SupervagabondS en Laponie Suédoise

(réalisé) share(partager)
7 semaines en canoë, en autonomie complète, au dessus du cercle polaire arctique.

On avait prévu une grande boucle qui s'est avérée impossible à réaliser.

Notre autonomie était prévue pour 3 mois.

On s'est contentés de la plus belle portion : un aller-retour au milieu des parcs nationaux Suédois avec 6 portages à effectuer.

Le film de ce voyage est visible ici :

https://www.facebook.com/SupervagabondS-en-Scandinavie-1701078950151253/

téléchargeable ici :

Facebook : SupervagabondS en Scandinavie
canoë
Quand : 15/06/16
Durée : 56 jours
Distance totale : 2162.7km
Carnet créé par SupervagabondS le 31 août 2016
modifié le il y a 1 jour
4001 lecteur(s) - 126
Coup de coeur !
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Notre ami le Sami / 26 Juin (mise à jour : 12 sept. 2016)

C'est l'histoire d'un curieux qui a vu notre tente et s'est demandé ce que l'on faisait là ! Alors rien de plus simple pour lui de venir nous voir et de nous le demander.


Fredericks.  Sami, électricien, gentil, curieux, sage, réaliste. Il a vu un ours deux semaines auparavant !
Fredericks. Sami, électricien, gentil, curieux, sage, réaliste. Il a vu un ours deux semaines auparavant !
Les petites maisons qu'on aperçoit sur la rive d'en face, c'est le village de son père. 
On a discuté durant une bonne heure de la nature, d'humanité, de différences, de l'univers, de la mort, de nos sentiments.
On lui a offert une grosse plaquette de chocolat ! Et j'ai passé le reste de la journée à expliquer à ma fille la teneur de notre discussion, qui fut tenue dans un anglais si peu académique que c’était parfois les mains qui nous permettaient de préciser nos pensées... on avait envie de se comprendre et d’êtres compris.
Les petites maisons qu'on aperçoit sur la rive d'en face, c'est le village de son père. On a discuté durant une bonne heure de la nature, d'humanité, de différences, de l'univers, de la mort, de nos sentiments. On lui a offert une grosse plaquette de chocolat ! Et j'ai passé le reste de la journée à expliquer à ma fille la teneur de notre discussion, qui fut tenue dans un anglais si peu académique que c’était parfois les mains qui nous permettaient de préciser nos pensées... on avait envie de se comprendre et d’êtres compris.
Ca chauffe dur pourtant l'eau reste glaciale. Vraiment la meilleure que nous ayons bu, avec le gout prononcé et évident de la neige. on n'a jamais filtré l'eau cette année.
Ca chauffe dur pourtant l'eau reste glaciale. Vraiment la meilleure que nous ayons bu, avec le gout prononcé et évident de la neige. on n'a jamais filtré l'eau cette année.
L'humain , l'animal,  mais qui va dans le bon sens.
L'humain , l'animal, mais qui va dans le bon sens.
Une journée de repos  à croire qu'il serait possible de se baigner, cette déconvenue nous a marqué : comment allions nous faire pour nous laver décemment ?!
Une journée de repos à croire qu'il serait possible de se baigner, cette déconvenue nous a marqué : comment allions nous faire pour nous laver décemment ?!
On a mieux compris par l 'expérience pourquoi il reste si difficile de vivre dans ces régions.
Quand le soleil cause, il nous plombe, et quand le vent se lève, il s'acharne jusqu’à saouler l’esprit.
On a mieux compris par l 'expérience pourquoi il reste si difficile de vivre dans ces régions. Quand le soleil cause, il nous plombe, et quand le vent se lève, il s'acharne jusqu’à saouler l’esprit.
Décidément, on a pris les maillots de bains mais l'eau est si froide que rien d'y rester 15 minutes pour tenter de s'y adapter provoque des douleurs dans les pieds. Et s'asperger copieusement la tête te donne l'impression d'avoir bu trois vodka cul sec, ou fumé la moquette , selon les goûts !
Décidément, on a pris les maillots de bains mais l'eau est si froide que rien d'y rester 15 minutes pour tenter de s'y adapter provoque des douleurs dans les pieds. Et s'asperger copieusement la tête te donne l'impression d'avoir bu trois vodka cul sec, ou fumé la moquette , selon les goûts !
On laissait les deux gros sacs de nourriture dans le canoë, bien protégés par les bâches. Aucune crainte des ours, ce sont eux qui se sauvent à la vue de l'humain. On tiens l'info de Fredericks !
On laissait les deux gros sacs de nourriture dans le canoë, bien protégés par les bâches. Aucune crainte des ours, ce sont eux qui se sauvent à la vue de l'humain. On tiens l'info de Fredericks !
21 h 06 . On sait que demain on quitte le bivouac. On a aucun repère météo, depuis notre embarquement le smartphone me semble tellement grotesque envers ce que l'on vit, puis la batterie ne tiens plus la charge, alors on décide de le ranger et de ne laisser ouvert que le simple téléphone étanche.
21 h 06 . On sait que demain on quitte le bivouac. On a aucun repère météo, depuis notre embarquement le smartphone me semble tellement grotesque envers ce que l'on vit, puis la batterie ne tiens plus la charge, alors on décide de le ranger et de ne laisser ouvert que le simple téléphone étanche.
Section précédente Section suivante
Commentaires

Actuellement en kiosque

Carnets #49

Carnets d'Aventures N°49

Sommaire détaillé

COMMANDER, S'ABONNER

Points de vente

Prochain numéro
(CA #50) :
fin décembre 2017