16 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Voir le carnet
Tour du Mont-Blanc
Tour du Mont-Blanc
8 jours
124 km
17
Bonjour à tous, Voici une petite description de notre voyage à vélo au mois d'Août avec Bérénice ma petite amie, de Toulouse jusqu'à Cinque terre en Italia, à 70km de Pise. Premier "gros" trip à vélo pour nous deux, qui revêt un côté sportif évidemment, mais surtout basé sur la rencontre et l'itinérance (il m'a fallu du temps à l'admettre :p). Sans destination ni parcours précis, nous nous sommes adaptés au gré des rencontres. En fait on a absolument rien organisé; un peu de matos, une appli smartphone, les gambettes, et on y va! L'organisation zéro à vélo, c'est possible, mais c'est mieux quand il fait beau (on a été chanceux sur ce point).  <3 Cinque terre, sur la côte Italienne juste avant la toscane, aura été notre gros coup de coeur et on y a pour cela séjourné 4jours.  On aura finalement effectué aux alentours de 1300km à vélo avec environ 10 000m de dénivelé positif à travers Les alpilles, Le Lubéron, Les gorges du Verdon, les Pré-Alpes puis la côte Italienne escarpée :) 19 nuits au total avec: - 3 couch-surfing - 1 nuit en camping - 1 nuit chez mon ami Charles - 14 nuits de camping plus ou moins sauvage.. dont 5 ou 6 à la belle étoile. Vive le freelance! Côté pratique: On s'est rendu compte qu'au bout d'un moment, les vélos et le matos y'en a assez Il est important de pouvoir lâcher les vélos pour se balader "librement" sans contrainte ni sacoches. - les couch surfing ou warmshowers, chez qui il est possible de laisser le matos. - les campings (il y a normalement un local prévu à cet effet même si vous ne dormez pas sur place) - les commerces -  ou bien cachés dans la nature ( plus risqué) :p Orientation: Nous nous sommes servis de l'application smartphone 'maps.me' que l'on peut utiliser sans internet pour s'orienter: elle nous a permis de trouver plus d'un lieu pour camper dans la pampa.. Budget: de nourriture, logement et autres: environ 250 euros chacun ( 1 restaurant, quelques focaccias et pizzas et le reste à la popotte (sisi on peut vraiment se régaler au réchaud). Blablacar de retour vers Toulouse: environ 90 euros chacun. Transport retour: Le retour s'est fait de Lerici jusqu'à Montpellier et de Montpellier à Toulouse, tout ça en covoiturage, un peu chanceux oui?.. Matos: Vêtements et hygiène, voici ma liste de matériel personnelle : Il est très facile de nettoyer ses habits sur le chemin, ce qui fait qu'on a pas pris grand chose. "Un sac à dos trop lourd est un sac chargé d'angoisse" comme on dit. C'est pareil pour le vélo? Séchage relativement rapide sur la route avec le vent et le soleil (si il y en a). OUTILLAGE / REPARATION CAMPING / CUISINE VETEMENTS Pompe Rustines avec colle Chambre(s) à air Démontes-pneu Rayons de rechange: j'aurais du!!  Câbles de frein Multi-outils Strict minimum! Pneus marathon plus (quasi increvables) Tente, Paréo, 1 serviette micro fibre pour 2 Matelas Sac de couchage - Sac à viande  Cordelette, pinces à linge Réchaud à gaz Lampe de poche ou frontale gobelet Fourchette, cuillère Couteau de poche Ouvre-boîte Briquet Sel, poivre, huile Camelback 2L + 2 gourdes Pastilles de traitement de l’eau (non utilisées) Chaussettes mérinos 3 paires (2 suffisent). 2 caleçons 2 T-shirts coton mérinos  1 pull quechua  1 short léger pour le soir  1 paire d'espadrilles! et oui il faut bien 1 Pantalon convertible 1 Short vélo cuissard 1 Veste imperméable gore tex Bonnet Gants Bandana Chaussures nike de ville HYGIENE / SOINS EQUIPEMENT GENERAL DU VELO DIVERS 1 savon Shampoing Brosse à dents, dentifrice Crème solaire Antimoustique Papier de toilette Lingettes humides Trousse de premiers secours Sacoches arrière étanches Ortleib Sacoche de guidon Petit Sac pour porte-bagages Tendeurs élastiques,  sangles Rétroviseur Eclairage Gourdes Casque Cadenas (avec sa clé!) Lunettes de soleil Appareil de photo (pas pour longtemps) Chargeur externe Cartes mémoire Téléphone Crayon, stylo Bloc-notes (pas utilisé... dommage) Livres 2: 1 sylvain tesson et 1 Jiddu Krishnamurti Adresses de contacts sur place Passeport Argent liquide Carte de crédit Masque et tuba.
