17 invités en ligne
Une via ferrata en altitude dans les Dolomites de Brenta qui se parcourt sur plusieurs jours ! Ce n'est pas l'image que nous avons depuis la France d'une via ferrata. C'est cependant plus la philosophie que l'on rencontre dans les Dolomites (l'origine des vie ferrate). Les via sont une sécurisation d'un passage alpin logique. Quand on regarde ces montagnes impressionnantes, on se demande où va passer le sentier ! Grace à un cheminement astucieux, et avec l'aide de câbles, d'échelons et d'échelles, l'itinéraire se faufile dans les faiblesses naturelles des parois. Le résultat est vraiment classe. Les paysages uniques.  Il est interdit de bivouaquer dans les Dolomites de Brenta (parc) cependant on peut le faire à côté des refuges, ce que nous avons fait. La via est très bien équipée dans l'ensemble. Pour quelqu'un ayant le pied montagnard et une expérience en escalade, elle ne présente pas de difficulté par beau temps sans vent. La partie présentée en bonus (5ème section), qui peut se faire pour rejoindre le haut de Grostè et la Via Delle Bocchette, présente en revanche des passages assez expo non protégés par des câbles, certaines zones sont brochées et peuvent être assurées avec une corde et des dégaines. Cette partie demande d'avoir un réel pied montagnard pour ne pas la "subir" (et des conditions météo clémentes). Matériel spécifique : un baudrier, une longe de via, éventuellement crampons, nous avons pu contourner les petits glaciers, ou franchir de petits passages où il était crépi de cailloux, façon papier de verre. Donc pas eu besoin de chausser les crampons, mais l'année 2022 a été particulièrement sèche. Une année plus "normale", il doit rester des névés où les crampons voire un piolet pourraient être utiles. La glace que nous avons vue était de la glace vive parsemée de pierres. On a croisé des personnes tenter de les traverser pour éviter le dénivelé et/ou ne pas marcher dans les moraines très instables, et l'un d'eux a glissé et s'est fait un peu mal, contusions au visage... Bref, il faut quand même être vigilant. Ne sachant pas les conditions qu'on allait rencontrer, en plus du matos de bivouac, nous avions : un brin de corde de 15m, des dégaines, piolet et crampons, et même une broche à glace ;-). On aurait donc pu être bien plus légers :-). Les sacs pesaient 11kg avec l'eau ce qui reste raisonnable. À noter que nous avons planté la tente aux abords des refuges mais pris nos diners dans lesdits refuges. Eau : on croise peu de sources, on peut recueillir de l'eau aux abords des glaciers, mais dans l'ensemble il y a peu d'eau, il faut en prendre une bonne quantité avec soi. Et dans une partie des refuges, l'eau n'est pas potable ; on peut y acheter des bouteilles d'eau minérale (environ 3€ le litre). Taille des sections : on peut globalement faire ce trajet en morcelant davantage et ainsi faire de plus petites journées. Il y a de nombreux refuges qui permettent de couper le parcours.
