2 invités en ligne

Grande traversée des Alpes à VTT

(réalisé)
Trois copains à l'assaut des Alpes en VTT. Nous voulions réaliser une traversée en autonomie complète des Alpes à VTT. Après quelques lectures de récits similaires, il était temps de se lancer et de transformer ce rêve en réalité : Nous nous mettons donc en selle en ce printemps 2023, pour une traversée de l'arc Alpin au départ de Ljubljana (Slovénie) et à destination de Nice (France).
VTT BUL
Quand : 15/10/23
Durée : 53 jours
Distance globale : 1484km
Dénivelées : +36984m / -39582m
Alti min/max : 144m/2627m
Carnet publié par Loïc Merlin le 16 nov. 2023
modifié le 18 nov. 2023
Mobilité douce
Réalisé en utilisant transports en commun (train, bus, bateau...)
Précisions : Nous nous sommes rendus à Ljubljana le 8 mai en bus. Nous avons ensuite traversé d'Est en Ouest les Alpes jusqu'à Beaufort où Adrien s'est fracturé le 5 ème métacarpe, nous obligeant à interrompre la traversée et rentrer chez nous en bus. A l'auto...
Coup de coeur ! 382 lecteur(s) -

Le topo (mise à jour : 18 nov. 2023)

Distance section : 1484km
Dénivelées section : +36984m / -39582m
Section Alti min/max : 144m/2627m

Description :

Décrire intégralement notre trace serait peut être un peu longuet pour tous les lecteurs.

En quelques mots, la Slovénie, c'est beaucoup de pistes forestières, de grandes forêts d'épicéas, un massif du Triglav très raide avec de jolis lacs et de superbes rivières turquoises. Aussi, les villes sont très propres, aérées, et une mentalité très simple et chaleureuse y règne. Ou que l'on soit, on s'y sent bien.

L'Italie de l'Est est très sauvage et rustre avec, une fois de plus, de grandes forêts de feuillus. La végétation nous fait un peu nous sentir seuls dans la région très à l'Est, faisant partie intégrante des Alpes Juliennes. Puis les dolomites nous plongent dans une ambiance très montagnarde et majestueuse. Effectivement, les parois sont raides, lissent et ressemblent à de véritables dents plus ou moins colorées : elles sont à la fois hostiles et chaleureuses. Plus à l'ouest, on retombe en altitude après les villes de Bolzano et Merano, avec des sentiers moins sombres, et une ambiance bucolique en fond de vallée dans les vergers.

La Suisse est, quant à elle, un véritable paradis à vaches, d'Est en Ouest. D'abord très à l'Est en Suisse profonde, l'herbe est verte et de grands champs quadrillent les fonds de vallée. Plus haut en altitude, de belles forêts variées dominent ces vallées. Puis, en contournant les Alpes Bernoises par le Nord, il y a énormément de petites vallées parallèles plus ou moins sauvages et de superbes alpages, au pied d'énormes faces Nord telles que le Monch ou l'Eiger. A la sortie de ce massif, le Valais fait son apparition pour une courte durée.

Pour finir, la France est très diversifiée. D'abord très boisée et remplie de feuillus au Nord. Les fonds de vallée sont très bas et industrialisés, et les cols à franchir assez hauts, ce qui fait faire beaucoup de dénivelé.
Les Alpes du Nord se terminent avec un crochet dans le massif des Grandes Rousses. Un lieu très sauvage avec de beaux alpages et des petits glaciers méconnus.
S'en suit les Ecrins et la Meije qui laissent place aux massifs des Cerces (les petites Dolomites), du Queyras avec ses forêts de mélèze, et de l'Ubaye avec de belles montagnes dans une ambiance encore très alpine.
La fin est plus caillouteuse avec un contournement du massif du Mercantour par l'Ouest. Les chemins se font plus sableux ou dans les marnes jusqu'à l'arrière pays Niçois ou les derniers kilomètres sont très techniques et caillouteux.

