2 invités en ligne

Nice --> Bonneval en vélo par les pistes

Nice --> Bonneval en vélo par les pistes

(réalisé)
Remonté de Nice en longeant la frontière italienne jusqu'à Bonneval en passant le plus possible par des pistes/chemins. Entre route et VTT, ou "gravel" pour parler moderne!
vélo de randonnée
Quand : 13/06/22
Durée : 17 jours
Distance globale : 595km
Dénivelées : +18405m / -16397m
Alti min/max : 9m/2734m
Carnet publié par loebo le 25 sept.
modifié le 25 sept.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en bus
Précisions : Bus Grenoble Nice direct en 4h avec les vélo en soute (prévoir des cartons pour les protéger et 6€ de supplément sur le prix du billet)
133 lecteur(s) -

Le topo (mise à jour : 25 sept.)

Description :

La trace prévisionnelle, en pratique on n'a pas suivi exactement le découpage annoncé mais l'idée est là!

Télécharger les traces et les points de ce carnet GPX , KML

Le compte-rendu (mise à jour : 25 sept.)

Alors que nous commencions à planifier nos vacances d'été et que nous commencions à regarder la carte pour trouver une idée d'itinéraire, je tombe un peu par hasard sur le Lonely Planet "l'Europe à vélo". En le feuilletant je suis tombé sur l'itinéraire "Turin - Nice" un "rallye" en gravel à travers les Alpes... L'itinéraire a l'air magnifique et les paysages tout autant!
C'est ainsi que l'idée est née. Ensuite nous préférons le faire dans le l'autre sens pour pouvoir continuer le périple si l'envie nous en prend et surtout pouvoir rentrer à la maison tranquillement.

Pas de gravel pour nous, nous préférons prendre notre temps et avoir un bivouac confortable. Les vélos avec sacoches ont fait leurs preuves en Amérique du Sud sur des pistes bien pires (quoique certaines sections du périple aient été particulièrement mauvaises mais ça n'a jamais duré très longtemps). 

Nous rejoignons Nice par le bus (direct depuis Grenoble) avec les vélos dans la soute, et en avant!

Le départ se fait en douceur le long de la Promenade des Anglais... Je crois que ce seront les seuls kilomètres de plat des 3 prochaines semaines! :D

Les Alpes du Sud nous montrent au mois de Juin leur plus beau visage, la végétation est encore luxuriante, le vert est partout, les plantes sont en fleurs, les routes sont très peu fréquentées, bref le voyage commence au mieux. Malgré un coup de chaleur en rentrant dans les terres, nous ne souffrons pas tellement de la canicule en adaptant nos horaires et notre itinéraire monte très vite en altitude.

Nous attaquons bientôt nos premières pistes de terre et très vite le bonheur que nous avions en Amérique du Sud à parcourir les territoires au plus près de la nature, avec notre maison dans nos sacoches, revient.

Les paysages des Alpes n'ont rien à envier à ceux d'Amérique du Sud et la solitude est ici aussi très présente, toute proportion gardée bien sûr. En pratique nous n'avons que rarement besoin de porter de la nourriture car les villages sont malgré tout très présents, ce qui est toujours un bon prétexte pour un café ou une bière selon l'heure.

Après les premiers jours dans l'arrière-pays Niçois nous arrivons très vite en Italie, presque à regret tant nous avons aimé ces quelque jours dans les Alpes-Maritimes. Les paysages changent vite. La végétation est ici beaucoup plus luxuriante, nous prenons de l'altitude également et les alpages apparaissent.
Ces quelques jours en Italie nous laisserons un souvenir magnifique, nous nous sentons en voyage, dépaysés et impatients de découvrir la vallée suivante qui est toujours plus belle que la précédente. Le voyage nous porte, nous oublions le reste, le quotidien se met en place. Lever le camp, pédaler, gravir un col, profiter du paysage, descendre le col et puis attaquer un nouveau col, chercher le plus beau coin de pique-nique/sieste possible, re-pédaler, passer un deuxième col, chercher le plus beau coin de bivouac possible et tout recommencer. Le tout en se laissant surprendre par les surprises du voyage. Bref la vie comme on l'aime.


Notre itinéraire est bien équilibré entre piste et route, les kilomètres défilent relativement vite mais nous passons beaucoup de temps en altitude , seuls au monde la plupart du temps. Les dénivelés sont sévères et la fatigue se fait sentir. Le lac de Pontechianale, au pied du col Agnel côté italien sera l'endroit parfait pour prendre deux jours de repos tout en profitant de la cuisine italienne et des spritz (qui remplacent avantageusement la bière par ici!).

Et finalement très vite, trop vite, nous retrouvons des paysages connus en arrivant dans le Queyras. Connus, mais pas tellement finalement car le point de vue change radicalement selon les activités, le moyen de locomotion, la saison. Dire que l'on connait un endroit alors que nous y sommes passés seulement deux ou trois fois est sans doute présomptueux. Nous habitons Belledonne et pourtant nous découvrons chaque week-end un nouvel endroit, ou un nouvel aspect du même endroit.
Bref, cette petite digression pour dire que même si le dépaysement est moins total, les paysages restent splendides et le voyage passionnant. Ceci dit nous avons eu une longue période de route en France entre le col Agnel et Briançon et nous sommes heureux de retrouver l'Italie pour une dernière section de piste à partir de Sestrière.

Et voilà, trop vite nous voilà déjà arrivés à Bonneval. Cette traversée est tout simplement magnifique, nous avons parcouru des paysages splendides et les pistes empruntées ont permis de réellement ressentir la joie de l'aventure, qui manque trop souvent lors des voyages sur route. Ces 3 semaines resteront clairement un de nos plus beaux souvenirs de voyage à vélo, nul doute que cet itinéraire découvert un peu par hasard deviendra rapidement "mythique" pour les amoureux du vélo et des montagnes!
Commentaires
Anthony - 27 sept.
Merci pour ce compte-rendu, trop chouette :)
C'est un itinéraire qui me donne envie depuis si longtemps, dans le même état d'esprit que vous : prendre le temps :) Vos images ne font qu'amplifier mon désir d'y aller.
Comme vous le mentionnez, dommage que la partie haut-alpine emprunte autant de route... Mais le reste a l'air fantastique. Vous avez croisé beaucoup de cyclistes ? (à part au Colle Fauniera !)
Encore merci pour le partage.

loebo - 06 oct.
Anthony :
Merci pour ce compte-rendu, trop chouette :)
Comme vous le mentionnez, dommage que la partie haut-alpine emprunte autant de route... Mais le reste a l'air fantastique. Vous avez croisé beaucoup de cyclistes ? (à part au Colle Fauniera !)
Encore merci pour le partage.


Salut Anthony! Je n'avais pas vu ton message! On a croisé quelques personnes à vélo, beaucoup de cyclo sportif et seulement 4 ou 5 personnes en mode backpaging en gravel et sinon personne avec des sacoches.
Pour la partie Nord on a vu qu'il y avait une alternative à l’Izoard qui passe par le col des Peas et je pense qu'à la place du montgenèvre + Mont Cenis ça peut être intéressant de tester par la vallée étroite au-dessus de névache. Mais dans ce cas on loupe toute la dernière partie italienne qui est vraiment splendide... Après faut regarder par des chemins plus VTT mais nous on a pas voulu tester...
Bonne route!