Une femme, un vélo, un tour d'Europe: partie 1/2

(réalisé) share(partager)
Je viens de terminer un tour d’Europe de plus de quatre mille kilomètres, seule.
Ceci avec un vélo de route sur lequel a été ajoutée une assistance électrique afin de prendre en charge le poids important des bagages étant donné que je suis une quinquagénaire sans entraînement avec des genoux déjà un peu fatigués.
"Ahhh, mais tu as un vélo électrique!" - "Non, j'ai une batterie que j'économise pour avoir la possibilité d'aller loin et qui m'aide pour soulager mes genoux et gérer le poids des bagages".
L'aventure - c'est quoi en fait? N’est-ce pas un ensemble d'activités et d'expériences qui comportent une forme de risque et qui vous mettent face à l'imprévu à et à vous-même ? A chacun sa façon de se dépasser. Il n'est pas nécessaire de grimper l'Everest, un tour d'Europe avec un vélo acheté sur le Bon Coin seule sans connaissances particulières en mécanique avec juste une tente, un téléphone et quelques cartes suffit. Et quoi qu'il arrive - avec ou sans aide - il faut pédaler et assurer...
Ainsi je suis partie en 2020 de Bordeaux en passant par la VélOdyssée, la Vélo Francette puis l’Eurovélo 6 jusqu’au lac de Constance. Vu que j’ai adoré ce type de voyage je suis repartie en août 2021 pendant deux mois et demie de Stuttgart en suivant l’Eurovélo 6 jusqu’à Negotin en Serbie.
Le retour vers la France a été une odyssée rocambolesque à travers la Bulgarie, la Grèce et l'Italie incluant des transports en commun locaux de tous genres et le déplacement à vélo dans des lieux parfois bien hostiles...
Du vrai voyage, quoi. Celui qui vous fait et non le contraire…
vélo de randonnée / vélo de randonnée
Durée : 116 jours
Distance globale : 1621km
Dénivelées : +4913m / -4525m
Alti min/max : 1m/469m
Carnet créé par Mica le 03 nov.
modifié le 30 nov.
250 lecteur(s) - 4

Le topo : Section 1 (mise à jour : 30 nov.)

Description :

https://www.lavelodyssee.com/
https://www.lavelofrancette.com/
https://fr.eurovelo.com/ev6
Ma position

Télécharger les traces et les points de ce carnet GPX , KML

Le compte-rendu : Section 1 (mise à jour : 30 nov.)

Ce voyage, j'en ai rêvé depuis que j'étais gamine. A l'origine, l'idée était d'aller jusqu'à la Mer Noire, d'être arrêtée par l'océan, d'aller au bout de l'Europe. Mais comme si souvent, une fois qu'on y est, les envies, les plans changent. On est modifié par ce qu'on vit.
Ce voyage a été d'une richesse phénoménale. Beaucoup de personnes m'ont demandé si je n'avais pas peur de partir seule. "Peur de quoi?" je répondais à chaque fois. Inconscience? Naïveté? Je ne pense pas. Les gens sont heureux de pouvoir aider. Ils sont accueillants. Et plus on va vers L'Est, vers des territoires plus pauvres, plus ils le sont. Par ailleurs je devais inspirer la pitié avec tout mon barda qui débordait de partout.
Je ne me suis jamais sentie "proie" mais, au contraire, beaucoup d'hommes notamment ont voulu se rendre utile, m'aider, prendre soin de moi. Ils étaient souvent touchants. Je les remercie notamment pour les coups de main quand j'avais des petits problèmes mécaniques où je n'avais pas le matériel nécessaire pour y palier par moi-même. Mais nombreuses sont les femmes aussi qui m'ont aidé à porter ce vélo si lourd ou à le mettre à l'abri pour la nuit. Je les amusais et je sentais de la fierté.
Car peu de femmes voyagent seules. Trop peu encore. 
Et il est temps que ça change, vous ne trouvez pas?

Section 1
Après ma première journée j'ai écrit dans mon carnet de voyage:

"Et voilà que je suis assise face au lac du Moutchik après une soixantaine de bornes à travers les faubourgs de Bordeaux, puis la piste cyclable a travers la forêt girondine puis des lotissements de vacances envahis par des nuages de moucherons.. J'en suis arrivée complètement crépie. Voilà, et ici c'est ambiance vacances et ça fait bizarre d'y être seule... Deux filles qui avaient monté leur tente un peu plus loin et qui m'ont vu ramper par terre pour préparer ma gamelle de bouffe m'ont proposé leur table de camping dans un élan de pitié. J'ai poliment refusé. Ce côté tellurique et de dépouillement me plaît bien."

