Balade norvégienne : des fjords aux îles Lofoten

(réalisé) share(partager)
Quatre cyclos de 65 à 72 ans, 3 semaines en autonomie, de Bergen à Alesund puis quelques jours sur les îles Lofoten. Une météo un peu rude mais un excellent accueil et une superbe nature.
vélo de randonnée
Quand : 27/06/19
Durée : 20 jours
Distance totale : 912.1km Dénivelées : +7427m / -7466m
Alti min/max : -49m/734m
Carnet créé par la Creuzette le 09 nov.
modifié le il y a 3 jours
61 lecteur(s) - 9
Vue d'ensemble

Le topo : Section 7 (mise à jour : il y a 3 jours)

Distance section : 50.4km Dénivelées section : +249m / -267m
Section Alti min/max : 20m/54m

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 7 (mise à jour : il y a 3 jours)

Mardi 09 juillet, mercredi 10 juillet, jeudi 11 juillet :
Petit déjeuner pantagruélique au restaurant. C’est un buffet et nous pouvons nous resservir à volonté. C’est en fait un repas complet avec quelques spécialités norvégiennes à base de poisson. Nous descendons, comme prévu à Trondheim avec l’objectif de visiter la ville et de prendre le train de nuit pour rejoindre Bodø. Nous cherchons la gare pour acheter nos billets de train et, mauvaise surprise : impossible de prendre le train de nuit avec nos vélos car il n’y a que 4 crochets vélos et ils sont déjà réservés. Nous essayons de parlementer mais impossible d’avoir nos billets de train.  Déçus, nous cherchons l’office du tourisme pour trouver une autre solution : il n’y a que l’avion ou le bateau. 

Nous avons à peine le temps de jeter un coup d’œil aux hangars colorés le long des quais et nous filons vers le port pour reprendre l’Hurtigruten. Nous reprenons donc un billet pour Trondheim-Bodø (avec la réduction + de 67 ans !). Cette fois, nous sommes en terrain connu : le garage à vélo, les différents salons, dont le « Trollfjorden » aux longues banquettes confortables pour dormir. Nous imitons les croisiéristes : nous ne ratons pas l’animation « moules » de l’après-midi, nous essayons de deviner l’heure du franchissement du cercle polaire.  Nous avons toujours de quoi pique-niquer et il nous reste une bouteille de vin chilien (Gato Negro) acheté à Ålesund, alors tout va bien, même si nous sommes déçus de ne pas avoir pu prendre le train.  Un couple d’allemands, anciens cyclos s’intéresse à notre voyage. Nous avions repéré un beau vélo tout neuf au garage. Il appartient à une jeune finlandaise (de Laponie), dont c’est le 1er voyage à vélo et qui part seule pour les îles Lofoten. Elle descendra avant nous vers 02h00 du matin.
Nuit calme car nous sommes les seuls à dormir sur les banquettes. 

Mercredi matin : nouveau petit déjeuner « buffet ». C’est presque dommage pour une journée sans vélo ! C’est ensuite la cérémonie du franchissement du cercle polaire. Jean-Pierre fait l’animation avec plusieurs louches et même seaux d’eau glacée dans le cou. Selon lui, c'était plutôt beaucoup de glaçons et très peu d'eau comme pour un bon whisky !Tout cela pour gagner des verres de liqueur de framboise !

Arrivée à Bodø avec un peu de retard. Le stress monte car nous avons peu de temps pour prendre le ferry de la compagnie Torghatten Nord pour rejoindre enfin les îles Lofoten. Nous mettons moins de 10 mn pour sortir nos vélos et rejoindre le quai du ferry pour Moskenes. Traversée tranquille avec une mer d’huile. Tandis que le bateau navigue dans le Vestfjord, nous découvrons progressivement la masse sombre du Lofotveggen ou « mur des Lofoten » avec ses sommets déchiquetés qui surgissent de la mer. Nous distinguons peu à peu les minuscules villages entourés de carrés d’herbe verte et blottis au pied des cimes. Le voyage sur ces îles d’une exceptionnelle beauté commence…




