1 membre et 41 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Voir le carnet
Le Danube en canoe
Le Danube en canoe
100 jours
20
Notre premier voyage à deux canoës, à chacun son embarcation, à chacun ses méditations. Ce carnet est dédié à ma fille Amélie, parce qu'avant de partir j'avais, tout comme elle, sous estimé sa capacité à être vagabonde. A l'heure de dérouler ce carnet, elle n'attends que de repartir ensemble avec son canoë. Nous pensions que ce voyage serait bien différent de celui de 2017, effectivement il fut vraiment un cran au dessus, autant dans les émotions de notre relation père fille, qu'au travers des rencontres qui ont eu lieu. Le titre est aussi un hommage parce que sans ma fille, sans Israfil et Tarja, il y aurait moins d’émotions dans ce carnet. Ce carnet est aussi un cadeau de noël pour ma fille, parce qu'il n'est pas obligatoire de consommer à outrance pour lui démontrer que je l'aime. -------------------------- Our first trip to two canoes, to each his own boat, to each his meditations. This notebook is dedicated to my daughter Amélie, because before leaving I had, like her, underestimated her ability to be a vagabond. When she unrolls this notebook, she is just waiting to leave together with her canoe. We thought that this trip would be very different from that of 2017, indeed it was really a notch above, as much in the emotions of our father-daughter relationship, as through the meetings that took place. The title is also a tribute because without my daughter, without Israfil and Tarja, there would be less emotion in this notebook. This notebook is also a Christmas gift for my daughter, because it is not compulsory to consume excessively to show her that I love her.
Voir le carnet
Voilà c'est terminé, parce qu'un cadeau finit toujours par être déballé.
Pas de besoin de faire en sorte pour que tu ne m'oublies pas, tu seras à jamais ma fille parce que depuis toutes ces années, je ne suis que, 
ton père.
SupervagabondS au pays d'Israfil et Tarja
85 jours
705 km
167
     A Caroline et Gaël   De Besançon au Cap Nord… Chiche !   Partir en solitaire, un défi pour un si long voyage ! Ce sera mon plus long voyage. Si je cumule tous les kilomètres que j’aurai faits depuis mon premier coup de pédale il y a déjà quelques années, j’aurai bouclé environ 65000 km soit 60% du tour de l’Equateur.  J’ai traversé dix pays de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie, j’ai suivi le Rhin d’Andermatt à Rotterdam, j’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’une avec mon petits-fils, j’ai rejoint la côte atlantique par la Camargue, le canal des Deux Mers puis remontée jusqu’à Saint-Nazaire. Et début avril, en guise de reprise d’entraînement, j’ai aussi fait le tour d’Alsace, petite balade de 700 km… Enfin, pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles, petits moteurs qu’il faut indispensablement garder en forme, j’ai pris l’habitude de me rendre chez mes amis de Strasbourg, en Suisse… Et maintenant, quand Gaël m’accompagne, grand garçon de 5 ans, c’est dans sa remorque à vélo à pédales. Vertigineux ! Tous ces voyages ont été l’occasion de faire des rencontres magiques, découvrir des paysages magnifiques, avoir des surprises émouvantes. Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe, poète, artiste. Jepartage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Quelques-uns me disent que croiser une dame de mon âge -j’ai 68 ans- seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon. Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve quelques-unes de ces rencontres et je découvre d’autres cyclotouristes avec qui nous échangeons sur nos expériences. Mais le plus amusant et un peu flatteur aussi je l’avoue, c’est de lire dans le regard de certains l’étonnement, l’admiration et le respect. Parfois même, on me perçoit comme une personne perchée à l’âme romantique. Mais tous font preuve d’humanité, ils sont accueillants, aimables, généreux et surtout admiratifs ! Certaines amies m’ont attribué le terme de jeunior. D’autres sont subjuguées, rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif. Ma fille Caroline, qui sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques, me fait confiance et c’est important. De cette façon, je pars tranquille, l’esprit léger.  Quant à Gaël, mon petit-fils, adepte de cyclotouriste depuis nos échappées complices,  il sera penché sur les cartes à tracer mon parcours et à dessiner des campings et des restaurants ! Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père Noël au Cap Nord ! Cette année, j’ajoute à ma famille et mes amis, les résidents de l’Ehpad « Le village de la Croix Blanche » et les jeunes de l’association Paris de Besançon qui me suivront assidûment. Enfin, pour mon retour, fin août 2022, je sais que quand je prendrai l’avion à Alta, mes sacoches, mon cœur, ma tête -mes jambes aussi- seront pleins de souvenirs de rencontres, de paysages, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½.   
