PYRÉNÉES - LA GRANDE TRAVERSÉE

(réalisé) share(partager)
PYRÉNÉES - LA GRANDE TRAVERSÉE

☛ Le cadre : 
Les Pyrénées s'étirent sur environ 420 km de longueur à vol d'oiseau, soit une centaine de plus que les Alpes françaises. Il existe différents itinéraires qui parcourent le massif dans sa longueur. Les GR 10 et 11, balisés, traversent les Pyrénées, respectivement françaises et espagnoles, par la moyenne montagne. La Haute Route Pyrénéenne (HRP) est un itinéraire non balisé qui passe par les parties les plus hautes de la chaîne. L’itinéraire que nous avons suivi s’inspire de la Haute Route, sans toutefois s’y conformer vraiment.

☛ La naissance du projet : 
Au départ, cette traversée était le vœu de Sylvie. En 2015, elle avait fait une tentative de traversée solo par la HRP, malheureusement avortée après une dizaine de jours en raison d’une aponévrosite (tendinite du pied) handicapante. Depuis, elle espérait une nouvelle occasion d'essayer à nouveau, tout en se questionnant sur le moyen de ne pas refaire à l'identique les 10 jours qu'elle avait déjà parcourus. De mon côté, les circonstances faisaient que je pouvais, une fois n'est pas coutume, être disponible durant les deux mois d'été. De plus, l’idée d'une traversée mixte, à la fois en VTT et à pied, qui donnait un caractère singulier à ce projet, et l'opportunité d'une itinérance un peu "longue" finissaient de me convaincre de son intérêt.

☛ Le « cahier des charges » de cette Grande Traversée des Pyrénées était le suivant :
- Découvrir les secteurs les plus montagneux et les plus emblématiques de la chaîne pyrénéenne selon un parcours d’altitude aussi sauvage que possible. 
- Couper les routes et les lieux de civilisation le moins souvent possible.

☛ La traversée a été découpée en différents tronçons, en partie du fait des moyens de progression différents [VTT et marche] utilisés, en partie pour des raisons logistiques [échange de matériel, arrivée de nouveaux participants, ravitaillements].

Le découpage proposé dans ce CR (6 sections) s'appuie principalement sur les entités géographiques traversées.
- Les sections 1 & 6 ont été consacrées à la traversée des Pyrénées Orientales et du Pays Basque en VTT.
- Les tronçons 2 à 5 concernent la traversée à pied des parties les plus hautes de la chaîne : les Pyrénées ariégeoises, catalanes, aragonaises, luchonnaises, navarraises, bigourdanes et béarnaises. 

☛ Une immersion prolongée en altitude et une grande itinérance réalisée « en semi-autonomie » : nous avons bivouaqué la très grande majorité du temps, mais également utilisé quelques cabanes et fait des passages réguliers par des infrastructures "en dur" (8 au total) pour récupérer nos ravitaillements.

☛  Sens de la traversée :

Les difficultés de l'itinéraire programmé se concentraient a priori davantage sur la partie orientale de la chaîne et il me semblait plus judicieux, pour des raisons de gestion de l'effort global, de commencer par le plus dur. Il me semblait également plus logique de progresser soleil dans le dos au moment de la journée où il y a le plus de chance que celui-ci soit présent (le matin).


☛  D'autres infos complémentaires en fin de carnet...
randonnée/trek / VTT
Durée : 49 jours
Distance globale : 868km
Dénivelées : +56443m / -56638m
Alti min/max : 5m/3343m
Carnet créé par Mika05 le 13 sept.
modifié le 27 sept.
Coup de coeur ! 304 lecteur(s) - 8
Vue d'ensemble

Le topo : HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU (mise à jour : 23 sept.)

Distance section : 126km
Dénivelées section : +12358m / -11626m
Section Alti min/max : 853m/3135m

Description :

PARTIE HAUTE ARIEGE

De l'Hospitalet-près-l'Andorre au haut Vall d'Aneu catalan en passant par les montagnes ariégeoises (massif d'Aston, Haut Vicdessos, Haut Couserans) et le Parc naturel espagnol Alt Pireneu

Du Jour 9 au jour 18 (10 jours)

L'essentiel des 10 premiers jours de marche ont été passés en Haute Ariège, côté français. Pas par chauvinisme mais simplement parce que les hautes vallées ariégeoises (surtout celles au sud-est de ce département) sont, passez-moi l'expression, le « trou du cul » des Pyrénées !  Les routes principales qui desservent les grandes vallées ariégeoises sont toutes « à perpette », quant aux petites routes donnant accès aux hautes vallées, elles sont peu nombreuses, relativement éloignées de la frontière et ne s'aventurent guère en altitude. Bref, tout concourt pour que le fond des hautes vallées ariégeoises soient de véritables no man's lands. Davantage en tout cas que les vallées andorranes et catalanes où quelques routes desservent de petites stations de ski et des pistes, les fonds de vallée où il n'y a pas de route.

La version la plus empruntée de la HRP passe d'ailleurs côté andorran et espagnol, les sentiers y sont manifestement plus évidents, plus fréquentés et les points de passage par des lieux où le ravitaillement est envisageable plus fréquents. C'est pourquoi nous avons décidé (ou plutôt, j'ai imposé à mes 2 coéquipiers - hé oui, il faut bien qu'il y est quelques avantages à se taper le boulot de planification de l'itinéraire :P) de rester côté français. Itinérance sauvage garantie ! 

De 9 à J12 : Haut Val d'Ariège, bordure sud du massif de l'Aston, Haut Vicdessos (France)
J9     D+ 1250 m    D- 350 m      distance parcourue 12.7 km
J10   D+  1000 m   D- 1100 m    distance parcourue 13.5 km
J11   D+  1200 m   D- 1050 m    distance parcourue 13.3 km
J12   D+  550 m     D- 1850 m    distance parcourue 12.8 km

De J13 à J16 : Haut Vicdessos (France), massif Montcalm-Estats & Certascan (Catalogne), haut Couserans (France)
J13   D+  2500 m   D- 1050 m    distance parcourue 15.6 km
J14   D+  900 m     D- 1350 m    distance parcourue 13.4 km
J15   D+  1200 m   D- 1100 m    distance parcourue 11.6 km
J16   D+  350 m     D- 1650 m    distance parcourue 8.6 km

De J17 à J18 : Entre Haut Couserans (France) et haut Vall d'Aneu (Catalogne)
J17   D+  1700 m   D- 350 m      distance parcourue 17.1 km
J18   D+  1500 m   D- 2100 m    distance parcourue 16.7 km
Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU (mise à jour : 23 sept.)

