Mon Stevenson en bikepacking

(réalisé) share(partager)
VTT
Quand : 31/05/21
Durée : 10 jours
Distance globale : 484km
Dénivelées : +8117m / -7948m
Alti min/max : 96m/1691m
Carnet créé par La Lozère le 28 juin
modifié le 01 août
778 lecteur(s) - 5
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Jour 10 (mise à jour : 01 août)

Jour 10 – Saint Jean du Gare > Bez-et-Esparon
55km – 1000m de D+


Hier au soir en arrivant au Camping, j'aperçois un panneau m'indiquant que la route est barrée à 8km, à l'Estréchure: et c'est justement sur mon parcours. Le gérant du camping m'informera que la route est complétement coupée, impossible de passer même à pied. Mais heureusement, moi je prends à gauche pour traverser le Gardon 50m avant la coupure.
Et c'est là que commence la difficulté du jour: la montée vers le Col de l'Asclier par la route. 13km de montée et 600m de dénivelée. Alors il va falloir prendre mon mal en patience. Mais pas de problème, la montée se fait dans l'environnement magnifique d'une vallée Cévenole, avec encore ici les bancels et mas à flanc de montagne.

Jour 10
Jour 10
Arrivé au col, je profite du panorama. Ici on trouve, sur la draille mythique de la collectrice de Bonperrier (maintenant GR 6-67) sous le seul pont moutonnier ayant résisté au XXe siècle, la statue du berger de Michel Soubeyran en hommage aux bergers cévenols. Passants transhumants de moins en moins nombreux au fil des ans qui deux fois par an remplissent l'air limpide de la montagne du son des cloches et draillons ou passants randonneurs, de plus en plus nombreux qui passent eux, tout au long de l'année.
Jour 10
Ensuite, c'est la descente vers St André de Majencoules. 14km sans un coup de pédale. Une fois n'est pas coutume pour moi, mais aujourd'hui cette dernière étape se fera quasiment entièrement sur le bitume. Dans la descente, petit arrêt devant un nouveau menhir.
Jour 10
Si la météo a été quasi parfaite depuis le début, aujourd'hui le soleil et la chaleur sont de la partie. La montée du Col de L'Asclier était à l'ombre, mais la petite remontée sur St André de Majencoules est au soleil. L'architecture y est caractéristique des Cévennes avec des maisons déjà hautes à leur construction et rehaussées ensuite pour l'élevage du ver à soie: principalement au XIXème siècle. La filature porte encore témoignage de la partie industrielle de la production de soie grège
Jour 10
Après une courte descente, je rejoints une fois encore une ancienne voie ferrée pour rejoindre le Vigan. Ayant un peu de temps et surtout voulant prolonger encore un petit peu l'aventure, je profite des terrasses tranquilles du Vigan pour me réhydrater avec une bonne "tartine de houblon"….
Pour fnir le périple, j'emprunte l'ancienne voie ferré transformée en une magnifique voie verte sur environ 4km.
Cette petite voie verte permet d'admirer une tranchée ouverte voutée sur 2 niveaux composées de 74 arches.

Jour 10
Deux tunnels éclairés par un procédé original utilisant l'énergie solaire. Les traversées sont mises en valeur par des luminaires qui révèlent la qualité architecturale du site. Les lampes sont inspirées des lampes portatives qu'utilisaient les cheminots le long des voies. La puissance totale installée pour illuminer les 660m de tunnel consomme 1526w soit l'équivalent d'un radiateur électrique.
Jour 10
Pour la partie finale de la voie verte, à la sortie du tunnel de la Vernède, on franchit l'Arre sur le viaduc de Lavassac: Viaduc de type "Eiffel" en référence à la technique et aux matériaux de construction inspirés des œuvres mondialement connues de l'ingénieur Gustave Eiffel.
Jour 10
Et voilà, fin du périple…. Fin de l'aventure. Je suis arrivé à destination dans le petit village de Bez et Esparon ou je vais retrouver mon autre papa qui tient l'établissement de chambres et tables d'hôtes "Le Merlanson".
Je vais bien profiter de 2 petits jours de repos avec ma femme qui est venue me chercher avant de remonter sur Vienne.
Au final ce sera 534km de parcouru et 9135m de grimpette.
Cette aventure fut extraordinaire pour moi. Je ne sais exprimer toutes les émotions et les émerveillements que j'ai ressenti devant les paysages traversés.
Tout fut parfait. Aucun pépin mécanique, pas même une petite crevaison, aucun pépin physique, une météo particulièrement agréable. Bref PARFAIT…

Jour 10
Le retour à la réalité des choses sera un peu plus compliqué. Il me faudra quelques jours pour reprendre le rythme habituel d'une vie professionnelle et familiale bien remplie.

A peine terminé que je me mets déjà en quête d'une nouvelle aventure pour l'année prochaine. Quelques idées, mais rien d'arrêté. Il y a la GTMC: la Grande Traversée du Massif Centrale avec un départ pouvant se faire de Clermont Ferrand et une arrivée à Agde. Ce tracé pourrait être pas mal mais j'ai peur de rencontrer un peu les mêmes types de paysages…
Thierry Crouzet a créé une boucle qui semble pas mal: La 727 (ou encore Sète to Sète). Un tour de l'Hérault au départ de Sète qui semble vraiment bien avec une belle diversité de paysages entre mer et montagne aux frontières des Cévennes.
Il y a aussi la Corse: il faut que j'affine mes recherches car pour l'instant, je n'ai rien trouvé qui se rapproche de ce que je recherche; à savoir un parcours typé VTT. Il y a bien la nouvelle GT20, mais c'est un parcours sur route.

On m'a aussi proposer de faire le GR20, là aussi il y a une belle aventure à faire...
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65