Mon Stevenson en bikepacking

(réalisé) share(partager)
VTT
Quand : 31/05/21
Durée : 10 jours
Distance globale : 484km
Dénivelées : +8117m / -7948m
Alti min/max : 96m/1691m
Carnet créé par La Lozère le 28 juin
modifié le 01 août
778 lecteur(s) - 5
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Jour 6 (mise à jour : 01 août)

Jour 6 – Luc > Le Bleymard
52km – 1500m de D+


La nuit fut pluvieuse, la tente sera pliée mouillée et le départ se fait sous la grisaille. Le début du parcours de la journée tournicote un peu, semble se chercher et ne présente que peu d'intérêt. Du coup, arrivé à Laveyrune, le balisage part dans un sens et la trace disponible sur le Topo Guide part de l'autre côté. Je ne suis pas seul à ne savoir quoi faire. Une dame qui a suivi le topo guide, n'a plus trouvé de balisage après 200m et a fait demi-tour. Finalement, je décide de suivre ma trace GPS issue directement du tracé du topo guide. La p'tite dame et son chien en feront de même. Le soir au bivouac, j'entendrais d'autre marcheur se plaindre de cette portion de balisage.

Jour 6
A partir d'ici, la trace devient un peu plus ludique avec toujours les paysages grandioses avec de petits cours d'eau très bucoliques.
Jour 6
Là, j'attaque la première difficulté de la journée: 2km de montée et 200m de D+. C'est simple… 10% de moyenne, ça va être long. Heureusement il ne fait pas trop chaud et la montée se fait en sous-bois, alors ça reste agréable même si la partie terminale se fera en poussant le vélo. C'est trop raide (15%) et pas du tout roulant, plein de cailloux.
Jour 6
Une fois arrivé en haut, je tombe sur une piste forestière qui descend tranquillement jusqu'à l'abbaye de Notre-Dame-des-Neiges.
L'abbaye Notre-Dame-des-Neiges est une abbaye de moines cisterciens-trappistes située à

1 100 mètres d'altitude dans la commune de Saint-Laurent-les-Bains-Laval-d'Aurelle dans la montagne ardéchoise. Elle a été fondée en 1850.
Stevenson séjourna 3 jours dans cette abbaye, s'imprégnant de la vie simple et austère des moines. Enfin pas tout à fait car l'abbaye dans laquelle il a séjourné, fut détruite en 1912 par un incendie. Il ne reste aujourd'hui plus qu'une arche sous laquelle, assurément Stevenson est passé.

Jour 6
L'abbaye fut aussitôt reconstruite par les moines, mais pas sur son emplacement originel. C'est l'abbaye qu'on peut actuellement apercevoir. Elle est visitable, mais avec ma tenue de cycliste, je n'ai pas osé entrer dans ce lieu saint. Les randonneurs de passage peuvent même y faire une halte et goûter ainsi à la vie monastique le temps d'une nuit.
Par contre, il y a une petite boutique que je n'ai pas manqué de visiter espérant trouver une petite bière trappiste du coin. Mais non, que des choses connues qu'on peut trouver partout. Du coup, je ne vais pas me charger pour quelque chose que je peux trouver en supermarché. Je ressortirais avec juste des pâtes de fruits artisanales et un sablé qui sera parfait pour le petit déj'.

Jour 6
Après une petite descente rapide, me voici au centre de la Bastide-Puylaurent. Pour ne pas déroger aux habitudes, je fais une petite pose déj' en terrasse au soleil.

La matinée enchaine les longues montées et les paysages vallonnés toujours aussi grandioses, Avec même une magnifique vue sur le Mont-Lozère.

La pause casse-croute sera faite à Chasseradès. Comme il fait beau et chaud, j'en profite pour sortir la tente, que j'ai pliée mouillée ce matin, pour la faire sécher. Et comme l'étape est loin d'être finie, j'en profite pour faire une petite sieste de digestion.

Avant d'attaquer une longue montée en sous-bois, le parcours nous offre une super vue sur le viaduc ferroviaire de Mirandol toujours en service, enfin, il me semble, car j'ai cru comprendre que la ligne était en travaux et le trafic interrompu. Espérons que cette ligne ne soit pas mise au rebus comme de nombreuses lignes françaises pas assez rentables…...
Ce viaduc est en fait formé de 2 viaducs: un de 168m de long au-dessus du Chassezac et un plus petit de 62m de long.

Jour 6
La montée et une grande partie de l'après-midi se passera dans des sous-bois de pins.
Jour 6
Après avoir basculé du côté du Bleymard, je passe à proximité de la source du Lot: une des plus longues rivières de France avec ses 481km. Un petit détour permet de s'en approcher. La source est bien aménagée et protégée des risques de dégradations.
Jour 6
Je vois qu'une trace se prolonge au-delà de la source, croyant qu'elle rejoint rapidement le GR70, je n'hésite pas et je m'engage sur ce single.
Après environ 1km de descente, je me rends compte qu'en fait, cela ne rejoint pas directement le GR70. Au final, ce sera une boucle petite et un peu de dénivelée supplémentaire. Je rejoindrais la trace aux Alpiers pour finir la journée au Bleymard.
La journée fut particulièrement longue avec 52km et pas mal de dénivelée. Du coup, une petite pose bière est bien méritée. Ce soir, j'ai gagné une journée sur mon programme initial, et ce, sans avoir l'impression de moins en avoir profiter. Au contraire.

Jour 6
Je passerais la soirée et la nuit au camping La Gazelle: beaucoup de places, beaucoup de marcheurs. Encore une fois, je prendrais le repas en compagnie de marcheurs eux aussi très contents de leur journée. Certains marcheurs sont seuls, mais en fait pas vraiment et surtout pas tout le temps. Si la journée ils marchent seuls, les étapes du GR étant assez cadrées et les endroits pour passer la nuit limités si on ne fait pas de bivouac sauvage, ils se retrouvent le soir au camping et peuvent ainsi passer un moment sympa à échanger leurs impressions de la journée.

De mon côté, je ne suis pas dans le même rythme, et je trouve ces rencontres éphémères particulièrement agréables et riches d'enseignements pour quelqu'un de réservé comme moi.

Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65