30 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Après toutes ces années à bucher sur nos cours (ingé bio pour Guillemette, kiné pour Marie et médecine pour Laurine), c'est parti pour la liberté ! Et quoi de mieux pour se sentir libre que le vélo de randonnée et la grimpe ? Nous avons chargé les sacoches avec ce qu'il nous semblait nécessaire et un peu plus pour le confort (le hamac !) et surtout on a bien pensé à prendre le baudrier d'escalade et les chaussons, pour la suite du voyage. C'est parti pour deux mois sur les routes de France, celles que nous ne connaissons pas parce qu'elles sont loin de chez nous mais qui nous ont toujours attirées et celles que nous connaissons bien mais que nous sommes toujours contentes de re-découvrir.  Au programme : / Section 1 / la traversée des Pyrénées du pays basque à Perpignan en solo (Laurine) jusqu'en Ariège. / Section 2 / la suite des Pyrénées à 2 (Marie rejoint Laurine à St Girons) en une dizaine de jours, puis 3 jours d'escalade à Tautavel où l'on retrouve Guillemette. / Section 3 / une traversée de Perpignan jusqu'au Verdon à 3 copines. / Section 4 / une boucle à 2 (Laurine et Guillemette) dans le sud-est de la France (Mercantour, arrière pays niçois, Verdon) avec le matériel d'escalade dans les sacoches pour s'arrêter grimper quand on voit une falaise qui nous plait. / Section 5 / le Ventoux, la Drome et le Vercors avec quelques jours de grimpe. Retour en Haute-Loire pour Laurine et direction les Alpes du Nord pour Guillemette (stoppée quelques jours plus tard par le 2nd confinement...) Bientôt plus de pétrole, préparez vos guiboles ! Signé "le gang de Neulise sur Verdon" alias Marie, Guillemette et Laurine
Voir le carnet
Vélo, grimpe, guitare ... La vie de bohème ! Falaise d'Eyroles (26)
Voyage grimpe à vélo 2020
53 jours
18
Un beau voyage à vélo de 3 semaines en Arménie avec nos 3 enfants de 6, 9 et 11 ans, à la découverte d'une terre sauvage, accueillante et riche en histoire. Alternance de sommets, de hauts-plateaux, de lacs et de plaines, le tout ponctué de nombreux monuments chargés d'histoire et d'un accueil incroyablement chaleureux du peuple arménien. Notre séjour s'est décomposé en 5 grandes étapes : Du lac Akna au monastère de Géghard : au programme, montagne, "randonnée vélo" dans les hauteurs, visite du superbe monastère rupestre de Geghard classé à l'Unesco. De Géghard à Noravank, en passant par Khor Virap et la plaine de l'Ararat : deux sites magnifiques, au pied de l'Ararat pour l'un, dans un superbe cirque de falaises pour le second. De Noravank à Dilidjan en passant par le plateau de Sevan : la découverte du col de Selim et de son caravansérail, puis le lac Sevan, l'un des plus grands lacs d'altitude au monde, avant de passer deux nuits reposantes dans la petite Suisse arménienne de Dilidjan. De Dilidjan à Erevan, en passant par le haut-plateau de l'Aragatsotn : la découverte du superbe monastère d'Haritchavank, puis l'immersion au sein d'une Arménie rurale et accueillante. Quelques jours de visite à Erevan : capitale de contraste haute en couleur et en histoire. Au bilan : - 400 km parcourus à vélo, 200 km en stop ou fourgon  - Un pneu éclaté en raison de la chaleur, 2 crevaisons, une dizaine de plaquettes de freins changées (!), pas de casse matérielle - De bonnes averses et quelques orages, notamment dans les Geghamas et sur le plateau de Sevan - Une bonne dizaine de pastèques offertes sur le bord des routes, des tomates, des prunes, et autres fruits ! Les points positifs : - Des dizaines et des dizaines de rencontres avec des Arméniens nous accueillant comme des membres de leur famille - Des échanges qui