10 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
La vallée de la Dordogne entre Argentat et Lalinde – 180 km – du 19 au 26 mai Video : https://www.youtube.com/watch?v=nXs3TFu74qw&t=3s On comprend, quand on la parcourt, pourquoi la Dordogne est considérée comme une incontournable du Canoe Camping. Elle offre une variété de paysages, de patrimoine, de faune et de flore incroyables. Nous avons parcouru ses eaux avec bonheur pendant 7 jours, d’Argentat à Lalinde, sur 180 km. Nous nous mettons à l'eau sur les quais d'Argentat : voyage dans le temps et magnifiques paysages au rendez-vous dès les premiers coups de pagaies. La première partie corrézienne, sauvage et sinueuse, offre un débit agréable. On glisse, on file, on vole, au milieu des oiseaux, des poissons et des pêcheurs à la mouche. Plus loin, la Dordogne des Causses nous fait découvrir ses premières falaises. Les superbes petits villages du Lot, moins touristiques que leurs cousins du Périgord à venir, nous livrent nos premières doses de patrimoine et de vieilles pierres. Jusqu’à La Roque Gageac, toujours des falaises, une grotte très sombre et très flippante à visiter en canoë (Emergence de Meyraguet), des loutres, des canards, des oies, des cygnes, des hérons, des martins pêcheurs, des rapaces et autres oiseaux de toutes sortes, et surtout un soleil radieux ☀️. Puis on arrive sur la Dordogne « Tape à l’œil », avec sa succession de falaises, de villages typiques et de châteaux perchés flirtant toujours plus avec le vide. Sur cette section, on pagaye le nez en l’air ! On traverse aussi des sections plus calmes où l’on retrouve cette rivière miroir, parfois blanchie par les moutons des peupliers qui tombent en neige à cette période. La Roque Gageac nous donne l’occasion de prendre un peu de hauteur sur cette rivière que nous côtoyons de si près depuis 5 jours. Avec Castelnaud et Beynac, la Dordogne continue à nous en mettre plein la vue. Puis, nous quittons l’agitation touristique (aussi agitée que puisse être une gabare remplie de clubs du 3ème âge), pour retrouver une Dordogne plus modeste, plus calme et paisible. La rivière s’élargit, le courant faiblit et le vent est contre nous. Il faut pagayer sans relâche pour avancer. Cela nous laisse le temps d’observer tout le spectacle de cette Dordogne sauvage : Des carpes frayent parmi les algues, sautent au-dessus de l’eau et retombent bruyamment dans une gerbe d’eau. Un cygne, agacé par un de ses congénères approchant à une distance intolérable de sa femelle et de ses petits, lui fonce dessus en volant au raz de l’eau, la tête toujours parfaitement alignée avec son cou, les ailes battant au ras de l’eau, juste assez près pour qu’à chaque mouvement les bouts des ailes viennent claquer bruyamment la surface, augmentant ainsi l’effet terrifiant de sa démarche, couronnée de succès. L’intrus fuit. Des milans jouent à chat avec leurs petits au-dessus de nos têtes. Une couleuvre traverse la rivière en ondulant. Un petit détour par un bras secondaire permet d'accéder à Cabans et à sa magnifique petite église romane fortifiée. Les derniers kilomètres ne sont pas les plus simples... Pas de courant, un « petit » portage imprévu de 2 km : au barrage de Mauzac, des travaux nous empêchent de remettre le canoë à l'eau juste après le barrage. Il faut mettre le canoë sur le chariot et porter près de 2 km sur le chemin de halage le long du canal. Nous arrivons à Lalinde rincés, sales mais contents 😁   A faire hors saison. Nous n'aurions pas aimé nous retrouver parmi les centaines de canoes que nous avons vus stationner sur le bord, n'attendant que les beaux jours pour envahir ce joli havre de paix. Une expérience incroyable, un vrai voyage dépaysant et ressourçant. 
