SupervagabondS en Laponie Suédoise

(réalisé) (partager)
7 semaines en canoë, en autonomie complète, au dessus du cercle polaire arctique.

On avait prévu une grande boucle qui s'est avérée impossible à réaliser.

Notre autonomie était prévue pour 3 mois.

On s'est contentés de la plus belle portion : un aller-retour au milieu des parcs nationaux Suédois avec 6 portages à effectuer.

Le film de ce voyage est visible ici :

https://www.facebook.com/SupervagabondS-en-Scandinavie-1701078950151253/

téléchargeable ici :

https://drive.google.com/file/d/0B-aXDjTAqfaUb1hXMUxPdnU5Tlk/view?usp=sharing
canoë
Quand : 15/06/16
Durée : 56 jours
Distance totale : 2162.7km
Carnet créé par SupervagabondS le 31 août 2016
modifié le 28 avr.
3351 lecteur(s)
(121 personnes aiment ce carnet)

Coup de coeur !

Vue d'ensemble

Le topo : 5 jours de route (mise à jour : 11 oct. 2016)


Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : 5 jours de route (mise à jour : 11 oct. 2016)

Notre destination, c'est Porjus en Laponie Suédoise, 3500 kms de voiture c'est beaucoup. Alors on avait prévu une pause d'une journée à Arvika Kanot Turistcenter et de repartir le lendemain. C’était l'occasion de revoir Luc Dodeman, qui travaille en famille, et une équipe vraiment sympathique.

http://www.arvikacanoe.se/fr/home.html

Le ferry que l'on prends à Travemûnde, on sait que c'est notre dernier confort avant d’entamer une avancée vers l'inconnu.
Le ferry que l'on prends à Travemûnde, on sait que c'est notre dernier confort avant d’entamer une avancée vers l'inconnu.
Le paysage défile puis la Baltique suggère d'aller se coucher.
Le paysage défile puis la Baltique suggère d'aller se coucher.
On n 'avait pas encore réalisé combien la nuit nous manquerait.
On n 'avait pas encore réalisé combien la nuit nous manquerait.
Les plis du drap qui font la mer.
Les plis du drap qui font la mer.
Arvika Kanot Turistcenter  -  Prête pour l'accrobranche : Un peu de pétoche dans le regard... Ca me rassure de savoir que tu n'es pas une casse-cou !
Arvika Kanot Turistcenter - Prête pour l'accrobranche : Un peu de pétoche dans le regard... Ca me rassure de savoir que tu n'es pas une casse-cou !
Arvika Kanot Turiscenter.  Un lieu et des gens à découvrir.
Arvika Kanot Turiscenter. Un lieu et des gens à découvrir.
On était censés faire une pause pour se détendre ! mais l'envie était trop forte.
On était censés faire une pause pour se détendre ! mais l'envie était trop forte.
Toujours bien accompagnée.
Toujours bien accompagnée.
Merci Sara.
Merci Sara.
Depuis Arvika il restait 1300 km à rouler jusqu'à Porjus... on a donc posé un bivouac sur l'un des très nombreux parkings qui jalonnent la E45, au mobilier épuré.
Depuis Arvika il restait 1300 km à rouler jusqu'à Porjus... on a donc posé un bivouac sur l'un des très nombreux parkings qui jalonnent la E45, au mobilier épuré.
la E45.   1000 kilomètres de forets.  Luc nous a souhaité "Bonne chance"...Durant toute la route on s'est demandés "pourquoi" !?
la E45. 1000 kilomètres de forets. Luc nous a souhaité "Bonne chance"...Durant toute la route on s'est demandés "pourquoi" !?
Plus de doutes : On est dans le nord !
Plus de doutes : On est dans le nord !
Difficile de se tromper. mais toute cette route conditionne l'esprit à conscientiser, kilomètre après kilomètre, que l'on se dirige vers un endroit qui semble d'un accueil, incertain.
il suffisait de sortir de la voiture pour constater la présence envahissante des moustiques et un froid piquant auquel on ne s'attendait pas.
Difficile de se tromper. mais toute cette route conditionne l'esprit à conscientiser, kilomètre après kilomètre, que l'on se dirige vers un endroit qui semble d'un accueil, incertain. il suffisait de sortir de la voiture pour constater la présence envahissante des moustiques et un froid piquant auquel on ne s'attendait pas.
Naïvement, on pensait trouver un camping à Porjus pour se poser et préparer le départ en canoë. Aucun camping. Nous nous sommes retrouvés en bord de route à attendre 3 jours que l'orage qui durait depuis 1 semaine, se calme. Pluie non-stop durant plus de 24 h avec un vent puissant et inquiétant.


