18 invités en ligne

De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline

De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline

(en cours)
     A Caroline ma fille et à Gaël mon petits-fils, 
 
De Besançon au Cap Nord… Chiche !
 
Partir en solitaire, un défi pour un si long voyage !
Ce sera mon plus long voyage. Si je cumule tous les kilomètres que j’aurai faits depuis mon premier coup de pédale il y a déjà quelques années, j’aurai bouclé environ 65000 km soit 60% du tour de l’Equateur. 
J’ai traversé dix pays de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie, j’ai suivi le Rhin d’Andermatt à Rotterdam, j’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’un avec mon petits-fils, au cours d'un tour de la France, j’ai rejoint la côte atlantique par la Camargue, le canal des Deux Mers puis remontée jusqu’à Saint-Nazaire et terminée par L’Eurovelo6 jusqu’à Besançon.
Et début avril, en guise de reprise d’entraînement, j’ai aussi fait le tour d’Alsace, petite balade de 700 km…
Enfin, pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles, petits moteurs qu’il faut indispensablement garder en forme, j’ai pris l’habitude de me rendre à vélo chez mes amis à Strasbourg, en Suisse… Et maintenant, quand Gaël m’accompagne, grand garçon de 5 ans, c’est dans sa remorque à vélo à pédales.
Vertigineux !
Tous ces voyages ont été l’occasion de faire des rencontres magiques, découvrir des paysages magnifiques, avoir des surprises émouvantes. Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe, poète, artiste. Je partage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Quelques-uns me disent que croiser une dame de mon âge -j’ai 68 ans- seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon. Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve quelques-unes de ces rencontres et je découvre d’autres cyclotouristes avec qui nous échangeons sur nos expériences.
Mais le plus amusant et un peu flatteur aussi je l’avoue, c’est de lire dans le regard de certains l’étonnement, l’admiration et le respect. Parfois même, on me perçoit comme une personne perchée à l’âme romantique. Mais tous font preuve d’humanité, ils sont accueillants, aimables, généreux et surtout admiratifs !
Certaines amies m’ont attribué le terme de jeunior. D’autres sont subjuguées, rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif.
Ma fille Caroline, qui sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques, me fait confiance et c’est important. De cette façon, je pars tranquille, l’esprit léger. 
Quant à Gaël, mon petit-fils, adepte de cyclotourisme depuis nos échappées complices,  il sera penché sur les cartes à tracer mon parcours et à dessiner des campings et des restaurants ! Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père Noël au cap Nord !
Cette année, j’ajoute à ma famille et mes amis, les résidents de l’Ehpad « Le village de la Croix Blanche » et les jeunes de l’association Paris de Besançon qui me suivront assidûment.
Enfin, pour mon retour, fin août 2022, je sais que quand je prendrai l’avion à Alta, mes sacoches, mon cœur, ma tête -mes jambes aussi, seront pleins de souvenirs de rencontres, de paysages, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½. 
 
vélo de randonnée
Quand : 15/05/22
Durée : 106 jours
Distance globale : 5638km
Dénivelées : +26238m / -26332m
Alti min/max : -1m/488m
Carnet publié par Jacqueline25 le 09 mai
modifié le 29 août
3813 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : Section 11 du 3 juillet au 8 juillet (mise à jour : 06 juil.)

Distance section : 376km
Dénivelées section : +3862m / -3854m
Section Alti min/max : 0m/488m

Description :

Floro - Selje - Kristiansed

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 11 du 3 juillet au 8 juillet (mise à jour : 06 juil.)