Quand on voyage avec une aide électrique l'autonomie absolue n'est pas possible car il faut du réseau électrique. Par ailleurs je ne me sentais pas de dormir toute seule au milieu de nulle part que ce soit en France, en Autriche ou en Serbie... Alors comment dans ce cas rester proche de la nature dans un voyage authentique? Selon moi il s'agit déjà de bien choisir son camping et de privilégier des aires naturelles. Ceci peut s'avérer difficile dans certaines régions comme notamment en bord de mer. Néanmoins vu que le camping sauvage est fermement interdit (et traqué!) en Gironde et les Landes p.ex. en plein été à cause des risques d'incendie on n'a de toute façon pas le choix.. Par ailleurs je suis partie pour la première fois en été 2020 où les campings étaient quasiment déserts suite aux deux confinements et à la peur du Covid...
Section 1
Section 1
Section 1
Des kilomètres et kilomètres de plat entre la première ligne de dunes et la forêt de pins le long de la côte jusqu'à la pointe du Verdon. 
Section 1
Après le passage de l'estuaire de la Gironde en ferry. En route pour La Rochelle.
Section 1
J'ai décidé de me trimballer à l'avant du vélo un cube vaguement isotherme dans lequel je trimballais toute ma bouffe et divers ustensiles pour la popote. En Europe de l'Ouest il est facile de trouver de la nourriture bio. Le désavantage sont les emballages souvent en verre et donc lourds... Dans l'ensemble j'ai plutôt bien réussi à placer les contenants vides par la suite dans des poubelles prévues au recyclage. On en trouve partout sur le parcours.
Section 1
Dans les marais autour de Brouage
Section 1
Arrivée au port de La Rochelle
Section 1
Sur la Vélo Francette
Section 1
Au Marais Poitevin
Section 1
A travers la campagne française
Section 1
Au bord de la Loire
Section 1
Flûtreaux de la Loire
Section 1
Après Saumur on cycle à travers des villages troglodytes
Section 1
En Sologne
Section 1
Solitude...
Section 1
La beauté des paysages plats
Section 1
Nuit au bord du lac d'Aubigny
Section 1
En Sancerrois
Section 1
A plusieurs endroits des pont-canaux traversent la Seine et servent aussi de passage aux piétons et cyclistes. Plus tard j'ai eu l'idée de faire du bâteau-stop pour passer un immense complexe industriel. Ainsi je suis arrivée à Dôle par la voie d'eau, sur le Doubs.
Section 1
Le long du Doubs
Section 1
... le voyage itinérant, c'est le pied!
Section 1
En Alsace
Section 1
A Bâle. A partir de là je vais suivre le Rhin tantôt côté Suisse, tantôt côté allemand.
Section 1
Rien n'est plus réjouissant qu'une frontière qui n'en est pas une... 
Section 1
Section 1
J'ai passé beaucoup de ponts couverts en bois comme celui-ci...
Section 1
Les chutes du Rhin à Schaffhausen
Section 1
Diessenhofen. Le peuple du Rhin a une passion: c'est de se laisser dériver sur les flots du fleuve. Tout est bon, pourvu que ça flotte...!
Section 1
Le lac de Constance! Fin de la première partie.
Commentaires
share posté le 08 nov.

StfPetitCaillou
43 messages
Salut,
Bravo pour ton voyage
bravo pour ton rêve.
bravo pour ton osé.
bravo pour ton réalisé.

Est ce que tu peux nous indiquer tes parties coups de cœur a vélo ?
Qu'est ce que tu penses des tracés en terme de confort à vélo ?
Voies partagées / voies cyclables /
https://www.lavelodyssee.com/
https://www.lavelofrancette...
https://fr.eurovelo.com/ev6

stf.
De l autre côté....sur les chemins bleus... rouler bonheur !
share posté le 08 nov.

Mica
1 messages
Bonjour,
sur l'ensemble du parcours de cette partie (la seconde est en préparation...) voyager est facile et agréable. On voyage beaucoup sur de vraies pistes cyclables sinon sur de petites routes très peu fréquentées. Il y a énormément de choses à découvrir, voir, visiter, faire. Et trouver un camping est facile. On peut y voyager sans problème avec des enfants.
Mes coups de cœur? Difficile question. Les moments remarquables dépendent de l'état d'esprit dans lequel on se trouve à tel moment, de la météo, de la lumière, des rencontres... Deux personnes différentes n'auront pas la même expérience d'un lieu. Il faut se défaire du voyage où on cherche sans cesse le sensationnel, la façade éblouissante pour apprécier l'authentique, le peu, l'abîmé, le bancal, le brut en prenant le temps de voir la beauté. Pour donner un exemple plus précis: J'ai été choquée en arrivant en Croatie par les maisons abîmées aux impacts de balles, les ruines, les rues défoncées... Puis j'ai appris à voir les textures et matières dans les crépis, les détails touchants d'un début de décoration, d'effort d'embellissement. Et j'ai rencontré les gens. Et là, ça a été le flash.
La beauté est partout. Il faut juste arriver à la voir...
Mais bon. Je vous donne quand-même mes deux gros coups de cœur: Bâle et la partie supérieure du Rhin à partir de Schaffhausen: J'ai adoré le peuple du Rhin tourné vers son fleuve pour s'y baigner ou laisser dériver avec des embarcations de toute forme et toute taille, parfois juste un coussin gonflé, parfois avec musique et bière sur un radeau, une barque ou une licorne gonflable... Les uns sautent des ponts dans l'eau, les autres prennent l'apéro au bord dans les Biergarten. C'est joyeux, c'est festif, c'est génial.
share posté le 14 nov.

Mikado
13 messages
Bravo pour cette escapade, ton enthousiasme et ta positivité et pour la défense du voyage solo au féminin !
share posté le 30 nov.

aless
1 messages
C'est bien exactement mes petits périples à moi 15 j traversé des Vosges VTT et du Jura par la route 15 j je figure dans les trip merci à vous j'ai fait une petite parti Bâle. CONSTANCE. Belles photos et paysages cordialement Aless

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65