17 invités en ligne

A travers la Corse sur le GR20

A travers la Corse sur le GR20

(réalisé)
Et voilà, après un an de préparation, nous y sommes. Nous voici à la veille de notre déambulation du Sud au Nord à travers la Corse, sur le mythique GR20. Été 2021: tout est parti d’une proposition de mon neveu Maxime au retour de mon périple en bikepacking sur le Stevenson. Ça tombait bien car j’étais en pleine recherche d’un nouveau challenge. Le GR20 ne m’était pas inconnu, mais j’ai toujours estimé que c’était au-dessus de mes possibilités. Rendez-vous est donc pris pour fin juin/début juillet 2022.
randonnée/trek
Quand : 24/06/22
Durée : 12 jours
Distance globale : 166km
Dénivelées : +11053m / -11108m
Alti min/max : 233m/2567m
Carnet publié par La Lozère le 16 sept.
modifié le 16 sept.
587 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : Etape 5 (mise à jour : 14 sept.)

Distance section : 25.1km
Dénivelées section : +859m / -992m
Section Alti min/max : 1143m/1628m

Description :

.
Bivouac du col de Verde ► Gite/hôtel du col de Vizzanova

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Etape 5 (mise à jour : 14 sept.)

La météo se confirme dans la nuit. Nous entendons le tonnerre gronder mais pour l’instant, pas de pluie. Le changement de programme promet une longue étape. Un rapide calcul nous donne une étape à 26 km environ. L’avantage, c’est que ça va nous raccourcir notre étape 6 qui devait être longue. L’inconvénient c’est que nous n'allons pas monter sur le Monte Renozo et ne pas voir les Pozzines.

Comme la veille le départ se fait à la frontale à travers les bois. Une belle forêt où nous pouvons voir les magnifiques sapins géants de Marmano. Impressionnants…. Ils sont immenses. Et étonnamment, leurs cimes est "tronquée": sûrement un effet du vent lors de la pousse.

On se sent petit
On se sent petit
Cette étape se fait quasiment entièrement dans la forêt, entrecoupée de traversées de ruisseaux sous un ciel couvert.
Il ne manque pas d'eau sur le GR20
Il ne manque pas d'eau sur le GR20
Petit passage sur une racine spécialement sculptée avec des marches. Mais la confiance n’est pas là en descente alors nous préfèrons les cailloux.
Non, non!!! Pas à droite
Non, non!!! Pas à droite
C’est là que la météo annoncée fait son apparition. La pluie commence à tomber, et les habits de pluie sont de sortie. Nous avons bien fait de changer notre programme: nous entendons bien le tonnerre. S'il y a du monde sur le Monte Renoso, ils ne doivent pas être à la fête. L’air et le sol devenant humide, les salamandres en profitent pour prendre l’air.
Quand on vous dis qu'il y a de gros sapins....
Quand on vous dis qu'il y a de gros sapins....
Laissez moi tranquille, je prends l'air....
Laissez moi tranquille, je prends l'air....
Petite halte à Capanelle pour couper cette étape un peu longuette: Capanelle est le nom d’une ancienne bergerie devenue aujourd’hui un gite, mais c’est également une micro-station de ski.
Nous devions faire étape ici au gite U Fugone, mais ce sera juste la traditionnelle pause.
Nous continuons dans ce décor végétal. Les points de vue dégagés manquent un peu. Et la longueur de l’étape commence à se faire sentir.
Bleu, blanc, rouge
Bleu, blanc, rouge
Après la Bocca Palmente, nous prenons la variante permettant de rallier directement le Col de Vizzavona sans passer par Vizzavona. Cela va nous permettre de faire l’économie d’environ 300m de dénivelée demain. Et comme nous n’avons pas de ravitaillement à faire, il n’y a pas grand intérêt à y descendre.
Pour nous, ce sera à gauche.
Pour nous, ce sera à gauche.
Dans la descente vers le col, une petite erreur de navigation nous égare dans les bois en direction de la Femme Perdue. Pour le coup, c'est nous qui nous nous sommes perdus: une petite demi-heure et environ 2km aller/retour.
Sur la fin d’étape, nous croisons nos 4 compagnons de la première heure qui ne sont plus que 3 sur le GR. Leur étape entre Matalza et le Col de Verde aura eu raison de l’un d’entre eux. Arrivée vers 14h30 après 9h15 de marche, nous voici arrivés à l’hôtel Monte d’Oro. Nous sommes cuits….
L’accueil de la tenancière y est particulièrement chaleureux. Nos chambres n’étant pas prêtes, nous profitons du petit salon à la déco, comment dire… très vintage années 50, pour nous restaurer. Les fauteuils sont dangereux: il faut être vigilent car on peut vite tomber dans les bras de Morphée.
Vintage, très vintage.
Vintage, très vintage.
Notre chambre est spartiate dans la partie gite de l’hôtel. Mais cette nuit, nous allons dormir dans un vrai lit et prendre une vraie douche bien chaude alors nous ne faisons pas la fine bouche.
La petite sieste est très agréable mais un petit doliprane, le premier, est nécessaire car j’ai bien mal aux pieds. Les étapes longues et roulantes ne sont pas pour moi.

Dehors, le temps se déchaine. Nous sommes bien content d’être ici à l’abri. Pour le coup, nous avons géré grave…
L’apéritif sera pris avec 4 randonneurs qui feront la même étape que nous demain.
Le repas en salle nous fait du bien: soupe, riz, truite et part de tarte. Cette petite pause dans le confort est très agréable et fait du bien au moral.

Qu’elle fut longue cette étape… trop pour moi. Avec la petite erreur: nous sommes presque à 30km. Je n’ai pas pris beaucoup de plaisir: trop monotone, trop "roulante", et pas assez de vues dégagées. Voir ces grand sapins est impressionnant, mais après un certain temps…. Pour moi, cette étape est celle que j’ai le moins appréciée, et qui moralement m’aura le plus marquée.
D’un autre côté, nous pouvons nous réjouir d’en avoir fini avec le Sud. Après toutes les rumeurs sur la partie nord, nous avons hâte d’y être: nous sommes en pleine forme.
Commentaires