Voir le carnet
Départ des ptis fayots à Toulouse à 20h00 après les derniers préparatifs! Aziz sponsor officiel de la popotte et de la soupe deshydratée!
Locos de Bicicleta
19 jours
974 km
par jokino
18
Ce projet est né durant l'été 2016. Nous habitons au bord de la Charente depuis 3 ans, près de Saintes. Je n'ai personnellement jamais fait de randonnée en canoë, à part de petites balades à la journée. En mai, nous sommes partis en reconnaissance le long de la Charente aux environs de Roumazières. Là-bas, elle est bien basse, pas entretenue et les points d'embarquement sont inexistants. Le premier endroit qui nous a paru navigable avec un coin d'embarquement est en limite Charente/Vienne à Benest. Après l'achat d'un canoë (Prospector 15 Nova Craft) et du matériel adéquat, nous avons commencé par une balade sur la Charente à Chaniers puis sur la Seugne. Pour protéger nos affaires de bivouac et de la nourriture (autonomie de 3 jours), nous avions deux sacs étanches (40L et 60 L) + un petit bidon pour les téléphones et papiers et un jerrican avec 10 L d'eau. Afin de profiter de ce séjour, j'ai découpé le parcours en faisant des étapes de 20/25 km par jour. Les 3 premiers jours ont été longs car beaucoup de barrages, digues, moulins à passer et un peu de marche à pied car peu de fond à certains endroits. Ensuite, on passe par de nombreux petits bras ombragés jusqu'à Angoulême. Puis, c'est le royaume des écluses et des bateaux de croisières mais nous avons été relativement tranquilles. Après St Savinien, on entre dans un nouveau monde : marées, vase, bâteaux de pêche, grandes lignes droites... Tout s'est passé sans encombres ! Nous avons bien sûr envie de continuer sur d'autres cours d'eau sauvages et peu fréquentés.
Voir le carnet
Descente de la Charente en Canoë
Descente de la Charente en Canoë
14 jours
316 km
18
Après toutes ces années à bucher sur nos cours (ingé bio pour Guillemette, kiné pour Marie et médecine pour Laurine), c'est parti pour la liberté ! Et quoi de mieux pour se sentir libre que le vélo de randonnée et la grimpe ? Nous avons chargé les sacoches avec ce qu'il nous semblait nécessaire et un peu plus pour le confort (le hamac !) et surtout on a bien pensé à prendre le baudrier d'escalade et les chaussons, pour la suite du voyage. C'est parti pour deux mois sur les routes de France, celles que nous ne connaissons pas parce qu'elles sont loin de chez nous mais qui nous ont toujours attirées et celles que nous connaissons bien mais que nous sommes toujours contentes de re-découvrir.  Au programme : / Section 1 / la traversée des Pyrénées du pays basque à Perpignan en solo (Laurine) jusqu'en Ariège. / Section 2 / la suite des Pyrénées à 2 (Marie rejoint Laurine à St Girons) en une dizaine de jours, puis 3 jours d'escalade à Tautavel où l'on retrouve Guillemette. / Section 3 / une traversée de Perpignan jusqu'au Verdon à 3 copines. / Section 4 / une boucle à 2 (Laurine et Guillemette) dans le sud-est de la France (Mercantour, arrière pays niçois, Verdon) avec le matériel d'escalade dans les sacoches pour s'arrêter grimper quand on voit une falaise qui nous plait. / Section 5 / le Ventoux, la Drome et le Vercors avec quelques jours de grimpe. Retour en Haute-Loire pour Laurine et direction les Alpes du Nord pour Guillemette (stoppée quelques jours plus tard par le 2nd confinement...) Bientôt plus de pétrole, préparez vos guiboles ! Signé "le gang de Neulise sur Verdon" alias Marie, Guillemette et Laurine
