1 membre et 29 invités en ligne

A travers la Corse sur le GR20

A travers la Corse sur le GR20

(réalisé)
Et voilà, après un an de préparation, nous y sommes. Nous voici à la veille de notre déambulation du Sud au Nord à travers la Corse, sur le mythique GR20. Été 2021: tout est parti d’une proposition de mon neveu Maxime au retour de mon périple en bikepacking sur le Stevenson. Ça tombait bien car j’étais en pleine recherche d’un nouveau challenge. Le GR20 ne m’était pas inconnu, mais j’ai toujours estimé que c’était au-dessus de mes possibilités. Rendez-vous est donc pris pour fin juin/début juillet 2022.
randonnée/trek
Quand : 24/06/22
Durée : 12 jours
Distance globale : 166km
Dénivelées : +11053m / -11108m
Alti min/max : 233m/2567m
Carnet publié par La Lozère le 16 sept.
modifié le 16 sept.
615 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Le Bilan (mise à jour : 15 sept.)

C’est l'heure du bilan sur cette aventure extraordinaire.

Une chose est sûre: il ne faut pas venir faire cette balade "la fleur au fusil". Une bonne préparation est nécessaire pour être sûr d’en profiter un maximum. Nous, il nous aura fallu 1 an: pas mal de rando au programme avec Karine et Titi qui nous aurons accompagné tout au long de cette préparation.


Bien préparer son parcours aussi pour l’adapter à ses capacités. La préparation mentale est aussi importante. Rien de particulier pour ça mais énormément de lectures de différents récits, de blog, de pages Facebook, etc. Cela permet de prendre bien conscience de ce qui nous attend, et d’être le moins surpris possible face aux difficultés.
On s'en lasse pas.
On s'en lasse pas.
A propos de la difficulté: le plus dur...Nord-sud ? Ou Sud-Nord ? Tout le monde s’accorde à dire qu’un GR20 attaqué du Nord est plus dur que du Sud.
Je dirais oui et non.

Oui car en attaquant du nord, le randonneur se prend d’entrée de jeu 4-5 claques dans la gueule. En effet, les étapes les plus dures sont les 4-5 premières. Et même préparer il y a de quoi prendre un bon coup au moral et le physique n’est pas forcément prés pour ça.


L’avantage en partant du sud, c’est que le corps se prépare petit à petit, et dans notre cas, nous sommes arrivés dans le nord, dans les étapes les plus dures, avec une condition au top.
Le Bilan
Non, car en partant du sud, les difficultés sont les mêmes. Nous avons gravi les mêmes montagnes avec les mêmes difficultés. Descendu les mêmes descentes infernales. Escaladé ou désescaladé les mêmes cheminées.

Non, car en attaquant du sud, les randonneurs croisés nous prédisent l’enfer dans le nord. Surtout quand on annonce que l’on va doubler la 2 et la 3. Et là, le moral en prend un coup, et il faut bien s’accrocher.
Le Bilan
Même si nous avons bien vécu notre GR20, sans trop de bobos ou de coups de mou, cela n’en reste pas moins une épreuve. Max aura perdu 8kg et moi 3kg. Et ça, sans s’en rendre compte. Cela laisse quand même des traces. Mes chevilles se feront ressentir pendant près d’un mois après notre retour et pareil pour les genoux de Max.
Plouf...
Plouf...
Parmi les clés de notre réussite, nous pouvons citer différentes choses.
Les étirements sont important pour attaquer l’étape du lendemain sans douleurs. Et cela m’a permis de ne pas ressentir mon aponévrosite et mon mal aux tendons.
Partir tôt pour éviter les chaleurs est vraiment important. Cela permet d’éviter une déshydratation trop importante, de ne pas avoir le corps qui souffre de la chaleur et donc cela limite la fatigue. L’inconvénient c’est qu’on arrive tôt au refuge, et qu’ il faut tuer le temps. Mais les paysages sont tellement beaux, et on a t'en à faire que le temps ne nous semble pas long.

Beaucoup disent que l’eau est rare sur le GR 20. Il faut juste être prévoyant et il y en a un peu partout. Alors avec un système de filtration, vous ne rencontrerez pas de problème de ce côté-là.

Le Bilan
Avoir découvert l'ile par son côté sauvage donne juste envie de revenir.
J'ai d'autres projets en tête alors on va attendre mais 2025 me parait bien. Ce sera l'occasion de prendre un peu plus de temps: 15, 16 jours.
Je pourrais ainsi faire certaines choses qui n'ont pas été faites: le cirque de la solitude, le Monte d'Oro, la bergerie I Croci dont la réputation parcourt elle aussi le GR, la variante entre Capannelle et le Col di Verde…

Le faire du nord au sud sera également l'occasion d'avoir une approche différente et de rencontrer les randonneurs partageant les mêmes choses aux mêmes moments pour échanger nos impressions autour d'une Pietra le soir au refuge.
Le Bilan


Bref, ce fut une expérience extraordinaire. Les gens disent que je ne suis pas très expressif, un brin solitaire, et ils ont surement raison. Mais voilà, pour moi cette aventure avec mon Maxou représente beaucoup, beaucoup de choses. Par pudeur je ne m’étendrais pas sur le sujet. Certains comprendrons, d’autres non. Peu importe….

Merci Maxou de m’avoir invité dans cette aventure.
Il serait fier de toi....
Il serait fier de toi....
Commentaires