Télécharger les traces et les points de ce carnet GPX , KML

Le compte-rendu (mise à jour : 18 nov. 2023)

Notre logo :)
Notre logo :)
Commençons par une petite présentation de l'équipage : nous nous sommes tous les trois connus au lycée du Diois en section Sport Nature, où nous sommes tombés amoureux des sports outdoor. Nous ne faisions pas de VTT au lycée, l'emploi du temps était bien trop chargé, mais adorions déjà cette discipline. 
Il y a deux ans, l'idée m'est venu avec mon frère jumeau de parcourir les alpes et notamment l'arc alpin en VTT en autonomie complète. Nous en faisons part à Ludo qui se réjouit déjà de partager ce projet ensemble, ce sera pour l'année de nos 25 ans!

Aussitôt dit, aussitôt fait : Loïc, Adrien et Ludo partirent le 8 mai 2023 à l’assaut de l'arc alpin.


Le bus au départ de Turin nous pose déjà quelques problèmes puisque le chauffeur ne veut pas prendre nos vélos en soute... Dans la précipitation, nous déballons les vélos des cartons, les remontons pour les installer sur le porte vélo extérieur à l'arrière du bus, bien que celui-ci ne nous laisse guerre en confiance.
Nous partons malgré tout et le trajet est long , mais il est préférable de ménager nos jambes car les prochains jours à venir vont être durs. 
Dans nos sacoches et notre sac à dos, nous avons le stricte nécessaire, en voici la liste complète : 1 gore-tex, 1 doudoune, 1 petite polaire, 2 T-shirts, 2 caleçons, 2 paires de chaussettes, 1 cuissard, 1 short, 1 collant, 1 pantalon, 1 paire de gants, 1 tour de cou, 1 casque, 1 brosse à dents, 1 carnet et 1 crayon, 1 crème de massage, 1 crème solaire, 1 couverture de survie épaisse, 1 matelas de sol, 1 duvet et drap de soie, 1 bivy, 1 batterie externe, 1 panneau solaire, 1 trousse mécanique pour l'équipe, 1GPS pour l'équipe, 1 trousse de premiers secours, 1 réchaud, 3 gobelets et fourchettes, et enfin notre petite mascotte "Clapton le Hérisson" : Let's Gooooooo !

Nous avions édité une trace en amont, l'idée étant de prendre un maximum de singles (ce sont les petits chemins dans le langage du Vttiste) car nous aimons le VTT sauvage et l'enduro, les jolis sentiers joueurs dans une terre meuble ou même les racines et les parties plus techniques avec des rochers.
Nous avons donc prévu de viser les pistes carrossables à la montée et les singles plus ou moins techniques à la descente.
Clapton : toujours souriant :)
Clapton : toujours souriant :)
Nous partons donc vers l'inconnu, le 8 mai au soir, en débarquant à Ljubljana, la capitale Slovène. Nous décidons de remonter au Nord Ouest en passant par de grandes forêts de hêtres pour rejoindre les villes au Nord du massif du Triglav, l'idée étant de pouvoir faire des courses régulièrement et d'éviter de se charger. Nous visitons donc les villes de Bled et Kranjska Gora. 
La pluie est cependant bel est bien au rendez-vous, ce qui rend notre affaire plus compliquée. En effet, les journées pluvieuses et froides rendent notre début de traversée dure mentalement : on a déjà mal aux jambes et le froid ne participe pas à la récupération. En pédalant, les pieds ne bougent pas et nous marchons comme des manchots quand nous descendons du vélo tellement nous ne ressentons plus aucune sensibilité.

On enchaine en redescendant au Sud, en priant pour que la météo s'améliore. C'est alors que nous passons un col pour traverser le Triglav et redescendre par la vallée de la Soca et sa populaire rivière, en espérant que cette étape soit "Soooo caliente". Malheureusement, la pluie a décidé d'être partenaire de notre voyage et nous finissons notre séjour Slovène sans avoir gouté au franc soleil.


Malgré tout, ce pays est superbe, tant au niveau des paysages avec des forêts d'épicéas de dingue, des rivières limpides et des montagnes très raides, qu'au niveau de la culture et de la mentalité, avec une population très sympathique et généreuse, bien que nous ne comprenons pas un mot de ce qu'il pouvait nous dire...