Voir le carnet
Vélo, grimpe, guitare ... La vie de bohème ! Falaise d'Eyroles (26)
Voyage grimpe à vélo 2020
53 jours
18
Une via ferrata en altitude dans les Dolomites de Brenta qui se parcourt sur plusieurs jours ! Ce n'est pas l'image que nous avons depuis la France d'une via ferrata. C'est cependant plus la philosophie que l'on rencontre dans les Dolomites (l'origine des vie ferrate). Les via sont une sécurisation d'un passage alpin logique. Quand on regarde ces montagnes impressionnantes, on se demande où va passer le sentier ! Grace à un cheminement astucieux, et avec l'aide de câbles, d'échelons et d'échelles, l'itinéraire se faufile dans les faiblesses naturelles des parois. Le résultat est vraiment classe. Les paysages uniques.  Il est interdit de bivouaquer dans les Dolomites de Brenta (parc) cependant on peut le faire à côté des refuges, ce que nous avons fait. La via est très bien équipée dans l'ensemble. Pour quelqu'un ayant le pied montagnard et une expérience en escalade, elle ne présente pas de difficulté par beau temps sans vent. La partie présentée en bonus (5ème section), qui peut se faire pour rejoindre le haut de Grostè et la Via Delle Bocchette, présente en revanche des passages assez expo non protégés par des câbles, certaines zones sont brochées et peuvent être assurées avec une corde et des dégaines. Cette partie demande d'avoir un réel pied montagnard pour ne pas la "subir" (et des conditions météo clémentes). Matériel spécifique : un baudrier, une longe de via, éventuellement crampons, nous avons pu contourner les petits glaciers, ou franchir de petits passages où il était crépi de cailloux, façon papier de verre. Donc pas eu besoin de chausser les crampons, mais l'année 2022 a été particulièrement sèche. Une année plus "normale", il doit rester des névés où les crampons voire un piolet pourraient être utiles. La glace que nous avons vue était de la glace vive parsemée de pierres. On a croisé des personnes tenter de les traverser pour éviter le dénivelé et/ou ne pas marcher dans les moraines très instables, et l'un d'eux a glissé et s'est fait un peu mal, contusions au visage... Bref, il faut quand même être vigilant. Ne sachant pas les conditions qu'on allait rencontrer, en plus du matos de bivouac, nous avions : un brin de corde de 15m, des dégaines, piolet et crampons, et même une broche à glace ;-). On aurait donc pu être bien plus légers :-). Les sacs pesaient 11kg avec l'eau ce qui reste raisonnable. À noter que nous avons planté la tente aux abords des refuges mais pris nos diners dans lesdits refuges. Eau : on croise peu de sources, on peut recueillir de l'eau aux abords des glaciers, mais dans l'ensemble il y a peu d'eau, il faut en prendre une bonne quantité avec soi. Et dans une partie des refuges, l'eau n'est pas potable ; on peut y acheter des bouteilles d'eau minérale (environ 3€ le litre). Taille des sections : on peut globalement faire ce trajet en morcelant davantage et ainsi faire de plus petites journées. Il y a de nombreux refuges qui permettent de couper le parcours.
Voir le carnet
Via Ferrata Bocchette
Via Ferrata Bocchette
6 jours
51.5 km
par Olivier
18