Ci-après, le déroulé de la partie pédestre en photos et quelques moments choisis : 
J9. Un des étangs inférieur de l'Albe, dans la partie haute du long vallon de Mourgouillou. La HRP emprunte ici le GR transfrontalier 68.
J9. Un des étangs inférieur de l'Albe, dans la partie haute du long vallon de Mourgouillou. La HRP emprunte ici le GR transfrontalier 68.
J9. Un des étangs inférieur de l'Albe, sous les Pics Fourcade et de Fortargenta, dans la partie haute du long vallon de Mourgouillou.
J9. Un des étangs inférieur de l'Albe, sous les Pics Fourcade et de Fortargenta, dans la partie haute du long vallon de Mourgouillou.
J9. Bientôt au col de l'Albe, au-dessus de l'étang supérieur de l'Albe, sous les Pics de l'Albe et d'Escobes. Le sentier est bien balisé mais à partir de la mi-journée la progression se fait dans les blocs de granite.
J9. Bientôt au col de l'Albe, au-dessus de l'étang supérieur de l'Albe, sous les Pics de l'Albe et d'Escobes. Le sentier est bien balisé mais à partir de la mi-journée la progression se fait dans les blocs de granite.
J9. Après une très courte intrusion en Andorre, on revient bivouaquer du côté français, sur les berges de l'Etang de Joclar
J9. Après une très courte intrusion en Andorre, on revient bivouaquer du côté français, sur les berges de l'Etang de Joclar
J10. En descendant vers les Etangs de l'Estagnol, haute vallée de l'Aston.
J10. En descendant vers les Etangs de l'Estagnol, haute vallée de l'Aston.
J10. Aux Etangs de Fontargente, la pause baignade est incontournable.
J10. Aux Etangs de Fontargente, la pause baignade est incontournable.
J10. Le plus grand des 5 étangs de Fontargente. Au fond, la frontière andorrane. Photo Sylvie
J10. Le plus grand des 5 étangs de Fontargente. Au fond, la frontière andorrane. Photo Sylvie
♫♫ Quand t'es dans le désert... ♫♫ (depuis pas longtemps)

(Bordure sud du massif de l'Aston, hautes vallées de l'Ariège orientale. J10) : 

La mise en route (le première journée de marche) fut sans histoire et l'itinéraire agréable avec son chapelet de lacs (Planel du Roux, Estanh de Pedorrès, Etang de Couart, Étangs inf et sup de l'Albe, Estany sup de Juclar, Etang de Joclar). Le début de matinée du second jour est sur la même lignée (on fait un « plouf » rafraichissant dans les eaux claires des beaux étangs de Fontargente). Sauf que nous avons alors mangé tout notre pain blanc.

Après, c'est un peu la traversée du « désert », des vallons qui sous le cagnard nous semblent d'autant plus longs qu'ils nous paraissent presque quelconque, à la topographie basique et dépourvus de tout ombre et plans d'eau salvateur - du moins sur notre route - où faire baisser la température des moteurs. Fond du vallon de la Coume de Varilhes, nous ne sommes pas en avance sur le programme de la journée qui, cela semble se confirmait, est un poil long ; je présente succinctement les 2 options possibles à Sylvie qui me talonne (Tony est plus loin en arrière) : la sente à peine visible à droite fait un détour vers l'Etang Mirabail tandis que le « mur » en face de nous monte directement vers le col convoité. Sylvie, qui ne se représente pas vraiment la raideur de cette pente herbeuse à l'allure faussement débonnaire (45° au plus raide), me répond : « tout droit ». Banco ! On ne devrait pas perdre trop de temps en détours inutiles :)

Il est déjà tard lorsqu'on casse la croûte au premier col atteint, et toujours pas 1 mètre carré d'ombre... En guise de digestif, nous faisons les dahus sur une vague sente jalonnée de cairns qui traverse les éboulis à l'ubac du Pic de Ransol, dans le haut vallon de la Rebenne. Quelques centaines de mètres en contrebas, les eaux bleu lagon de l'Etang de Coume d'Ose, dont on aspirerait bien le contenu d'un coup de langue, nous narguent. Sylvie et Tony débouchent un peu raides au col de l'Homme Mort, sous le Pic de Mil Menut ; Moi, je regarde la montre et comptabilise le dénivelé qu'il faudrait encore faire pour atteindre le lieu de bivouac envisagé - il me revient de gérer la progression globale de notre traversée, c'est à la fois un poids et un carburant : je suis certainement davantage tendu que les autres vers l'objectif final et j'assume du coup un peu plus facilement de faire le « forcing » quand cela est nécessaire. Et surtout, je sais en permanence où on en est dans le déroule de la journée. 8-)

Toujours pas de lac quand on s'arrête au fond du vallon de la Coume de Seignac, mais au moins le torrent nous fournit boisson et bain. Dure et austère entrée en matière...