nous ont convaincu de la force de caractère des Arméniens, dans un contexte de guerre et d'incertitudes sur l'avenir : quel exemple d'espérance et de courage ! - Une terre riche de paysages magnifiques, des territoires préservés et sauvages - Un pays qui ne connait pas encore tourisme de masse et ses ravages  - Les monuments historiques superbes et variés qui ont ponctué notre itinéraire - Un pays attractif pour les enfants, à la fois en raison des visites, mais aussi des paysages et de l'accueil de la population - La facilité à trouver des lieux de bivouac dans les zones sauvages - L'accès à des points d'eau et à de petits commerces dans tous les villages - et beaucoup d'autres encore ! Les points négatifs : - Une présence de chiens un peu trop nombreuse au goût des enfants (même si nous n'avons jamais eu de vraie frayeur) - Quelques ondées sur le plateau de Sevan, mais bien équipés ça n'est pas un problème - Difficultés à se ravitailler en matériels/pièces pour le vélo (il suffit de prévoir un minimum de pièces d'usure!) - Donc, au final, pas grand chose ! -------- Mais surtout, l'Arménie, c'est un pays au patrimoine incroyable, aux paysages saisissants et grandioses. C'est un pays à l'histoire mouvementée qui a façonné un peuple doté d'une grande espérance et d'une grande générosité. Un voyage en Arménie, c'est un voyage qui ne laisse pas indifférent et que l'on garde en mémoire toute sa vie. N'hésitez pas à me contacter si vous projetez un voyage en Arménie, je vous répondrai avec plaisir! Merci aux familles TSAGA et Dagicour, à Cansucre et d'autres encore, qui nous ont tant inspirés !
Voir le carnet
Au coeur de l'Arménie en famille
Au coeur de l'Arménie en famille
21 jours
653 km
par Elac
36
Jeunes mariés, nous prévoyions un voyage d'un an (ou plus) pour traverser l'Amérique du Sud à vélo. Les démissions de nos jobs respectifs sont envoyés, pas de date de retour prévue! Nous partons de Chambéry (Savoie) et allons en vélo jusqu'à Bayonne. Cela va nous permettre de tester notre matos en France. C'est aussi un bon test bagages : nous pourrons nous débarrasser du superflux ou alors parfaire notre équipement (à vouloir trop optimiser le poids, il va peut-être manquer des choses). Petite pause chez des amis puis train jusqu'à Madrid.  Le décollage est prévu pour le 30 octobre.  Arrivée à Buenos Aires en Argentine. Nous prévoyions de descendre un peu sur la côte est pour aller voir les baleines. Ensuite, il s'agit de mettre le vélo dans un bus direction Ushuaïa. C'est alors que l'aventure vélo vélo vélo commence. L'itinéraire n'est pas très bien défini. Nous voulons monter jusqu'en Colombie pour arriver dans les caraibes. Nous avons quelques endroits incontournables par lesquels passer, notamment le désert d'attacama, le sud lipiez et le salar de Uyuni. Nous ne souhaitons pas nous fixer un itinéraire trop précis. Nous avons envie que ce voyage se nourrisse des rencontres, que nos chemins se définissent en fonction des conseils des personnes croisées sur la route. Bien évidemment, nous avons quand même des points de repères. L'excitation commence à nous gagner. Il nous reste un mois pour finioler les derniers préparatifs : se pencher un peu plus sur l'itinéraire, acheter les derniers équipements, lire des livres sur l'histoire politique et économique des pays que nous allons traverser, améliorer notre espagnol... La création du blog est aussi en route. La petite originalité de notre voyage se trouve dans nos sacoches : nous emmenons avec nous une slackline comme médiateur de rencontre (en plus des vélos). Avant le départ, nous fêtons nos 30 ans, une belle façon de dire au revoir à famille et amis. Et que vive le voyage !! Nous sommes preneurs de toute info, conseils ou autre. La suite au prochain épisode. Eline et David