C'est pendant ce laps de temps que nous avons pris conscience qu'il serait impossible de réaliser la boucle prévue sans prendre des risques inconsidérés, on était venus à Porjus pour déposer de la nourriture et partir à Luléa.


C'est donc là que l'idée d'un aller-retour s'est naturellement imposée à nous, on était vraiment sous le choc de découvrir une météo si furieusement tenace et déstabilisés par les moustiques, présents du matin au soir.


Alors après s'êtres demandés "ce que l'on était venus faire ici" on a profité de ces 3 jours pour se reposer et préparer le départ en canoë.

La tente n 'a jamais vraiment pu sécher, inévitablement des traces de moisissures sont apparues un peu partout... dès les trois premiers jours !
La tente n 'a jamais vraiment pu sécher, inévitablement des traces de moisissures sont apparues un peu partout... dès les trois premiers jours !
La cagoule en polaire, c'est loin d’être juste pour la photo, le froid nous a surpris, au point de réveiller quelques peurs qui furent de bons signaux d’alarmes !
La cagoule en polaire, c'est loin d’être juste pour la photo, le froid nous a surpris, au point de réveiller quelques peurs qui furent de bons signaux d’alarmes !
Première trouvaille juste derrière la tente, renne ou élan ?! On se demande encore.
Première trouvaille juste derrière la tente, renne ou élan ?! On se demande encore.
Bivouac 1.
Arrivés le dimanche, c'est le mercredi matin, à la première éclaircie, que nous avons quitté le bivouac-parking pour embarquer en canoë, qu'on avait déposé à 6 km de là, a Porjus au point de départ.
Dans ce laps de temps on s’était déjà suffisamment remis en question afin d'accepter que rien ne serait facile.
Pourquoi ce parking là, parmi tant d'autres : la rivière est à 20 mètres derrière la tente.
Bivouac 1. Arrivés le dimanche, c'est le mercredi matin, à la première éclaircie, que nous avons quitté le bivouac-parking pour embarquer en canoë, qu'on avait déposé à 6 km de là, a Porjus au point de départ. Dans ce laps de temps on s’était déjà suffisamment remis en question afin d'accepter que rien ne serait facile. Pourquoi ce parking là, parmi tant d'autres : la rivière est à 20 mètres derrière la tente.
La sélection de livres emportés. Sans eux, l'ennui nous serait tombé dessus, à l'image de la pluie qui ne cultive que, les végétaux ! Le livre essentiel c'est surement "les quatre accords Toltèques". Ma fille l'a lu et ce fut une révélation, depuis, elle à définitivement quitté l'enfance.
La sélection de livres emportés. Sans eux, l'ennui nous serait tombé dessus, à l'image de la pluie qui ne cultive que, les végétaux ! Le livre essentiel c'est surement "les quatre accords Toltèques". Ma fille l'a lu et ce fut une révélation, depuis, elle à définitivement quitté l'enfance.
Comme tous les ans, la tablette et un lecteur Mp3, on ne part pas pour croire que l'on va transformer nos habitudes, on ne fait que s'adapter à une situation que l'on a choisi.
Seulement pour recharger il faut du soleil....C'est parfois le défaut du Grand Nord !
Comme tous les ans, la tablette et un lecteur Mp3, on ne part pas pour croire que l'on va transformer nos habitudes, on ne fait que s'adapter à une situation que l'on a choisi. Seulement pour recharger il faut du soleil....C'est parfois le défaut du Grand Nord !
Entre moteurs ca devrait bien se passer.
Entre moteurs ca devrait bien se passer.
Stora Lulevatten. On doit rejoindre l'horizon où défile une chaîne de sommets enneigés encore enfouis dans les nuages à l'instant de cette image, le jour du départ.
Stora Lulevatten. On doit rejoindre l'horizon où défile une chaîne de sommets enneigés encore enfouis dans les nuages à l'instant de cette image, le jour du départ.
Section précédente Section suivante
Commentaires