7 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Randonnée de 7 jours dans les Pyrénées au niveau de la vallée d'Aspe. La location des 2 ânes s'est faite à Etsaut (https://garbure.net/). Le transport au départ de la rando a été effectué par les propriétaires. Les 2 ânes ont servi au transport du matériel et de la nourriture sur les 3ers jours. A partir du 4ème jour, un des ânes portait de temps en temps les enfants à tour de rôle sur les chemins pas trop escarpés. Rando bivouac en autonomie alimentaire, même si nous avons fait finalement un petit complément de repas frais (légumes/fruits) à Lescun car on passait devant une épicerie. Il y a de nombreux points d'eau ce qui n'est pas un problème. Mais une vache à eau de 10L est bien pratique si le bivouac n'est pas à proximité d'une source. Les participants à la rando sont : Sébastien / 42 ans Perrine / 41 ans Maëlie / 10ans 1/2 Sarah / 9 ans Selyan / 6 ans 1/2 Chaque section correspond à une journée et la dernière est la description du matériel et des aliments pris pour les repas. La rando avec les ânes et les enfants se fait bien. Dans notre cas heureusement que les enfants marche bien car les Pyrénées ça grimpent (plus que le Vercors fait il y a deux ans) et il n'était pas possible pour eux de monter dessus car les ânes étaient chargés au début. Bien évidemment avec moins d'enfants, il y a moins de repas et d'eau à porter donc ce serait possible. A chacun de voir en fonction de l'âge et du poids des enfant et de leur nombre. Par contre 1 âne = 1 adulte pour les diriger. Souvent quand on évoque l'âne, on pense à tête de mule :-) Oui et non. Ils sont souvent de bonne composition, et s'ils n'avancent pas c'est qu'il y a une bonne raison. Une chose que nous avons compris, c'est qu'ils préfèrent marcher à la fraiche. Les après-midi sous la chaleur étaient souvent galère surtout si ça montait. Ils faisaient 20m et s'arrêtait dans la pente. Autant dire que ça casse sérieusement le rythme et que c'est fatiguant ! Ils sont aussi très gourmand et passe leur temps à croquer la moindre touffe d'herbe même en randonnant. Les rappels à l'ordre sont donc récurrents. L'avantage c'est qu'ils sont autonome, pas besoin de transporter de nourriture, éventuellement quelques friandises suivant les propriétaires. Et surtout il serait impossible sans eux de faire la même chose, car la charge portée n'est pas négligeable. Pour plus d'info et trouver un spot pour en faire, allez sur le site de la fédération française des ânes de randonnées : https://www.ane-et-rando.com/
Voir le carnet
2022-07-Rando pyrénnée avec 2 ânes
2022-07-Rando pyrénnée avec 2 ânes
7 jours
65.7 km
Tour du sommet des Monges sur 2 jours avec bivouac, en famille.
Voir le carnet
Tour du sommet des Monges sur deux jours avec bivouac
Tour du sommet des Monges sur deux jours avec bivouac
2 jours
12.9 km
par didier
1
En fin de restrictions sanitaires....sans vaccins ni peurs
Voir le carnet
Toulouse/Lisbonne/Ponta Delgada- décalage horaire de 2 heures.
LES ACORES en mode aventure de quinquagénaires
24 jours
par Ces42
Je suis rentré il y a quelques jours d’une traversée pédestre en solitaire des Balkans à la croisée des différents pays d’ex-Yougoslavie : de la Croatie à l’Albanie en passant par la Bosnie, le Monténégro, le Kosovo et la Macédoine du Nord. Au total j’ai marché 39 jours et parcouru 1300 km pour environ 60 000 m de dénivelés avec le minimum dans mon sac à dos (3,8 kg). L’idée était de prendre le pouls de ces jeunes pays qui gardent encore bien en tête les guerres d’indépendance terminées depuis 25 ans seulement. J’ai traversé des zones minées et des frontières interdites bien loin des sentiers battus. J’ai rencontré l’ours alors que j’étais seul en montagne. J’ai gravi les points culminants majeurs des différents massifs tel le Maja e Jezerce en Albanie quand l’hiver tardif en rendait difficile l’ascension. J’ai rencontré des locaux au cœur sur la main toujours là pour me venir en aide ou pour m’accueillir comme ce fut le cas par exemple en Albanie alors que j’étais cloué au lit et perfusé, affaibli par une dysenterie. J’ai vécu des moments formidables, catalysés par le fait d’aller seul, dormi et soupé chez l’habitant à de nombreuses reprises, passé des montagnes où le plus dur était d’arriver à s’arracher au paysage pour finalement débarquer à Tirana comme si j’émergeais d’un long et doux cours d’histoire géographie. On a tendance à amputer les Alpes du côté de la frontière slovène. Erreur ! Les pays balkaniques ne sont pas gangrénés et le massif se prolonge tout en beauté et en culture le long de la mer Adriatique. 
Voir le carnet
Grande traversée des Balkans à pied
Grande traversée des Balkans à pied
45 jours
1335 km
par jerem38
11