Les corps se font doucement au rythme journalier et un rituel chaque soir commence à s'instaurer. Après le repas ( la plupart du temps soupe, puis pâtes aubergine pesto et pomme), place à l'écriture dans notre petit carnet pour relater la journée. A cela s'ajoute la session massage et étirement pour détendre les muscles. 
Sans la tente, il est juste délicat de toujours trouver des endroits à l'abri, mais nous nous rendons compte qu'il est plaisant de vivre simplement chaque soir avec le stricte nécessaire, et le plaisir d'avoir passé une belle journée, à la découverte de nouveaux lieux.
A Ljubljana, au départ, nous avons encore de l'allure!
A Ljubljana, au départ, nous avons encore de l'allure!
1er bivouac au dessus de la capitale Slovène
1er bivouac au dessus de la capitale Slovène
La verdure Slovène
La verdure Slovène
Notre ration quotidienne
Notre ration quotidienne
Nous rentrons en Italie par des vallées sauvages et humides. Nous trouvons un refuge non gardé, parfait pour y passer la nuit et faire sécher nos affaires. Nous repartons secs mais pour une courte durée car il pleut des cordes, et nous sommes contraints à raccourcir l'étape et à trouver un lieu à l'abri dans Venzone. Ce sera l'occasion pour nous de goûter et savourer nos premières pizzas italiennes, le début d'une longue série... 
Nous visons ensuite le Nord Ouest pour rejoindre Ampezzo. Les Dolomites se rapprochent gentiment mais la météo n'est toujours pas en notre faveur. La neige tombe vers 1800m d'altitude et nous devons modifier notre tracé pour passer davantage en fond de vallée. La neige nous a tout de même offert un beau spectacle puisque nous sommes tombés nez à nez avec de superbes empruntes d'Ours (mieux vaut les traces que l'animal...).

Il fait beau aujourd'hui, place aux Dolomites! Nous restons en fond de vallon. L'or blanc a raison de nous et nous ne pouvons faire ce que nous avions prévu. Malgré tout, ce massif est époustouflant. Les montagnes sont très particulières, vêtues d'or et de blanc, elles s'élèvent très verticalement et offrent un beau spectacle visuel. Ce style vertigineux nous donne même envie de troquer notre vélo contre du matériel de grimpe. Nous reviendrons !
 
Nous sortons de ces mythiques montagnes pour rejoindre plus loin Bolzano et Merano, des grandes villes pleines de vie avec des fêtes traditionnelles. Après un bivouac au bord d'un étang réservé à la pèche où les odeurs de poisson nous ont réveillé aux premières heures, les vergers nous accueillent gentiment et le beau temps fait sa véritable entrée pour deux jours malgré des orages annoncés. Entre le versant Sud et le versant Nord de la vallée, nous faisons du beau vélo sur des singles un peu travaillés et de petits virages relevés avec des sauts.

La pluie revient, nous dormons dans des gradins de stade de foot mais la journée qui s'en suit est trop humide : nous décidons de nous reposer une journée, au chaud, avant de quitter l'Italie.


Grâce à la neige, nous devons passer par Nauders, notre seule halte Autrichienne, pour accéder à la Suisse. Ce petit détour n'était pas prévu au début mais s'avère être un pur régal, une vraie terre de VTT avec des chemins en virages relevés et une terre très agréable à rouler, meuble et sombre.


