Banyuls-Hendaye par les crêtes : 37 jours sur la HRP Vue d'ensemble

(réalisé) (partager)
Banyuls plage, un 25 août.

Et puis des vignobles, des cailloux, des brebis, des sources à sec, un abreuvoir pour la douche, et une ampoule à chaque talon, juste pour bien commencer. Partie pour 37 jours dans les montagnes, sur la Haute Route Pyrénéenne. Pour rallier l’océan, le couchant, l’ouest. Surfer sur les crêtes et y retrouver les copains… HRP. Hautes Retrouvailles entre Potes, aussi.


J'ai beaucoup utilisé les blogs et forums en plus des topos disponibles en librairie, lors de mes préparatifs. J'essaye de rendre la pareille avec ce récit...
J'ai tenté d'évaluer les distances et dénivelés réalisés sur un tracé un peu précis de mon itinéraire sur internet en le confrontant aux topos disponibles (je n'avais pas de gps avec moi). C'est parfois un peu approximatif, surtout coté espagnol... dans ce cas les distances sont suivies d'un point d'interrogation.
Quant aux temps de marche indiqués, c'est pour donner une idée, en gros ils incluent les petites pauses fruits secs-barres-contemplation, pas le pique-nique.
N'hésitez pas à me laisser un message si vous avez besoin d'infos complémentaires!
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train stop
randonnée/trek
Quand : 25/08/16
Durée : 37 jours
Distance totale : 675.1km
(dont 669.8km réalisés)
Carnet créé par karukera le 17 oct. 2016
modifié le 20 oct. 2016
3062 lecteur(s)
(23 personnes aiment ce carnet)

Coup de coeur !

Le topo : J19 Mulleres-Ibonet de Remune (mise à jour : 20 oct. 2016)

Distance section : 16.1km

Description :

18 km ?
+ 1300 / - 1470m ?
7h30

Mulleres – Tuc de Mulleres : 2h
à extremité ouest Pla del Aigualluts : + 2h30
à hosp de Benasque : + 1h30
à Ibonet/Pleta de Remune : + 1h30

 

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : J19 Mulleres-Ibonet de Remune (mise à jour : 20 oct. 2016)


Petit déj en terrasse, face au ciel qui s’éclaire. Je finis de ranger mon sac dehors, parce que Nil dort encore et que c’est quand même détestable de se faire réveiller par le froissement des poches plastique !

On part finalement ensemble vers le Mulleres : la veille l’Aneto était entièrement dans les nuages, il remonte donc pour la vue. Ca grimpe sec dans les cailloux. Quelques pas avec les mains, la vue derrière nous est magnifique, les quatre lacs à nos pieds et les montagnes au loin sous le ciel bleu. Dernier pas, le col est franchi, et c’est bien moins abrupt de l’autre coté. On contemple le massif de la Maladeta, les glaciers qui s’amenuisent drastiquement. Vallon glaciaire sous nos pieds, lacs encore, pic de Sauvegarde un peu plus loin (souvenir d’une rando épique… !).


10 minutes plus tard on est au sommet. 3009m, ce sera le point culminant de cette traversée. Pas un souffle de vent, ciel sans nuage, seuls. Superbe. Contemplation.

Col de Mulleres: vue sur la Maladeta et l'Aneto
Col de Mulleres: vue sur la Maladeta et l'Aneto
Cairn sommital : 3009m
Cairn sommital : 3009m

Et c’est là que nos chemins se séparent. Nil fait demi-tour et moi je poursuis vers l’ouest. Pas besoin de redescendre au col, ça passe un peu partout sur ce versant. La descente est belle, je croise de plus en plus de randonneurs, puis de marcheurs, puis de touristes en blouson cuir et mocassins. Parking de Besurta envahi, la navette a cessé son service hier. Et ça parle pluie et surtout orages pour la soirée. Ca, j’aime moins, surtout vu le secteur dans lequel je viens d’entrer, au milieu de ma semaine entière seule. Ca me stresse un peu, j’avoue…
Plan dels Aigualluts
Plan dels Aigualluts

Je me pose en terrasse à l’Hospital de Benasque pour réfléchir, et me laisser le temps de recevoir les prévisions météo demandées à Edouard. C’est pas top…Alors je repars, pour m’avancer au maximum et tenter de passer avant les orages/tempête/grêle/rafales à 100km/h annoncés pour le lendemain midi… !



Dans le vallon de Remune, le premier replat à 2000 est envahi de brebis. 200m plus haut, je suis seule et dégote un abri sous roche parfait, que je tapisse de fougères et agrémente d’un tapis de sol oublié là (?!). Un quasi palace (si si!) avec vue imprenable, à l’abri quoi qu’il arrive, un lyophilisé de pâtes au saumon pas trop mal, je me sens rassurée. D’autant plus que pour l’instant, ce n’est pas franchement menaçant, le ciel...


Dîner à l'abri avec vue
Dîner à l'abri avec vue
Ciel d'orage??!
Ciel d'orage??!
Section précédente Section suivante
Commentaires