Voir le carnet
Vive le vélo
De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline
82 jours
36
Après plus de 900 km au podomètre et plus de 55km positifs à l’altimètre, nous sommes arrivés dans la ville d’Hendaye ce mercredi 26 août 2020 avec Ariane notre fillette, qui fête ses 1 an le 29! Partis le 9 juin de Montpellier en train vers Banyuls, notre petite famille a pris un dernier bain dans la mer Méditerranée avant de se lancer dans la longue traversée des Pyrénées en randonnée itinérante. Ariane avait alors 9 mois et presque 4 dents. À ce jour, elle a 1 an et 7 belles dents! Actuellement, nous sommes donc sur la côte Atlantique profitant d’un repos bien mérité, après avoir atteint l’Atlantique et baptisé Ariane dans l’Océan. Nous sommes également en train de convertir nos sacs de rando en sacoches de vélo pour repartir dans quelques jours pédaler d’Hendaye vers l’Iran en combinant vélo et randonnée. Au cours de cette première traversée, nous avons louvoyé entre GR10 (itinéraire français), HRP ( Haute Route Pyrénéenne passant par les crêtes et sommets) et GR11 (itinéraire espagnol) pour relier mer et océan sur une randonnée exigeante et engagée, en respectant deux seuls mots d’ordre : « confort » et « prudence ». Et ce, tout en combinant bivouac, autonomie alimentaire, portage, allaitement, couches lavables, minimalisme et protection de l’environnement. D’un point de vue purement physique, nos expériences communes dans le milieu de la grimpe et de la randonnée au long cours, nous ont offert de l’aisance de notre entreprise. C’est ainsi qu’au fil du parcours, nous nous sommes pris au jeu de réaliser quelques belles ascensions, à l’instar du Canigou, du Carlit, du pic d’Anie ou du petit Vignemale (3030m). Situés non loin de notre itinéraire, ils nous ont permis de prendre de la hauteur et profiter pleinement des paysages dans lesquels nous évoluions. Et, dans quelques jours, nous ferons volte-face pour pédaler vers l’Iran. Le projet complètement fou de traverser les Pyrénées avec bébé a été méticuleusement préparé. Il s’agit d’assurer une logistique impliquant couches lavables, allaitement et paquetage léger (tente, duvet, vêtement techniques) sans omettre la sécurité et le confort de chacun d’entre nous. Chaque équipement pèse 20 kg (Ariane incluse) et la petite Ariane qui prend des forces en cours de route atteignait au départ déjà 9kg. Nous alternerons de fait porte-bébé et sac de rando à tour de rôle pour diversifier le portage. Après une préparation matérielle et logistique de 10 jours dans le Haut Languedoc sur le GR 71, notre traversée aura durée 2 mois et demi. Deux mois et demi, au cours desquels nous avons alimenté quotidiennement un carnet de bord sur un ton léger et humoristique pour faire part de notre aventure à nos proches, aux amoureux de la montagne, et à de nombreux jeunes parents inspirés par notre vision de la parentalité. Un des objectifs que nous souhaitons atteindre en communiquant autour de ce voyage est de déconstruire les idées reçues et prétextes tous trouvés, les « Profitez-en, tant que vous n’avez pas d’enfant» que l’on nous sermonnait à chaque retour de voyage. Réfléchissant à nos envies, et écoutant nos cœurs, nous avons décidé de poser tous deux notre congé parental de droit (pour tous les français) jusqu’aux 2 ou 3 ans de notre fillette et ce, de manière concomitante pour profiter de ses précieuses premières années à ses côtés... pour poser les fondations de notre famille. Si tu souhaites davantage d’informations, nous avons une page Facebook avec photos et notre carnet de bord : https://www.facebook.com/2bikefree ——— Qui suis-je/sommes-nous!? Alizée, 29 ans, maman d’Ariane, Jérôme 30 ans, papa d'Ariane, Ariane 1 an En couple depuis 15 ans avec Jérôme, rencontré au lycée, et membre des 2 Bike 3. Ensemble, nous avons déjà beaucoup randonné à pied : GR20 GR5 TMB Et à vélo : Cordillères des Andes Montpellier-Séville Nous sommes aussi... Vélo taffeurs Et cyclistes depuis notre rencontre (au lycée, nous parcourions chacun une trentaine de km pour se retrouver tous les week-ends) Nous sommes également passionnés d’escalade. ---- 🦸 SUIVRE NOS AVENTURES 🦸‍♂️ ----- https://www.facebook.com/2bikefree  https://www.instagram.com/2bike3/ https://www.youtube.com/channel/UCmJQH-OErSlLR8TknbA76NQ  https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2020/08/21/traverser-les-pyrenees-a-pied-d-est-en-ouest-avec-un-bebe-c-est-possible,2728270.php
Voir le carnet
Rejoignez-nous sur Facebook et Instagram : nous repartons ce mois-ci d'Hendaye vers l'Iran à vélo!!
Traverser les Pyrénées à pied avec un bébé!! Projet 2020 des 2 Bike 3
79 jours
665 km
2
Voir le carnet
C'est d'ailleurs la couverture de ce carnet.
SupervagabondS - Révérence
70 jours
751 km
69