1 membre et 15 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Nous sommes partis en juillet 2022 en famille avec nos 3 enfants de 12, 10 et 7 ans pour une itinérance à vélo au Kirghizistan en Asie centrale. Quatre semaines d'aventure familiale à vélo à la rencontre d'une population accueillante, de la culture nomade et de paysages grandioses. Ce périple à vélo en famille se compose de plusieurs tronçons (cliquez sur "suite" en bas de la page pour passer au tronçon suivant) : 1. La descente des vallées de Suusamyr, de la Kokomeren, et de Jumgal : une itinérance au milieu de superbes paysages minéraux 2. La montée et le tour du lac Song Kul : une déambulation au cœur des troupeaux de chevaux et des steppes d'altitudes, à la rencontre de la culture nomade 3. L'escapade à cheval vers le lac d'altitude de Kul Ukök, un petit bijou perché dans les montagnes, pour vivre au plus près la tradition équestre du Kirghizistan 3. La descente de la vallée de la Tuura Suu depuis le col très sauvage de Semiz Bel jusqu'au lac d'Issyk Kul : immensité sauvage et accueil chaleureux de la population 4. Itinérance sur la rive sud du lac Issyk Kul : des paysages à couper le souffle et des eaux turquoises pour terminer en beauté notre périple familial Au bilan : 500 km avalés sur des pistes bien chaotiques, pas mal de jolies montées ;-) quelques pannes mécaniques (pneu éclaté, porte bagage mis à rude épreuve par des routes cassantes) de nombreuses familles accueillantes rencontrées de nombreux plats typiques et succulents avalés le tout dans un décor de rêve au milieu d'une nature sauvage et parfois bouillonnante ! Un périple mémorable qui laissera des souvenirs durables dans notre famille ! Merci aux Tsaga, à gtla, à Sofic et à La Tribu dont les récits nous ont tant inspirés et fait rêver ! Nos belles aventures n'auraient pas été les mêmes sans leurs conseils précieux :-)
Voir le carnet
Aventure familiale à vélo au Kirghizistan
Aventure familiale à vélo au Kirghizistan
26 jours
518 km
par Elac
45
     A Caroline ma fille et à Gaël mon petits-fils,    De Besançon au Cap Nord… Chiche !   Partir en solitaire, un défi pour un si long voyage ! Ce sera mon plus long voyage. Si je cumule tous les kilomètres que j’aurai faits depuis mon premier coup de pédale il y a déjà quelques années, j’aurai bouclé environ 65000 km soit 60% du tour de l’Equateur.  J’ai traversé dix pays de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie, j’ai suivi le Rhin d’Andermatt à Rotterdam, j’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’un avec mon petits-fils, au cours d'un tour de la France, j’ai rejoint la côte atlantique par la Camargue, le canal des Deux Mers puis remontée jusqu’à Saint-Nazaire et terminée par L’Eurovelo6 jusqu’à Besançon. Et début avril, en guise de reprise d’entraînement, j’ai aussi fait le tour d’Alsace, petite balade de 700 km… Enfin, pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles, petits moteurs qu’il faut indispensablement garder en forme, j’ai pris l’habitude de me rendre à vélo chez mes amis à Strasbourg, en Suisse… Et maintenant, quand Gaël m’accompagne, grand garçon de 5 ans, c’est dans sa remorque à vélo à pédales. Vertigineux ! Tous ces voyages ont été l’occasion de faire des rencontres magiques, découvrir des paysages magnifiques, avoir des surprises émouvantes. Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe, poète, artiste. Je partage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Quelques-uns me disent que croiser une dame de mon âge -j’ai 68 ans- seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon. Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve quelques-unes de ces rencontres et je découvre d’autres cyclotouristes avec qui nous échangeons sur nos expériences. Mais le plus amusant et un peu flatteur aussi je l’avoue, c’est de lire dans le regard de certains l’étonnement, l’admiration et le respect. Parfois même, on me perçoit comme une personne perchée à l’âme romantique. Mais tous font preuve d’humanité, ils sont accueillants, aimables, généreux et surtout admiratifs ! Certaines amies m’ont attribué le terme de jeunior. D’autres sont subjuguées, rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif. Ma fille Caroline, qui sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques, me fait confiance et c’est important. De cette façon, je pars tranquille, l’esprit léger.  Quant à Gaël, mon petit-fils, adepte de cyclotourisme depuis nos échappées complices,  il sera penché sur les cartes à tracer mon parcours et à dessiner des campings et des restaurants ! Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père Noël au cap Nord ! Cette année, j’ajoute à ma famille et mes amis, les résidents de l’Ehpad « Le village de la Croix Blanche » et les jeunes de l’association Paris de Besançon qui me suivront assidûment. Enfin, pour mon retour, fin août 2022, je sais que quand je prendrai l’avion à Alta, mes sacoches, mon cœur, ma tête -mes jambes aussi, seront pleins de souvenirs de rencontres, de paysages, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½.   
Voir le carnet
De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline
De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline
106 jours
58
France -> İtalie -> Grèce -> Turquie -> İran  > (en car) > Belgique -> France... Allez cette année on fait un break, une pause, pour refaire le plein de rencontres, de paysages et d'idées toutes fraiches !! ... Pour tout dire, c'est surtout d'un gros gros break que j'avais besoin, de ceux dont on revient différent, dans un univers devenu trop souvent incompréhensible, et pour lequel je n'avais plus les bonnes clés. La maladie, puis le décès subit de mon père début mars 2020, à seulement 69 ans (a peu près a l'âge de ma possible retraite), ont été déclencheurs.  L'envie de changer d'air est devenue prioritaire, la decision d'un break a été prise lors du solitaire deuxieme confinement, en novembre 2020, apres une énieme journée de teletravail, confortable mais tellement anesthésiante.   Alors un vieux rêve d'ado a trouvé l’opportunité trop belle pour revenir sur le devant de la scène, tout simplement "Aller en Mongolie a vélo". Il a pris toute sa place, les planètes se sont alignées, et mon chef de service a accepte un congé sabbatique de 11mois jusqu'au 2 janvier 2023. Donc l'idée de départ est assez simple : partir en vélo de chez moi, fermer la porte et aller en Mongolie. Par voie terrestre uniquement, y compris le retour. De façon plus détaillée, atteindre la vallée d'Orkhon, où je suis déjà allé en 2016, une dizaine de jours en itinérance à cheval.  Pour le retour, prendre le train Transsibérien au lac Baïkal, et rentrer via Moscou et Bruxelles. Compte tenu de la situation géopolitique et surtout des fortes tensions avec la Russie, et bien que les frontières mongoles se soient ouvertes, je n'ai pas osé dépasser la mer Caspienne. Aussi j'ai pris trop de retard en route et n'étais pas prêt a affronter l'hıver dans ces contrées. J'ai donc engagé le retour a partir de Téhéran  ;) Un coup de pédale après l'autre, les paysages ont défilé, et ces 8 mois passés sont pour moi une superbe aventure :) .
Voir le carnet
Vraiment touchant, merci Khazar !!! (la jeune fille)
Ensemble en 2022, on pédale plus loin !
265 jours
10431 km
71
Voir le carnet
C'est d'ailleurs la couverture de ce carnet.
SupervagabondS - Révérence
70 jours
751 km
96