J10. Nous faisons les dahus sur une vague sente jalonnée de cairns qui traverse les éboulis à l'ubac du Pic de Ransol, en direction du col de l'Homme Mort, dans le haut vallon de la Rebenne.
J10. Nous faisons les dahus sur une vague sente jalonnée de cairns qui traverse les éboulis à l'ubac du Pic de Ransol, en direction du col de l'Homme Mort, dans le haut vallon de la Rebenne.
J10. Bivouac dans le haut vallon de la Coume de Seignac. Après l'étape difficile du jour, Sylvie et Tony s'intéressent davantage à celle du lendemain... :-))
J10. Bivouac dans le haut vallon de la Coume de Seignac. Après l'étape difficile du jour, Sylvie et Tony s'intéressent davantage à celle du lendemain... :))
J11. En descendant du Pic de Bagnels, vue sur l'Etang Blaou qui domine l'interminable et sauvage vallon de Peyregrand qui file vers le nord.
J11. En descendant du Pic de Bagnels, vue sur l'Etang Blaou qui domine l'interminable et sauvage vallon de Peyregrand qui file vers le nord.
J11. Depuis le Pic d'Arial, regard dans le rétro, sur les crêtes parcourues un peu plus tôt en matinée.
J11. Depuis le Pic d'Arial, regard dans le rétro, sur les crêtes parcourues un peu plus tôt en matinée.
Faites demi-tour !!! (ou l'histoire de l'homme qui a vu l'ours...)

(Aux limites de l'Aston, du Haut Vicdessos et de l'Andorre, J11) :  

Toujours loin des sentiers battus, nous retrouvons la frontière au Port de Bagnels après avoir dépassé les Étangs de Soulanet, et nous ne la quittons plus pendant une paire d'heures, grimpant et dévalant le long des crêtes que suit le fil symbolique de la limite administrative. Magnifique Etang Blaou qui domine l'interminable et sauvage vallon de Peyregrand - une grosse bambée s'il fallait rejoindre la civilisation par là ! Au Pic d'Arial, où je suis monté seul, je repère la cabane de Llassiès, qui pourrait nous abriter si le temps devait tourner rapidement à l'orage, comme le laissent envisager les services météo. 

Je retrouve Sylvie et Tony au bout de la crête, au pied de l'éperon qui mène au Pic de Font Blanca. On cherche un peu les cairns qui indiqueraient le passage qui permet de descendre vers la Crête du Rouch. Soudain, on entend beuglait au loin. Je ne comprends pas ce que braille le gars qui doit être, au bas mot, à 500 m de nous, en contrebas. « ...aaaait... iiiii... oooouuu... ». Je me dis qu'il doit s'agir du berger et qu'on a à faire à un olibrius énervé. Que nous veut-il ? Il n'est peut-être pas content qu'on soit là, mais je n'en ai rien à braire, la montagne ne lui appartient pas... Mais Sylvie finit par nous dire ce qu'elle a clairement entendu : « Faites demi tour !!! »

Ah ouais, carrément ? Ben non, on va pas faire demi-tour, notre route passe par là et t'as beau brailler, elle continue de passer par là... On cherche un moment le passage en zigzaguant entre des barres dans un versant raide, descendant, remontant, contournant les obstacles et les ressauts verticaux. Hum, pas évident, les cairns sont rares dans le pays... Une brebis souffrante, avec une patte en vrac, s'est « embarrée » juste sur notre passage et nous passons à pas de velours pour ne pas la faire détaler, ce qui signerait certainement son arrêt de mort sous nos yeux.
Pendant ce temps, le gars a remonté le vallon et s'est rapproché de nous. Il s'agit bien du berger, et la moindre distance qui nous sépare maintenant de lui permet de se comprendre sans ambiguïté. « Descendez par ici, je viens de voir l'ours !!! »

Nous descendons donc à sa rencontre et pouvons enfin échanger clairement : il vient de voir l'ours en rejoignant son estive depuis l'autre côté de la Crête du Rouch il y a à peine une petite heure en arrière ; un beau mâle à ses dires. Il nous déconseille formellement de franchir la Crête du Rouch. Car si l'ours est là, c'est parce que les brebis le sont aussi. Et si on le surprend au passage du col en train d'en dévorer une, il ne donne pas cher de notre peau...

Mouais. La partie de tarot à la cabane du berger en attendant que cet ours finisse de sucer les os de sa proie serait certainement sympathique mais elle n'est pas prévue au programme alors que l'orage, lui, oui ! On serait bien allé discuter le coup, mais nous préférons ne pas trop trainer. On remercie le jeune berger pour sa mise en garde et pour éviter de surprendre le Mossu, nous franchissons la Crête du Rouch en chantant. Enfin, surtout Tony qui nous sort le meilleur de son registre, les tops de la chanson française des années 60 aux années 80... S'il nous a été donné une maigre chance de voir l'ours durant ce périple de 50 jours, c'est clair, on vient de la réduire à néant !!!

A l'Etang du Rouch, on jumelle le cirque à l'ubac de Font Blanca. Les brebis, disséminées ça et là, ont l'air totalement zen ; pourrait-il en être ainsi si elles avaient vu l'ours une heure avant ? Se peut-il qu'elles ne l'aient tout simplement pas calculé ? Bizarre. En tout cas, pas la moindre trace d'ursidé à la ronde... On se console avec la couleur hallucinante de l'Etang du Rouch : les éboulis rougeâtres viennent se refléter sur le bleu électrique du lac, lui donnant un ton lavande ou gris de lin des plus remarquable...

