Rentrer de Noël à pieds

(en cours) share(partager)
Et si je rentrais de Noël chez les parents à pieds??

Je revisiterais quelques endroits sympas qui ont marqué mon enfance, et
je proposerais à la famille de m'accompagner sur un ou deux kilomètres,
ce serait sympa de se voir dans ce cadre là! Et ça pourrait peut-être
donner envie aux neveux de marcher avec moi?

Et cette fois, au lieu de faire les 200 bornes en voiture, je prendrais
le canal de Brest à Nantes... Et un peu les rives du Blavet, pour y
arriver au canal...
Oh ouais, ce serait chouette! La nature!!

Mais, à Noël, il fait froid! Et il pleut! Même il neige, parfois...
C'est pas la meilleure période pour faire une randonnée bivouac de
300km! Et puis, y'a pas beaucoup de lumière à cette période de
l'année... Je pourrais pas attendre l'été?
C'est peut-être pas la meilleure période pour le faire, mais c'est la
bonne. Et pour la lumière, justement, c'est comme ça que tu en auras un
maximum.
Ah? Bon, ok. Ca marche.
Oui, effectivement, ça va marcher!! ;)

Et puis, comme ça, si tu vas pas trop vite (;)), tu commenceras l'année
en marchant!
Est-ce qu'on peut trouver une plus belle manière de commencer une
nouvelle année toute neuve?
randonnée/trek
Quand : 28/12/19
Durée : 8 jours
Distance totale : 300.5km Dénivelées : +855m / -931m
Alti min/max : 3m/173m
Carnet créé par Floma le 25 déc. 2017
modifié le 05 févr.
S'y rendre de manière douce :
Précisions : Bon, et bien le train n'accepte pas les objets encombrants, sauf les vélos en TER, et mon objet encombrant ne rentre pas dnas le cadre de "vélo"... Mais des covoitureurs m'ont pris avec le chariot, et nous avons passé un trajet passionnant à dis...
1034 lecteur(s) - 34
Vue d'ensemble

Le topo : Départ Numéro 2 (mise à jour : 05 févr.)

Description :

D'un peu avant Josselin à... Mystère! Vous le saurez à la fin de la page!

Le compte-rendu : Départ Numéro 2 (mise à jour : 05 févr.)

Bon, et bien ça y est, je suis de retour près du canal.
9h du matin, après un court trajet où nous sommes squeezés dans la voiture avec mon attirail, ma cousine, son compagnon et ma nièce qui partent pour un plus long voyage (les pays bas), m'ont laissée avec le chariot en kit à monter, sur un parking, en haut du chemin de halage.
Mince, j'ai oublié de nous prendre en photo!! Zut, loupé!


Il y a du brouillard à couper au couteau, et je finis de préparer le chariot. 
Bon, il est un peu lourd, alors pour descendre de cette butte et rejoindre le chemin de halage, je ferais mieux de descendre les différentes parties du chariot en kit et d'assembler le tout en bas, non??
Allez, le gros sac étanche, tu descends bien sagement cette butte jusqu'au fossé, parfait, oui, c'est bien. Nickel.
Au tour de la tente, toi aussi ma belle, ma jolie tente toute plate et ronde, je te mets à plat, et tu vas glisser jusqu'au micro-fossé. Oui. Non! NON!!! NOOOOONNN, pas sur la tranche, à plat, on a dit!!
La tente, prise d'une lubie, s'est mise sur la tranche au lieu de rester à plat, et devant mes yeux médusés, reste sur la tranche et dévale la butte, franchit le petit fossé, roule et traverse le chemin de halage, et finit sa course, devinez où??
Je vous le donne en mille: dans le canal!!
Non mais sérieux!!
Je suis incrédule, c'est pas possible, j'ai pas pu faire ça?? 
Je l'ai fait, vraiment??

Sérieux??

