De la Gironde au bassin d' Arcachon

(réalisé) (partager)
J 'ai pour projet de partir de l' Estuaire de la Gironde  pour rejoindre le Bassin d' Arcachon en canoë gonflable et vélo.
En partant de Talais sur l' Estuaire,je pagaierai , avec la marée pour remonter jusqu'à Saint Vivien Médoc. Je tournerai à droite  par le chenal du Gua et je remonterai le plus loin possible par les marais ,s'ils sont encore en eau, puis l' étang de Lespeau .Ensuite je rejoindrai Hourtin et son grand lac  que je descendrai jusqu'à Carcans Maubuisson. Puis le canal des Etangs me conduira  au lac de Lacanau et enfin Le canal de Lège (appelé aussi canal de Etangs ou canal Brémontier) me permettra d'arriver jusqu' au bassin D' Arcachon à Arès. De là un parcours  maritime toujours avec l' aide de la marée me conduira jusqu'à Biganos. Les liaisons sans voie d' eau se feront avec mon vélo et ma remorque pour transporter tout le matériel.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train
Précisions : Je partirai par le train de Bordeaux à Soulac. De là je partirai en vélo avec remorque et canoë vers Talais et Saint Vivien Médoc.Sur le Bassin d'Arcachon il faudra que j' arrive au port de Biganos d'où je pourrai reprendre le train pour revenir...
canoë / vélo de randonnée
Durée : 12 jours
Distance totale : 236.4km
(dont 112.2km réalisés)
Carnet créé par patiras le 22 mai 2016
modifié le 05 oct. 2016
2788 lecteur(s)
(13 personnes aiment ce carnet)
Vue d'ensemble

Le topo : Section 4 (mise à jour : 29 juil. 2016)

Distance section : 6.7km

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 4 (mise à jour : 29 juil. 2016)

Jeudi 7 Juillet


Résumé de ce qui va suivre
Je pagaie en forêt. Je tombe à l' eau , je perds mon appareil photo, je bivouaque dans les bois.

J' ai donc bivouaqué à côté des kayaks du sympathique Kayak Café. Je pars vers 10heures30  après petit déjeuner , rangement et nettoyage du bivouac.
Je pagaie et je suis surpris de voir le chenal bordé d' arbres. Je me crois en forêt , ce qui n' est vraiment pas conforme à la carte IGN au 1/25000 que j' utilise.
A 13 heures je cherche un coin où  m' arrêter. C' est compliqué la rive est un peu haute et accore (il y a du fond tout de suite).
Enfin je trouve un endroit qui me semble un peu plus propice.
J' attrape le pein ,le pâté et une tomate . Quand j' ai fini je range tout et me prépare à remonter dans le canoë.
Je m' y prends mal et: Plouf ! Je tombe à l' eau. Jeans trempés mais  rien de grave . Tout ce qui est précieux , papiers , argent , smartphone , c' est dans le bidon étanche. Mon sac à dos aussi est bien resté à bord .
Deuxième tentative ; c' est la bonne et me voilà reparti.
Au bout de 10 minutes je me décide à ressortir mon petit appareil photo numérique sur lequel j' ai déjà une cinquantaine de clichés . Je le pose entre moi et  le boudin du canoë.
Mais ne me demandez comment , faux mouvement, embardée ? mais plouf il est à l'eau.
Je me remets à l' eau pour essayer de le récupérer ne serait-ce que pour la carte SD qui est peut-être sauvable . Mais rien à faire . Le fond c' est de la vase et il a du s' enfoncer.
C' est sur je ne l' avais pas payer très cher . Il venait de chez Aldi et j' étais très satisfait de la qualité de ses photos .
Je parviens à remonter dans le canoë un peu acrobatiquement et je repars .
J' essaie d' identifier les arbres le long de ce chenal . Sur les trois espèces présentes je ne reconnais que le chêne , avec de toutes petites feuilles . Pour les deux autres je prélève quelques feuilles pour les identifier plus tard.
Plus loin j' ai droit à mon second barrage de régulation de niveaux (que bien des gens appellent  improprement: écluse).
Je peux facilement accoster. Je pars donc à la recherche  d' un lieu où je pourrais facilement embarquer .
Je finis par en trouver un à une centaine de mêtres. Ca va prendre du temps.
En réfléchissant j' ai idée de remonter la remorque et de l' utiliser pour transporter le matériel. Je parviendrai même à transporter le canoë gonflé . Je gagne un précieux temps.
Je poursuis mon périple toujours sur mon chenal entouré d' arbres et là, sur plusieurs centaines de mêtres pullulent des dizaines de ragondins . Ces animaux sont mignons et sympathiques mais sont une véritable plaie . Ils ont un cycle de reproductions rapide et creusent des galeries dans les berges des cours d' eau et autres chenaux qu' ils habitent.Ils sont originaires d' Amérique et ont été malencontreusement introduits en Europe .  Outre Atlantique ils ont des prédateurs comme les caïmans mais chez nous rien sinon parfois le renard qui s' attaquent aux plus jeunes .En Nord Gironde ils les chassent.
On en fait des rillettes (que j' ai eu l' occasion de gouter) et avec leur fourrure des chaussons !
Plus loin , vers 17H30, c' est la tuile . Des arbres abattus lors d' une tempête sont en travers du chenal . Impossible de passer . Pour la troisième fois de la journée je me mets à l' eau .  Elle me monte au maximum jusqu' à la taille . Et je transborde les sacs de ravitaillement , de matériel, puis les éléments du vélo et de la remorque . Plus rien ne dépasse en hauteur du canoë et ainsi il peut passer dans un trou de souris .
Je suis épuisé et décide de bivouaquer ici . Après m' être ouvert un chemin au milieu des ronces je parviens à transporter le matériel de bivouac .
Après un rapide repas je regarde la carte . Je suis réellement dans une forêt au milieu de nulle part . Je téléphone à ,mes proches et m' endors .

Le chenal derrière le barrage de  régulation
Le chenal derrière le barrage de régulation
second barrage de régulation
second barrage de régulation
Portage d'un canoë gonflé avec une remorque à vélo
Portage d'un canoë gonflé avec une remorque à vélo
On repart
On repart
barrage .on peut passer sous le premier arbre pas sous le second
barrage .on peut passer sous le premier arbre pas sous le second
Ragondin
Ragondin
Section précédente Section suivante
Commentaires