Banyuls-Hendaye par les crêtes : 37 jours sur la HRP Vue d'ensemble

(réalisé) (partager)
Banyuls plage, un 25 août.

Et puis des vignobles, des cailloux, des brebis, des sources à sec, un abreuvoir pour la douche, et une ampoule à chaque talon, juste pour bien commencer. Partie pour 37 jours dans les montagnes, sur la Haute Route Pyrénéenne. Pour rallier l’océan, le couchant, l’ouest. Surfer sur les crêtes et y retrouver les copains… HRP. Hautes Retrouvailles entre Potes, aussi.


J'ai beaucoup utilisé les blogs et forums en plus des topos disponibles en librairie, lors de mes préparatifs. J'essaye de rendre la pareille avec ce récit...
J'ai tenté d'évaluer les distances et dénivelés réalisés sur un tracé un peu précis de mon itinéraire sur internet en le confrontant aux topos disponibles (je n'avais pas de gps avec moi). C'est parfois un peu approximatif, surtout coté espagnol... dans ce cas les distances sont suivies d'un point d'interrogation.
Quant aux temps de marche indiqués, c'est pour donner une idée, en gros ils incluent les petites pauses fruits secs-barres-contemplation, pas le pique-nique.
N'hésitez pas à me laisser un message si vous avez besoin d'infos complémentaires!
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train stop
randonnée/trek
Quand : 25/08/16
Durée : 37 jours
Distance totale : 675.1km
(dont 669.8km réalisés)
Carnet créé par karukera le 17 oct. 2016
modifié le 20 oct. 2016
3061 lecteur(s)
(23 personnes aiment ce carnet)

Coup de coeur !

Le topo : J20 Ibonet de Remune-La Soula (mise à jour : 19 oct. 2016)

Distance section : 15.6km

Description :

18km ?
+ 1404 / - 1883m
8h

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : J20 Ibonet de Remune-La Soula (mise à jour : 19 oct. 2016)

Au réveil, ce n’est toujours pas franchement menaçant au contraire : pas un nuage au dessus de ma tête, ils sont plutôt derrière et sous moi, d'où je viens, et pas un souffle de vent. Bon ! L’angoisse tombe, et je me mets en marche sereine, avec l’objectif de devancer les nuages.
Vallon encaissé, replat, blocs. C’est ludique, la montée dans les blocs, j’aime bien !

Toujours grand beau à l’horizon et sur les lacs de Litérole d’un bleu glaciaire. Le tout dernier pas au col est un chouia acrobatique, ça glisse un peu, sous l’œil d’un trailer qui m’a rattrapé. De l’autre coté, le fameux névé, que je n’aurai qu’à traverser sur sa partie plane après avoir dévalé les éboulis latéraux. C’était pas la peine de s’en inquiéter, en fait ! (…)

Le vent souffle maintenant fort, les nuages filent, plus ou moins gris plus ou moins foncé. La météo disait orage à partir de 12-14h… J’arrive au refuge du Portillon à 11h45, et la suite est vite réfléchie vue l’heure, d’autant que le gardien parie sur les orages pas avant la nuit… c’est bien, l’horaire se décale au fur et à mesure que j’avance !

Après le col de Litérole, plongée sur le lac du Portillon et son refuge
Après le col de Litérole, plongée sur le lac du Portillon et son refuge
Passage sous le pluviomètre après la Tusse de Montarqué
Passage sous le pluviomètre après la Tusse de Montarqué
Après le col des Gourgs Blancs
Après le col des Gourgs Blancs
J’arrive à La Soula 4h30 plus tard sous un ciel maussade, après un bien bel itinéraire entre cailloux, hauts cols et lacs, éclairé par quelques rayons de soleil filtrant à travers les nuages. 

Cabane de Caillauas, sous le barrage : plus que sommaire mais 2 matelas mousse, fraîchement débarrassée de ses ordures d’après info du gardien de La Soula… pour combien de temps ?

La Soula donc: étrange endroit que ce refuge collé à la centrale électrique ! Le décor n’est pas des plus bucolique du coup, l’intérieur fait ancien bâtiment de colonie de vacances, avec les douches (bien chaudes et à volonté !!)  en sous-sol, mais le lieu est chaleureux, le gardien adorable, et son dîner gargantuesquement excellent. Et salutations au club montagne d’Aucamville et aux 2 nantais en vacances, une bien chouette soirée autour d’une bonne tablée !!

Et je ne peux donc que conseiller le refuge de La Soula pour son excellent accueil !
 

21h : Ca pète ! Du fond de mon lit par la fenêtre, éclairs illuminant el ciel et tonnerre en retour…

Section précédente Section suivante
Commentaires