Habitat dispersé. Petites maisons en bois toujours fraîchement peintes.
Habitat dispersé. Petites maisons en bois toujours fraîchement peintes.
Maisons au fond d'un fjord.
Maisons au fond d'un fjord.
Cérémonie pour le passage du cercle arctique.
Cérémonie pour le passage du cercle arctique.
Jean-Pierre ne craint pas l'eau froide avec glaçons dans le cou.
Jean-Pierre ne craint pas l'eau froide avec glaçons dans le cou.
Les îles Lofoten sont en vue.
Les îles Lofoten sont en vue.
Barrière montagneuse impressionnante.
Barrière montagneuse impressionnante.
Arrivée à Moskenes.
Arrivée à Moskenes.
Arrivée à Moskenes vers 17h15. Courses au supermarché situé au sud de la ville, puis nous partons pour le village de pêcheurs d’Å i Lofoten (plein sud, au terminus de la route E10), à la recherche d’un coin de bivouac. La lumière est très belle et les cabanes de pêcheurs (rorbuers) peintes en rouge, se détachent bien dans le paysage.
Installation près d’un parking à camping-cars. Il y a de l’eau, des toilettes et des coins d’herbe verte pour installer nos tentes.




La petite église de Moskenes.
La petite église de Moskenes.
En route vers le village de pêcheurs d’Å i Lofoten.
En route vers le village de pêcheurs d’Å i Lofoten.
Jeudi 11 juillet :
Petite balade à pied au bout de l’île pour nous imprégner de la beauté des paysages avant de visiter le village transformé en musée de plein air mais qui a gardé son cadre typique avec ses rorbuers rouges, sur pilotis, serrés autour du port, les cadres en bois servant au séchage du poisson (essentiellement la morue). En cette saison, il ne reste plus que les têtes de morue sur les séchoirs. Celles-ci sont destinées à être transformées en farines pour compléments alimentaires. L’odeur de la morue est bien présente et va nous accompagner tout au long de notre voyage sur les îles Lofoten.

 Il y a toujours une boulangerie et une fabrique d’huile de foie de morue en activité. En cette saison, ce sont les touristes venus du monde entier, qui ont remplacés les pêcheurs et qui occupent les rorbuers.


Séchoirs à poissons sur lesquels il ne reste que les têtes.
Séchoirs à poissons sur lesquels il ne reste que les têtes.
Balade au bout de l'île.
Balade au bout de l'île.
Les rorbuers bien rouges.
Les rorbuers bien rouges.
Le centre du village.
Le centre du village.
En cette saison, ce sont les touristes qui ont remplacés les pécheurs dans les rorbuers.
En cette saison, ce sont les touristes qui ont remplacés les pécheurs dans les rorbuers.


Nous filons vers Reine. Une petite route nous permet d’éviter le tunnel juste avant l’arrivée au village. Reine est niché au pied d’un splendide cirque de montagnes. Nous ne nous laisserons pas tentés par la très prisée ascension du Reinebringen car le sentier nous paraît bien acrobatique. Nous pique-niquons sur la place au centre du village (au soleil !) ce qui nous permet de profiter de l’animation. Rencontre avec un groupe de cyclos allemands, intrigués, car ils ont repéré que nous voyageons avec des vélos allemands.
Le beau village de Reine.
Le beau village de Reine.
 Dans l’après-midi, le vent se lève. Nous n’avons pas le choix, nous sommes obligés d’emprunter l’E10 pour remonter vers le nord. Heureusement, il y a toujours des déviations possibles au niveau des tunnels.

Nous faisons un aller-retour sur une petite route pour rejoindre le village de Sund. Avec ses maisons blanches, ses séchoirs à poissons, ce village a gardé de l’authenticité. Un forgeron et un bar très sympathique au centre du village permettent une pause agréable (café avec gâteau maison à la cannelle). Belle rencontre avec un jeune belge venu en Norvège à vélo et qui désormais occupe des emplois saisonniers : rénovation de maisons et activités de canoë-kayak l’hiver.

Retour vers l’E10 pour rejoindre la côte Ouest. Installation pour la nuit au camping de Flakstad. Très belle plage ventée avec des surfeurs. Le sable est blanc et il y a de beaux contrastes de couleurs avec l’eau turquoise et les montagnes sombres proches de la plage. Quelques enfants norvégiens jouent en maillot de bain et n’hésitent pas à rentrer dans l’eau alors que nous avons 3 couches de vêtements pour nous protéger du froid. Les tentes peuvent être installées en retrait et sont un peu à l’abri du vent. Camping parfait pour nous car il y a une cuisine avec plaques chauffantes et une pièce où nous pouvons manger à l’abri du vent.

Km parcourus : 51, D+ 249 m





Petit village de Sund, son café , son forgeron.
Petit village de Sund, son café , son forgeron.
La plage de Flakstad.
La plage de Flakstad.
Le camping de Flakstad (photo prise à 03h00 du matin !
Le camping de Flakstad (photo prise à 03h00 du matin !
Commentaires

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°57