La cabane ouverte ! Place au feu pour faire sécher l'intégralité de nos affaires (dans les Alpes Juliennes lors de notre entrée en Italie)
La cabane ouverte ! Place au feu pour faire sécher l'intégralité de nos affaires (dans les Alpes Juliennes lors de notre entrée en Italie)
Contents d'être mouillés
(Venzone, Italie)
Contents d'être mouillés
(Venzone, Italie)
La neige un peu trop présente à l'approche des dolomites
La neige un peu trop présente à l'approche des dolomites
C'est belle et bien une trace d'ours...
C'est belle et bien une trace d'ours...
Quand il n'y en a plus dans les jambes pour les Dolomites, c'est qu'il faut faire le plein!
Quand il n'y en a plus dans les jambes pour les Dolomites, c'est qu'il faut faire le plein!
Quand il n'y a pas le choix... ( les précipitations ont fait gonfler les torrents dans les dolomites )
Quand il n'y a pas le choix... ( les précipitations ont fait gonfler les torrents dans les dolomites )
C'est du ciel bleu ça??
C'est du ciel bleu ça??
Les Dolos :)
Les Dolos :)
Les forêts italiennes (après les Dolomites vers Merano)
Les forêts italiennes (après les Dolomites vers Merano)
A présent, place à la Suisse où nous devons changer la manivelle d'Adrien qui est cassée. Nous entrons par la Suisse profonde où le dialecte est le Romanche. Compliqué de se faire comprendre, surtout quand personne de nous trois ne sait parler cette langue.
Nous passons de vallée en vallée, ou plutôt de montagne à vaches à montagne à vaches ! Tu m'étonnes que leur gruyère est trop bon, l'herbe est tellement verte !

Après avoir découvert les vallées menant à Davos et Lenzerheide, nous basculons sur Chur, une grande ville très basse en altitude. Désormais, nous nous sentons un peu plus opressés par la foule et la population présente dans cette vallée, mais nous devons la traverser vers l'Ouest pour remonter en campagne puis en sortir par de magnifiques alpages. Nous en profitons pour trouver de splendides zones de pique nique où du bois est à disposition ainsi que des barbecues... En Suisse, nous trouvons effectivement beaucoup d'espaces de ce genre, parfait pour nous pour y passer nos soirées, à discuter et à refaire le monde autour du feu.

Nous rejoignons tranquillement Andermatt (car la Suisse c'est tranquille et il ne faut pas se presser), par un chemin tout neuf dédié au VTT, puis par un col un peu trop enneigé, où même le train y monte.
A partir d'Andermatt, deux choix s'offrent à nous : la trace directe en redescendant par le Valais ou bien le contournement des Alpes Bernoises par le Nord. Le choix est fait, on décide de contourner, on sait que la trace est plus longue mais nous voulons voir les grandes faces Nord, notamment l'Eiger, dont la traduction Française est l'ogre... 

Après des vallées désertes et même glauques et stressantes, sur des chemins taillés dans d'immenses dalles de granit, puis des vallées alpines peu touristiques et fréquentées, nous débarquons à Grindewald. L'Eiger apparait et étend sa grandeur et sa verticalité : ça fait quelque chose de voir cette montagne quand même, surtout quand tu es amoureux d'alpinisme... Cette face Nord est incroyable. La falaise est immense, comme si elle sortait de terre à deux pas de la route, et s'étend sur plus de 1000 mètres de haut pour dominer le massif, à côté de ses voisines telles que le Monch ou le Jungfrau.
Cette partie est très belle, on se sent tout petit. On avance la tête levée tellement ces faces sont impressionnantes. Malheureusement, ces lieux attirent aussi beaucoup de touristes et on se rend compte que l'on ne vit pas tous dans le même monde... 

Il est temps de se remettre de nouveau en selle pour quitter la foule et rejoindre le Valais par quelques cols splendides. Nous en profitons pour bivouaquer en alpages, à côté des fermes, et manger ce fameux gruyère Suisse en attendant que l'orage nous tombe sur la tête...

