Voyage à vélo dans les Highlands (Ecosse)

(réalisé) (partager)
Avant le voyage, nous consultons les blogs des cyclos voyageurs, nous construisons un itinéraire à l’aide du logiciel basecamp et nous vérifions le dénivelé avec openrunner. Notre choix va se porter sur les Highlands, en privilégiant la côte ouest pour son côté sauvage et sa grande variété de paysages. Nous utilisons deux GPS garmin et nous avons reporté notre circuit sur une carte OSM, téléchargée gratuitement.
Nous suivrons une bonne partie de la mythique North Coast 500 à partir de l’île de Skye et jusqu’à Scourie, dans le sens des aiguilles d’une montre, ce qui nous permettra d’avoir globalement des vents favorables (sud Ouest). Cette route est classée parmi les six plus belles routes côtières du monde !
Nous serons 4 (2 femmes et 2 hommes). Ne pas être plus nombreux s’avèrera un bon choix car sur les « single tracks » écossais, nos 4 vélos vont déjà créer des embouteillages. Nos montures : 2 VTC et 2 VTT, équipés de sacoches, car nous voyageons en autonomie. Les 2 VTC, de marque Farrad sont équipés de dynamos dans le moyeu de la roue avant et d’un équipement permettant de recharger des batteries en roulant et notamment, les piles des GPS.
Lors de la préparation, la première belle découverte, c’est que nous pouvons prendre l’avion pour Inverness. Notre circuit va donc débuter et se terminer à Inverness, ce qui nous évite de devoir prendre le train et nous laisse plus de temps pour pédaler.

Distance totale parcourue : 1 009 km
Dénivelé : 13 200 m
vélo de randonnée
Quand : 12/07/17
Durée : 15 jours
Carnet créé par la Creuzette le 02 août
modifié le 03 août
198 lecteur(s)
(31 personnes aiment ce carnet)
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Section 16 (mise à jour : 03 août)

Mercredi 12 juillet :
Il a plu un peu dans la nuit mais le beau temps et les midges seront au rendez-vous de notre dernier petit déjeuner en Ecosse.
Départ vers 07h00 pour l’aéroport. Il ne reste que 10 km à parcourir et le GPS nous guide sur de petites routes. Comme cela descend, nous arrivons à 07h30 dans le hall de l’aéroport. Nous avons donc tout le temps pour préparer nos vélos (tourner le cintre, démonter les pédales, protéger les parties fragiles) et répartir nos bagages entre le sac cabine et le sac soute. Comme nous devons payer un supplément de bagage (nos vélos comptent en fait pour 1 bagage), nous regroupons nos sacs dans un bagage unique, à 75 livres le bagage, cela vaut le coup !
Distance du jour : 10 km, dénivelé 63 m (quand même !).

Distance globale : 1009 km, dénivelé : 13238 m
 
Le plus difficile reste à venir : faire accepter nos vélos à l’enregistrement des bagages sans leur emballage carton. Premier refus, nous devons patienter pour attendre un responsable. Nous ferons deux fois la queue (pas simple avec ces chicanes et nos vélos) et il faudra beaucoup parlementer. Finalement la chef accepte et nous obtenons l’enregistrement de nos vélos. Notre gros sac chantier sera orienté vers les bagages spéciaux avec nos vélos. Tout s’arrange, avec ou sans la fameuse box !
Aucun souci à l’arrivée pour nos vélos, malgré un changement d’avion à Londres. Finalement : on peut se demander s’ils ne sont pas mieux traités lorsqu’ils voyagent sur leurs pneus. A l’aller nos cartons avaient été malmenés et un des vélos avait une marque de choc important sur le cadre !
 
Petites informations pratiques :
Les campeurs doivent prévoir des protections anti midges car à l’exception des campings en bord d’océan, les autres sont bien pourvus de ces petits moucherons dévoreurs qui ne nous lâchent pas dès que le vent est tombé.
Un équipement pantalon de pluie et guêtres de vélo s’est révélé assez utile pour ce genre de voyage.
Les Highlands sont un fabuleux terrain de jeux pour les vélos mais il faut prévoir de bons développements, surtout avec des vélos chargés.
La plupart des routes que nous avons empruntées étaient pourvues de grilles à bétail. Elles ne sont pas rondes comme dans les Alpes, mais carrées et bien espacées. Il est donc prudent d’avoir des pneus assez larges pour les franchir en sécurité.
Le GPS n’est pas indispensable pour s’orienter car les routes sont assez évidentes et bien signalées. Par contre, il est très utile pour trouver les campings (souvent mal signalés ou pas signalés du tout), les précieuses épiceries et les bars. Nous l’avons aussi beaucoup apprécié pour traverser les villes, pour quitter et revenir à l’aéroport.


Le circuit

Vous pouvez retrouver l'ensemble de notre circuit sur openrunner sous le n° : 7735152

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 




Préparation de notre bagage soute commun
Préparation de notre bagage soute commun
Un peu d'humour écossais pour terminer
Un peu d'humour écossais pour terminer
Au revoir l'Ecosse. Dommage, nous n'avons pas vu Nessie !
Au revoir l'Ecosse. Dommage, nous n'avons pas vu Nessie !
Section précédente
Commentaires