« Faaaaites demiiii-touuuur » restera une des punchlines de cette traversée :D

J11. Sylvie cherche l'ours dans le versant nord de Font Blanca, au-dessus du lac du Rouch.
J11. Sylvie cherche l'ours dans le versant nord de Font Blanca, au-dessus du lac du Rouch.
J11. Le surprenant lac du Rouch, où nous prendrons évidemment un bain.
J11. Le surprenant lac du Rouch, où nous prendrons évidemment un bain.
J11. Chaque journée se termine par une baignade ou une "toilette de chat" selon le degré de tolérance de chacun au froid. Ici, à l'Etang de la Goueille, nous avons planté la tente en quatrième vitesse à l'arrivée de l'orage, puis tout de même pris un bain avant d'aller s'abriter sous les tentes.
J11. Chaque journée se termine par une baignade ou une "toilette de chat" selon le degré de tolérance de chacun au froid. Ici, à l'Etang de la Goueille, nous avons planté la tente en quatrième vitesse à l'arrivée de l'orage, puis tout de même pris un bain avant d'aller s'abriter sous les tentes.
J12. Début de journée à l'Etang de la Goueille.
J12. Début de journée à l'Etang de la Goueille.
J12. Le superbe Etang Fourcat, sous la frontière franco-Andorrane.
J12. Le superbe Etang Fourcat, sous la frontière franco-Andorrane.
Tony et moi, Etang Fourcat. Photo Sylvie.
Tony et moi, Etang Fourcat. Photo Sylvie.
J12. Etang Fourcat.
J12. Etang Fourcat.
J12. L'accueil du sympathique gardien du refuge de l'Etang Fourcat.
J12. L'accueil du sympathique gardien du refuge de l'Etang Fourcat.
J12. Le sentier s'élève par un beau cheminement dans des dalles de granite au-dessus du Petit Etang Fourcat.
J12. Le sentier s'élève par un beau cheminement dans des dalles de granite au-dessus du Petit Etang Fourcat.
J12. Isard curieux dans le versant nord du Pic de Malcaras
J12. Isard curieux dans le versant nord du Pic de Malcaras
j12. Cheminement dans les blocs de granite du versant nord du Pic de Malcaras
j12. Cheminement dans les blocs de granite du versant nord du Pic de Malcaras
J12. Descente raide vers les Etangs du Picot, Haut Vicdessos.
J12. Descente raide vers les Etangs du Picot, Haut Vicdessos.
Etang supérieur du Picot. Au dernier plan, les dalles claires de granite du massif de Bassiès.
Etang supérieur du Picot. Au dernier plan, les dalles claires de granite du massif de Bassiès.
Forêt de pins sylvestre en descendant sur le hameau de Mounicou
Forêt de pins sylvestre en descendant sur le hameau de Mounicou
Incroyable empilement de seuils construits par la RTM pour minimiser l'impact des crues torrentielles
Incroyable empilement de seuils construits par la RTM pour minimiser l'impact des crues torrentielles
HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU
J12. Mounicou, hameau de la haute vallée du Vicdessos, Ariège.
J12. Mounicou, hameau de la haute vallée du Vicdessos, Ariège.
J12. Mounicou, hameau de la haute vallée du Vicdessos, Ariège.
J12. Mounicou, hameau de la haute vallée du Vicdessos, Ariège.
J13. Orri (nom donné aux abris de pierre construits dans les estives pyrénéennes) rudimentaire dans le vallon de Subra.
J13. Orri (nom donné aux abris de pierre construits dans les estives pyrénéennes) rudimentaire dans le vallon de Subra.
J13. Au-dessus des Tables du Montcalm. C'est beau, sauvage, et il y a un peu de gaz : mieux vaut ne pas "riper des galoches".
J13. Au-dessus des Tables du Montcalm. C'est beau, sauvage, et il y a un peu de gaz : mieux vaut ne pas "riper des galoches".

Parfait terrain à chamois dirait-on dans l'Alpe. Mais bizarrement, ici, aucun isard ! 


(Entre Haut Vicdessos et Parc naturel de l'Alt Pirineu, J13) :

Le petit jour poind sur la terrasse du gîte de Mounicou (hébergement où nous avons récupérer notre 2ème réapprovisionnement) que Tony et moi avons préféré aux dortoirs exigus et un peu surchargés lorsque je plie bagage. Sylvie et Tony ont besoin de se reposer un peu et prendront le chemin le plus direct en direction du secteur de Certascan coté espagnol. Je ne souhaite quant à moi pas déroger à l'objectif du jour, les Pics du Montcalm et d'Estats, les points culminants d'Ariège et de Catalogne, pour lesquels nous trimbalons piochon et crampons. Par une petite sente je remonte le vallon de Subra d'un bon pas. Rien d'exceptionnel jusque là, sauf qu'il fait déjà chaud quand vient le moment d'attaquer les pentes sud qui mènent aux Tables du Montcalm. La sente est raide et regardant vers le haut, je me demande par où va bien pouvoir se faire le cheminement dans ce versant de la Pointe du Montcalm ou barres verticales, piliers rocheux et vires herbeuses semblent empiler les uns sur les autres sur 1000 mètres de hauteur. Parfait terrain à chamois dirait-on dans l'alpe. Mais bizarrement, ici, aucun isard ! Un gypaète rompt tout de même ma solitude. 

Il faut s'aider des mains par endroits ; je suis parfois étonné de constater que les cairns me font passer dans une petite barre alors qu'il serait simple de l'éviter... Pourquoi les « Tables » ? je ne saurais dire ce qui vaut ce toponyme à cette combe suspendue à mi-pente et qui abrite un petit lac. Mais une chose est sûre : si je casse la croûte ici, les 300 mètres au-dessus du lac, qui réclament encore de l'attention, vont être un purgatoire. Manifestement, le printemps fut sec cette année dans les Pyrénées et s'il reste encore quelques petits névés ici et là, il n'y a plus, en cette mi-juillet, nécessité de cramponner pour monter au Montcalm. C'est certainement pas plus mal. C'est beau, sauvage, et il y a un peu de gaz : mieux vaut ne pas « riper des galoches ».

Déjà plus de 2000 de d+ au compteur quand j'atteins le sommet du Montcalm. Première vraie pause. Je rejoins ensuite le col de Riufret et monte sans traîner au Pic d'Estats. Les 3000 du secteurs (Montcalm, Estats et et Pic du Port de Sullo) forment la ligne de crête d'un cirque sauvage, minéral, dans les tons brun-orangé. Ca a de la gueule, et le contraste que génère ces couleurs avec l'étonnant relief en dalles claires du massif de Bassiès, de l'autre côté du vallon de l'Artigue, n'y ait pas étranger. J'observe enfin quelques isards craintifs et surtout 3 bouquetins ibériques (pas la même espèce que le Capra ibex alpin, mais pas moins apathique et confiant). Les seuls d'ailleurs que nous verrons au cours de toute la traversée.

Une désescalade délicate d'une petite barre au-dessus d'un névé incliné dans la remontée au Port de Sullo me donne encore un peu de fil à retordre. Le sac, lourd en ce début de tronçon (19 kg ce matin) est tout de même un peu handicapant dés qu'il faut désescalader en marche arrière et je préfère chercher un passage plus sûr plutôt que prendre le risque de me mettre « au taquet ».

