6 invités en ligne

L’estomac dans l’Italie - gravel et gourmandise dans les Alpes

(réalisé)
Après le trek improvisé quelques semaines plus tôt, voilà le gravel inattendu, toujours chez nos voisins italiens. Une météo parfaite et des paysages incroyables, à portée de roues de la maison. Et surtout, une bonne dose de gourmandise. Le genre de voyage où je me demande légitimement si je roule pour manger, ou bien je mange pour rouler ?
gravel
Quand : 10/08/23
Durée : 6 jours
Distance globale : 608km
Dénivelées : +17345m / -17121m
Alti min/max : 414m/2730m
Carnet publié par Anthony le 09 nov. 2023
modifié le 09 nov. 2023
Mobilité douce
C'est possible (ou réalisé) en train
Précisions : Cette boucle peut se faire au départ d'Embrun, Eygliers, ou même Briançon (en passant par le col d'Izoard). Ces trois villes sont desservies par la ligne de TER Marseille-Briançon.
Coup de coeur ! 1054 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : Direction l'Italie (mise à jour : 09 nov. 2023)

Distance section : 257km
Dénivelées section : +7651m / -6718m
Section Alti min/max : 608m/2730m

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Direction l'Italie (mise à jour : 09 nov. 2023)

Fin juillet, je stoppais prématurément mon trek sur le tour des Géants à cause d’une blessure au tendon d’Achille. Après quelques jours de pause, le bilan est quelque peu… étrange ! En résumé : je n’ai aucune douleur pied nu, même en marchant, sautant, etc… Mais dès que j’enfile une chaussure “normale”, la douleur revient immédiatement.

Par miracle, un paire de sandales choisies une demi-pointure au-dessus de ma taille (volontairement, pour le packraft) me permettent de faire du vélo sans ressentir la moindre douleur. En attendant de passer une échographie, mon médecin n’oppose aucune contre-indication quant à mon désir de partir à vélo. Au sortir de la consultation, j’ai donc une semaine libre… et si j’allais pédaler en sandales-chaussettes ? Par ces températures estivales, je ne risque pas d’avoir froid aux pieds !

