Rando jeûne à Majorque - Pedra En Sec

(réalisé) share(partager)

6 jours de marche en jeûnant

Sur le GR221 et variantes

Depuis quelque temps déjà nous nous documentons sur le jeûne et ses bienfaits. 
Nous avons vu le film de Damien Artero autour du périple de Florian Gomet au Canada, 360 km de trek sans manger (voir infos pratiques dans ce carnet). Nous savons théoriquement que le corps a des réserves de graisse importantes (de l'ordre de 10% du poids total) qui lui permettraient de marcher et jeûner pendant au moins 15 jours, l'expérimenter sur 6 jours rend la théorie encore plus crédible :).
De plus, le jeûne s'inscrit pour nous dans une démarche globale de moins manger. Dans une société de la gabegie et de la surconsommation, avoir ce respect pour son corps, et pour ceux qui ne mangent pas à leur faim quand une moitié de l'humanité est en surpoids, nous parait une démarche qui a du sens. Moins manger c'est tout simplement préserver son corps et les ressources de la planète...
randonnée/trek / nage
Quand : 24/04/19
Durée : 6 jours
Distance totale : 102.3km Dénivelées : +5829m / -5459m
Alti min/max : 5m/1360m
Carnet créé par Olivier le 28 mars
modifié le 11 mai
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus ferry
Précisions : Ferry Toulon - Alcúdia (par Corsica Ferries) Sur place pas mal de bus (voir section "Infos pratiques"). Des bus et trains pour se rendre à Toulon.
Coup de coeur ! 1130 lecteur(s) - 26
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Conclusion (mise à jour : 11 mai)

Le but de ce jeûne n'était pas maigrir, nous n'en avions pas besoin, mais d'expérimenter et de faire du bien au corps. De nombreuses études montrent les effets bénéfiques du jeûne pratiqué de temps en temps. En général, il est cependant préconisé d'éviter l'activité sportive intense pendant le jeûne lui-même, et donc nous étions un petit peu hors des "clous", bien qu'on puisse difficilement parler de "norme" ou de "recommandations officielles" compte tenu du très petit nombre d'études sur le sujet (surtout en France ; d'autres pays, comme la Russie ou l'Allemagne, travaillent davantage sur le jeûne). Mais en écoutant son corps, ça s'est bien passé pour nous.
Depuis plus de 6 mois nous pratiquons le jeûne intermittent quotidien, c'est à dire manger sur une période restreinte de la journée, nos corps sont donc habitués à puiser dans les réserves de graisse. (En temps normal, nous ne mangeons rien avant le début d'après-midi, voire plus tard, même en faisant diverses activités sportives).
C'est sans doute ce qui a aidés à ce que nous nous sentions en forme pendant ce trek, et à ce que tout se passe bien.
Les seuls petits symptômes ressentis ont été :
  • Un peu mal à la tête de temps en temps (peut-être aussi dû à un petit déficit d'hydratation).
  • Un peu de mollesse générale (surtout à partir de J4).
  • Sécheresse du fond de gorge pour Olivier due à la diminution de l'activité des glandes salivaires. Cela s'est traduit par un mal de gorge, douleur à la déglutition. C'était le 5e et 6e jour. Ça a disparu quelques jours après la reprise alimentaire. Il peut être bon de sucer un petit galet par exemple pour stimuler la production de salive. J'ai l'impression que les petits cafés (3 en 6 jours) n'ont peut-être pas aidé, en tout cas j'ai fait une espèce de rejet du café pendant quelques jours après la rando. Le café n'est pas préconisé lors d'un jeûne...
  • Plus froid à l'arrêt, surtout le dernier jour. Un peu comme si le corps s'était mis en mode économie d'énergie.
On avait l'impression qu'on aurait encore pu marcher quelques jours comme ça.
Nous n'avons jamais eu  faim. Juste l'envie de ressentir le plaisir de manger.
Nous n'avons jamais eu froid la nuit.

La reprise alimentaire a été très agréable, impression d'explosions de saveurs. Impression de manger plus en conscience. Impression d'avoir de la chance d'avoir cette nourriture disponible. 
La reprise a été faite progressivement (notamment pas de protéines animales avant au moins 4 jours, pas de sucres raffinés ni céréales blanches les premiers jours, pas d'alcool...). Pas de grosses quantité de nourriture. De toute façon le corps n'a pas ce besoin. Par contre, l'envie de se faire plaisir en mangeant de bonnes choses saines.

A refaire, nous marcherions sans doute sur des étapes plus courtes, pour se reposer davantage et laisser le corps un peu plus "tranquille"...