Voir le carnet
Premier bivouac
Vallée de la Dordogne - D'Argentat à Lalinde
7 jours
180 km
par Kaleane
11
Vers la Dune du Pilat, en vélo et en famille... Initialement, je voulais partir de Soulac et descendre tranquillement vers la Dune. Mais en cette période tous les campings ne sont pas ouverts et surtout le retour en train depuis Archachon m'a paru bien compliqué, long et avec des emplacements vélo non assurés... Je n'ai pas trouvé ou su trouver des infos sur d'éventuelles liaisons efficaces par car. Du coup, j'ai opté pour la formule aller/retour en vélo mais en partant donc de Lacanau-océan. J'ai également fait le choix d'un voyage en autonomie avec tente. Comme c'était une première en famille, j'ai quand même opté pour le camping afin d'assurer un minimum. (Surtout pour l'eau....) Coté logistique, on est parti avec de la nourriture pour les 3 premières étapes + 1 journée (au cas où l'on se retrouve bloqué à un endroit pour une raison quelconque.) Ravitaillement pour le retour sur Arcachon. Coté équipement: nos VTT de tous les jours sur lesquels j'ai ajouté pour chacun un port bagage sur selle et deux sacoches pour les sacs de couchage. Plus deux petites remorques "à pas cher" pour transporter le reste: nourriture, eau, affaires de camping et vêtements pour le soir. Coté énergie: Un petit panneau solaire pour recharger le téléphone et la gopro. Coté cartographie: Un GPS avec cartographie sur lequel j'ai chargé la trace du parcours. Une appli GPS/Cartographie sur le smartphone en doublon au cas où. Les enfants, 9 et 8 ans, pratiquent le vélo mais sans plus. (On fait habituellement quelques ballades à la journée 10-20 Km au printemps et à l'automne)
Voir le carnet
En route !
Vers la Dune...
5 jours
151 km
6
Une via ferrata en altitude dans les Dolomites de Brenta qui se parcourt sur plusieurs jours ! Ce n'est pas l'image que nous avons depuis la France d'une via ferrata. C'est cependant plus la philosophie que l'on rencontre dans les Dolomites (l'origine des vie ferrate). Les via sont une sécurisation d'un passage alpin logique. Quand on regarde ces montagnes impressionnantes, on se demande où va passer le sentier ! Grace à un cheminement astucieux, et avec l'aide de câbles, d'échelons et d'échelles, l'itinéraire se faufile dans les faiblesses naturelles des parois. Le résultat est vraiment classe. Les paysages uniques.  Il est interdit de bivouaquer dans les Dolomites de Brenta (parc) cependant on peut le faire à côté des refuges, ce que nous avons fait. La via est très bien équipée dans l'ensemble. Pour quelqu'un ayant le pied montagnard et une expérience en escalade, elle ne présente pas de difficulté par beau temps sans vent. La partie présentée en bonus (5ème section), qui peut se faire pour rejoindre le haut de Grostè et la Via Delle Bocchette, présente en revanche des passages assez expo non protégés par des câbles, certaines zones sont brochées et peuvent être assurées avec une corde et des dégaines. Cette partie demande d'avoir un réel pied montagnard pour ne pas la "subir" (et des conditions météo clémentes). Matériel spécifique : un baudrier, une longe de via, éventuellement crampons, nous avons pu contourner les petits glaciers, ou franchir de petits passages où il était crépi de cailloux, façon papier de verre. Donc pas eu besoin de chausser les crampons, mais l'année 2022 a été particulièrement sèche. Une année plus "normale", il doit rester des névés où les crampons voire un piolet pourraient être utiles. La glace que nous avons vue était de la glace vive parsemée de pierres. On a croisé des personnes tenter de les traverser pour éviter le dénivelé et/ou ne pas marcher dans les moraines très instables, et l'un d'eux a glissé et s'est fait un peu mal, contusions au visage... Bref, il faut quand même être vigilant. Ne sachant pas les conditions qu'on allait rencontrer, en plus du matos de bivouac, nous avions : un brin de corde de 15m, des dégaines, piolet et crampons, et même une broche à glace ;-). On aurait donc pu être bien plus légers :-). Les sacs pesaient 11kg avec l'eau ce qui reste raisonnable. À noter que nous avons planté la tente aux abords des refuges mais pris nos diners dans lesdits refuges. Eau : on croise peu de sources, on peut recueillir de l'eau aux abords des glaciers, mais dans l'ensemble il y a peu d'eau, il faut en prendre une bonne quantité avec soi. Et dans une partie des refuges, l'eau n'est pas potable ; on peut y acheter des bouteilles d'eau minérale (environ 3€ le litre). Taille des sections : on peut globalement faire ce trajet en morcelant davantage et ainsi faire de plus petites journées. Il y a de nombreux refuges qui permettent de couper le parcours.
Voir le carnet
Via Ferrata Bocchette
Via Ferrata Bocchette
6 jours
51.5 km
par Olivier
18