Il doit être pas loin de 19 heures quand je plante la tente sur les rives de l'Estany d'Estats et j'ai clairement ma dose pour aujourd'hui. Je partage agréablement le repas et la discussion avec un couple de Français qui campe à côté de moi. Puis rideau, dodo !



Pourquoi les "Tables" ? je ne saurais dire ce qui vaut ce toponyme à cette combe suspendue à mi-pente et qui abrite un petit lac.
Pourquoi les "Tables" ? je ne saurais dire ce qui vaut ce toponyme à cette combe suspendue à mi-pente et qui abrite un petit lac.
Depuis le col de Riufret, entre le Montcalm et le Pic d'Estats. Les 3000 du secteurs (Montcalm, Estats et et Pic du Port de Sullo) forment la ligne de crête d'un cirque sauvage, minéral, dans les tons brun-orangé. Ca a de la gueule, et le contraste que génère ces couleurs avec l'étonnant relief en dalles claires du massif de Bassiès, de l'autre côté du vallon de l'Artigue, n'y ait pas étranger.
Depuis le col de Riufret, entre le Montcalm et le Pic d'Estats. Les 3000 du secteurs (Montcalm, Estats et et Pic du Port de Sullo) forment la ligne de crête d'un cirque sauvage, minéral, dans les tons brun-orangé. Ca a de la gueule, et le contraste que génère ces couleurs avec l'étonnant relief en dalles claires du massif de Bassiès, de l'autre côté du vallon de l'Artigue, n'y ait pas étranger.
HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU
J13Depuis le Pic d'Estats, point culminant de la Catalogne, vue en direction du sud, vers les Estanys d'Estats et de Sotllo
J13Depuis le Pic d'Estats, point culminant de la Catalogne, vue en direction du sud, vers les Estanys d'Estats et de Sotllo
J'observe 3 bouquetins ibériques (pas la même espèce que le Capra ibex alpin, mais pas moins apathique et confiant). Les seuls d'ailleurs que nous verrons au cours de toute la traversée.
J'observe 3 bouquetins ibériques (pas la même espèce que le Capra ibex alpin, mais pas moins apathique et confiant). Les seuls d'ailleurs que nous verrons au cours de toute la traversée.
Egalement quelques isards craintifs...
Egalement quelques isards craintifs...
J14. Estany de la Coma de Sotllo, versant catalan
J14. Estany de la Coma de Sotllo, versant catalan
J14. Un des nombreux lac du Cirque de Baborte, Catalogne.
J14. Un des nombreux lac du Cirque de Baborte, Catalogne.
J14. Joli torrent de Lladorre dans le Vall de Cardos. Par une toute petite sente, je vais ensuite remonter le sauvage vallon de Romedo où le torrent éponyme a sculpté une série de belles vasques qui appellent à la baignade.
J14. Joli torrent de Lladorre dans le Vall de Cardos. Par une toute petite sente, je vais ensuite remonter le sauvage vallon de Romedo où le torrent éponyme a sculpté une série de belles vasques qui appellent à la baignade.
Ils ne bénéficient pas de l'aura qu'ont l'ours, le gypaète ou l'isard, mais les grenouilles et/ou crapauds sont les animaux sauvages les plus abondants, en particulier dans la partie orientale de la chaîne. Photo : Sylvie
Ils ne bénéficient pas de l'aura qu'ont l'ours, le gypaète ou l'isard, mais les grenouilles et/ou crapauds sont les animaux sauvages les plus abondants, en particulier dans la partie orientale de la chaîne. Photo : Sylvie
J14. Préparation du casse-croûte du soir sur les rives de l'Estany de Romedo de Baix.
J14. Préparation du casse-croûte du soir sur les rives de l'Estany de Romedo de Baix.
J15. Estany de Romedo de Dalt dans le massif du Certascan, Catalogne.
J15. Estany de Romedo de Dalt dans le massif du Certascan, Catalogne.
J15. Estany de Romedo de Dalt dans le massif du Certascan, Catalogne.
J15. Estany de Romedo de Dalt dans le massif du Certascan, Catalogne.
J15. Cascade et refuge du Certascan, Catalogne.
J15. Cascade et refuge du Certascan, Catalogne.
La brume se forme côté français de la chaîne.
La brume se forme côté français de la chaîne.
Nous remontons un éboulis raide pour atteindre une petite brèche située entre les Pics de Lleia et de Flamisella. En bas, l'Estany Blanc, dominé par le Pic de Certascan (Catalogne)
Nous remontons un éboulis raide pour atteindre une petite brèche située entre les Pics de Lleia et de Flamisella. En bas, l'Estany Blanc, dominé par le Pic de Certascan (Catalogne)
HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU
J15. La brume a déjà envahit tout le pays Couserans, côté ariégeois de la chaîne. Le versant espagnol reste dégagé. Au fond à droite, le mont Valier.
J15. La brume a déjà envahit tout le pays Couserans, côté ariégeois de la chaîne. Le versant espagnol reste dégagé. Au fond à droite, le mont Valier.
HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU
Photo : Sylvie.
Photo : Sylvie.
J15. Isard narquois sur le Pic del Port de Tavascan.
J15. Isard narquois sur le Pic del Port de Tavascan.

« Un ours en liberté, des vies en danger ! »

(Entre le Certascan espagnol et le Cirque d'Anglade, J15) : 

Le spectacle qui s'offre à nous en parvenant à la brèche sous le Pic de la Lleia est superbe : une solide chape de nuage recouvre le versant français et s'appuie sur les sommets de la chaîne frontalière, du Cap de Ruhos aux deux Monts Rouch, dits de France et d'Espagne. Nous effleurons une première fois la couche ouatée le temps de traverser les pentes nord-est du Pic de Marterat, mais rebasculons aussitôt sur le versant sec de la chaîne, côté espagnol. A l'approche du Port de Marterat, qui marque la frontière, aussi bien administrative que climatique, la question se pose de bivouaquer au versant catalan ou d'aller dormir à la cabane de Marterat versant français. Sylvie plaide pour la cabane mais nous ne sommes pas arrivés au Port que déjà les nuées qui débordent de la frontière - comme le ferait un trop-plein d'eau - nous rafraîchissent façon brumisateur. Hum... faut-il vraiment passer du côté obscur de la force ?

