La Loire à la rame

(réalisé) share(partager)
Trop compliqué d'organiser quelque chose à l'étranger cette année, alors direction la Loire. Ca doit être chouette aussi ! Descente de ses 700 derniers km, à l'aviron depuis Roanne, en solo. Puis retour à Lorient par la côte si le rameur et son embarcation sont toujours d'attaque.
aviron
Quand : 09/06/21
Durée : 33 jours
Carnet créé par Renan le 24 mai
modifié le 14 juil.
1552 lecteur(s) - 21
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Jour 25 (mise à jour : 13 juil.)

Un peu de pluie pendant la nuit. Départ sous un fin crachin qui a l'amabilité de ne pas durer.

Oulala, j'ai l'impression de ne pas avancer...

Arrêt au niveau de l'île aux Pies, le panorama est splendide. Des falaises, cela tranche étrangement avec les paysages des jours précédents.
Amarrés au ponton où je m'arrête, je retrouve les personnes rencontrées la veille à Guenrouet. Il avait raison cet homme de dire que l'on se reverrai ! Ils me disent être passés devant moi à Redon. Je me fais inviter à bord de leur résidence secondaire - ils y passent 4 mois par an - pour un café. Tout ce que je désirais. Merci !
J'apprends que l'impression que j'avais de ne pas avancer... n'est pas une impression. Depuis Redon, je navigue sur l'Oust, à contre courant. Et oui ! Le "canal" de Nantes à Brest emprunte par endroits des cours naturels.
Imposantes falaises depuis mon frêle esquif au niveau de l'île aux Pies.
Imposantes falaises depuis mon frêle esquif au niveau de l'île aux Pies.
Mes hôtes : Corinne et Jean-Pierre, rejoints par Guillaume.
Mes hôtes : Corinne et Jean-Pierre, rejoints par Guillaume.
Je quitte mes hôtes et me dirige vers l'écluse, à 500 m.
Il ne faut pas se tromper, c'est un "carrefour" : Malestroit par le canal à gauche, La Gacilly par l'Aff à droite.
Et oui, même sur l'eau il faut faire attention aux panneaux !
Et oui, même sur l'eau il faut faire attention aux panneaux !
Je passe donc l'écluse et :
MORBIHAN !!! WOUHOUUUUU !

Ceux d'entre vous qui souhaiteraient faire une petite balade dans leur département les jours prochains savent le long de quoi me trouver. A bon entendeur...

J'ai quitté l'Oust. Plus de courant contre, ça avance mieux. Je suis heureux avec mes 5 ou 6 km/h alors que j'avais l'impression de ne pas avancer hier avec la même vitesse. Ou la théorie de la relativité par un rameur.

De part en part, des pieds d'osmonde royale, rare et belle fougère protégée.
De part en part, des pieds d'osmonde royale, rare et belle fougère protégée.
Encore une pure ligne droite. Mais la fatigue en moins et la sensation d'avancer sur le canal rendent ça plutôt motivant.
La fameuse théorie de la relativité...
Encore une pure ligne droite. Mais la fatigue en moins et la sensation d'avancer sur le canal rendent ça plutôt motivant.
La fameuse théorie de la relativité...
Pause à Peillac, pour recharger un peu la batterie du téléphone et celle de son propriétaire (donc casse-croûte). Je me gare juste derrière une équipe de jeunes filles en vadrouille, elles acceptent mon téléphone à leur bord.
Les trois copines : Marie-France, Nicole et Michèle, doyenne de l'équipage avec 80 printemps. Excusez du peu.
Et un équipage exclusivement féminin, c'est tellement rare que rien que ça mérite une photo.
Les trois copines : Marie-France, Nicole et Michèle, doyenne de l'équipage avec 80 printemps. Excusez du peu.
Et un équipage exclusivement féminin, c'est tellement rare que rien que ça mérite une photo.
En partant je croise de beaux cygnes et même des flamands roses. C'est dingue cette biodiversité sur le canal !
Tiens à ce propos, j'ai revu hier des cigognes. Ha bon ???
En partant je croise de beaux cygnes et même des flamands roses. C'est dingue cette biodiversité sur le canal !
Tiens à ce propos, j'ai revu hier des cigognes. Ha bon ???
Après Peillac et jusqu'à la fin, la progression est vraiment difficile. J'ai rejoint l'Oust une nouvelle fois et un vent de face s'est levé. J'ai donc courant et vent contre. Je n'ose même pas mettre le GPS en marche pour contrôler la vitesse. 3 km/h ? Je préfère ne pas savoir.
A la dernière écluse pour aujourd'hui, l'éclusier m'apprend que je vais ramer quasiment exclusivement sur l'Oust jusqu'à Rohan. Wouha, ça va être du sport. Et il en rajoute en m'annonçant que de fortes précipitations sont attendues cette nuit : plus le niveau du cours d'eau gonflera, plus le courant contre sera fort. Dites, c'est quand Rohan déjà ??

Depuis hier, Maloku porte malheureusement trop bien son nom. J'ai une sale douleur à la fesse droite. Celle-ci m'oblige même à stopper. C'est la première fois. Je sors mon petit coussin de conception médicale, rescapé de l'épopée danubienne et ... haaaa, le soulagement complet.
Tellement soulagé que, béat de bonheur et oubliant de me retourner pour contrôler, je vais m'encastrer complètement (à 3 km/h) parmi les branches d'un aulne. Des feuilles et bouts de branches partout dans la cabine, faudra faire un coup de ménage ce soir. 

Je ne passe pas l'écluse suivante distante de 5 km de la précédente. Je m'arrête à St Congard, 1,5 km avant. Il faut que je trouve à recharger la batterie externe - ici il y a de l'humain - et j'en ai ma claque. J'ai du ramer 7 h et franchement cette après-midi c'était difficile.

Mes belges de voisins de ponton me rechargent la batterie, une fois.
Un protège-pif en carton de pâtisserie.
Quel bricoleur ce Renan !
Un protège-pif en carton de pâtisserie.
Quel bricoleur ce Renan !
Le petit nom bien trouvé, n'est-ce-pas, du troquet d'où je vous écris tout ça.
Le petit nom bien trouvé, n'est-ce-pas, du troquet d'où je vous écris tout ça.
Malestroit c'est pour demain, 9 km.
3 heures de rames ??

Mes voisins viennent m'offrir des crêpes faites vedette. De belges à breton ! C'est beau le voyage.
Petit oiseau, mon copain
On partage les délicieuses crêpes.
Petit oiseau, mon copain
On partage les délicieuses crêpes.
Commentaires
share posté le 09 juil.

Annabelle CG
18 messages
Parmi l'équipement ultra-sophistiqué que tu auras utilisé, une mention pour le carton à nez, juste après le masque en moumoute multicolore.
share posté le 13 juil.

Renan
25 messages
J'étais ce que l'on appelle suréquipé.

Actuellement

Carnets d'Aventures N°64