisons à louer qu'il doit entretenir. Nous devions revenir en Décembre mais nos finances ne nous ont pas permis ce plaisir.
Eero and Rami drop us at the foot of the canoe and drive to Lapland, where Eero owns the rented houses he has to maintain. We had to come back in December but our finances did not allow us this pleasure.


Eero, peu importe, quand je regarde le monde, mon pays c'est par terre.
Eero, peu importe, quand je regarde le monde, mon pays c'est par terre.
Eero, no matter, when I look at the world, my country is on the ground.


Revenus à notre duo, nous resterons là deux heures à absorber cette rupture mais nous savons parfaitement que nous reviendrons.
Revenus à notre duo, nous resterons là deux heures à absorber cette rupture mais nous savons parfaitement que nous reviendrons.
Coming back to our duo, we will stay there for two hours to absorb this break but we know perfectly well that we will come back.


Dernière navigation, dernières images, derniers jours et premier blues.
Dernière navigation, dernières images, derniers jours et premier blues.
Last navigation, last images, last days and first blues.


La météo s'accorde à nos sentiments de funérailles.
La météo s'accorde à nos sentiments de funérailles.
The weather is consistent with our funeral feelings.


Nous repartons pour 46 km avec deux rapides à descendre, nous savons que nous arriverons durant la nuit à la cabane. Cette dernière navigation se doit d’être aussi épanouissante que possible.
Nous repartons pour 46 km avec deux rapides à descendre, nous savons que nous arriverons durant la nuit à la cabane. Cette dernière navigation se doit d’être aussi épanouissante que possible.

We leave for 46 km with two rapids to go down, we know that we will arrive at night at the cabin. This last navigation must be as fulfilling as possible.


C'est ce jour là que pour la première fois, les hélices du drone heurtent mes doigts...aucune entaille mais deux doigts compléments ankylosés pendant 2 bonnes heures.   
.
C'est ce jour là que pour la première fois, les hélices du drone heurtent mes doigts...aucune entaille mais deux doigts compléments ankylosés pendant 2 bonnes heures.
.
It is this day that for the first time, the propellers of the drone hit my fingers ... no notch but two fingers complements ankylosés for 2 good hours.


Le chemin du retour à la cabane prendra 4 heures de moins....Avec le courant dans le bon sens, le temps passe trop vite !
Le chemin du retour à la cabane prendra 4 heures de moins....Avec le courant dans le bon sens, le temps passe trop vite !
The way back to the hut will take 4 hours less .... With the current in the right direction, time goes too fast !


Arrivée durant une nuit noire pendant laquelle personne n'a dormi. Navigation au GPS obligatoire. La nuit, il est difficile de se rendre compte de l'allure du canoë, pourtant tout monte d'un cran, les sensations aussi.
Arrivée durant une nuit noire pendant laquelle personne n'a dormi. Navigation au GPS obligatoire. La nuit, il est difficile de se rendre compte de l'allure du canoë, pourtant tout monte d'un cran, les sensations aussi.
Arrival during a dark night during which no one has slept. GPS navigation required. At night, it is difficult to realize the pace of the canoe, yet everything goes up a notch, sensations too.


Le papillon et le lézard.
Le papillon et le lézard.
The butterfly and the lizard.
Amélie et la barque.
Amélie et la barque.
Amélie and the boat.


Et toi durant l'hiver, que deviens-tu ?!
Et toi durant l'hiver, que deviens-tu ?!
And you, in the winter, what are you doing ?


A trois jours du départ, Perti qui nous prêté le cabane vient nous rendre une dernière visite avec sa compagne.
A trois jours du départ, Perti qui nous prêté le cabane vient nous rendre une dernière visite avec sa compagne.
Three days before the departure, Perti, who lent us the cabin, comes to pay us a last visit with his companion.


