Tour de l'ouest de la Bretagne en tandem

(réalisé) (partager)
Tour de l'ouest de la Bretagne ; 1200km en tandem, accompagnés de notre fidèle remorque, en empruntant les petites routes, voies vertes, chemins et... quelques sentiers. Nuits passées en bivouac la plupart du temps. Les topos de chaque section sont aléatoires.
tandem
Quand : 19/06/17
Durée : 18 jours
Distance totale : 840.5km
Carnet créé par LucFlo le 09 juil.
modifié le 05 août
97 lecteur(s)
(18 personnes aiment ce carnet)
Vue d'ensemble

Le topo : Section 1 (mise à jour : 05 août)

Distance section : 29.1km

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 1 (mise à jour : 05 août)

Lundi 19

Nous arrivons de Franche-Comté, à ARRADON quelques kilomètres au sud-ouest de Vannes, où nous déposons le combi au camping municipal en garage mort. 


Nous prenons bien deux heures pour choisir et charger dans la remorque le nécessaire dont nous aurons besoin pour notre trip. Vers 18h, nous démarrons pour un tour horaire de la moitié ouest de la Bretagne, avec comme premier objectif la visite de BELLE ILE-EN-MER ; nous passons par PLOEREN, PLOUGOUNMELEN, BONO, AURAY, CRAC’H, jusqu’à la pointe de KERBIHAN. Ces hameaux ou communes sont très dépaysants ; d’ailleurs il fait tellement chaud qu’en passant le long de ruelles bordées de maisons blanches, on se croirait en Grèce… Ce sont de récurrentes odeurs de crêpes qui nous rappellent où nous sommes ! 

Auray
Auray
AURAY est une petite ville magnifique, mis à part que la boulangerie est au-dessus d’une belle côte. Nous méritons notre pain frais ! Après avoir fait le tour –en vélo, par le sentier-, des fortifications de la ville nous rejoignons la pointe de Kerbihan à LA TRINITE SUR MER, où nous échouons, avec un pneu crevé. Un appel au bivouac se fait assez fortement ressentir, mais le lieu semble trop fréquenté à mon goût. Il faut dire que la courte pelouse avec vue directe sur la mer est trop accueillante. Nous plantons le camp dans un champ, légèrement en retrait, caché du chemin d’accès par un mur de fougères et des balles de foin. Il est déjà squatté par des dizaines de lapins qui courent entre celles-ci, mais nous nous en accommoderons, ce ne sont pas des voisins bruyants. Quelques maisons inoccupées sont visibles au bout du pré. 

Distance 35 kilomètres / 2h30 /250m D+.

Section suivante
Commentaires