Et je pense qu'on refera !
En ce qui me concerne (Olivier), j'ai l'impression que mon corps fonctionne bien, et va bien, sur des itinérances hypocaloriques (on en a subi quelques fois par "obligation" suite à des manques de ravitaillements), manger des demi-rations ou un jour sur deux. Il est probable que cela évite la mollesse, d'autres part j'aime manger, pas en grande quantité, mais le plaisir des aliments est encore amplifié dans un trip hypocalorique.
L'avis de Johanna : vraiment apprécié cette expérience ! De mon côté, je pense que jeûner intégralement (comme on l'a fait là sur ces 6j de trek) présente un intérêt pour le corps qui peut passer dans un autre mode pour plusieurs jours, et je pense rééditer si possible une fois par an. Depuis le retour de ce trek-jeûne, je sens mon corps plus souples et mes douleurs et raideurs lombaires se sont améliorées.
Le reste de l'année, je continue avec plaisir le jeûne intermittent quotidien (comme nous le faisons depuis plusieurs mois).
Le matériel transporté
Le matériel transporté
Avant / après
4 kg perdus pour Johanna (2 repris après quelques jours de reprise alimentaire)
6 kg perdus pour Olivier (et 3 de repris).
Avant / après
4 kg perdus pour Johanna (2 repris après quelques jours de reprise alimentaire)
6 kg perdus pour Olivier (et 3 de repris).
Conclusion
Commentaires
share posté le 09 mai

StfPetitCaillou
Martinet
(18 messages)
Inscription : 01/11/18

Message privé
Hihihi c'est rigolo.
De l autre côté....sur les chemins bleus... rouler bonheur !
share posté le 12 mai mis à jour le 12 mai

SupervagabondS
Etourneau
(52 messages)
Inscription : 06/01/16

Message privé
C’est surement à travers ce carnet qu’un grand nombre de gens, dont je fais partie, vont vous découvrir comme on ne s’y attendait pas. Et même si c’est le chemin de la privation qu’il a fallu emprunter pour comprendre le plaisir de vous sentir lavés et purifiés de ce qui vous semblait de trop, vous offrez là, une forme de générosité qui fait grossir la conscience de devoir y réfléchir.
Puis sans la notion de vouloir critiquer, c’est tout de même toujours bon de pouvoir s’adresser aux patrons ! Et vous sachant loin de cette posture, c’est bien ce qui m’amuse de vous l’attribuer ! L’avoir accompli à deux ensemble, vous a certainement permis d’entretenir le cadre que vous aviez fixé, en vous permettant aussi d’en parler quand chacun l’estimait nécessaire.
Parliez vous au quotidien de cette expérience entre vous, ou avez vous fait comme si de rien n'était ?! La question est naïve, mais je n’imagine pas qu’il soit possible d’aboutir un tel trek, sans êtres vous mêmes, un couple bien établi.
La privation a t-elle influencé des tensions et rendu vos caractères plus irritables ?
Mêmes pour les agrumes vous n’avez pas craqué, c’est vraiment que vous vous étiez préparés à ne pas flancher, parce que rien n’aurait pu en retenir une grand nombre d’y piocher, moi le premier !
Au fil vos commentaires, on comprends que vous voyagez en emportant l’information que cela ne va durer qu’un temps, et que vous savez parfaitement que le retour à la nourriture vous sera un moment particulièrement précieux.
C'était d’ailleurs la condition de votre expérience, que d'êtres rigoureux, comme pour mieux évaluer la véracité de votre vécu. Mais quand on ne sait quand ça va s'arrêter, c’est surement une autre vie.
Tous les êtres vivants ont le besoin commun de devoir se nourrir. Sûrement aussi besoin d’aimer, et de l'être aussi.
C’est la nourriture de l’esprit qui conditionne les êtres humains à devoir exister pour devenir, et votre carnet illustre bien l’idée qu’il ne faille pas forcément surconsommer de tout pour se sentir vivre et pouvoir aimer.
Il y a une spiritualité dénuée de religion dans votre démarche, qui reste une forme de prière murmurée envers la tragique réalité de nos sociétés insensées.
Vous vous êtes presque mis à nus, et c’est bien de ne pas l’avoir fait ! :) parce que vous gardez dans vos regards partagés toute la complicité nécessaire à se tolérer pour toujours s’aimer.
Merci pour ce partage, parce que je sais que ce n’est pas encore demain que j’oserai le faire, et bien que je ne fasse que deux repas par jour, à chaque fois que je mangerai avec l’idée de la gourmandise durant un voyage, je penserai à ce trek, et donc à vous. Comme vous le faites remarquer, il est vrai que manger peu développe le plaisir de se nourrir avec attention et aiguise la conscience d’en avoir la possibilité. Mais s’en passer reste impossible pour voyager durant des mois, dommage, sinon on aurait bien essayé ! ;) ...Puis du moment que le petit caillou garde le sourire, ça en valait la peine !
Deviens ce que tu es, c'est à dire ce que tu n 'es pas encore.
share posté le 12 mai

