La Loire à la rame

(réalisé) share(partager)
Trop compliqué d'organiser quelque chose à l'étranger cette année, alors direction la Loire. Ca doit être chouette aussi ! Descente de ses 700 derniers km, à l'aviron depuis Roanne, en solo. Puis retour à Lorient par la côte si le rameur et son embarcation sont toujours d'attaque.
aviron
Quand : 09/06/21
Durée : 33 jours
Carnet créé par Renan le 24 mai
modifié le 14 juil.
1682 lecteur(s) - 21
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 12 20 juin (mise à jour : 12 juil.)

Description :



 
Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 12 20 juin (mise à jour : 12 juil.)

Avirons posés sur la berge hier soir. J'avais entendu dire que le carbone attire la foudre. Légende ?:ermm:
Un peu de lessive, c'est dimanche, et direction Orléans.

Un peu de lessive, c'est dimanche, et direction Orléans.
Longue digue entre Combleux et Orléans.
Longue digue entre Combleux et Orléans.
Cygnes et bernaches face aux quais d'Orléans.
Cygnes et bernaches face aux quais d'Orléans.
Amarrage à l'extrémité des quais.
Amarrage à l'extrémité des quais.
Je pars en repérage pour le passage du pont suivant qui peut nécessiter un portage. Mais c'est bon, ça va passer. Youpi !
Balade jusqu'à cathédrale et petit café bien évidemment.
Orléans marque symboliquement pour moi la moitié de la descente de la Loire.
Vous avez deviné ?
Vous avez deviné ?
Le 6ème pont passé signifie l'aurevoir à d'Orléans.
Arrêt casse-croûte en vue du pont de Meung-sur-Loire que je commençais à désespérer de voir arriver après 2h30 de navigation.


C'est dimanche, c'est gueuleton ! Du coup j'étrenne ma micro fourchette. Le dimanche on mange avec des couverts.
C'est dimanche, c'est gueuleton ! Du coup j'étrenne ma micro fourchette. Le dimanche on mange avec des couverts.
Je repars et m'approche du pont tout en douceur car 200 m en amont se trouvent les vestiges des piles de l'ancien pont qui canalisent l'eau. Il faut bien choisir son endroit de passage.
Je ne négocie pas l'arrivée comme il faudrait et me voici trop près des pierres pour pouvoir virer avec l'aviron bâbord alors que je me précipite droit vers un méchant tas de cailloux. 
Un coup de pelle contre une pierre et je frôle de justesse l'obstacle ! Avec la vitesse ça aurait pu faire mal. Ouf, l'endroit est passé. (J'espère maman que tu ne lis pas ce blog.)

Une jolie guinguette en bord de fleuve me fait de l'œil, je ne sais résister.
C'est super beau. La fraîcheur et l'amertume d'une IPA complètent cet idyllique tableau.
Idyllique guinguette.
Idyllique guinguette.
Même les abords des endroits d'aisance sont charmants.
Même les abords des endroits d'aisance sont charmants.
Arrivée à Beaugency vers 17h. Je pense passer la nuit à ses abords.

Je croise un canoëiste, nous discutons. Cédric avait déjà vu Maloku ce matin à Orléans. Rigolo.

Il m'apprend que le franchissement du barrage de la centrale de St-Laurent-des-Eaux, 5 km après Beaugency, risque d'être compliqué vu mon embarcation : avec le peu d'eau il y a une grosse marche à franchir au niveau de la cale.
Mince alors... Mais c'était sans compter sur la solidarité des parcoureurs de Loire car Cédric me laisse son numéro. Que je décide de franchir ce soir ou demain matin, je peux l'appeler pour de l'aide si besoin. Trop sympa !

Ce sera demain matin, assez pour aujourd'hui. Et j'ai intérêt à être déjà bien réveillé pour le pont de Beaugency car il ne faut pas rater la veine d'eau sous la première arche rive droite.
La fameuse veine d'eau. Quai à droite, pierres à gauche. Du débit ! Je me mettrai peut-être face à la marche avec les pagaies car ça risque d'être juste avec les avirons.
La fameuse veine d'eau. Quai à droite, pierres à gauche. Du débit ! Je me mettrai peut-être face à la marche avec les pagaies car ça risque d'être juste avec les avirons.
Devant le pont de Beaugency, l'un des plus réputés de la Loire.
Devant le pont de Beaugency, l'un des plus réputés de la Loire.
Petite amélioration technique. Les bouts de direction étaient un peu juste pour laisser le gouvernail libre si besoin (dans les zones avec plein de caillasses c'est mieux pour pouvoir virer sec). Je les ai donc rallongés un peu avec ce que j'avais. Deux positions maintenant : un premier noeud sur bout blanc et noir pour bloquer le gouvernail dans l'axe, et un deuxième noeud sur bout plus fin blanc pour laisser le gouvernail libre.



Là c'est donc en position pour bloquer le gouvernail dans l'axe. Ensuite noeud de jonction puis noeud sur bout blanc pour laisser le gouvernail libre.
Là c'est donc en position pour bloquer le gouvernail dans l'axe. Ensuite noeud de jonction puis noeud sur bout blanc pour laisser le gouvernail libre.
Commentaires
share posté le 22 juin

maeli
12 messages
Zawoo mon pote l'explo !!!
Ren avec tu transpires ce sentiment de liberté qui mes cher 🤗
Bonne suite

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65