15 invités en ligne

A travers la Corse sur le GR20

A travers la Corse sur le GR20

(réalisé)
Et voilà, après un an de préparation, nous y sommes. Nous voici à la veille de notre déambulation du Sud au Nord à travers la Corse, sur le mythique GR20. Été 2021: tout est parti d’une proposition de mon neveu Maxime au retour de mon périple en bikepacking sur le Stevenson. Ça tombait bien car j’étais en pleine recherche d’un nouveau challenge. Le GR20 ne m’était pas inconnu, mais j’ai toujours estimé que c’était au-dessus de mes possibilités. Rendez-vous est donc pris pour fin juin/début juillet 2022.
randonnée/trek
Quand : 24/06/22
Durée : 12 jours
Distance globale : 166km
Dénivelées : +11053m / -11108m
Alti min/max : 233m/2567m
Carnet publié par La Lozère le 16 sept.
modifié le 16 sept.
587 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : Etape 6 (mise à jour : 13 sept.)

Distance section : 17.3km
Dénivelées section : +1789m / -1110m
Section Alti min/max : 966m/2060m

Description :

.
Gite/Hôtel du col de Vizzanova ► Refuge de Petra Piana

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Etape 6 (mise à jour : 13 sept.)

Avec cette étape 6, nous attaquons le Noooord…. Les petits changements de la veille doivent nous faire faire une étape 6 qui devrait être bien moins longue que prévue.
Depuis le Col de Vergio, le chemin pour rejoindre le tracé normal n’est pas évident à trouver. Finalement nous le dénichons au fond d’un renfoncement terreux le long de la route.

Passage rapide devant le fort de Vaux...enfin plutôt ce qu’il en reste. Ça ressemble plus à une grosse ruine.

Un peu d’histoire: le fort a été construit en 1769 sur les ordres du comte de Vaux afin d'assurer la sécurité des communications à l'intérieur de l'île. Il s'agissait, à l'origine, d'un ensemble fortifié comprenant un donjon central flanqué de quatre bastions. Il ne reste plus aujourd'hui que des pans de murs ainsi que sept marches d'un escalier.
Oui, oui, c'est le tas de cailloux droit devant...
Oui, oui, c'est le tas de cailloux droit devant...
A partir d’ici, nous replongeons dans la forêt en direction de la cascade des Anglais. Le site est magnifique avec toutes ces petites cascades. Elles appellent à la baignade mais à 6h30 du matin, cela fait un peu tôt.

Si le début de la grimpette est relativement facile en forêt ou sur des dalles, très vite le chemin se redresse après la passerelle de Turtettu.

C'est tout là-haut qu'on va ?
C'est tout là-haut qu'on va ?
En fait, depuis le col de Vizzavona, c’est 950m de dénivelée sur 5km. Le calcul est simple… 20% de moyenne. Mais en étant parti à la fraiche, c’est finalement assez agréable. En se retournant, la vue est magnifique.
Nous sommes partis de touuuut en bas !!!
Nous sommes partis de touuuut en bas !!!
A l’approche du sommet, le soleil fait son apparition et avec lui, la chaleur. Les derniers mètres se font sur de grandes dalles qui reflètent le soleil et la chaleur. Pour voir le sommet, il faut lever la tête. Cette partie est vraiment très raide et il faut souvent s’aider des mains.
C'est un peu l'autoroute là !!!
C'est un peu l'autoroute là !!!
Arrivés au sommet, la pointe de Muratello, nous faisons une petite pause en profitant du paysage. Certains partent d’ici pour faire la variante du Monte d’Oro mais ce n’est pas au programme de notre journée. D’ici nous pouvons voir le refuge de l’Onda où nous devrions passer la nuit.
Mais voilà, nous retrouvons nos compères qui sont maintenant 3. Ils ont prévu de doubler cette étape. Alors après avoir échangé un petit peu, comme nous nous sentons bien et qu’il est encore très tôt, avec Max nous décidons de faire la même chose. Ce sera l’occasion de passer une bonne soirée.