Du Valais, nous décidons encore de faire un petit crochet pour visiter Verbier, station connue l'hiver mais aussi l'été pour ses pistes de VTT, et nous ne sommes pas déçus : 2000 m de dénivelé négatif de plaisir, sur des chemins refaits à neuf, avec des sauts, des virages relevés, et des sections techniques et joueuses. Un véritable régal pour en finir avec la Suisse.
Le lendemain, nous entrons en France par Chamonix, nous nous rendons compte du chemin déjà parcouru : nous vivons véritablement notre projet et nous sentons comme dans un rêve (bien que les jambes, elles, nous prouvent que ce rêve est bien réel).
Petite traversée dans les marnes Suisse
Petite traversée dans les marnes Suisse
La team
La team
La beauté de la nature
La beauté de la nature
Les aires de pique nique en Suisse, une dinguerie ;)
Les aires de pique nique en Suisse, une dinguerie ;)
Ya pas que des vaches dans ces montagnes ;)
Ya pas que des vaches dans ces montagnes ;)
Les Alpes Bernoises nous voici!!
Les Alpes Bernoises nous voici!!
Nous entrons donc en France sans vraiment se rendre compte de la frontière, tellement le brouillard est dense : on est au coeur de la brique de lait, comme dirait les anciens.
Après une descente humide, nous arrivons dans la foule Chamoniarde. Tout d'un coup, nous avons l'impression de changer de voyage, les gens parlent Français, on sait lire et on comprend ce qu'on lit... Nous avons plus vraiment l'impression d'être dans l'inconnu : désormais, nous savons où aller et connaissons un peu plus les massifs. 
Des amis nous rendent visite aujourd'hui, ça fait bizarre mais c'est plaisant aussi d'aborder le dernier tier du voyage dans un autre mode de partage, on commençait à être un peu rustre tous les trois...

Cap au Sud!! Le "soleil" dans la tête, enfin façon de parler, nous traçons au Sud. 
Nous vivons notre rêve et sentons la mer se rapprocher. 

La dure réalité arrive ce soir, au bout de 37 jours de voyage quand Adrien se casse le 5ème métacarpe dans la descente sur Beaufort, après un orage, sur une dalle mouillée. Sur le coup, on se dit que c'est rien, on verra demain, ça va passer! Mais le lendemain, la radio est formelle, l'os est bel et bien cassé et nous devons nous rendre à l'évidence : Nous décidons tous les trois de s'arrêter là et de mettre le voyage en stand by. Ce n'est qu'une pause, mais loin d'être la fin, et puis nous avons commencé à trois, nous finirons à trois.
Mon petit doigt me dit que c'est cassé :(
Mon petit doigt me dit que c'est cassé :(
Du coup, Ludo est parti travailler en tant que moniteur de VTT, Adrien a prit son mal en patience, et quant à moi, j'ai travaillé un peu en refuge et profité de la montagne. Nous attendons fin septembre avec impatience, pour finaliser ce projet. Nous espérons simplement que la météo sera plus clémente avec nous car nous avons encore en travers de la gorge la mauvaise statistique du printemps : 31 jours avec de la pluie sur les 37...
La reprise automnale sous un soleil franc : les couleurs sont incroyables
La reprise automnale sous un soleil franc : les couleurs sont incroyables
Nous nous retrouvons sur Alberville le 28 septembre pour reprendre la trace là où nous l'avions interrompue. Bonne nouvelle, la météo est parfaite et un anticyclone campe sur l'Hexagone :).  Nous sommes envieux mais sans plus (on sait malheureusement à quoi s'attendre physiquement), et puis on connait un peu plus les paysages, mais qu'importe, l'envie est très vite revenue après deux trois jours de VTT : ce qui est le plus agréable, c'est vraiment de se sentir libre, d'aller où l'on veut, de dormir à l'improviste dès que la fin de journée approche, et de retrouver la simplicité des soirées de bivouac avec le stricte nécéssaire.


Nous avons eu la chance de partager cette fin de traversée : le cousin de Ludo nous a rejoint avec sa compagne une journée, pour découvrir le Beaufortin.
Après Moûtiers, St Jean de Maurienne, et des bivouacs sauvages avec le brame du cerf en guise de radio, nous montons au refuge de l'Etendard pour passer la nuit la haut, d'autant plus que nous connaissons très bien les gardiennes. 


C'est l'occasion ensuite de porter le vélo sur le dos pour rejoindre la Cime de la Valette (2858 m), le point culminant de la traversée, et faire la descente en hors sentier, en mode freeride, pour rejoindre le plateau d'Emparis puis la Grave et Villar d'Arène où je vis avec mon frère.


