Banyuls-Hendaye par les crêtes : 37 jours sur la HRP

(réalisé) (partager)
Banyuls plage, un 25 août.

Et puis des vignobles, des cailloux, des brebis, des sources à sec, un abreuvoir pour la douche, et une ampoule à chaque talon, juste pour bien commencer. Partie pour 37 jours dans les montagnes, sur la Haute Route Pyrénéenne. Pour rallier l’océan, le couchant, l’ouest. Surfer sur les crêtes et y retrouver les copains… HRP. Hautes Retrouvailles entre Potes, aussi.


J'ai beaucoup utilisé les blogs et forums en plus des topos disponibles en librairie, lors de mes préparatifs. J'essaye de rendre la pareille avec ce récit...
J'ai tenté d'évaluer les distances et dénivelés réalisés sur un tracé un peu précis de mon itinéraire sur internet en le confrontant aux topos disponibles (je n'avais pas de gps avec moi). C'est parfois un peu approximatif, surtout coté espagnol... dans ce cas les distances sont suivies d'un point d'interrogation.
Quant aux temps de marche indiqués, c'est pour donner une idée, en gros ils incluent les petites pauses fruits secs-barres-contemplation, pas le pique-nique.
N'hésitez pas à me laisser un message si vous avez besoin d'infos complémentaires!
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train stop
randonnée/trek
Quand : 25/08/16
Durée : 37 jours
Distance totale : 675.1km
(dont 669.8km réalisés)
Carnet créé par karukera le 17 oct. 2016
modifié le 20 oct. 2016
3064 lecteur(s)
(24 personnes aiment ce carnet)

Coup de coeur !

Vue d'ensemble

Le topo : J14 Estany Blau-Coll de la Cornella (mise à jour : 20 oct. 2016)

Distance section : 13.3km

Description :

14 km?
+ 1160 / - 1267m
7h30

Estany Blau – Bordes de Noarre : 1h15
à cabane Pleta de Fangassal – Refuge Enric Pujol/Mont Roig : + 1h40 + 1h20
à coll de la Cornella – Bivouac hors sentier : + 2h30 + 45 min

 

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : J14 Estany Blau-Coll de la Cornella (mise à jour : 20 oct. 2016)


J’avais décidé de ne pas mettre de réveil, j’ouvre les yeux à 7h45… j’ai donc dormi 11h. Même pas fatiguée... Avec un coup d’œil à la voie lactée et le salut d’une étoile filante en milieu de nuit, magique.

Je descends à Noare à l’ombre, au calme. Deux vieux monsieurs rénovent les maisons et granges, à l’ancienne. Une bière refroidit dans l’abreuvoir, on échange quelques mots, ils m’indiquent le robinet caché de la source, et le soleil sort à ce moment là, à point pour éclairer le hameau chargé d’histoires d’exils et de maquis. Très contente d’être passée par là !

Bordas de Noarre
Bordas de Noarre

Je suis un sentier à flanc, puis une piste, re-un sentier, bien indiqué, montée douce vers une première cabane en excellent état, et c’est là que débute le ballet des hélicos. Ils sont trois à survoler la zone, semblant rallier successivement le mont Roig, Enric Pujol, et un plateau que je repère sur la carte un peu au nord, vers 2000. Ca intrigue les chevaux, ça fait fuir les isards… C’est franchement oppressant, mais ils ne sont malheureusement pas là pour rien, comme je l’apprendrai 2h plus tard au refuge lorsqu’ils embarqueront le dernier jeune catalan du groupe de trois qui s’est accidenté un peu plus tôt sur les pentes du mont Roig. Tout le monde sain et sauf a priori, juste un peu de casse...

Ca me refroidit quand même un peu, alors je décide de faire une bonne pause au premier lac pour me réconforter d’une baignade, de bronzette, et de l’observation des têtards qui se chauffent sur les cailloux.


Les lacs suivants sont magnifiques, étagés, montée très ludique au milieu des rochers polis par l’eau. Au col, vue sublime et imprenable, Maladeta en ligne de mire.


Je me charge en eau à l’étang suivant pour pouvoir bivouaquer sans contrainte, croise un HRPiste irlandais, attaque le rapialou du coll de la Cornella, puis redescends hors sentier sur la droite, à la recherche du spot à coucher de soleil parfait pour mon bivouac. Là, par exemple, je suis bien contente d’être seule, parce que je le dégote, mon spot parfait, mais que je ne vois vraiment pas qui j’aurais pu entraîner dans le délire au milieu des herbes et rochers, à 18h… !

Les estanys de la Gallina (inferior, mitja, et superior, vus depuis le major!)
Les estanys de la Gallina (inferior, mitja, et superior, vus depuis le major!)
Vue du col
Vue du col
Bivouac trouvé!
Bivouac trouvé!
2330m d’altitude, quelque part au dessus du sentier, face au couchant, soupe harira rallongée aux vermicelles, et musique dans les oreilles… juste bien.
2330m d’altitude, quelque part au dessus du sentier, face au couchant, soupe harira rallongée aux vermicelles, et musique dans les oreilles… juste bien.
Section précédente Section suivante
Commentaires