Je n'arrive pas à croire ce que je vois, je reste figée quelques secondes. Hébétée.
Mais la tente est plus alerte, elle s'est jetée de toute sa portance dans le canal, et...
Elle flotte!!
Ok!! Ouf! Bon, il faut que je la récupère! Je descends la butte en courant, en faisant un peu attention à ne pas plonger moi aussi dans le canal. La tente flottante part naviguer avec l'eau du canal, elle est au milieu du canal, hors d'atteinte, et elle part avec le courant...
Mince, comment je fais?
Réfléchissons, un bout de bois pour l'attrapper...
Non, rien autour, que de courts morceaux de bois, inadéquats pour songer arriver au milieu du canal.
Canoë!! Un canoë! Il me faut un canoë! 
Bien sûr, pas le moindre canoë ni kayak aux environs. Ni aucun océiste ou kayakiste sur les flots en plein hiver.
Bon.
Machinalement j'ai suivi la tente, elle ne va pas trop vite, elle s'approche du bord, ok, je vais peut-être la récupérer, mais non, elle continue son chemin, hors de mon atteinte.
Bon, réfléchissons vite et bien. 
Récupérer le chariot, et attendre que la tente vienne vers le bord.
Je reviens au point de départ, mince, quand même c'est complètement fou cette histoire, on va jamais me croire!!
Et je suis même pas partie!! 
Décidément, les départs ratés, je suis championne! Mais celui-là est particulièrement gratiné...
J'ai vraiment fait ça? Sérieux??
Je me retourne mais pas de doute, l'object flottant identifié est bien au milieu du canal, poursuivant son petit bonhomme de chemin, indifférent à mes lamentations, n'écoutant que le courant et non mes suppliques.

Comment j'ai pu faire un truc pareil??
Je reprendre le chariot, je fais attention en descendant la butte de ne pas tout faire rouler vers l'eau, puis je fixe le sac étanche sur le dessus. 
Quand tout à coup, le pire de la situation me frappe.
Ce matin, ma doudoune et ma polaire ne rentraient pas bien dans le sac étanche, je me suis dit "pas de souci, il fait beau, pas de risuqe de pluie, aucun problème, je les coince dans le sac de la tente, et j'aurai bien le temps d'organiser les affaires au cours d'une pause".
Et oui, je me suis dit ça.
Et là, je suis face aux conséquences: ma doudoune et ma polaire sont dans le canal. 
Sérieux??
Non mais franchement?? J'ai vraiment fait ça? 

Plus de tente = plus de voyage. 
Mais plus de doudoune ni polaire = aussi, plus de voyage.
Y'aura qu'à rappeler la famille, avouer comment j'ai pu être aussi... Non, je ne vais pas m'insulter. Mais là, sérieux, j'ai une bonne grosse honte qui m'assaille... 
Je reviens vers la tente petit à petit, elle arrive vers une île au milieu du canal, avec une écluse d'un côté!! Cool. Je vais pouvoir la récupérer.
Sauf que... de l'autre côté de l'île, je l'entends maintenant, il y a un barrage!! Non!! Pas ça!
Allez la tente, sois sympa, on a bien rigolé avec ta bonne blague, ok, mais maintenant c'est important que tu ailles vers l'écluse!! vers l'écluse, ok? Allez ma chérie, va vers l'écluse.
Allez, allez, encore un peu...
Oui, super! Bravo!

Elle est partie du côté de l'écluse, s'est dégagée du courant fort qui mène au barrage, et rentre dans un endroit où il y a beaucoup moins de courant. Elle se réfugie du côté de l'île. Ok ma grande, reste là-bas, je viens, j'arrive.  
Je lâche le chariot à l'écluse, et je remonte vers le bout de l'île, j'ai trouvé un grand bout de bois qui sera utile pour l’attraper.
Arrivée au bout de l'île, la maline a repris un peu de courant pour retourner de l'autre côté du canal, près du chemin de halage.
Sérieux??
Ah, tu veux jouer à la plus perspicace?? Attends voir, que je vienne te rejoindre.
Je cours, je vole, avec mon bâton de bois que j'aimerais voir transformé en bâton de sorcière, pour atteindre cette tente capricieuse. 
Le sketch, quoi.
Surtout qu'arrivée du côté chemin, évidemment elle repart dans l'autre sens, elle est à nouveau impossible à récupérer.
Sérieux?? Mais qu'est-ce que je lui ai fait?? 