En veste et surpantalon de pluie, nous quittons le soleil et nous engouffrons sous la chape. La cabane de Marterat n'est que 100 mètres de dénivelé sous le col mais le temps de l'atteindre nous sommes déjà trempés. Le soleil, pourtant si proche, ne semble jamais atteindre ces lieux. La porte de la cabane est ouverte et instinctivement je maugrée contre les derniers visiteurs qui n'auraient pas daigné refermer la porte après leur passage. Mais une voix de quelqu'un sorti un peu précipitamment d'un bon somme retentit :  « Bienvenu, entrez, entreez donc ! Vous voulez dormir lààà, pas de problème, il y a de la place pour tout le mooonde ». Le bonhomme, la 50aine bien mûre, sec comme un coup de trique, le regard clair et l'accent fleuri du montagnard, est manifestement du quartier. On hésite un peu à partager le lieu, non pas que sa présence nous dérange, mais l'endroit est exigu et passablement sommaire. Et la source est à 10 ou 15 minutes de marche de là... Mais où irions nous passer la nuit ?

On discute avec notre « hôte », du pays, de la traversée, de son job et de la vie dans ces hautes vallées ariégeoises. Voyant que nous ne parvenons pas à nous décider, il se propose très gentiment d'aller nous chercher de l'eau à la source. Difficile de refuser une telle proposition. Quand il passe le pas de la porte après avoir enfilé sa veste, nous voyons tous les 3 le slogan qui y est ostentatoirement affiché : « Un ours en liberté, des vies en danger »... :O On se regarde en souriant et en se demandant sur quel genre d'énergumène on est encore tombé ? 

A la vérité, la soirée sera fort sympathique, les discussions sur le pays variées et intéressantes, les phrases souvent ponctuées d'un « C'est comme çaaa » un peu fataliste et désabusé. Didier sera le personnage le plus haut en couleur, le plus authentique que nous aurons rencontré durant ces 50 jours de traversée, totalement "raccord" avec l'aspect "brut de décoffrage" des lieux et le caractère sauvage de ces combes nimbées d'un brouillard quasi perpétuel. Sous des dehors un peu « rusto », le gars est fin, observateur, et a très vite compris qui il avait en face de lui. Son discours restera modéré. Mais si par malice nous avions voulu joué la carte des anti-ours, il n'ait pas impossible que nous ayons eu droit à quelques histoires qui ne se racontent pas ; ou alors, qu'à couvert, au fond des bois ou dans l'intimité un peu spartiate d'une cabane prise dans l'éternelle brume des hautes vallées ariégeoises... 8-)