Nous faisons des images pour leur offrir mais comment pouvons nous les remercier pour un tel cadeau ! Amélie porte un vêtement que lui a offert Mirja.
Nous faisons des images pour leur offrir mais comment pouvons nous les remercier pour un tel cadeau ! Amélie porte un vêtement que lui a offert Mirja.
We make images to offer them but how can we thank them for such a gift! Amélie is wearing a garment that Mirja has given her.


Nous regardons s’égrener les trois derniers jours avec une telle hantise, que même les saunas quotidiens qui dépassent les 100°, n'arrivent pas à faire fondre.
Nous regardons s’égrener les trois derniers jours avec une telle hantise, que même les saunas quotidiens qui dépassent les 100°, n'arrivent pas à faire fondre.
We watch the three last days with such an obsession, that even daily saunas that exceed 100 °, do not manage to melt.


Tu tentes de laisser une trace de ce voyage.
Tu tentes de laisser une trace de ce voyage.
You try to leave a trace of this trip.


Cela fait trois semaines que nous vivons avec cette cabane comme refuge, nous y avons passées de heures entières à y vivre paisiblement, au rythme du temps qui passe. Nous y avons déposé des émotions et nous y reviendrons.
Cela fait trois semaines que nous vivons avec cette cabane comme refuge, nous y avons passées de heures entières à y vivre paisiblement, au rythme du temps qui passe. Nous y avons déposé des émotions et nous y reviendrons.
It's been three weeks that we live with this cabin as a refuge, we spent whole hours there to live peacefully, to the rhythm of the passing time. We put emotions in and we will come back to it.


Une dernière beauté.
Une dernière beauté.
A last beauty.


Les cygnes se rebiffent contre le drone, il est temps de leur rendre la place.
Les cygnes se rebiffent contre le drone, il est temps de leur rendre la place.
The swans are rebelling against the drone, it's time to give them back their place.


25 Août. Nous repartons chez nous, aussi tous les deux, en continuant de flotter et d’espérer avoir, tant de grâce.
25 Août. Nous repartons chez nous, aussi tous les deux, en continuant de flotter et d’espérer avoir, tant de grâce.

August 25th. We go home, also both, continuing to float and hope to have, so much grace.
Commentaires
share posté le 13 Jan

GR31
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 9/14/17

Message privé
Bravo à vous deux. Fantastique : le parcours, l'esprit du voyage, votre relation, les photos. Les photos de drone apportent un plus au compte-rendu. Chapeau bas. Et merci pour le compte-rendu.
share posté le 14 Jan

SupervagabondS
Martinet
(48 messages)
Inscription : 1/6/16

Message privé
Merci pour vos appréciations, c'est toujours plaisant de lire de tels mots puisque c’était surement escompté, sinon il ne serait pas partagé ! Merci à vous d'avoir pris le temps de lire le carnet.
Deviens ce que tu es, c'est à dire ce que tu n 'es pas encore.
share posté le 21 Jan

Juan Pilou
Martinet
(23 messages)
Inscription : 11/29/16

Message privé
Bravo ! Total respect comme dirait un de mes amis !
share posté le 21 Jan

SupervagabondS
Martinet
(48 messages)
Inscription : 1/6/16

Message privé
Merci.
Vous pouvez télécharger nos films à partir du compte Facebook "Supervagabonds en Scandinavie"
Deviens ce que tu es, c'est à dire ce que tu n 'es pas encore.
share posté le 03 May