Dimanche 3 juillet 2022
Jour 48
70km
« Ahhhh ! Selje… »
De nombreux tunnels jalonnent mon étape d’aujourd’hui. La réceptionniste de l’hôtel me dit que le tunnel à la sortie de Forde est interdit aux vélos, qu’il faut prendre le bus. Je ne tergiverse pas, cette étape se fera en bus avec un départ à 6 h30. 
En une heure de bus, ce qui correspond à 10 heures de vélo je suis à Floro. Je me rends à son magnifique camping tout en terrasses, « trempée jusqu’aux os » sous 13 degrés, car pour trois kilomètres je n’ai pas pris la peine de me couvrir de mes vêtements imperméables. De petits chalets sont installés au milieu des arbres. La vue donne sur la mer. Je suis accueillie par Hadrien qui m’offre un immense café. Mes étapes à venir me causent un peu d’effroi car les  dénivelés oscillent entre 2 500 et 3 000 mètres pour des parcours de 70 kilomètres. Je décide de prendre le ferry aujourd’hui pour remplacer mon étape de demain. Le gentil Hadrien m’indique les horaires et m’emmène dans sa Tesla pour repérer les lieux de l’embarcadère car il est difficile à trouver. Lorsque je lui dis que j’ai tout le confort en France, une maison, une voiture dans le garage, une famille et que je suis ici en habit de vélo à pédaler dans ces montagnes de fjord, sous la pluie et le froid de surcroît depuis plusieurs jours, il hurle de rire !!!
J’attends une bonne partie de la journée dans la petite salle à manger du camping. J’en profite pour passer Madauphine à la douche ; le parcours hors la loi d’hier l’oblige, j’huile la chaîne et vérifie quelques serrages, inutiles d’ailleurs. Je démonte le câblage de la Dynamo qui n’alimente plus mon éclairage. Ouf ! Cela refonctionne.
Un monsieur Allemand, Harald, prend le temps de discuter avec moi. Après être passé par la Suède, il passe ses vacances sur la côte norvégienne. Il connaît bien Limoges dans le Limousin car sa ville est jumelée avec. Il a d’ailleurs fait un voyage de 1 500 km à vélo là-bas,  mais sans bagage. Il m’invite à déjeuner et à boire un café, je n’ai plus d’heures pour m’alimenter et je viens de prendre un petit-déjeuner. Il connaît bien les dénivelés qui m’attendent et lorsque je lui dis que je vais prendre le ferry, il me fait une recherche internet depuis son camping-car pour trouver une compagnie qui peut me faire faire un grand saut par un ferry de croisière, pas simplement un petit saut comme je l’envisageais.
Merci à Hadrien, à Harald pour leur sollicitude à mon égard. Cela m’avait manqué ces derniers jours depuis que, esseulée, je pédale au dessus des fjords norvégiens. 
Plus tard ….
J’attends toujours mon ferry. L’information d’Hadrien n’était pas bonne. Le ferry partait pour Bergen. Je vais partir à 19h55 pour Selje. Si j’attends le bateau de croisière à 2h45 pour Alesund et qu’il me refuse car je n’ai pas de billet, je resterai ici au milieu de la presque nuit sans hébergement.
Je dois tenir compte des horaires ici, ce n’est plus comme aux Pays-Bas où les ferrys nous voient de l’autre côté de la Meuse et viennent nous chercher.
Le ferry ressemble à un aéro-glisseur avec un intérieur ressemblant à celui d’un avion. Il va vite et 1h45 après et environ une centaine de kilomètres ou plus qui correspond à la moitié de la route côtière, j’arrive à Selje à 22 heures.
Les gens dans le ferry sont sympathiques regardent ma carte sur laquelle est tracée une petite partie de mon parcours, inspecte mon vélo pour trouver une assistance électrique et rient lorsque je leur dis qu’il est musculaire et que je vais au Cap Nord.
Le village de Selje… enfin un vrai village avec des rues, un coiffeur, un minimarché, un pub-café avec des guirlandes de Noël illuminées aux fenêtres et le petit camping tout mignon avec pour la première fois que je pédale en Norvège : une petite tente et son vélo Farrahd de fille, une terrasse et sa cafétéria. Tout est fermé  lorsque j’arrive et la cyclotouriste dort  déjà. On peut imaginer que je fais une fixation là-dessus, mais lorsque l’on est privé de relations sociales et surtout aussi lorsque le cerveau n’est pas occupé par la lecture, la musique, la radio, le cinéma … un café, un restaurant sont des lieux  privilégiés où le lien, la sociabilité reprend son espace. Pour un cyclo-voyageur solitaire au long court, la rencontre est donc fondamentale et retrouver un autre cyclo voyageur remplit de joie.

