Mon Stevenson en bikepacking

(réalisé) share(partager)
VTT
Quand : 31/05/21
Durée : 10 jours
Distance globale : 484km
Dénivelées : +8117m / -7948m
Alti min/max : 96m/1691m
Carnet créé par La Lozère le 28 juin
modifié le 01 août
778 lecteur(s) - 5
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Jour 5 (mise à jour : 01 août)

Jour 5 – Arquejols > Luc
48km – 1000m de D+


Aujourd'hui je rentre dans le pays de la bête: le Gévaudan. Des femmes et des enfants tués par une bête mystérieuse et sanguinaires. Des paysans terrifiés, la presse déchaînée et le roi qui s'en mêle. Telle est l'histoire de la bête du Gévaudan, un mystère qui n'a jamais cessé de fasciner. La bête du Gévaudan n'est pas, comme le monstre du Loch Ness, une créature légendaire. Ses terribles exploits ont même semé la terreur et la mort sur la Lozère du 30 juin 1764 au 19 juin 1767: trois années d'agressions sauvages qui ont coûté la vie à plusieurs dizaines de personnes.
Stevenson est impatient d'aborder le Gévaudan, ce pays "sauvage, montagneux, inculte, de fraîche date déboisée par les loups". Mais il sera déçu : "Les loups, hélas, comme les bandits, semblent reculer devant la marche des voyageurs".

Jour 5
La journée commence avec un petit déjeuner thé/croissant pris en terrasse à Langogne où j'en profite également pour me ravitailler.
Je profite d'un moment sous la halle pour mettre un peu d'ordre dans mes sacoches. La halle est composée d'une terrasse horizontale et de six colonnes en granit sur chaque grand côté qui supportent une très belle charpente. La couverture est en lauzes du pays.
La météo de cette journée sera à l'image du reste de l'aventure: éclaircies, nuages et grisaille en soirée. C'est parfait pour moi: je n'aurai jamais chaud et je ne roulerai pas sous la pluie. Ceci est particulièrement agréable car par ici, si on peut avoir très froid à cette période, on peut également avoir très chaud. Pour moi, c'est parfait.
Le parcours alterne passages en sous-bois et plaines fleuries. J'en prends plein les yeux et ne me lasse pas de ces paysages et de ces sensations. Après les genets, ce sont les champs de narcisses qui vont jouer les madeleines de Proust avec leurs odeurs…

Jour 5
Jour 5
Jour 5
Je croise 2 dianes commerciales en mode vanlife. Mises dos-à-dos à 2/3m l'une de l'autre avec une bâche tendue, voici une très bonne idée pour passer une très bonne soirée au bord d'un ruisseau.
Jour 5
Je commence ma recherche d'un emplacement de bivouac pour passer la soirée. En plein cœur de la forêt et sur mon parcours, l'étang de l'Auradou pourrait très bien faire l'affaire: il y a même un abri si le temps est trop capricieux. Mais bon, il y a trop de monde et je ne trouve pas d'emplacement pour mon bivouac.
Jour 5
La journée se termine à l'approche de Luc avec un passage aux abords du château de Luc. Construit avant le Xllème siècle sur un emplacement celtique, au pied de la forêt de Mercoire, il fut l'un des plus importants de la région.
Il semble que Stevenson n'ait pas aimé la contrée qu'il décrit "froide, aride, ignoble, pauvre en bois, pauvre en bruyère, pauvre en vie" et l'atmosphère "noire et cendreuse"

Jour 5
Je continue donc vers Luc et dans la descente au détour du chemin, un peu à l'écart je trouve l'endroit parfait. On dirait que quelqu'un avait prévu mon arrivée: petite clairière dans les genets débroussaillée de peu. Je pose mes affaires, mais j'ai un doute alors, je ne monte pas la tente tout de suite.
Jour 5
J'ai eu le nez fin. Une heure après être arrivé, une voiture approche. Je discute un peu avec cette personne et celle-ci m'indique qu'en fait, je suis sur le futur emplacement d'un rucher et que dans la nuit, ce monsieur va apporter une 30aine de ruches. Autant dire, que je ne vais pas rester ici. Du coup, je me rabats sur l'aire de camping municipal de Luc au bord de l'Allier.

Ce camping est minimaliste avec juste une petite cahute contenant 2 douches, WC et de quoi faire le plein en énergie (téléphone, GPS et powerbank), mais ça me va.
En début de soirée, je suis rejoint par des randonneurs également sur le GR. Nous serons finalement 7 dans ce petit camping. Et malgré une petite pluie fine dans la soirée, nous passerons un bon moment à discuter et échanger nos différentes expériences de randonneurs.
Il y a des furieux quand même: comme ce marcheur qui se trimbale 30kg sur le dos. Après c'est un militaire qui ne fait que ça de ces vacances. Mais quand même…. 

Jour 5
Comme la veille, j'aurais fait un peu plus que prévu. Ce qui fait que j'ai environ 20km d'avance sur l'itinéraire prévu. Il a des chances pour qu'à ce rythme j'arrive un peu plus tôt que prévu. Mais bon, c'est tellement agréable de rouler que j'en profite un maximum.
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65