Attention à la marche
Attention à la marche
Après le sommet, nous attaquons la descente jusqu’à Bocca d’Oreccia. Initialement, nous avions prévu de faire la variante entre l’Onda et Petra Piana. Mais nous avons entendu parler de la présence magnifique de vasques dans la vallée du ruisseau de Monganello alors nous poursuivons la descente vers l’Onda: ce serait dommage de se passer d’un plaisir de baignades.
En bas le refuge d'Onda.
En bas le refuge d'Onda.
Arrivés au refuge de l’Onda, nous ne regrettons pas notre choix. Il y a un grand parc où, ici, ce ne sont pas les animaux qui sont parqués mais les randonneurs. Mais bon, c'est un peu pareil, non ??
Les tentes de location sur le pourtour extérieur laissent présager un envahissement du centre par les randonneurs ayant leurs propres tentes: ce n’est pas vraiment tentant.
Bienvenue au refuge de l'Onda
Bienvenue au refuge de l'Onda
En plein ravitaillement hélico, nous faisons quand même une petite pause au refuge pour manger un morceau et boire un coup.
Et surtout nous devons résoudre un petit problème logistique. A l’apéritif d'hier au soir, sachant que nous arriverions tôt à l’Onda, les 4 randonneurs nous ont demandé de réserver leurs menus du soir et nous ont donné les 100€ nécessaires. Les lasagnes au brocciu de l’Onda sont, paraît-elles, divines, mais il faut arriver tôt pour être sûr d’en avoir. Après un petit échange avec la gardienne, voilà l’affaire réglée: les réservations sont prises et payées; nous pouvons continuer.
Nous n’aurons pas l’occasion de revoir nos 4 compagnons d’un soir. Alors nous espérons que tout s’est bien passé et qu’ils ont pu profiter de leur plat de lasagnes.
C'est reparti
C'est reparti
La traversée de la passerelle de Tolla nous met l’eau à la bouche. L’eau est cristalline et les vasques magnifiques. Mais il y a un peu de monde, alors nous poursuivons notre chemin. L’occasion se présentera bien un peu plus haut.
Pas de baignade, trop de monde...
Pas de baignade, trop de monde...
A partir d’ici, c’est 900m de dénivelée qui nous attendent. Avant de rentrer dans le dur, nous en profitons pour faire une petite pause à la bergerie de Tolla: petit coca et surtout un brugnon. C’est un délice ce fruit: le premier depuis le début. L’endroit est vraiment très sympa.
You are alone Maxou ?
You are alone Maxou ?
Nous voici reparti...pas pour longtemps. Nous trouvons l’endroit parfait pour un petit bain: une magnifique vasque avec une cascade. Une eau pure qui me rappelle encore une fois les baignades de mon enfance en Lozère.
Ça fait rêver, non ?
Ça fait rêver, non ?
Un p'tit bain pour le chef....
Un p'tit bain pour le chef....
L’endroit est magique, nous sommes comme des dingues. L’eau est un peu fraiche mais agréable. Nous trouvons même une micro cascade pour se faire un massage du dos. Nous pourrions faire du toboggan sur les dalles glissantes mais ce n’est pas le moment de nous blesser.
n'en profites pas trop Maxou
n'en profites pas trop Maxou
Une grande partie de la montée se fait le long de ce ruisseau où l’invitation à la baignade est présente à tout moment. Mais bon, il faut bien finir cette étape.
Mine de rien on en chie....
Mine de rien on en chie....
La fin de l’étape, au soleil, est épuisante. Nous avons l’impression de ne pas avancer. Là, nous dérouillons bien: soleil, chaleur, dénivelée… Un cocktail à vous faire tirer la langue. Nous sommes sur les rotules mais l’étape fut magnifique. Nous nous sommes régalés.
Nous finissons bien par déboucher au refuge de Petra-Piana après plus de 10h dans cette étape.


Mais qu’elle vue: cela aurait été dommage de se passer d’une nuit ici. Depuis la terrasse, la vue est époustouflante.
Une des plus belles vues en refuge
Une des plus belles vues en refuge
Pour le repas du midi, ce sera une magnifique part de taboulé. Nous nous régalons et après les 1850m de dénivelée aujourd’hui, il nous faut au moins ça pour récupérer. Ce refuge est vraiment bien équipé, et la "team" est vraiment sympa. Avec gourmandise nous aurions pu manger des frites mais nous sommes arrivés trop tard. Et les sundaes auraient été déraisonnables….
Après ça, on sera bien requinqué !
Après ça, on sera bien requinqué !
On vous gène pas là ????
On vous gène pas là ????
Nos compères arrivent assez tard. Et maintenant ils ne sont plus que 2. Le 3ème à fini par le Mare à Mare nord et a rejoint le 4ème du groupe. Cela ne nous empêche pas de nous faire un apéro digne de ce nom et d’échanger nos impressions sur ces 6 premiers jours.
Ne pas se laisser abattre...
Ne pas se laisser abattre...
Petit truc que nous ne savions pas. Comme nous ne nous sommes pas arrêtés à l’Onda en arrivant ici, nous n’avions pas réservé de tentes. Mais comme les résas étaient prisent pour l’Onda, le gardien nous a donné nos 2 tentes sans problème. Ce système est bien cool pour qui veut doubler une étape.

Pour le repas du soir, nous avons droit à une ratatouille froide, des lentilles et une mousse au chocolat. Nous sommes au paradis….

Etape 6
Commentaires