La Loire à la rame

(en cours) share(partager)
Trop compliqué d'organiser quelque chose à l'étranger cette année, alors direction la Loire. Ca doit être chouette aussi ! Descente de ses 700 derniers km, à l'aviron depuis Roanne, en solo. Puis retour à Lorient par la côte si le rameur et son embarcation sont toujours d'attaque.
aviron
Quand : 08/06/21
Durée : 45 jours
Carnet créé par Renan le 24 mai
modifié le il y a 3 heures 6mn
371 lecteur(s) - 14
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 4 11/06 (mise à jour : il y a 1 jour)

Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 4 11/06 (mise à jour : il y a 1 jour)

Ho bah alors...:'(
Vous ne verrez pas la supère vidéo que Renan a faite à son réveil, depuis son bivouac.
Je vous laisse son commentaire et vous rêverez de sa difficile posture ;):

Petit tour du propriétaire au lever. Attention ces images peuvent choquer quelqu'un travaillant dans un bureau. 



Jour 4 11/06
Même pas deux jours de rame et les pieds sont abîmés : il fait trop chaud pour porter les chaussons en néoprène, les sangles des cale-pieds blessent. Je vais essayer sans les utiliser, on verra.
Direction Diguoin pour voir à quelle sauce je vais être mangé.
Voilà le truc à franchir.
Voilà le truc à franchir.
Me voici donc au pont de Digouin.
Bon, j'ai beau tergiverser, le portage ça ne va pas le faire, le passage à la cordelle non plus.
Il y a une passe à kayak. Vous ne la voyez pas ? Moi non plus... 


Allez hop, on amarre le portant, on enlève le gouvernail, les avirons, que l'on dépose au bord de l'autre côté avec les affaires précieuses, on prépare la pagaie, on met son gilet, on attache bien ses lunettes. Un petit rond dans l'eau pour tester la maniabilité à la pagaie, on serre les fesses et... EN AVANT !!


Un couple en haut du pont : " Bonne chance !"
Et moi : "C'est bon courage qu'il faut dire !" 


Tout va très vite et je lève les bras avec la pagaie en poussant un cri de joie ! Je pense qu'un habitué du rafting aurait bien rigolé de voir ma frousse.




Jour 4 11/06
Et voilà le travail. 

Passé près du bosquet de saule de droite, au milieu de l'arche centrale. On voit l'entonnoir où il faut passer.
Je récupère les affaires laissées en aval du passage.Tout ça m'a pris pas mal de temps mais je traverse quand même le fleuve pour un p'tit café à Digouin. Faut fêter ça !

J'entends les habitants parler tout bas de moi, une légende est née. 8-)



Jour 4 11/06
Il n'avance pas beaucoup mon gros sabot mais on peut quand même se faire plaisir en visant les endroits peu profonds, le courant s'accélère, c'est sympa dans les remous. 
Jour 4 11/06
L'approche de Maloku a fait fuir un groupe de sangliers. Le plus téméraire revient jeter un coup de groin. 



Jour 4 11/06
Bon, faudrait dire à mon groupe d'admiratrices d'arrêter, ça devient gênant. 
Elles m'attendent toutes les deux courbes. Elles ont du affrété un bus pour me suivre, c'est pas possible. 
Tiens, regardez ! Elles sont encore là ! Partout je vous dis.
Tiens, regardez ! Elles sont encore là ! Partout je vous dis.
Jour 4 11/06
Petit arrêt avant le pont de Gilly-sur-Loire pour vérifier le passage. 
Ça bouge un peu mais rien à voir avec Digouin, même pas peur ! 
Dodo amarré à une grosse branche devant le village de Diou.
Jour 4 11/06
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°63