12 invités en ligne

A travers la Corse sur le GR20

A travers la Corse sur le GR20

(réalisé)
Et voilà, après un an de préparation, nous y sommes. Nous voici à la veille de notre déambulation du Sud au Nord à travers la Corse, sur le mythique GR20. Été 2021: tout est parti d’une proposition de mon neveu Maxime au retour de mon périple en bikepacking sur le Stevenson. Ça tombait bien car j’étais en pleine recherche d’un nouveau challenge. Le GR20 ne m’était pas inconnu, mais j’ai toujours estimé que c’était au-dessus de mes possibilités. Rendez-vous est donc pris pour fin juin/début juillet 2022.
randonnée/trek
Quand : 24/06/22
Durée : 12 jours
Distance globale : 166km
Dénivelées : +11053m / -11108m
Alti min/max : 233m/2567m
Carnet publié par La Lozère le 16 sept.
modifié le 16 sept.
587 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : Etape 2 (mise à jour : 11 sept.)

Distance section : 12.3km
Dénivelées section : +1118m / -635m
Section Alti min/max : 1012m/1676m

Description :

.
Refuge d'I Paliri ► Refuge d'Asinau

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Etape 2 (mise à jour : 11 sept.)

Pour cette 2ème journée, nous programmons le réveil pour 5h00 et le départ sera donné à 5h30 après un petit déjeuner pris sur la terrasse. La veille, on nous avait prévenu qu’il pouvait y avoir un magnifique levé de soleil. Alors avant d’attaquer notre étape, nous profitons de ce moment magique. Le lever de soleil n’est pas magnifique... il est extraordinaire: un des plus beaux que je n’ai jamais vu.
Lever de soleil à I Paliri
Lever de soleil à I Paliri
Les premiers moments de cette étape me rappelle un reportage qui m’a fait, pour la première fois, découvrir la beauté de ce GR20. Un petit, tout petit passage aménagé entre 2 blocs rocheux où le reportage montrait l’agilité de mules aux pieds sûrs qui assuraient les ravitaillements des refuges.

Un peu moins de 2 heures après notre départ, nous arrivons au Col de Bavella. Pour cette étape, nous avons fait le choix de prendre la variante alpine par les aiguilles. Cette variante est un peu plus compliquée que le tracé normal. Pour un temps, fini les petites marques rouge et blanche: nous cherchons ici des petites marques jaunes.

Les petites marques jaunes
Les petites marques jaunes
Dans ce sens, le début est une grosse montée dans les blocs. Nous prenons notre temps, et cela passe tranquille; quelques  passages techniques quand même.
Montée vers la Punta Bigornu
Montée vers la Punta Bigornu
Par cette variante, nous sommes un peu surpris: il n’y a pas de chemin. Nous cheminons de bloc en bloc, de dalle en dalle, et même une petite cheminée à gravir. Au final, rien de très compliqué mais il vaut mieux ranger les bâtons.
Le type de cheminée que nous aurons à gravir
Le type de cheminée que nous aurons à gravir
Le paysage est époustouflant: une multitude de pics rocheux s’ouvre devant nous. Nous nous prenons pour de petits cabris sautant de rocs en rocs. Dans cette variante, il y a un passage réputé, équipé d’une chaine: ce sera le premier de notre périple. Et au final, en dehors de la hauteur, ce passage sur dalle inclinée ne sera pas si compliqué que ça.
Petite passage à chaines
Petite passage à chaines
A la sortie des aiguilles, à la Bocca di u Pargulu 1662m, le vent est particulièrement fort. Nous profitons d’une roche pour se mettre à l’abri et faisons une petite pause casse-croute.
La Bocca di u Pargulu
La Bocca di u Pargulu
Le col de Bavella (Foci di Baveda) est un des 4 grands cols de Corse permettant de relier la côte Ouest à la côte Est de l’île. Culminant à 1218m d’altitude, il est considéré comme le col le plus beau de Corse par l’étendue et la richesse de son panorama. Ce site grandiose attire chaque année de nombreux randonneurs pour découvrir les alentours. Le site se caractérise par des pics déchiquetés, de grandes murailles rocheuses et des pins tordus.
Paysage des aiguilles de Bavella
Paysage des aiguilles de Bavella
La descente sera un peu "longuette". Au départ, dans le maquis, puis nous entrons dans la forêt. Elle est bien raide et nous commençons à entrevoir les difficultés en descente qui nous attendent. C’est en bas de cette descente que nous retrouvons le tracé normal. A partir d’ici, la trace devient facile jusqu’au ruisseau d’Asinau. Nous profitons de ce petit ruisseau pour faire un petit "plouf": cela me rappelle mon enfance en Lozère et les baignades dans les petits torrents qui nous ravissaient mes sœurs et moi. Un peu moins nos parents….
Elle est fraiche ? T'inquiètes ça va bien se passer....
Elle est fraiche ? T'inquiètes ça va bien se passer....
En bord de rivière nous retrouvons nos colocataires partis du Col de Bavella. Aujourd’hui aussi, le refuge d’Asinau, pour eux, ne sera qu’une pause casse-croute.

Notre étape se finit par une petite grimpette pas très longue. Étonnamment, Maxime est dans le dur sur cette montée finale. Arrivé au refuge, ça l’inquiète un peu. Nous verrons demain: il faut bien que nos organismes s’adaptent à ces efforts.

Ça va Maxou ?
Ça va Maxou ?
Le refuge d'Asinau
Le refuge d'Asinau
Arrivée a 12h15 au refuge d'Ascinau: le gardien n'est pas encore là: une petite planche de charcuterie/fromage fera notre repas.
A l’arrivée du gardien, nous récupérons nos tentes. Avec une arrivée de bonne heure, nous choisissons un bel emplacement en duo avec vue montagne
.

Pas mal, hein ?
Pas mal, hein ?
Comme hier, nous profitons du peu de monde pour faire la douche et la lessive.
Le flux de randonneurs arrivant est continu tout au long de l'après midi. Et très vite les emplacements de tentes se font rares: il y a du monde de partout. Certaines personnes se retrouvent même sur l'aire pour hélicoptère: ça va être compliqué pour les retardataires.

La place va commencer à manquer
La place va commencer à manquer
L’apéritif se fait en compagnie d’autres randonneurs et surtout accompagné des chants de Mimi. Une guitare à la main, elle met une ambiance de dingue avec des sons pop-rock comme U2, Ray Charles, etc...
Un moment magique comme je les aime: une vraie soirée de refuge. J'ai kiffé de ouf..

Vas-y Mimi, envoies du son.....
Vas-y Mimi, envoies du son.....
Au cours du repas, petites discussions avec les GRistes arrivant du nord et narrant leurs périples. Encore une fois, la discussion est quelque peu déstabilisante, mais pas de quoi nous décourager. Le moral est au beau fixe, nous "prenons notre pied".
Commentaires