Puis, sous un soleil très franc, les massifs des Cerces et ses descentes techniques, du Queyras avec ses sentiers terreux au milieu des forêts de mélèze, et de l'Ubaye avec du VTT sauvage, entre lacs et mélèzes, le tout en haute montagne avec des beaux franchissements de cols. 
Noémie, la copine d'Adrien nous à même rejoint deux jours pour partager ce beau projet.


Nous arrivons à Barcelonnette un dimanche, impossible de retrouver du gaz... Nous allons devoir aller au restaurant, quel dommage !

Le VTT est encore très sauvage et nous traversons sous le Parc National du Mercantour, où nous roulons dans des sentiers au coeur des marnes, très esthétiques et surtout très joueurs puisque l'on roule à la fois sur les crêtes, mais aussi dans les talwelg, formant des canyons.

Puis, après quelques casses matériels, notamment des rayons de roue, nous arrivons entre les vallées de la Vésubie et de la Tinée. Nous décidons de finir par le mythique parcours de la TransVésubienne, connu pour sa course engagée avec des portages et des descentes techniques.



On fire! (dans les forêts denses de Savoie)
On fire! (dans les forêts denses de Savoie)
Le bain quotidien, c'est froid mais ça tonifie et on s'y fait à la longue (au dessus de Moûtiers)
Le bain quotidien, c'est froid mais ça tonifie et on s'y fait à la longue (au dessus de Moûtiers)
C'est beau le Queyras, d'autant plus quand la pause s'impose !
C'est beau le Queyras, d'autant plus quand la pause s'impose !
il est où le bonheur? (col Girardin)
il est où le bonheur? (col Girardin)
Lac St Anne et son petit massif de la Font Sancte
Lac St Anne et son petit massif de la Font Sancte
Plouf!
(dans l'Ubaye)
Plouf!
(dans l'Ubaye)
Un belle nuit dans cet ancien observatoire, proche du parc du Mercantour, avec la visite de quelques bouquetins ce matin
Un belle nuit dans cet ancien observatoire, proche du parc du Mercantour, avec la visite de quelques bouquetins ce matin
On dirait pas mais c'est raide !
On dirait pas mais c'est raide !
Ludo va trop vite... Pas le temps de faire la mise au point
Ludo va trop vite... Pas le temps de faire la mise au point
Les Alpes du Sud, c'est beau ! Et surtout ça sent l'iode
Les Alpes du Sud, c'est beau ! Et surtout ça sent l'iode
Le 15 octobre, après 2279 km, 80120m de dénivelé, 17,5 kg de pâtes, 22 pizzas, 23 sachets de cacahuètes et 12 bouteilles de gaz, nous arrivons sur la promenade des Anglais, quel plaisir de se poser sur les galets et de se baigner en repensant à tout le chemin parcouru... Les Alpes c'est grand quand même... A quand le prochain projet?
En tout cas, une page se tourne aujourd'hui avec la réalisation de ce rêve, mais bien d'autres idées nous viennent alors à l'esprit, c'est quand même vachement cool l'autonomie complète.



Place au train maintenant pour remonter à la maison, nettoyer les vélos et se reposer un peu.

Quoiqu'il en soit, c'était notre GTA, nous l'avons vécu pleinement. Au début du voyage, GTA signifiait "Grande Traversée des Alpes", aujourd'hui, c'est toujours ça mais ça pourrait être aussi "Guiboles Très Affutées". 
Bravo les copains !!
Bravo les copains !!
Commentaires
Olivier - 18 nov. 2023
2252 messages
Classe ! Dommage qu'il n'y ait pas la trace

Loïc Merlin - 18 nov. 2023
1 messages
Olivier :
Classe ! Dommage qu'il n'y ait pas la trace

J'ai pu simplifier les traces pour les rendre visibles! La voici

Olivier - 19 nov. 2023
2252 messages
Top ! Merci !

Azraq - 12 déc. 2023
40 messages
Bravo !

StfPetitCaillou - 19 déc. 2023
58 messages
une belle trace !!! inspirante :)