23 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Vers la Dune du Pilat, en vélo et en famille... Initialement, je voulais partir de Soulac et descendre tranquillement vers la Dune. Mais en cette période tous les campings ne sont pas ouverts et surtout le retour en train depuis Archachon m'a paru bien compliqué, long et avec des emplacements vélo non assurés... Je n'ai pas trouvé ou su trouver des infos sur d'éventuelles liaisons efficaces par car. Du coup, j'ai opté pour la formule aller/retour en vélo mais en partant donc de Lacanau-océan. J'ai également fait le choix d'un voyage en autonomie avec tente. Comme c'était une première en famille, j'ai quand même opté pour le camping afin d'assurer un minimum. (Surtout pour l'eau....) Coté logistique, on est parti avec de la nourriture pour les 3 premières étapes + 1 journée (au cas où l'on se retrouve bloqué à un endroit pour une raison quelconque.) Ravitaillement pour le retour sur Arcachon. Coté équipement: nos VTT de tous les jours sur lesquels j'ai ajouté pour chacun un port bagage sur selle et deux sacoches pour les sacs de couchage. Plus deux petites remorques "à pas cher" pour transporter le reste: nourriture, eau, affaires de camping et vêtements pour le soir. Coté énergie: Un petit panneau solaire pour recharger le téléphone et la gopro. Coté cartographie: Un GPS avec cartographie sur lequel j'ai chargé la trace du parcours. Une appli GPS/Cartographie sur le smartphone en doublon au cas où. Les enfants, 9 et 8 ans, pratiquent le vélo mais sans plus. (On fait habituellement quelques ballades à la journée 10-20 Km au printemps et à l'automne)
Voir le carnet
En route !
Vers la Dune...
5 jours
151 km
6
Août 2018, en kayak de mer démontable Grand Narak de Nautiraid, nous décidons de partir pagayer sur la Dordogne et espérons atteindre l’océan Atlantique. Un trip nature particulier de part la diversité des paysages (rivières, estuaire, océan), la gestion des courants et des marées, et étonnamment la tranquillité sur l'eau. Nous n'avons quasiment croisé personne en plein mois d'août.  L’équipe : un couple de quadras et un chien Joon, un Berger Blanc Suisse de 4 ans. Ce topo est organisé en 5 sections (de la ville de Bergerac à Castillon sur la Dordogne, de Castillon au Bec d’Ambès sur la Dordogne qui subit les effets de la marée, du bec d’Ambès à Meschers-sur-Gironde dans l’estuaire et la rivière sur la Seudre jusqu’à Saujon.) Section 1 La rivière : la Dordogne de Bergerac à Castillon Section 2 La rivière sous influence de la marée : la Dordogne de Castillon au bec d'Ambès Section 3 L'estuaire : la Gironde du Bec d’Ambès à Meschers-sur-Gironde Section 4 L’océan : de Meschers à la Tremblade par la côte sauvage Section 5 La rivière sur la Seudre jusqu’à Saujon Quelques chiffres Distance parcourue : 286 km Durée  : 14 jours Moyenne journalière (jours pagayés) : 21 km Quelques liens utiles  - Comprendre l'estuaire de la Gironde : C'est pas sorcier - Estuaire de la Gironde https://www.youtube.com/watch?v=e4SQxQiukyk - Le mascaret sur la Dordogne http://natureln.librox.net/spip.php?article683 - Les marées à Libourne https://marine.meteoconsult.fr/meteo-marine/horaires-maree-libourne-1046-0.php - Deux tableaux Excel vous permettant en fonction de l’horaire de marée à Libourne de connaître les Basses mer et Pleines Mer à différents points de la Dordogne https://dpf-dordogne.fr/informations-debit-hauteur-deau/
Voir le carnet
Les carrelets
De la Dordogne à la Seudre en passant par l'Atlantique
14 jours
286 km
par Anne
28
Fidèles à notre habitude, nous avions le projet d'un circuit en haute altitude avec de beaux sommets à la clé ! Malheureusement, cette année, la neige est tombée après le 20 octobre et en assez grande quantité pour que ça reste accroché aux pentes nord jusqu'à 2300 m et dans les combes. Nous avons déjà la chance d'avoir un créneau météo de quelques jours pour pouvoir partir. Donc, pour ne pas se retrouver dans des situations délicates avec nos sacs chargés, nous avons dégainé le plan M comme moyenne montagne ! Ce fut donc le Luchonnais et les crêtes frontières, là où elles sont orientées Nord/sud et où on ne dépasse pas les 2200 m. Le circuit était à peu près défini et nous avons décidé les étapes au fur et à mesure car le massif est truffé de cabanes. Tout s'est très bien déroulé avec très peu de monde rencontré malgré l'accès facile du côté Luchon. - Circuit : il peut s'inverser, et même être allongé encore vers le sud si on a le temps. On peut aussi choisir d'autres points de départ et d'autres cabanes. - Saisons : Les saisons idéales sont l'automne ou en fin mai/début juin (fonte de la neige et pas encore de bergers). Le massif est accessible l'hiver par Gouaux ou Artigue et on peut atteindre les crêtes facilement : c'est splendide ! - Orientation : nous avions une carte datant d'une dizaine d'années donc certains tracés comme le GR 10 ont été modifiés depuis. Si on veut strictement suivre des balisages de la carte, mieux vaut avoir une copie du portail IGN. Après, c'est toujours pareil, mieux vaut s'y connaitre un peu en orientation car on peut vite se faire piéger en prenant une mauvaise intersection ou se retrouver dans le brouillard. - Les cabanes : très nombreuses mais pas toujours en état. Tout dépend des désirs de chacun mais il ne faut pas s'attendre à du super confort ! Mieux vaut avoir son matelas pour s'installer correctement. Le site pyrenees-refuges.com est généralement à jour (et j'y contribue !).
Voir le carnet
Sommet du Poujastou
Circuit cabanes : le Luchonnais en automne
5 jours
46.1 km
7