La Loire à la rame

(réalisé) share(partager)
Trop compliqué d'organiser quelque chose à l'étranger cette année, alors direction la Loire. Ca doit être chouette aussi ! Descente de ses 700 derniers km, à l'aviron depuis Roanne, en solo. Puis retour à Lorient par la côte si le rameur et son embarcation sont toujours d'attaque.
aviron
Quand : 09/06/21
Durée : 33 jours
Carnet créé par Renan le 24 mai
modifié le 14 juil.
1552 lecteur(s) - 21
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 20 28 juin (mise à jour : 13 juil.)

Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 20 28 juin (mise à jour : 13 juil.)

Oula, au réveil ce matin la yole de met à basculer d'un coup ! J'ai eu peur. 
Et oui, à Ancenis déjà la marée se fait sentir : le bateau était juste au dessus d'une pierre, il a glissé sur le côté avec le niveau d'eau qui baissait.

Nous avons donc passé la soirée ensemble avec Mathieu le kayakiste. C'était bien sympa. Ça m'a fait drôle de le voir habillé en "civil".

Nous avons prévu de manger ensemble avec Nicole et Jean en face d'Oudon ce midi. 
Le rendez-vous est au lieu dit le Cul du Moulin. Ce n'est guère loin (une dizaine de km ?) mais je ne tarde néanmoins pas à partir : il n'y a pas de vent ! :)
Départ d'Ancenis.
Départ d'Ancenis.
Le ciel est plombé. J'essuie quelques gouttes mais passe à côté des gros grain ai-je l'impression. 
Le poncho reste à portée de main. Des coins de ciel plus dégagés, une trouée de bleu même parfois, quelle belle lumière aujourd'hui. 
Et l'eau est vraiment calme. Je n'ai pas grand route à faire, je prends mon temps.

Quelle sérénité
Quelle sérénité
Et quelle lumière !!
Et quelle lumière !!
Jour 20  28 juin
Arrivée au Cul du Moulin.
Arrivée au Cul du Moulin.
C'est finalement sur l'autre rive, dans le port d'Oudon que nous nous retrouverons avec Nicole et Jean.
Je remets donc le poncho car là il pleut très sérieusement, et traverse la Loire.

Le port d'Oudon à ceci d'unique sur la Loire qu'il en est séparé par un petit canal. 
Il faut emprunter celui-ci pour rejoindre le port bien à l'abri, en passant sous un petit pont de voie ferrée.
Passage sous le pont. Tour d'Oudon en arrière plan.
Avant de s'engager dans le canal il faut vérifier la hauteur d'eau à l'échelle car cela ne passe pas toujours.
Meme chose pour sortir ( la marée... ).
Passage sous le pont. Tour d'Oudon en arrière plan.
Avant de s'engager dans le canal il faut vérifier la hauteur d'eau à l'échelle car cela ne passe pas toujours.
Meme chose pour sortir ( la marée... ).
Je quitte Jean, Nicole, Arlette et René qui m'ont gentiment accueilli pour un sympathique repas.
 Et une douche chaude !
(Et une serviette de toilette propre ! )
Merci !
Je quitte Jean, Nicole, Arlette et René qui m'ont gentiment accueilli pour un sympathique repas.
Et une douche chaude !
(Et une serviette de toilette propre ! )
Merci !
A la sortie du port d'Oudon bien abrité, je réalise qu'un fort vent de face m'attend sur la Loire. J'enfile le gilet de sécurité. Le temps de saluer une dernière fois mes hôtes venus jusqu'aux berges et j'entame le trajet vers Mauves-sur-Loire. Non seulement le vent rend la progression pénible, mais puisqu'il est contre la marée, descendante, il soulève un méchant clapot. Il n'y a pas beaucoup de kilomètres à parcourir mais c'est avec soulagement que j'accoste au pied du pont de Mauves.
Le cousin Mathieu vient m'y retrouver. Nous remontons ensemble Maloku assez haut car il faut ici jouer avec la marée. Merci Mathieu, je n'y aurais pas pensé ! Perdu l'habitude...
Quand je retourne à la yole avec Patrick à la suite de ce bel apéro, celle-ci n'est effectivement plus sur le sable mais flotte en pleine eau à l'extrémité de son bout. Ça fait drôle.
Moi qui l'avais d'abord amarrée plus bas à une grosse palette en arrivant ! La palette n'est plus là... J'aurais eu l'air malin.
L'eau est d'un calme sous le couchant, on en oublierait presque les turpitudes de l'après-midi.
Quand je retourne à la yole avec Patrick à la suite de ce bel apéro, celle-ci n'est effectivement plus sur le sable mais flotte en pleine eau à l'extrémité de son bout. Ça fait drôle.
Moi qui l'avais d'abord amarrée plus bas à une grosse palette en arrivant ! La palette n'est plus là... J'aurais eu l'air malin.
L'eau est d'un calme sous le couchant, on en oublierait presque les turpitudes de l'après-midi.
Commentaires
share posté le 29 juin

maeli
12 messages
👍👌👍

Actuellement

Carnets d'Aventures N°64