Voir le carnet
Via Ferrata Bocchette
Via Ferrata Bocchette
6 jours
51.5 km
par Olivier
6
Un beau voyage à vélo de 3 semaines en Arménie avec nos 3 enfants de 6, 9 et 11 ans, à la découverte d'une terre sauvage, accueillante et riche en histoire. Alternance de sommets, de hauts-plateaux, de lacs et de plaines, le tout ponctué de nombreux monuments chargés d'histoire et d'un accueil incroyablement chaleureux du peuple arménien. Notre séjour s'est décomposé en 5 grandes étapes : Du lac Akna au monastère de Géghard : au programme, montagne, "randonnée vélo" dans les hauteurs, visite du superbe monastère rupestre de Geghard classé à l'Unesco. De Géghard à Noravank, en passant par Khor Virap et la plaine de l'Ararat : deux sites magnifiques, au pied de l'Ararat pour l'un, dans un superbe cirque de falaises pour le second. De Noravank à Dilidjan en passant par le plateau de Sevan : la découverte du col de Selim et de son caravansérail, puis le lac Sevan, l'un des plus grands lacs d'altitude au monde, avant de passer deux nuits reposantes dans la petite Suisse arménienne de Dilidjan. De Dilidjan à Erevan, en passant par le haut-plateau de l'Aragatsotn : la découverte du superbe monastère d'Haritchavank, puis l'immersion au sein d'une Arménie rurale et accueillante. Quelques jours de visite à Erevan : capitale de contraste haute en couleur et en histoire. Au bilan : - 400 km parcourus à vélo, 200 km en stop ou fourgon  - Un pneu éclaté en raison de la chaleur, 2 crevaisons, une dizaine de plaquettes de freins changées (!), pas de casse matérielle - De bonnes averses et quelques orages, notamment dans les Geghamas et sur le plateau de Sevan - Une bonne dizaine de pastèques offertes sur le bord des routes, des tomates, des prunes, et autres fruits ! Les points positifs : - Des dizaines et des dizaines de rencontres avec des Arméniens nous accueillant comme des membres de leur famille - Des échanges qui nous ont convaincu de la force de caractère des Arméniens, dans un contexte de guerre et d'incertitudes sur l'avenir : quel exemple d'espérance et de courage ! - Une terre riche de paysages magnifiques, des territoires préservés et sauvages - Un pays qui ne connait pas encore tourisme de masse et ses ravages  - Les monuments historiques superbes et variés qui ont ponctué notre itinéraire - Un pays attractif pour les enfants, à la fois en raison des visites, mais aussi des paysages et de l'accueil de la population - La facilité à trouver des lieux de bivouac dans les zones sauvages - L'accès à des points d'eau et à de petits commerces dans tous les villages - et beaucoup d'autres encore ! Les points négatifs : - Une présence de chiens un peu trop nombreuse au goût des enfants (même si nous n'avons jamais eu de vraie frayeur) - Quelques ondées sur le plateau de Sevan, mais bien équipés ça n'est pas un problème - Difficultés à se ravitailler en matériels/pièces pour le vélo (il suffit de prévoir un minimum de pièces d'usure!) - Donc, au final, pas grand chose ! -------- Mais surtout, l'Arménie, c'est un pays au patrimoine incroyable, aux paysages saisissants et grandioses. C'est un pays à l'histoire mouvementée qui a façonné un peuple doté d'une grande espérance et d'une grande générosité. Un voyage en Arménie, c'est un voyage qui ne laisse pas indifférent et que l'on garde en mémoire toute sa vie. N'hésitez pas à me contacter si vous projetez un voyage en Arménie, je vous répondrai avec plaisir! Merci aux familles TSAGA et Dagicour, à Cansucre et d'autres encore, qui nous ont tant inspirés !
Voir le carnet
Au coeur de l'Arménie en famille
Au coeur de l'Arménie en famille
21 jours
653 km
par Elac
31
Voir le carnet
C'est d'ailleurs la couverture de ce carnet.
SupervagabondS - Révérence
70 jours
751 km
85
Notre premier voyage à deux canoës, à chacun son embarcation, à chacun ses méditations. Ce carnet est dédié à ma fille Amélie, parce qu'avant de partir j'avais, tout comme elle, sous estimé sa capacité à être vagabonde. A l'heure de dérouler ce carnet, elle n'attends que de repartir ensemble avec son canoë. Nous pensions que ce voyage serait bien différent de celui de 2017, effectivement il fut vraiment un cran au dessus, autant dans les émotions de notre relation père fille, qu'au travers des rencontres qui ont eu lieu. Le titre est aussi un hommage parce que sans ma fille, sans Israfil et Tarja, il y aurait moins d’émotions dans ce carnet. Ce carnet est aussi un cadeau de noël pour ma fille, parce qu'il n'est pas obligatoire de consommer à outrance pour lui démontrer que je l'aime. -------------------------- Our first trip to two canoes, to each his own boat, to each his meditations. This notebook is dedicated to my daughter Amélie, because before leaving I had, like her, underestimated her ability to be a vagabond. When she unrolls this notebook, she is just waiting to leave together with her canoe. We thought that this trip would be very different from that of 2017, indeed it was really a notch above, as much in the emotions of our father-daughter relationship, as through the meetings that took place. The title is also a tribute because without my daughter, without Israfil and Tarja, there would be less emotion in this notebook. This notebook is also a Christmas gift for my daughter, because it is not compulsory to consume excessively to show her that I love her.