J16. La cabane de Marterat dans le brouillard, pays Couserans, Ariège.
J16. La cabane de Marterat dans le brouillard, pays Couserans, Ariège.
Didier nous a mis en garde : là où les estives ont été abandonnées, le gispet (prononcez "gispette), une graminée du genre Festuca et endémiques des Pyrénées, a envahit la montagne et rend la progression hors sentier dangereuse. Car mouillées (ce qui est quasiment tout le temps le cas), ces herbes sont une véritable savonnette. Mais même les cailloux sont glissants et étant donné les pentes traversées dans ce secteur, mieux vaut regarder où l'on pose les pieds.
Didier nous a mis en garde : là où les estives ont été abandonnées, le gispet (prononcez "gispette), une graminée du genre Festuca et endémiques des Pyrénées, a envahit la montagne et rend la progression hors sentier dangereuse. Car mouillées (ce qui est quasiment tout le temps le cas), ces herbes sont une véritable savonnette. Mais même les cailloux sont glissants et étant donné les pentes traversées dans ce secteur, mieux vaut regarder où l'on pose les pieds.
Le Calotriton ou Euprocte des Pyrénées est un amphibien endémique de la chaîne pyrénéenne, qu'il occupe depuis le Pays Basque (à l'ouest) jusqu'à la Catalogne (à l'est)
Le Calotriton ou Euprocte des Pyrénées est un amphibien endémique de la chaîne pyrénéenne, qu'il occupe depuis le Pays Basque (à l'ouest) jusqu'à la Catalogne (à l'est)
En direction du col de Crusous. Si l'on ne s'aide pas de la géolocalisation par satellite, mieux vaut être à l'aise en navigation dans ce secteur où de nombreuses petites crêtes et cols secondaires peuvent rendre la progression "paumatoire"...
En direction du col de Crusous. Si l'on ne s'aide pas de la géolocalisation par satellite, mieux vaut être à l'aise en navigation dans ce secteur où de nombreuses petites crêtes et cols secondaires peuvent rendre la progression "paumatoire"...
J16. Il faut avoir le moral pour garder des troupeaux dans les hautes vallées ariégeoises, où les estives, en plus d'être humides et peu ensoleillées, sont raides et topographiquement compliquées. Rien a voir avec les grands alpages ouverts des Alpes du sud...
J16. Il faut avoir le moral pour garder des troupeaux dans les hautes vallées ariégeoises, où les estives, en plus d'être humides et peu ensoleillées, sont raides et topographiquement compliquées. Rien a voir avec les grands alpages ouverts des Alpes du sud...
J16. Allez, celle-là, on ne l'a pas volée ;-)
J16. Allez, celle-là, on ne l'a pas volée ;)
J17. Dans la hêtraie, en montant vers le Portde Salau.
J17. Dans la hêtraie, en montant vers le Portde Salau.
J17. Dans la hêtraie, en montant vers le Port de Salau. Ambiance forêt tropicale humide...
J17. Dans la hêtraie, en montant vers le Port de Salau. Ambiance forêt tropicale humide...
HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU
Les habitantes du pays de Bouses Land !
Les habitantes du pays de Bouses Land !
"Non à l'ours - Viandar - Ours = estive déserte". La population d'ours des Pyrénées compte environ 70 individus. Le gros de cette population se concentre aujourd'hui en Ariège, et en particulier dans le pays Couserans. Les montagnes à la fois abruptes, sauvages et boisées ne sont certainement pas étrangères à ce constat. Mais la population (humaine) ariégeoise des hautes vallées est aussi une des plus conservatrices, fortement ancrée qu'elle est dans l'agro-pastoralisme. Il y a donc conflit permanent autour de la question de l'ours et on sent là-bas plus qu'ailleurs que le sujet est délicat.
"Non à l'ours - Viandar - Ours = estive déserte". La population d'ours des Pyrénées compte environ 70 individus. Le gros de cette population se concentre aujourd'hui en Ariège, et en particulier dans le pays Couserans. Les montagnes à la fois abruptes, sauvages et boisées ne sont certainement pas étrangères à ce constat. Mais la population (humaine) ariégeoise des hautes vallées est aussi une des plus conservatrices, fortement ancrée qu'elle est dans l'agro-pastoralisme. Il y a donc conflit permanent autour de la question de l'ours et on sent là-bas plus qu'ailleurs que le sujet est délicat.
Petit message destiné aux utilisateurs des cabanes ;-)
Petit message destiné aux utilisateurs des cabanes ;)
Port de Salau, les restes d'un grand bâtiment où était effectué le contrôle douanier du bois avant son passage en France. En effet, en1905. « L'industrie papetière était florissante dans le Couserans, mais tout le bois sur place avait été exploité. La grosse entreprise papetière Matussière et Forest racheta la coupe d'une forêt de Bonabé, côté espagnol. Et, pour l'exploiter, lança alors le plus gros chantier de chemin de fer aérien de l'époque en Europe, jusqu'à Salau. C'est dans cette commune que le bois était transformé en pâte à papier, elle-même transportée dans les premiers camions de transport jusqu'à Ledar, à Saint-Girons ».
Port de Salau, les restes d'un grand bâtiment où était effectué le contrôle douanier du bois avant son passage en France. En effet, en1905. « L'industrie papetière était florissante dans le Couserans, mais tout le bois sur place avait été exploité. La grosse entreprise papetière Matussière et Forest racheta la coupe d'une forêt de Bonabé, côté espagnol. Et, pour l'exploiter, lança alors le plus gros chantier de chemin de fer aérien de l'époque en Europe, jusqu'à Salau. C'est dans cette commune que le bois était transformé en pâte à papier, elle-même transportée dans les premiers camions de transport jusqu'à Ledar, à Saint-Girons ».
J17. Une fois franchit le Port de Salau et basculé dans le Val d'Aneu espagnol, le brouillard se dissipe, laissant juste un voile qui nimbe le paysage d'une atmosphère étrangement cotonneuse.
J17. Une fois franchit le Port de Salau et basculé dans le Val d'Aneu espagnol, le brouillard se dissipe, laissant juste un voile qui nimbe le paysage d'une atmosphère étrangement cotonneuse.
Les troupeaux de chevaux en semi-liberté sont très fréquents côté espagnol.
Les troupeaux de chevaux en semi-liberté sont très fréquents côté espagnol.
J17. La brume, arrivée de France, "dégueule" par les cols les plus bas vers le Val d'Aneu.
J17. La brume, arrivée de France, "dégueule" par les cols les plus bas vers le Val d'Aneu.
Au sec côte Vall d'Aneu, versant espagnol.
Au sec côte Vall d'Aneu, versant espagnol.
Le brumisateur s'est remis en route et on fait fissa pour traverser sous le Port d'Aula, qui semble siphonner les brumes ariégeoises
Le brumisateur s'est remis en route et on fait fissa pour traverser sous le Port d'Aula, qui semble siphonner les brumes ariégeoises
Sous ses airs placides, la Brunes des Pyrénées s'avère rebelle et un peu foldingue...
Sous ses airs placides, la Brunes des Pyrénées s'avère rebelle et un peu foldingue...

Toréros débutants


(Entre pays Couserans et le Val d'Aneu catalan, J17) :

La hêtraie de la haute vallée du Salat est saturée d'humidité, le taux d'hygrométrie est à son comble. Incroyable le climat de ces hautes vallées ariégeoises et pas étonnant que l'ours en ait fait son secteur de prédilection : la forêt est partout, et peu pénétrable. Aujourd'hui, la prise d'altitude ne change rien à la couleur du ciel et à l'hygrométrie, au contraire : plus on monte, plus il bruine. Bouses Land : pour parfaire le tableau, dès la sortie du bois, le sentier et les pelouses sont constellées de déjections bovines, il n'y a pas 3 mètres carrés indemnes de ce type de décoration, au point de se demander si les sols de ces montagnes ne finissent pas par trinquer à force d'être fumer de la sorte... ? 

Les montagnes et les cirques environnants ont certainement de la gueule, mais malheureusement on n'y voit goutte ! Alors on espère du franchissement de la frontière l'avènement d'un petit miracle. Et, en effet, il se produit : une fois franchit le Port de Salau et basculé dans le Val d'Aneu espagnol, le brouillard se dissipe, laissant juste un voile qui nimbe le paysage d'une atmosphère étrangement cotonneuse. Puis celle-ci s'évapore à son tour. Quel pied de retrouver la vue, des arrière-plans, des lignes de crêtes, des horizons, un bout de ciel bleu... Le brumisateur s'est remis en route et on fait fissa pour traverser sous le Port d'Aula, qui semble siphonner les brumes ariégeoises. Le ciel est chargé, un orage n'est pas impossible, nous visons les replats autour de l'Estany du Port d'Aula pour monter le camp. Pour une fois que nous nous arrêtons relativement tôt soulignent mes deux compères ! On tourne un peu, on tâte le terrain, on cherche le meilleur emplacement, - c'est qu'on devient difficile avec l'âge :) - et on le trouve finalement juste en aval du lac principal : du plat, une herbe bien verte, tendre et sans bouses, avec la vue sur le Val d'Aneu... On est en train de déballer nos affaires quand toutes les vaches du quartier - des Brunes des Pyrénées, la race la mieux représentée versant espagnol  - déboulent en file indienne sur notre replat en beuglant de concert. Rapidement, elles sont au milieu de nous, on tente de les repousser mais rien n'y fait. Et c'est même l'effet inverse qui se produit : elles sont de plus en plus pressantes, beuglent à qui mieux mieux et nous poursuivent littéralement lorsqu'on tente finalement de déplacer nos affaires un peu dans la précipitation. La scène est cocasse lorsqu'elle poursuivent Tony qui s'échappe avec sa couverture de survie déployée aux quatre vents :D et nous allons mettre une demi-heure en inventant toutes sortes de stratagèmes pour récupérer les quelques affaires qui traînent encore au sol tant les bestiaux semblent devenus inamicaux.