Floro. Gaël a beaucoup aimé ce voilier.
Floro. Gaël a beaucoup aimé ce voilier.
Floro. Ce n’est pas mon ferry.
Floro. Ce n’est pas mon ferry.
Voici l’intérieur du ferry qui m’amènera à Selje
Voici l’intérieur du ferry qui m’amènera à Selje
La météo annonce 4 jours de pluie.
La météo annonce 4 jours de pluie.
Maloy
Maloy
À Selje les prairies sont posées sur les maisons
À Selje les prairies sont posées sur les maisons
C’est le premier que je vois depuis Bergen
C’est le premier que je vois depuis Bergen
Le camping de Selje et son drapeau contenant tous les drapeaux européens. Quelle belle idée !
Le camping de Selje et son drapeau contenant tous les drapeaux européens. Quelle belle idée !
Un coin jeux pour les enfants dans le camping
Un coin jeux pour les enfants dans le camping
Réception, cafétéria, sanitaires, cuisine, buanderie et exceptionnellement DEUX TENTES ET SES VÉLOS !!!!
Réception, cafétéria, sanitaires, cuisine, buanderie et exceptionnellement DEUX TENTES ET SES VÉLOS !!!!
Lundi 4 juillet 2022
Jour 49
15 km
« En apprendre plus sur la Norvège »
Je reste une journée à Selje.
Eva replie son camp ce matin. Elle vit à Ulm une très jolie ville en Allemagne située sur le Danube. J’y suis passée lorsque j’ai suivi le Danube à vélo jusqu’à la mer noire. C’est son premier long voyage. De l’Allemagne elle rejoint Trondheim. Elle a fait tout le sud de la Norvège à vélo. Le sud est encore plus difficile. Elle a été agréablement surprise ce matin de découvrir ma tente, a contrario des autres jours où seule sa tente était plantée. Elle a un peu essayé le camping sauvage dans la forêt, mais cela ne lui convient pas trop. Elle a acheté avec bien des difficultés son vélo Fahrrad. Ce fut aussi mon cas, Fahrrad  n’arrive plus à s’approvisionner en matériel shimano. C’est son premier voyage avec et comme moi elle est enchantée de cette acquisition.
Je pensais les trouver plus au nord. Mais non ! Elles sont déjà là ! Elles sont à pied d’œuvre sur mon visage. Je suis un véritable festin ce matin pour les midges. Je verrai ensuite dans le miroir les innombrables points rouges sur mon front. 
Ce ne sera pas le top niveau style vestimentaire, mais j’ai un filet anti-moustique que je peux placer sur ma visière à long bord. Dorénavant je mettrai ma moustiquaire avant de sortir de ma tente le matin. 
Je pars à la découverte de Selje. Je commence par un thé au pub des guirlandes de Noël. 
Je vais ensuite au Syndicat d’initiatives, bon ! Office du tourisme maintenant. Daniel travaille ici. Tout naturellement nous nous installons pour discuter, mon traducteur entre nous. Il habite à  Volda et fait des études pour travailler à la maternelle. La maternelle ne fait pas partie de la scolarité obligatoire. Le jardin d’enfants n'est pas obligatoire, mais les communes sont tenues d'offrir des places à tout enfant de plus d'un an dont les parents le demandent.
Nous devons être un rare pays à avoir le premier  cycle scolaire obligatoire dès 3 ans jusqu’à 11 ans.
Mon voyage l’intéresse. Il me pose beaucoup de questions. Il me parle de la Norvège, de son habitat, des paysages, de la tristesse de la population lorsque la pénombre apparaît pour les longs mois d’hiver. 
En effet, la littérature nordique décrit bien cet état dépressif chez les gens du Nord. 
Il me montre une vidéo de son appartement dans lequel il vient d’emménager, surtout la terrasse depuis laquelle il a une vue splendide sur le fjord de  Voldsfjorden. Cet aimable jeune garçon me dit s’asseoir et contempler cette magnifique nature ; les Norvégiens sont très proches de leur nature.
La belle maison dans laquelle on a logé l’office du tourisme est un don récent des religieux. Elle a été rénovée par la municipalité. Cette maison est un lieu de rendez-vous pour les habitants et elle se visite. Selje est un village vivant, quelques constructions en bois au centre abrite un club nautique, une petite cafétéria, avec surtout des « cochonneries » à manger et à boire. On se sert et on paie avec son téléphone. Personne n’est présent, c’est ainsi sur les ferrys.
Daniel me parle aussi de Selje, le village de 1 800 habitants, touristique car sur la petite île de Selja à 15 minutes de là, le plus ancien monastère du pays, construit par des moines bénédictins au début de XIIe siècle se visite en l’honneur de St. Sunniva.  Il n’en reste que des ruines. C’est aussi le plus petit diocèse au monde. On y déguste aussi une eau curative. (Je ferai l’après-midi cette petite visite guidée, agréable, de deux heures). 
Daniel a commencé l’apprentissage du français depuis une semaine, je lui donne son deuxième cours sur les mots d’usage. Il a autant de difficultés pour la prononciation en français que moi dans la prononciation en Norvégien. 
Surprise ! Devant la Coop des enfants virevoltent sur leur vélo. Ces derniers sont très rares sur cette côte de dentelle et pentue depuis Bergen. 
Les petits supermarchés ont l’air d’avoir remplacé les épiceries, les boulangeries, les boucheries… je vais encore parcourir longuement et longtemps la Norvège, je pourrai au fur et à mesure en apprendre plus. 

J’ai situé Selje
J’ai situé Selje
Eva prête à partir.
Eva prête à partir.
La maison de l’Office du tourisme
La maison de l’Office du tourisme
Le pub
Le pub
Selje
Selje
Selje
Selje
La plage au centre de Selje
La plage au centre de Selje
Son église construite en 1865
Son église construite en 1865
Quatre panneaux scolaires des quatre saisons la décorent
Quatre panneaux scolaires des quatre saisons la décorent
Les bancs sont rembourrés
Les bancs sont rembourrés
Ce sont des cabanes pour les bateaux
Ce sont des cabanes pour les bateaux
L’église et ses cabanes à bateaux
L’église et ses cabanes à bateaux
Selje
Selje
Le monastère de Selja
Le monastère de Selja
Commentaires