Voir le carnet
Voilà c'est terminé, parce qu'un cadeau finit toujours par être déballé.
Pas de besoin de faire en sorte pour que tu ne m'oublies pas, tu seras à jamais ma fille parce que depuis toutes ces années, je ne suis que, 
ton père.
SupervagabondS au pays d'Israfil et Tarja
85 jours
705 km
168
Voir le carnet
La cascade du Fouillet : plus beau spot de pique-nique de tout mon périple !
La traversée des Pyrénées par le GR10, entre autres !
39 jours
810 km
par Béryl
29
LE FILM DE CE VOYAGE EST VISIBLE ICI:  Facebook : SupervagabondS en Scandinavie 3 mois et demi de canoë en Finlande en autonomie complète avec un drone et une petite incursion en Russie qui nous a valu d’êtres soustraits de notre liberté par les gardes-cotes Finlandais... Cependant nous avons rencontré tellement de gens bienveillants, gentils et curieux à notre égard que nous considérons ce voyage comme un cadeau de la vie.  Nous avons aussi croisé un lynx; Sans images du félin, nous n'aurions rien dit ! De mi Mai à fin Juillet nous avons parcouru plus de 1200 km de canoë et apprécié une centaine de kilomètres de portages à travers des parcs nationaux, de lacs immenses en rivières minuscules aux marais envoûtants.  Jusqu'à la rencontre d'une famille Finlandaise qui bouleversera le cours de notre voyage, sa finalité et aussi un peu de notre vie.  Le mois d’Août s'est déroulé autour d'une cabane/sauna au bord d'un lac, qui nous a été prêtée sans limite de durée et à laquelle nous pouvons revenir comme bon nous semble ! L'étranger est notre frère; L'homme qui vient de bien loin est notre parent. - Proverbe Finlandais - 3 and a half months of canoeing in Finland in complete autonomy with a drone and a small incursion in Russia which has earned us from being removed from our freedom by Finnish rangers ... However, we have met so many caring, kind and inquisitive people that we view this trip as a gift of life. We also crossed a lynx; Without images of the feline, we wouldn't have said anything ! From mid-May to the end of July we traveled more than 1200 km of canoe and enjoyed a hundred kilometers of portages through national parks, from huge lakes to tiny rivers to mesmerizing marshes. Until the meeting of a Finnish family that will upset the course of our journey, its purpose and also a little of our life. The month of August took place around a cabin / sauna at the edge of a lake, which has been lent to us for no time and to which we can return as we wish ! The stranger is our brother; The man who has come a long way is our parent. - Finnish proverb -
Voir le carnet
L'art existe pour combler nos manques de conceptions.
