Mercantrek - randonnée entre Mercantour et haute Ubaye

(réalisé) share(partager)
9 jours de randonnée dans le nord du Mercantour et en haute Ubaye. Du bon temps, en amoureux, à travers des montagnes préservées. Et en plus, c'est pas loin de chez nous, pourquoi se priver ?
randonnée/trek
Quand : 08/08/20
Durée : 9 jours
Distance globale : 150km
Dénivelées : +9222m / -9643m
Alti min/max : 1063m/2896m
Carnet créé par Anthony le 05 août 2020
modifié le 14 avr.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en bus
Précisions : Le bus Gap-Barcelonnette permet de se rendre en Ubaye pour un prix modique. En été, des navettes gratuites sont mises en place en Ubaye, mais il faut bien étudier les horaires car elles sont peu fréquentes et ne circulent pas tous les jours. Ajout...
Coup de coeur ! 804 lecteur(s) - 35
Vue d'ensemble

Le topo : J5 : retour sur la GTM jusqu'au lac de Rabuons (mise à jour : 12 avr.)

Distance section : 22.2km
Dénivelées section : +1945m / -1191m
Section Alti min/max : 1063m/2665m
Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : J5 : retour sur la GTM jusqu'au lac de Rabuons (mise à jour : 12 avr.)

Au réveil.
Au réveil.
Ce matin-là, tout est parfait ! Tente sèche, nuit calme, températures clémentes, et en plus, nous sommes parfaitement placés pour atteindre Auron, qui nous permet de faire un ravitaillement pile au milieu de nos 9 jours d'itinérance. Timing idéal. 
Un long sentier balcon nous mène au col du Blainon. De nombreuses granges, plus ou moins entretenues, sont construites de part et d'autres. Au col, il ne nous reste plus qu'à descendre jusqu'à Auron, qui est également une station de ski. On craignait une descente au milieu des pistes, il n'en est rien : le sentier les évite au maximum. Dans la forêt, c'est à peine si nous nous souvenons que la station est proche !
Sentier tout en douceur.
Sentier tout en douceur.
Granges.
Granges.
Tôle et bois.
Tôle et bois.
On profite d'Auron pour une pause "gastronomique". Entendez par là manger des fruits et légumes frais. Et siroter une boisson fraîche. La station est animée, le marché a lieu. Encore ces drôles de sentiments ambivalents : on savoure toujours le plaisir de retrouver un peu plus de confort, mais toute cette agitation nous semble déjà étrange ! Un dernier café en terrasse puis on file pour un moment qui, sur le papier, ne s'annonce pas comme la meilleure partie du voyage : il faut descendre jusqu'au fond de la Tinée pour remonter sur l'autre versant, en face, à la même altitude... Et la chaleur se fait sentir, les sacs à dos à nouveau plein.
Au Bourguet, au fond de la vallée, l'activité n'est pas aussi intense qu'à Auron.
Au Bourguet, au fond de la vallée, l'activité n'est pas aussi intense qu'à Auron.
Remède contre la chaleur. Il faut s'imaginer que la route est juste devant :)
Remède contre la chaleur. Il faut s'imaginer que la route est juste devant :)
Penser à regarder par terre ! Érèse coccinelle, qui porte si bien son nom.
Penser à regarder par terre ! Érèse coccinelle, qui porte si bien son nom.
Une rare portion d'ombre dans la montée, versant ouest.
Une rare portion d'ombre dans la montée, versant ouest.
1000 mètres de dénivelé à grimper. Sous cette chaleur, on prend chaque mètre après l'autre. Là-haut, ce sera le retour sur la GTM, qui permet de longer les crêtes tout en restant au-dessus de 2000m d'altitude. Les bienfaits de la douche dans la fontaine sont vite balayés : nous suons à grosses gouttes. Peu à peu, la température devient à nouveau clémente : nous voilà à nouveau sur les hauteurs. Ouf, le plus dur est passé :)
Retour sur la GTM.
Retour sur la GTM.
Heure de pointe.
Heure de pointe.
Le ciel...
Le ciel...
Une fois n'est pas coutume, le ciel s'assombrit, l'orage en perspective. On entend quelques grondements au loin. Nous pressons le pas dans l'objectif d'atteindre le lac de Rabuons au sec. De toute manière, il n'y a presque pas d'endroits pour installer la tente, nous évoluons dans un monde minéral ici !
J5 : retour sur la GTM jusqu'au lac de Rabuons
Ambiance sur la crête frontière.
Ambiance sur la crête frontière.
Au détour d'une crête, le lac de Rabuons apparaît. Le refuge éponyme trône à ses côtés : il occupe la meilleure place du coin. Autour de lui, on compte une bonne vingtaine de tentes. Faut dire que c'est une zone propice au bivouac. On s'installe un peu à l'écart, ce qui ne nous empêche pas d'aller prendre l'apéro sur la terrasse pour fêter l'absence d'orage ce soir !
Lac et refuge de Rabuons.
Lac et refuge de Rabuons.
J5 : retour sur la GTM jusqu'au lac de Rabuons
Spot de bivouac.
Spot de bivouac.
On profite de l'apéro en terrasse.
On profite de l'apéro en terrasse.
Le ciel s'embrase.
Le ciel s'embrase.
Et tout le monde en profite.
Et tout le monde en profite.
Commentaires
share posté le 17 avr.

SebL
31 messages
Un joli trek dans des montagnes magnifiques.
Des photos au top, comme d'hab !
Dans les années 1930 (à vérifier, pour la date exacte) Cessole avait monté un kayak sur le lac de Rabuons !!
share posté le 19 avr.

Anthony
219 messages
Merci Seb :)

SebL :

Dans les années 1930 (à vérifier, pour la date exacte) Cessole avait monté un kayak sur le lac de Rabuons !!

Drôle d'idée ! Surement une envie de combo ;)
Grâce à toi, j'ai fait une petite recherche sur le sujet... c'est carrément une course de bateaux qui y était organisée !?! D'ailleurs, ils parlent de "canoë" alors que sur la photo, ça ressemble fortement à de l'aviron !
share posté le 19 avr. mis à jour le 19 avr.

SebL
31 messages
En effet, maintenant que tu me le dis, c'était du lourd !
Ta référence me rappelle cette superbe expo à laquelle j'avais eu la chance de participer. C'était une autre époque...

Actuellement

Carnets d'Aventures N°64