La Loire à la rame

(réalisé) share(partager)
Trop compliqué d'organiser quelque chose à l'étranger cette année, alors direction la Loire. Ca doit être chouette aussi ! Descente de ses 700 derniers km, à l'aviron depuis Roanne, en solo. Puis retour à Lorient par la côte si le rameur et son embarcation sont toujours d'attaque.
aviron
Quand : 09/06/21
Durée : 33 jours
Carnet créé par Renan le 24 mai
modifié le 14 juil.
1552 lecteur(s) - 21
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 16 24 juin (mise à jour : 12 juil.)

Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 16 24 juin (mise à jour : 12 juil.)

Réveil trop tôt, merci les cui-cui (s?), je m'octroie une grasse matinée jusqu'à, soyons fous, un peu plus de 7h.

Allez hop, on se bouge !
Le soleil est de la partie, ça fait plaisir. La Loire est belle, sa surface si lisse, c'est presque sacrilège que de l'abîmer à coups d'avirons. Ces rides ne seront heureusement qu'éphémères.

Après quasiment deux heures, pause à La Chapelle (sur-Loire ?) pour ingurgiter quelques calories. Il était temps. Centrale nucléaire de Chinon en vue, dernière de ces mastodontes en bord de Loire. Son passage ne posera pas de problème car elle ne possède aucun barrage, donc pas de portage.
Le bocal à cailloux est plein...
Le bocal à cailloux est plein...
Les arrières de mon voisin de parking.
Les arrières de mon voisin de parking.
Les excellents roulés à la cannelle de la Chapelle-sur-Loire. Je suis allé en chercher un deuxième... Rien que pour eux l'accostage valait le détour. Que n'aurais-je manqué !
Les excellents roulés à la cannelle de la Chapelle-sur-Loire. Je suis allé en chercher un deuxième... Rien que pour eux l'accostage valait le détour. Que n'aurais-je manqué !
Direction la centrale.
Après le virage qui y mène, vent de face. Il faut souquer un peu ferme, les calories du petit-déjeuner sont vite brûlées.
Cela fait drôle de pouvoir approcher d'un tel édifice sans avoir à se méfier. Je guette quand même, par habitude...

Arrive un pont que je pensais franchir sans problème. Maloku commence par s'échouer sur les restes d'un épi de pierres.  Le courant pousse, le safran est coincé, j'ai peur qu'il ne casse.
Une fois dégagé, arrêt sur un banc de sable pour choisir l'arche de passage car il y a de la caillasse. C'est parti, là, dans cette veine d'eau. Je pense l'affaire réglée lorsque la yole racle de toute la longueur sur une grosse pierre dans le bouillon puis en percute une autre par tribord. Ho le coup de chaud ! Il va encore y avoir des morceaux de patins en moins sous la coque.

Arrêt à Chouzé et son accueillant quai.
Je n'ai pas résisté à l'appel d'un tel nom...
Je n'ai pas résisté à l'appel d'un tel nom...
Après 30 nouvelles minutes de navigation, Candes-Saint-Martin est en vue (;) Philippe).
Un radier est à franchir avant de l'atteindre. Je le dis sans prétention aucune : visant comme il faut une brèche entre les pierres, je négocie le passage de celui-ci avec brio :happy:
Mais quel grand marin d'eau douce je fais là ! (Car oui, il faut aussi savoir se féliciter, c'est important pour le moral.)

Je me gare tout pile entre Candes-Saint-Martin et Montsoreau qui semble tout aussi beau avec son château sis les pieds dans l'eau.

Ramé à peine quatre heures jusqu'ici mais je sens que je n'irai pas plus loin aujourd'hui tant ces deux bourgades invitent à la flânerie.
Arrivée devant Candes-Saint-Martin, à la confluence avec La Vienne. C'est cette dernière que vous voyez là.
Arrivée devant Candes-Saint-Martin, à la confluence avec La Vienne. C'est cette dernière que vous voyez là.
Juste au niveau de l'amarrage.
D'un côté de la route.
Juste au niveau de l'amarrage.
D'un côté de la route.
Et de l'autre.
Dingue, non ?
Et de l'autre.
Dingue, non ?
Petite sieste à l'ombre des arbres dans mon nid douillet puis promenade.
Mais que n'apperçois-je pas ? Ho, un parc avec une exposition de street art. 
C'est mon jour de chance : l'hôtesse verrouille le portail mais me laisse néanmoins rentrer. 
Je devrai lui téléphoner pour sortir. (Avant minuit !)
Chouette visite.



Structure élaborée à partir de tissu de récupération.
Structure élaborée à partir de tissu de récupération.
Jour 16   24 juin
Jour 16   24 juin
Ça ne donne pas grand chose mais bon...
Visite de l'imposante collégiale. Datant de la fin du 12ème elle est en parfait état. Sa hauteur est tout simplement impressionnante pour une telle largeur. Pareil édifice inspire le respect.
Ça ne donne pas grand chose mais bon...
Visite de l'imposante collégiale. Datant de la fin du 12ème elle est en parfait état. Sa hauteur est tout simplement impressionnante pour une telle largeur. Pareil édifice inspire le respect.
Exacte confluence Vienne/Loire.
La langue de sable les sépare.
Exacte confluence Vienne/Loire.
La langue de sable les sépare.
C'était Candes-Saint-Martin, et donc ici Montsoreau et son beau château.
C'était Candes-Saint-Martin, et donc ici Montsoreau et son beau château.
En me promenant je suis intrigué par un cercle privé et les règles d'un jeu décrites sur la façade. La porte est ouverte, un homme m'invite à entrer et m'explique tout ça. Des "boules" dissymétriques, un terrain incurvé sur les bords, quelle surprise ! Se joue tout en douceur, une partie prends minimum deux heures. 
"C'est le seul jeu où on peut aller boire un coup (il y a un bar) avant que ce qu'on a lancé ne s'arrête ! " m'informe mon interlocuteur tout guilleret.
Mais quelle est donc cette secte étrange ?
Mais quelle est donc cette secte étrange ?
Démonstration de cet improbable jeu classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Notez le terrain incurvé sur les bords.
Démonstration de cet improbable jeu classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Notez le terrain incurvé sur les bords.
Jour 16   24 juin
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°64