Littéralement laissé sur ma faim par mon trek valdôtain inachevé – aux airs d’alibi pour déguster toutes les spécialités plus ou moins locales –, je lorgne cette fois chez nos voisins piémontais pour dessiner un nouvel itinéraire qui fera la part belle à la découverte gustative. Et pourquoi pas rejoindre Nice, en restant en altitude pour fuir la chaleur pesante des vallées ? Comme fin juillet, le départ est joyeusement précipité : je quitte la maison sans nourriture dans les sacoches, direction l’Italie, l’estomac dans les talons.
Gorges du Guil.
Gorges du Guil.
Une seule montée me sépare de l'Italie : le col Agnel.
Une seule montée me sépare de l'Italie : le col Agnel.
Dernier coup d'oeil versant français.
Dernier coup d'oeil versant français.
Avant d'atteindre le col, supervisé par le mont Viso.
Avant d'atteindre le col, supervisé par le mont Viso.
Descente côté italien.
Descente côté italien.
Ravioles du Val Varaita, qui n’ont rien à voir avec les ravioles du Dauphiné !
Ravioles du Val Varaita, qui n’ont rien à voir avec les ravioles du Dauphiné !
Gateau à la noisette.
Gateau à la noisette.
Sur les conseils des collègues, je m’arrête dans un restaurant, juste à temps pour le dernier service. L’établissement fait aussi office d’épicerie, avec moult produits locaux irrésistibles ! Cependant, les pâtes fraîches sont vendues par portion de 500 grammes : un format qui ne convient ni à mes sacoches trop petites, ni aux températures actuelles trop élevées. Après un dialogue de gesticulations – ni la vendeuse ni moi sachant parler la langue de notre interlocuteur –, ils me proposent de préparer une petite boîte individuelle de ravioles fraîches (les mêmes qui m’ont été servies ce midi). Une bien gentille attention de leur part. J’entame donc la dernière et longue montée de la journée avec l’eau à la bouche : le repas du bivouac promet d’être excellent !
Routes perchées.
Routes perchées.
Ciel exceptionnel au bivouac.
Ciel exceptionnel au bivouac.
Festin du soir.
Festin du soir.
Réveil en douceur.
Réveil en douceur.
Et une tarte aux noisettes pour le petit déjeuner.
Et une tarte aux noisettes pour le petit déjeuner.
À partir du deuxième jour, le bitume laisse place à une piste d’altitude panoramique. Celle-ci donne le ton, en alternant d’agréables mais courtes portions lisses, et d’interminables secteurs caillouteux que je qualifie volontiers de machines à laver. J’en ressors les bras lessivés d’ailleurs. Mais quelle fabuleuse ambiance ici, baigné dans d'une lueur matinale somptueuse.
C'est beau, mais ça secoue les bras !
C'est beau, mais ça secoue les bras !
Piste balcon.
Piste balcon.
Avec un tel nom, je suis obligé de m'y arrêter !
Avec un tel nom, je suis obligé de m'y arrêter !
Le croissant est fourré au Nutella :)
Le croissant est fourré au Nutella :)
Après une belle traversée en balcon, l’itinéraire descend sur Dronero, point d’entrée du val Maïra. J’y savoure un deuxième petit déjeuner avec quelques viennoiseries typiques, puis je remplis mes sacoches de bonnes victuailles en vue d’un nouveau festin le soir venu. Mon souhait est désormais de rejoindre le secteur de la Gardetta et son réseau de pistes et col d’altitude, presque 2000 mètres plus haut. Sur le papier, c’est un des endroits qui m’a motivé à venir rouler côté italien : d’anciennes pistes militaires au passé lourd d’histoire qui serpentent entre plateaux et cols alpins. En plus, la circulation y est réglementée : les véhicules motorisés sont totalement interdits du 5 au 20 août, parfait !
En vallée, les mûres sont déjà mûres.
En vallée, les mûres sont déjà mûres.
La route prend de l'altitude.
La route prend de l'altitude.
Puis laisse place à une piste.
Puis laisse place à une piste.
En plein coeur du secteur de la Gardetta.
En plein coeur du secteur de la Gardetta.
Un lieu exceptionnel, chargé d'histoire.
Un lieu exceptionnel, chargé d'histoire.
Focaccia, crème de pistache, mozzarella di burrata... Je charge ma sacoche de nourriture au maximum.
Focaccia, crème de pistache, mozzarella di burrata... Je charge ma sacoche de nourriture au maximum.
Et les traditionnelles ravioles, accompagnées de parmesan et d'une ricotta fraîche cette fois.
Et les traditionnelles ravioles, accompagnées de parmesan et d'une ricotta fraîche cette fois.
Le lendemain matin, quel délice de se réveiller dans un tel cadre !
Le lendemain matin, quel délice de se réveiller dans un tel cadre !
Je reviens même sur mes pas pour profiter du secteur.
Je reviens même sur mes pas pour profiter du secteur.
Longue descente pour rejoindre la ville de Demonte.
Longue descente pour rejoindre la ville de Demonte.
Sensation rare par beau temps : la descente sur Demonte me paraît interminable ! D’habitude, c’est plutôt les montées qui le sont, non ? Arrivé en bas, je ne transige pas sur mon rituel : trouver une boulangerie pour mon deuxième petit déjeuner. Dégustant de nouvelles viennoiseries, j’en profite pour échanger quelques nouvelles avec mes amis, qui connaissent le secteur : “où est-ce que vous achetiez la fameuse pana cotta déjà ?”. Ils m’indiquent l’adresse d’un magasin de producteurs, à deux minutes de vélo. Mon café terminé, je m’y rends illico : malgré un double petit déjeuner, j’ai une irrésistible envie de tout acheter. L’astuce de faire ses courses en étant rassasié ne fonctionne pas ! Doublement contraint par la taille de ma sacoche et les températures élevées, je renonce à quelques produits, tâchant de me convaincre que ce n’est pas raisonnable. Après une interminable sélection, j’arrive enfin à la caisse, mais une dernière surprise s’invite : ils vendent des glaces. Il est à peine 11 heures et me voilà en train de prendre mon troisième petit déjeuner…
Deuxième petit déjeuner. Le croissant est fourré à la crème pâtissière cette fois.
Deuxième petit déjeuner. Le croissant est fourré à la crème pâtissière cette fois.
Troisième petit déjeuner. Magie italienne, la glace semble échapper aux lois de la physique.
Troisième petit déjeuner. Magie italienne, la glace semble échapper aux lois de la physique.
Carton plein. Ça rentre dans les sacoches ??
Carton plein. Ça rentre dans les sacoches ??
Sacoches et ventre pleins à craquer, il est désormais temps de reprendre la route vers un secteur que je convoite : la Haute Route du Sel (Alta Via del Sale), trois cols plus loin. Peut-être est-ce grâce au festin matinal, je survole les deux premiers avant de m’arrêter à Limone Piemonte pour … manger une pizza. Oui, vous avez bien lu. La montée du col de Tende n’est pas tendre, entre digestion, cagnard et circulation. Mais l’arrivée là-haut marque le début des pistes de gravel tant attendues.
Col de Tende, à la circulation très règlementée depuis la tempête Alex.
Col de Tende, à la circulation très règlementée depuis la tempête Alex.
Commentaires