SupervagabondS en Suomi
105 jours
1215 km
296
Des sources des Saladis aux Martres-de-Veyre sur l'Allier jusqu'à Blois sur la Loire. Soit 436.78 km en 17 jours et un jour de repos - 25.69km /jour   Partir le long du fil de l'eau sans objectif précis. Pour aller voir l'océan peut-être ? Le temps nous manquera, n'étant pas trop au fait de notre vitesse de progression, mais qu'importe le flacon, nous nous sommes enivrés d'oiseaux, de plages de sable, d'îles sauvages, de couchers de soleil, de baignades. Participants 2 adultes Alex et Anne et un chien Joon, 45kgs,  un Berger Blanc Suisse Liste complète du matériel Ici Matériel important emporté - Kayak Gumotex Seawave - idéal pour la rivière, pour le transport en train et suffisamment confortable et solide pour le chien - un réchaud à bois - le bois est un combustible que l'on trouve partout, seul bémol, la difficulté pour l'utiliser sous la pluie et en camping. C'était notre première utilisation et nous ne l'avons pas regretté tant c'est sympa de pouvoir mijoter quelques plats. - un E-book - pouvoir emmener plein de livres sans se soucier ni de l'encombrement ni du poids et idéal pour les myopes - impossible de s'en passer. - un panneau solaire pour recharger les APN et les téléphones - une gonfleur électrique pour gonfler les kayaks au départ, pompe que nous laisserons à la voiture, pas indispensable mais très pratique. Prévoir évidemment un gonfleur manuel. - une pompe de cale pour retirer l'eau dans les kayaks - un tarp – indispensable pour se protéger du soleil ou s'abriter de la pluie. Il sera un abri rassurant pour notre chien en cas de pluie ou de feux d'artifice. - un filtre à eau à pompe pour rendre l'eau potable. Nous n'en avions pas cette fois-ci mais la corvée d'eau est parfois mission. A envisager. - un chariot léger en bois Nautiraid pour les portages et pour facilité le transport du kayak dégonflé pour le retour en train. - une pagaie de secours. Livres - Guide pratique pour la Loire : La Loire, vue du fleuve JF Souchard, le Canotier - Lecture pour accompagner la descente : Aventures en Loire 1000 km à pied et en canoë  Bernard Ollivier, Phébus Réserves naturelles - Réserve naturelle du Val d'Allier http://www.reserves-naturelles.org/val-d-allier (J5) - Réserve naturelle du Val de Loire http://www.reserves-naturelles.org/val-de-loire (J10) Etapes J1 - Des Martres-de-Veyre à Pont-du-Château (24.68 km)    * rapide mouvementé à Pont-du-Château J2 - De Pont-du-Château à Vinzelles (20.4 km)    * un portage au seuil dit des Madeleines    * une 2e portage au seuil du pont de l'autoroute A89    * un rapide à traverser 2km avant Joze J3 - Jusqu'aux portes de Vichy (29.3 km) J4 - De Vichy à Créchy (22.5 km)    * Long portage au barrage de Vichy en rive gauche J5 - De Créchy au camping de Châtel-de-Neuvre (24 km)    * Réserve naturelle du Val d'Allier J6 – Du camping à Moulins (25.9 km)    * Seuil au denier pont de Moulins en rive gauche J7 – De Moulins au Veurdre (31.2 km) J8 - Du Veurdre à Varennes-Vauzelles (36.9 km)       Confluence entre le Loire et l'Allier au Bec d'Allier    * Le barrage de l'écluse des Lorrains à droite    * Pont canal du Guétin à gauche J9 - De Varennes à la Charité-sur-Loire (16.8 km) J10 - De la Charité-sur-Loire à Cosne (28.4 km)    * Réserve naturelle du Val de Loire J11 - De Cosne-sur-Loire à Châtillon (32.4 km)    * Centrale nucléaire à Belleville-sur-Loire (portage au barrage en rive droite) J12 - De Châtillon à Saint-Père-sur-Loire (30.3 km)    * Centrale nucléaire de Dampierre – passage en rive gauche J13 - De Saint-Père à Jargeau (35.5 km) + un jour de repos à Jargeau J14 - De Jargeau au Loiret (27.5 km) J15 - Du Loiret au camping de Beaugency (16.9 km) J16 - De Beaugency à St Dyé (20.1 km)    * Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, portage à droite J17 - De Saint Dyé à Blois (14 km)
Voir le carnet
L'Allier et la Loire en kayak gonflable avec un chien
L'Allier et la Loire en kayak gonflable avec un chien
18 jours
463 km
par Anne
16