Angstrom
Hirondelle
(12 messages)
Inscription : 8/25/15

Message privé
Je vous remercie pour ce carnet et suis admiratif de votre détermination, votre volonté. Malgré sa longueur, je l'ai lu en entier. Je suis comme les autres lecteurs très émus de l'expérience humaine que vous partagez.
Je suis né en Finlande (mon père était finlandais) et y ai encore ma famille paternelle.
Je me reconnais tellement dans l'amour de la nature que vous décrivez et que vous partagez aussi. Mes souvenirs rejoignent certains des vôtres. Je n'ai cependant pas eu la chance de vivre les relations comme vous l'avez fait. Elles résultent, je pense, de votre propre engagement, du côté extraordinaire de votre aventure qui suscite l'empathie. Donc ce n'est pas dû à la chance mais bien à vous-mêmes, à ce que vous "investissez" dans la vie et les relations. Je suis heureux pour vous et votre fille que vous en récoltiez des fruits inestimables.
Etant photographe amateur, je suis aussi très sensible aux photos. Là encore, vous démontrez que vous ne choisissez pas la facilité et les résultats sont probants.
Permettez-moi cependant de partager mes interrogations.

La part déterminante voire envahissante que prend la prise de vues dans votre aventure me semble quelques-fois un peu antinomique avec cet amour de la nature, ce silence. Les drones, chaque fois que j'ai été survolé, m'ont très nettement dérangés. La prise de vues par drone me semble très égoïste. Elle n'est actuellement supportable que parce qu'il y en a relativement peu. Je sais que vous étiez dans des zones reculées, mais quand même, il y a la nature, les gens sont dans leur maisons au bord de l'eau, même si les maisons sont peu visibles en Finlande comme vous le soulignez justement.
Également, le traitement que vous faites des couleurs des photos me parait être en plein dans la vogue actuelle de l'esthétisation à outrance de la nature. Les couleurs sont souvent magnifiques, quelque fois intenses car le soleil est bas, la nature printanière généreuses dans les camaïeux de verts, les reflets des ciels dans l'eau des lacs gavés de matière organique donnent des palettes de bleus très riches et profonds.
Pourquoi donc appliquer des traitements qui systématisent l’usage de couleurs sur-saturées ?
Les beautés des paysages et des lumières en Finlande ne me semblent pas devoir avoir besoin de traitements Photoshop exacerbés. La profusion des images elle-même ne concoure-t-elle pas à l'overdose d'image caractéristique de notre société?

Finalement, votre récit m'interpelle sur notre époque. IL est parfaitement contemporain. L'image et la technologie y tiennent une place déterminante. Les moyens techniques nous permettent de créer un monde visuel léché, standardisé sur des canons de beauté (les photos de femmes sont retouchées, celles de paysages sont « améliorées »). L'aventure a-t-elle besoin d'un prolongement 2.0 pour être réelle ? Existe-t-on sans l'image, sasns une présence sur internet et les réseaux sociaux?

J'ai pleinement conscience du paradoxe de mon interrogation puisque je viens de passer 2 heures sur mon écran à vous lire. Si vous n'aviez pas passé ce temps, mis tant d'efforts dans la prise de vue aurais-je eu la chance de découvrir votre aventure humaine? J'ai aussi conscience que ce que vous avez vécu relationnellement en Finlande n'a rien à voir avec la technologie.
Donc n'y voyez pas de critiques. Il ne s'agit que de l'exposition d'une perplexité personnelle et de l’ambivalence qui nous touche tous. Peut-être y avez-vous réfléchi vous-mêmes ?
share posté le 12 May mis à jour le 12 May

SupervagabondS
Martinet
(48 messages)
Inscription : 1/6/16

Message privé
je vous ai répondu en message privé et vous en comprenez bien la raison : La vie privée se préserve et ne se doit pas d’être partagée avec tout le monde !
Cependant encore merci pour avoir soulevé toutes ces questions intéressantes et qui correspondent bien à notre époque !
Deviens ce que tu es, c'est à dire ce que tu n 'es pas encore.
share posté le 12 May

Angstrom
Hirondelle
(12 messages)
Inscription : 8/25/15

Message privé
Oui, l'échange que nous avons eu a été très riche et je vous en remercie. Je comprends évidemment la raison du choix d'une réponse personnelle, en confiance, en dehors de la place publique. Je suis touché par le temps et l'attention que vous y avez mis.

Now in shop

Carnets d'Aventures N°53