Les Iles ioniennes en kayak mer fin avril (partager) Vue d'ensemble

Randonnée itinérante, en kayak mer, à deux couples,  pendant une dizaine de jours autour des îles ioniennes avant le début de la saison touristique. Paysages absolument splendides, plages désertes
kayak de mer
(réalisé) Quand : 20/04/15 Durée : 12.0 jours
Carnet créé par LucFlo le 10 août 2016 modifié le 13 août 2016
1342 lecteur(s)
(4 personnes aiment ce carnet)

Le compte-rendu : mardi 21 (mise à jour : 10 août 2016)

La température de la nuit a été douce, pas de bruits autour, si ce n’est un oiseau au cri bizarre qui nous rappelait que nous étions chez lui. Ce matin le soleil est là, le vent semble discret. Nous démontons le bivouac et embarquons pour tourner autour de l’île de MEGANISI dans le sens horaire, jusqu’à sa pointe sud, ce qui nous prend la matinée. Nous mangeons sur dans une crique, sous des falaises blanches en tranches. C’est un paysage de carte postale. Le soleil chauffe agréablement.  Nous reprenons la mer, en direction de l’île de KALAMOS ; une première traversée de 5,5km vers l’Est, par vent ¾ arrière, force 3 à 4 Beaufort. La mer commence gentiment à se former et les vagues déferlent de temps à autre. Nous passons la pointe sud de l’île de KALAMOS, puis nous remontons sa côte Est vers le nord à la recherche d’un bivouac pour la nuit prochaine. Nous nous engageons dans une baie à l’abri du vent, protégée par une tour en ruine au fond de laquelle se trouvent un site à l’abandon ; seul un édifice religieux est  rénové, tout le reste, pressoirs à olives, divers bâtiments,  sont en ruine. Une piste de plusieurs kilomètres relie le site au village. Une terrasse très accueillante, plate, fleurie sous un très vieil olivier au tronc troué de 7 ou 8 mètres de haut nous tend ses branches pour installer les tentes. Seul bémol, de cet endroit, c’est l’accumulation d’ordures plastiques rejetées par la mer sur la plage en contrebas. 25 km de navigation aujourd’hui.


Une journée chaude et ensoleillée, sans vent nous attend. Nous pagayons une vingtaine de kilomètres en direction de SAMI, petite ville touristique, sans touriste évidemment, mais avec serveurs devant les terrasses. En nous approchant du fond de la baie que nous traversons depuis un moment, nous avons le plaisir d’apercevoir à deux ou trois cents mètres devant nous un dauphin, qui évolue tranquillement. Petit plaisir gratuit.

Arrivés au port, je profite de la présence d’un magasin d’accastillage pour acheter du câble pour le gouvernail du kayak. Nous ravitaillons également en eau potable.

Nous nous asseyons à une terrasse pour manger des Giros. Après-midi, nous continuons jusqu’à ANTISAMOS, derrière la colline que nous longeons. Après 25 kilomètres, nous installons le camp à l’extrémité de la longue plage de gros galets blancs d’Antisamos.

 

Section précédente Section suivante
Commentaires