Un peu décontenancé par la scène, on n'a pas d'autres solutions que de repartir trouver un lieu de bivouac plus loin. Le problème, c'est que les prochains replats avec de l'eau ne sont pas juste à côté. Dans le brouillard, nous suivons avec précautions des sentes de vaches traversant des pentes à 40 ou 45 degrés et sommes surpris de les savoir passer en de tels endroits alors que la progression pour les bipèdes légers que nous sommes n'est pas une évidence. La localisation fine que permet le GPS du téléphone sur les fonds de cartes numériques nous facilite grandement la tâche dans ces successions de crêtes et de pentes raides qu'un brouillard à découper au hachoir ne nous révèle qu'au dernier moment.

On finit par rejoindre un superbe petit lac, l'Estanyet de Clavera, près duquel nous campons. Vers 22 ou 23 heures, un feulement nous sort de notre torpeur. Putain, qu'est-ce que c'est encore ?? Le grognement se reproduit à intermittence pendant une dizaine de minutes, nous poussant à sortir des tentes, frontales vissées sur le crâne et piolet entre les dents... Même si nous sommes loin de tout bois, peut-être était-ce un chevreuil ? Même si ces animaux aboient d'ordinaire 3 ou 4 fois avant de prendre la poudre d'escampette. Pas reposante, en tout cas, la faune pyrénéenne... :D


J17. Bon brouillard sur la chaîne frontalière...
J17. Bon brouillard sur la chaîne frontalière...
La localisation fine que permet le GPS du téléphone sur les fonds de cartes numériques nous facilite grandement la tâche au niveau de l'enfilade de crêtes et de pentes raides du secteur des Cuns d'Aula et de la Montagnole, qu'un brouillard à découper au hachoir ne nous révèle qu'au dernier moment.
La localisation fine que permet le GPS du téléphone sur les fonds de cartes numériques nous facilite grandement la tâche au niveau de l'enfilade de crêtes et de pentes raides du secteur des Cuns d'Aula et de la Montagnole, qu'un brouillard à découper au hachoir ne nous révèle qu'au dernier moment.
J17. Bivouac à l'Estanyet de Clavera.
J17. Bivouac à l'Estanyet de Clavera.
J18. Pas farouche pour deux sous, la belle se laisse photographier.
J18. Pas farouche pour deux sous, la belle se laisse photographier.
J18. En grimpant vers le Pic de la Pale de la Clavère.
J18. En grimpant vers le Pic de la Pale de la Clavère.
Vue vers l'Est : les montagnes ariégeoises.
Vue vers l'Est : les montagnes ariégeoises.
Vue vers l'Est : les montagnes ariégeoises traversées ces derniers jours.
Vue vers l'Est : les montagnes ariégeoises traversées ces derniers jours.
J18. En grimpant vers le Pic de la Pale de la Clavère.
J18. En grimpant vers le Pic de la Pale de la Clavère.
J18. En grimpant vers le Pic de la Pale de la Clavère.
J18. En grimpant vers le Pic de la Pale de la Clavère.
Désescalade d'un passage escarpé pour atteindre le col de Peyre Blanc.
Désescalade d'un passage escarpé pour atteindre le col de Peyre Blanc.
La chaine frontalière qui court du Mont Valier aux Monts Rouch de France et d'Espagne (au fond sous les nuages)
La chaine frontalière qui court du Mont Valier aux Monts Rouch de France et d'Espagne (au fond sous les nuages)
J18. L'Etang Rond sous le refuge des Estagnous (Secteur du Mont Valier)
J18. L'Etang Rond sous le refuge des Estagnous (Secteur du Mont Valier)
Au-dessus du l'Etang Long
Au-dessus du l'Etang Long
Très encaissé et sinueux, l'Etang Long a des airs de petits fjords.
Très encaissé et sinueux, l'Etang Long a des airs de petits fjords.
J18. Revenu sur le versant espagnol, on retrouve de beaux bois de vieux pins sylvestres.
J18. Revenu sur le versant espagnol, on retrouve de beaux bois de vieux pins sylvestres.
HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU
Chardons bleu.
Chardons bleu.
Bientôt à Montgarri.
Bientôt à Montgarri.
J18. Arrivée au très beau sanctuaire de Montgarri, à la frontière entre le haut val d'Aran et le haut val d'Aneu, Catalogne.
J18. Arrivée au très beau sanctuaire de Montgarri, à la frontière entre le haut val d'Aran et le haut val d'Aneu, Catalogne.
Le sanctuaire de Montgarri (d'architecture néoromane) du XVIe siècle, situé sur la rive gauche de la rivière Noguera Pallaresa. Il convient de noter le clocher fini en flèche octogonale. Le bâtiment d'origine date de 1119.
Le sanctuaire de Montgarri (d'architecture néoromane) du XVIe siècle, situé sur la rive gauche de la rivière Noguera Pallaresa. Il convient de noter le clocher fini en flèche octogonale. Le bâtiment d'origine date de 1119.
Nous récupérons notre 4ème ravitaillement préalablement envoyé au gîte d'étape Amics de Montgarri.
Nous récupérons notre 4ème ravitaillement préalablement envoyé au gîte d'étape Amics de Montgarri.
HAUTE ARIEGE & HAUT VALL D'ANEU
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65