Repartie du côté de l'île, je trouve un bout de bois plus grand, mais arrivée au niveau de la tente, elle est repartie vers le chemin... Vous y croyez, vous? Moi j'ai du mal, je suis éberluée.
J'hésite entre éclater en pleurs et éclater de rire, évidemment, le rire l'emporte, tellement la situation est incongrue, ubuesque, improbable... 
Je suis à la fois consternée de ce que j'ai fait, éberluée devant cette tente qui prend tout son temps pour prendre l'eau avec la polaire et la doudoune associées, mais la situation est tellement drôle!! 
Je nous vois, moi petite bonne femme courant des deux bords et essayant de récupérer cette tente flottante, la tente qui hésite, indécise, entre toutes les lignes d'eau, c'est tellement drôle!! 
A un moment, je prends même une photo tellement la situation est difficile à croire, et même à imaginer, je suis stupéfiée du talent de notre grand scénariste-réalisateur...

Ah, un joggeur! Mince, j'ai vraiment honte de moi... 
Mais j'ai besoin d'aide, alors je me lance: "S'il vous plait, est-ce que vous pourriez m'aider? Est-ce que vous pourriez prendre un baton de bois et faire un petit peu de courant dans l'eau pour que la tente revienne vers moi?"
Le joggeur, d'une gentillesse absolue, réalise mes souhaits et essaie avec son bâton d'attraper la tente, qui est plus proche de lui.
Mais son bâton tombe dans l'eau!
Mince!

Ahahhahaahhhah, horreur et damnation, la tente reprend le courant pour repartir vers le milieu du canal, vers l'autre côté de l'île!! Nooooooonnnnnnnnn!!!
Je file de l'autre côté de l'île, il y a des branchages, elle va peut-être s'arrêter? 
Il y a un endroit avec un peu de fond, je peux peut-être enlever mon pantalon et aller la récupérer??
Ca va pas être long, juste la récupérer...

Mais non, elle passe loin, et je me retiens de plonger à sa poursuite, près du barrage, ce serait une mauvaise idée, même si je vois un peu de fond... 
Et puis là, je ne peux plus la poursuivre, je suis arrêtée par un mur, une maison qui me bouche la vue, le barrage est de l'autre côté. Je songe à escalader le mur, comment puis-je faire? 
Le joggeur sympa est venu me rejoindre, il me demande où est la tente, et réfléchit avec moi comment l'atteindre.

Bon, rien à faire de ce côté, je risquerais de rester empaillée sur la grille du mur, ou de glisser et de me casser trois-quatre jambes. Tant pis, on va voir à l'arrière de l'île, peut-être que la tente sera passée par un endroit du barrage ou par une passe à poissons?

Bon. Je retrouve mon charriot à l'écluse, me harnache, et je reprends mon chemin, quand tout à coup, victoire, la tente a passé le barrage, sans trop de dégats apparents, elle poursuit gentiment sa navigation, comme si elle avait fait ça toute sa vie!!
Bon, sauvée, elle n'est pas déchiquetée, pas bloquée dans les arbres dans des endroits inaccessibles, tout va bien!!
Je discute avec le joggeur qui est resté avec moi, lui explique ce qui s'est passé, pourquoi une femme qui tracte un chariot se retrouve à poursuivre une tente flottant sur le canal, un samedi matin de bonne heure, entre Noël et le 1er de l'an... Le comique de la situation éclate encore plus, et le fait de poser des mots m'aide à raisonner et calmer ma pensée, qui bouillonne et se perd en conjonctures sur le devenir de cet hypothétique voyage.
Mon joggeur rigole avec moi, nous trouvons des bâtons plus grands, et traversons Josselin sous le regard interrogateur des passants, peu habitués à voir des chariots poursuivant des objets bleus flottants. 
Oui, c'est effectivement une tente, là sur le canal, c'est bien la mienne, et non, il n'y a pas de caméra télé avec moi, je suis suffisamment douée pour faire des choses stupides et absurdes toute seule!! :D

Le fait d'être accompagnée par ce gentil joggeur me fait beaucoup de bien! Je ne suis plus toute seule face à l'absurdité de la situation, à la honte ressentie. J'ai un soutien. 
Et au moins, on aura un truc rigolo à raconter!!

Alors voilà, nous traversons Josselin avec mon chariot, je repasse devant la belle flamante rose à l'entrée de Josselin, devant laquelle j'avais posée avec Aurore il y a déjà deux ans... Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour avoir le temps de poser à nouveau!! Mais la tente avance, alors moi aussi. 
Parfois elle se rapproche de nous, puis se ravise et repart de l'autre côté... J'arrive à l'endroit où j'avais quitté le chemin avec Aurore, pour repartir vers la gare. Voilà, je vais peut-être devoir reprendre le train plus vite que prévu, cette fois aussi. 