Voir le carnet
Traversée de l'Amérique du Sud à vélo
365 jours
par eline
1
Le Petit Voyageur croit au changement par la prise de conscience générale. Elle pense qu'il est possible de ne pas retourner en arrière contrairement à ce que certains pensent mais au contraire de faire un pas en avant en faisant évoluer notre mode de vie actuel basé sur le "toujours avoir plus".   Le Petit Voyageur ne veut pas sombrer dans la fatalité ni le sceptiscisme et c'est pourquoi il a décidé de prendre son vélo pour parcourir la France, son premier challenge de 1500 km (Novembre 2015) pour alerter des dangers du réchauffement climatique causé par l'homme.   Soutenu par la Fondation Nicolas Hulot, il souhaite également la mettre en avant ainsi que ses actions. Cette Fondation qui oeuvre depuis 25 ans pour contribuer à une métamorphose de nos sociétés par le changement des comportements individuels et collectifs. Cette métamorphose a pour but d’assurer la préservation du patrimoine naturel commun, le partage équitable des ressources, la solidarité et le respect de la diversité sous toutes ses formes.   Le Petit Voyageur souhaite donc son site (le-petit-voyageur.com) ainsi que "My Trip" pour partager son experience à travers des photos, des témoignages ainsi que les alternatives face à ce danger invisible (plus ou moins aujourd'hui), le changement climatique. Nos enfants ne grandirons pas sur le court terme, il faut donc regarder beaucoup plus loin.   Je ne veux pas moraliser mais juste informer sur la réalité du monde d'aujourd'hui. Je parle doucement mais j'essaie de me faire entendre dans ce monde qui hurle...   Je suis le Petit Voyageur.
Voir le carnet
Le Petit Voyageur - Retour aux sources ...
16 jours
1641 km
Début mai 2015 je décide de partir continuer le Tour de Manche entamé l'année précédente avec  Ludo et Christophe. Je pars seul car les collègues ne sont pas dispos. Mais également pour me tester. Partir découvrir le Sud de l'Angleterre sur 2 semaines apporte un côté dépaysant aux vacances. J'ai repris mon vieux vtc  en rajoutant un porte bagages avant. Un parcours  de 700 km entre Roscoff et Rennes en prenant les ferrys et en passant par Plymouth - Poole - Jersey - Saint Malo. Bilan : - Premier voyage en solo. Une autre approche du voyage où on s’écoute et roule à son rythme. - Le velo a tenu le choc. Ce n'était pas du tout le velo de trekking typique, mais comme quoi pas besoin d'investir des milles et des cents pour un court voyage. J'ai eu 2 crevaisons avec mes vieux pneus. Le porte bagage arrière a fait son dernier voyage. Le reste à tenu mais l'idée d'un nouveau vélo a germé. - J'ai aimé voyager en ferry même si les horaires de départ sont contraignantes et on doit organiser sa journée en fonction. Le TER entre Rennes et le Finistère fut une formalité. - L'Angleterre : Rouler à gauche ça se comprend vite, et les anglais sont plutôt respectueux des vélos en voiture. Les cyclistes sont nombreux et saluent  à chaque fois. J'ai trouvé les anglais accueillants et aidants. Les paysages sont agréables. Ils m'ont souvent rappelés la Bretagne.  J'ai suivi l'itinéraire du Tour de Manche qui est assez bien balisé. Il passe principalement par des petites routes de campagne et quelques voies vertes. Seule la deuxième étape a été décevante. Poursuivre par Jersey puis le Canal de la Rance était une bonne idée pour finir. Bref, déjà l'envie de repartir.
Voir le carnet
2015 - Tour de Manche Angleterre.
2015 - Tour de Manche Angleterre.
11.5 jours
576 km
par ronan
4