Vacances à vélo avec les enfants Vue d'ensemble

(réalisé) (partager)
Le programme, c’était : une semaine de vacances à vélo et en camping, seul avec les enfants, avec Paul en autonomie sur son propre vélo, avec des sacoches. Les étapes étaient à définir en fonction des capacités et de l’envie de Paul.
Le programme a évolué un peu quand Gaspard s’est mis à savoir faire du vélo un mois et demi avant le départ : j’ai prévu de sangler son 12″ sur la remorque et de le laisser rouler tout son saoûl.
L’itinéraire : le long du Canal Latéral à la Garonne, vers Agen. Je l’ai déjà fait en 2010, mais le Canal du Midi est moins bien pourvu en termes de revêtements, de points de chute et de campings. Cette année, l’aventure n’est pas géographique : exit les paysages inconnus, mais aussi exit les routes à gros trafic, les gros dénivelés et les galères inattendues ! Rouler avec des enfants de six et quatre ans représente déjà une bonne aventure en soi.
La météo : caniculaire. En deux mots, on aurait pu se passer des t-shirts à manches longues, des pulls, des vestes imperméables et du double-toit de la tente. Bah ! Qui est à 5kg près quand la charge est déjà de 65kg (6kg de matelas et sacs de couchages dans les sacoches de Paul, 8kg de vêtements et matériel dans les miennes, la tente sur mes sacoches, et enfin la remorque avec Gaspard, son vélo, la nourriture et courses et les antivols) ?
vélo de randonnée
Quand : 04/07/15
Durée : 8 jours
Distance totale : 149.8km
Carnet créé par Colin le 23 juin 2015
modifié le 15 sept. 2015
2260 lecteur(s)
(4 personnes aiment ce carnet)

Le topo : Samedi 11: Retour ! (mise à jour : 15 sept. 2015)

Distance section : 19km

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Samedi 11: Retour ! (mise à jour : 15 sept. 2015)

La dernière étape… Celle qui sent le retour, le terrain connu… Celle où plus l’on se rapproche de Toulouse, moins on entend les oiseaux, et plus on entend la rocade, jusqu’à devoir hausser le ton pour se parler lorsqu’elle finit par longer le canal sur les derniers kilomètres.
Malgré cela, on était contents de la faire. Paul se réjouissait au fur et à mesure qu’il reconnaissait les endroits devant lesquels nous passions. Arrivés devant la maison, il a posé la question dont il brûlait de connaître la réponse depuis longtemps, mais qu’il a malgré tout réussi à garder pour la toute fin : “Alors Papa, combien de kilomètres en tout ? Mille ?”
“Cent soixante huit, bonhomme.”
Et ils étaient fiers et heureux :)
Section précédente
Commentaires