Et la tente qui hésite toujours sur le chemin à suivre...
Elle va bientôt arriver à un grand barrage, avec une grande écluse, et un grand espace devant l'ecluse... Allez, la tente, sois sympa, on a bien tous rigolé, je vais me faire charrier pour le restant de mes jours comme spécialiste des départs ratés et des tentes flottantes, allez, tu peux bien revenir de mon côté, cette fois, hein??
On a même prévu une bouée de sauvetage pour te récupérer!
Et après m'avoir fait une fausse joie en se rapprochant, elle décide de s'éloigner à nouveau, loin de la bouée qui devient inutile, pour se précipiter à l'endroit du canal le plus remuant, là où l'eau fait d'énormes remous, des gros tourbillons.

Ca y est, je crois que je peux lui dire adieu, elle va finir déchiquetée, avalée par les remous, avec des bouts de tissus éparpillés dans tous les coins du canal.
Je la vois prendre son élan, emportée par la puissance immense du courant, et disparaitre sous les flots rugissants.
Ahhh, mon Dieu. Ca y est, mon voyage est fini.
Il ne me reste que mon chariot, et mon téléphone pour appeler la famille et demander un retour au point de départ... Aaaaahhhhh. Pauvre voyage qui finit pathétiquement, de manière aussi absurde qu'il a commencé, jetant sur moi la honte de mon inconséquence... Aaaahhhhhh. 

Quand tout à coup, la tente jaillit de l'eau! Elle sort des remous conquérante, elle a fait un double salto arrière, qu'elle termine comme une crêpe côté face, ça y est, je suis sûre que la doudoune et la polaire ont pris tout ce qu'il fallait d'eau pour irriguer le plus grand désert, mais l'ensemble flotte toujours!!
Victoire! Tout n'est peut-être pas perdu!!
Le voyage va peut-être pouvoir continuer!!
Et oui, les gens, peut-être que je vais pouvoir récupérer cet tente flottante! Insubmersible, presque! ils n'avaient pas mis ça dans le descriptif de vente au magasin, mais c'est bon, j'ai fait le test, vous pouvez la certifier!!

Je reprends mon chariot avec joie et empressement, mon joggeur continue à m'accompagner de toute sa sollicitude, et nous gambadons joyeusement le long du chemin. 
Parfois la tente, toujours aussi taquine, vient un peu plus de notre bord, parfois elle repart du côté opposé. Bon, par contre, il faut qu'elle fasse attention et ne pousse pas trop loin la plaisanterie: le côté opposé est maintenant inaccessible, c'est une forêt en pente aigüe, presque une falaise, avec plein de branchages où la tente pourrait rester bloquée. Allez, ma tente chérie, viens vers moi, promis, on va passer de beaux moments toutes les deux!!


Enfin, elle revient de notre côté, nous avons trouvé de grands bâtons pour la rattraper.
Ca y est, elle arrive... Nous faisons attention à ne pas tomber en même temps dans l'eau, les rochers sont glissants...
Non!! Trop loin, et elle est repartie de l'autre bord!
Non, mais quel sketch!!
Les kilomètres défilent...

A nouveau elle navigue au milieu du courant, sur le chemin je suis en train de virer bourrique. Normal, avec le bourriquet qui tracte le chariot...
Bon, enfin, elle revient dans notre parage, et cette fois-ci est la bonne! Le joggeur l'attrape par le bout du bâton, la ramène près du bord, et l'attrape par la lanière. Ca y est! Elle est sur le chemin.
J'ai du mal à y croire, tellement j'ai espéré ce moment. Sûr, elle n'est plus dans l'eau?? Vraiment? Je peux croire ce que je vois?
Sûr?

Bon, je m'éloigne du bord, échaudée. 
Le joggeur reprend son jogging, avec mes remerciements chaleureux!! Merci de tout mon coeur!! Merci pour cette aide infiniment précieuse!
L'objet flottant identifié... Derrière le chariot ouvert pour récupérer l'appareil et immortaliser ce moment ubuesque...
L'objet flottant identifié... Derrière le chariot ouvert pour récupérer l'appareil et immortaliser ce moment ubuesque...
Elle hésite entre l'île et le chemin de halage...
Elle hésite entre l'île et le chemin de halage...
Commentaires

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°58