Patrick G
Martinet
(31 messages)
Inscription : 28/09/15

Message privé
Effectivement presque à nu...
Merci pour le partage de cette belle balade et de cette expérience.
4 et 6 kg en six jours me parai beaucoup (surtout qu'il n'y avait pas de surplus au départ). est ce à cause de l'activité sportive ?
On parle de plus en plus des bienfaits du jeûne, mais de l'essayer sur une itinérance de 6 jours c'était osé. Il faudrait nous en dire plus dans un article du CA 56 : retour d’expérience après 3, 4 semaines 2 mois...
Je suis artisan dans le bâtiment et les douleurs du corps je peut en parler...
L'activité sportive est pour moi quasi vitale. depuis juillet 2018 j'ai supprimé des douleurs en me branchant à la terre mais votre expérience me fait réfléchir.
Décidément toujours aussi intéressant que se soit expemag, My trip ou CA.
Merci encore pour ce partage
share posté le 13 mai mis à jour le 13 mai

Maxence
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 13/05/19

Message privé
Merci pour cet intéressant retour d'expérience.
Adepte du jeune intermittent depuis plus d'un an, je suis tenté par cette expérience de rando plutôt "minimaliste", qui correspond bien à mes aspirations personnelles.
Je suis également surpris des tarifs pour la traversée en ferry. Au delà de l’approche "mobilité douce", le prix est très concurrentiel avec l'avion et ça, c'est super ;) !
share posté le 14 mai

Johanna
Milan noir
(494 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
Merci à tous pour vos commentaires :)
@Supervagabonds : notre démarche était surtout expérimentale : pour tester concrètement de quoi le corps est capable, comment on se sent et les bienfaits d'un jeûne sur nos fonctions biologiques. Bien sûr, il y a une dimension éthique, écologique et philosophique autour de la surconsommation, la sobriété heureuse, la notion de "dépouillement volontaire" et le fait d'être mieux avec moins, mais sans doute de façon plus prosaïque que ce que tu nous attribues :).
Quant à nos sensations et notre humeur, nous nous sommes souvent fait la réflexion qu'on se sentait comme d'habitude ; on avait l'impression que ça n'aurait pas changé grand-chose si l'on avait fait ce trek en mangeant (outre peut-être quelques conversations et réflexions liées au plaisir de la nourriture, son utilité, etc.).
En tout cas, je le redis, je pense que jeûner en itinérance nature, hors de son contexte et de ses repères habituels, et aussi de ses placards et son frigo ;), me semble bien plus facile qu'à la maison.
Quant aux agrumes, c'était sympa de voir ces beaux fruits locaux offerts, mais nous n'avons pas eu à "lutter" pour ne pas craquer :). Une fois qu'on s'est mis dans la disposition mentales de jeûner intégralement, ça fonctionne bien je trouve.

@Patrick G : concernant le poids perdu, à noter qu'il y a je pense au moins 1,5 qui sont du remplissage/vidange de tout l'intestin, étant donné qu'on a repris facile 1,5 kg en moins de 48h après la reprise alimentaire (pourtant progressive), le fait d'avoir des aliments dans le "tube" qui retiennent aussi l'eau... ça pèse :).
Du coup, pour moi, on peut compter plutôt 2,5 kg de perdus, sur 6j sans rien manger, en marchant et en thermorégulant davantage que dans une maison chauffée avec douche chaude, cela me semble tout à fait raisonnable et encourageant : il nous restait carrément des réserves à la fin ! :)
Au niveau des douleurs, j'ai pas mal de problèmes de dos (opération quand j'étais adolescentes et problèmes + raideurs réguliers depuis), et depuis le retour du jeûne, j'ai bien progressé en souplesse et mes douleurs ont diminué (je le sens au quotidien mais aussi sur certaines postures spécifiques d'étirements et de yoga), et ça c'est vraiment appréciable ! Rien que pour ça, je referai des jeûnes régulièrement !
En tout cas, on fera un article dans un prochain numéro oui (pas CA56 ni 57 car ils sont déjà complets :)), conjointement avec Florian Gomet et sa Marche sans faim https://vimeo.com/ondemand/lamarchesansfaim75/315175351

@Maxence : oui ça fait plaisir que de temps en temps les transports de surface soient concurrentiels face à l'aérien et ces indécents vols low-cost...
Vers l'infini et au-delà :-)

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°56