Banyuls-Hendaye par les crêtes : 37 jours sur la HRP Vue d'ensemble

(réalisé) (partager)
Banyuls plage, un 25 août.

Et puis des vignobles, des cailloux, des brebis, des sources à sec, un abreuvoir pour la douche, et une ampoule à chaque talon, juste pour bien commencer. Partie pour 37 jours dans les montagnes, sur la Haute Route Pyrénéenne. Pour rallier l’océan, le couchant, l’ouest. Surfer sur les crêtes et y retrouver les copains… HRP. Hautes Retrouvailles entre Potes, aussi.


J'ai beaucoup utilisé les blogs et forums en plus des topos disponibles en librairie, lors de mes préparatifs. J'essaye de rendre la pareille avec ce récit...
J'ai tenté d'évaluer les distances et dénivelés réalisés sur un tracé un peu précis de mon itinéraire sur internet en le confrontant aux topos disponibles (je n'avais pas de gps avec moi). C'est parfois un peu approximatif, surtout coté espagnol... dans ce cas les distances sont suivies d'un point d'interrogation.
Quant aux temps de marche indiqués, c'est pour donner une idée, en gros ils incluent les petites pauses fruits secs-barres-contemplation, pas le pique-nique.
N'hésitez pas à me laisser un message si vous avez besoin d'infos complémentaires!
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train stop
randonnée/trek
Quand : 25/08/16
Durée : 37 jours
Distance totale : 675.1km
(dont 669.8km réalisés)
Carnet créé par karukera le 17 oct. 2016
modifié le 20 oct. 2016
3059 lecteur(s)
(23 personnes aiment ce carnet)

Coup de coeur !

Le topo : J32 Belagua-Pic d'Orhy (mise à jour : 19 oct. 2016)

Distance section : 19.8km

Description :

20,1 km ?
+ 1327 / - 879m
7h

Belagua – Port de Belhay (borne 250) : 2h30
à port de Betzula : + 2h
à port de Larrau : + 1h15 (par la piste coté francais et non le GR12)
à pic d’Orhy – redescente bivouac 1900m : + 1h + 45 min

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : J32 Belagua-Pic d'Orhy (mise à jour : 19 oct. 2016)


Un type passe au petit matin devant le refuge d’où j’émerge, me demandant la direction de la Table des Trois Rois. Ce que je lui indique, en lui précisant bien qu’il n’y a pas d’eau sur le trajet, et pensant très fort qu’avec seulement 1l et la météo annoncée concordante avec les nuages déjà présents, c’est un ti peu osé comme sortie…!


Je pars de mon coté sous un ciel plutôt clément, superbe lumière orangée sur l’automne débutant jusqu’au port d’Ourdayté, puis le brouillard. Je suis des balises de GR (toujours le 12 ?!) mais la vraie question est donc : « Suis-je censée suivre un GR ?! ». Parce que ni la carte espagnole ni la française ne me le signalent…

Ca semble concorder et je ne vois de toute façon pas à 10m, donc je suis… et je trouve les bornes frontières qui me confortent. Parfait. Paysages de collines et prairies, troupeaux qui résonnent, trouées sur les plaines espagnoles. Plus rien à voir avec le paysage des jours passés !
Je m’économise le détour par D’Ardané, qui ne servait que pour de l’eau au bivouac, puisque ce n’est pas l’heure, et continue en crête, toujours sur le GR12 au fil des bornes frontières, et qui me mène au col de Belutza. Là, replongée dans un brouillard opaque et fouettée par le vent, je bénis les chasseurs d’avoir installé ces palombières, et choisis finalement de descendre rejoindre la piste en contrebas pour rallier le port de Larrau de façon un peu plus confortable (et d’ailleurs via une source captée avec robinet à la cabane en dessous, qui me sera bien utile pour faire le plein jusqu’au lendemain)

Au col, j’hésite… vent et nuages et quelques gouttes… je réfléchis à l’abri d’une palombière pour finalement décider de tenter ma chance plus haut. Chance mitigée, quelques éclaircies mais le brouillard au pic d’Orhy et pas de spot pour bivouaquer, je redescends donc un peu plus bas poser la tente sur un plat et m’y engouffre à l’abri alors que la pluie s’invite. En fait, j’en avais vraiment plein les pattes !

Section précédente Section suivante
Commentaires