1 membre et 20 invités en ligne

PYRÉNÉES - LA GRANDE TRAVERSÉE

(réalisé)
PYRÉNÉES - LA GRANDE TRAVERSÉE

☛ Le cadre : 
Les Pyrénées s'étirent sur environ 420 km de longueur à vol d'oiseau, soit une centaine de plus que les Alpes françaises. Il existe différents itinéraires qui parcourent le massif dans sa longueur. Les GR 10 et 11, balisés, traversent les Pyrénées, respectivement françaises et espagnoles, par la moyenne montagne. La Haute Route Pyrénéenne (HRP) est un itinéraire non balisé qui passe par les parties les plus hautes de la chaîne. L’itinéraire que nous avons suivi s’inspire de la Haute Route, sans toutefois s’y conformer vraiment.

☛ La naissance du projet : 
Au départ, cette traversée était le vœu de Sylvie. En 2015, elle avait fait une tentative de traversée solo par la HRP, malheureusement avortée après une dizaine de jours en raison d’une aponévrosite (tendinite du pied) handicapante. Depuis, elle espérait une nouvelle occasion d'essayer à nouveau, tout en se questionnant sur le moyen de ne pas refaire à l'identique les 10 jours qu'elle avait déjà parcourus. De mon côté, les circonstances faisaient que je pouvais, une fois n'est pas coutume, être disponible durant les deux mois d'été. De plus, l’idée d'une traversée mixte, à la fois en VTT et à pied, qui donnait un caractère singulier à ce projet, et l'opportunité d'une itinérance un peu "longue" finissaient de me convaincre de son intérêt.

☛ Le « cahier des charges » de cette Grande Traversée des Pyrénées était le suivant :
- Découvrir les secteurs les plus montagneux et les plus emblématiques de la chaîne pyrénéenne selon un parcours d’altitude aussi sauvage que possible. 
- Couper les routes et les lieux de civilisation le moins souvent possible.

☛ La traversée a été découpée en différents tronçons, en partie du fait des moyens de progression différents [VTT et marche] utilisés, en partie pour des raisons logistiques [échange de matériel, arrivée de nouveaux participants, ravitaillements].

Le découpage proposé dans ce CR (6 sections) s'appuie principalement sur les entités géographiques traversées.
- Les sections 1 & 6 ont été consacrées à la traversée des Pyrénées Orientales et du Pays Basque en VTT.
- Les tronçons 2 à 5 concernent la traversée à pied des parties les plus hautes de la chaîne : les Pyrénées ariégeoises, catalanes, aragonaises, luchonnaises, navarraises, bigourdanes et béarnaises. 

☛ Une immersion prolongée en altitude et une grande itinérance réalisée « en semi-autonomie » : nous avons bivouaqué la très grande majorité du temps, mais également utilisé quelques cabanes et fait des passages réguliers par des infrastructures "en dur" (8 au total) pour récupérer nos ravitaillements.

☛  Sens de la traversée :

Les difficultés de l'itinéraire programmé se concentraient a priori davantage sur la partie orientale de la chaîne et il me semblait plus judicieux, pour des raisons de gestion de l'effort global, de commencer par le plus dur. Il me semblait également plus logique de progresser soleil dans le dos au moment de la journée où il y a le plus de chance que celui-ci soit présent (le matin).


☛  D'autres infos complémentaires en fin de carnet...
randonnée/trek / VTT
Durée : 49 jours
Distance globale : 868km
Dénivelées : +56443m / -56638m
Alti min/max : 5m/3343m
Carnet publié par Mika05 le 13 sept.
modifié le 05 déc.
Coup de coeur ! 1759 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : LUCHONNAIS, POSETS & MONTE PERDIDO (mise à jour : 05 déc.)

Distance section : 116km
Dénivelées section : +10313m / -10801m
Section Alti min/max : 1009m/3343m

Description :

HAUTE GARONNE, ARAGON & Hautes Pyrénées

De Superbagnères à Gavarnie en passant par les crêtes frontalières du Haut Luchonnais, le Parque natural de Posets - Maladeta et le Parque Nacional d'Ordessa y de Monte Perdido.

Du Jour 27 au jour 34 (8 jours)


- De J27 à J29 am : Le Haut Luchonnais (Haute Garonne) et la très haute vallée du Louron (Hautes Pyrénées)

Hormis un premier jour qui « déroule » sur des sentiers classiques du Luchonnais, une fois rejoint, au sud-ouest, le chainon relativement élevé qui fait la frontière entre France et Espagne, l'ambiance est sans conteste « montagne ». Si dans ce secteur des Pyrénées, le point haut se trouve un peu plus au sud, côté espagnol, dans le chainon des Posets, le chainon  frontalier se caractérise lui par une haute ligne de crête qui  culmine au-dessus des 3000 mètres d'altitude en de nombreux points et qui se développe de l'est vers l'ouest sur une distance d'une 20aine de kilomètres « à vol d'oiseau ».

J27   Longueur : 14.01km      d+:1640m     d-:903m
J28   Longueur : 11.74km      d+:1076m     d-:1316m

- J29 & J30 : Hautes vallées du Rio Cinqueta (Viados) à la vallée du Rio Cinca (Bielsa) (Aragon)
Ici, j'ai fait le choix arbitraire de quitter la crête frontalière et de nous décaler légèrement vers le sud pour rejoindre le chainon le plus oriental du massif du Mont Perdu (la géomorphologie de ce massif calcaire m'intéressait car très différente de ce qui précédait). Cela a nécessité une transition courte entre les massifs principaux des Posets et du Monte Perdido, par un petit système de cols et de crêtes culminants autour des 2500 / 2600 mètres d'altitude et pas inintéressant car peu pratiqué. 

J29   Longueur : 19.74km      d+:2009m     d-:1937m
J30   Longueur : 13.74km      d+:996m       d-:1719m    [Ravitaillement en cours de journée au village de Bielsa]

- De J31 à J34 : Parque nacional d'Ordessa y Monte Perdido (Aragon)
J'avais volontairement octroyé un peu de « marge » à ce secteur. D'abord parce qu'il me semblait particulièrement intéressant et différent d'une grosse partie des Pyrénées (du fait de sa géologie calcaire), que le secteur était riches de possibilités et que je souhaitais qu'on ait le temps de louvoyer ; et parce qu'il était difficile d'estimer un peu précisément nos temps de progression, notamment dans la partie est du massif, sur des crêtes d'altitude moyenne mais potentiellement compliquées.  

J31   Longueur : 14.19km     d+:1344m      d-:500m
J32   Longueur : 10.7km       d+:859m        d-:1038m
J33   Longueur : 18.71km     d+:1509m      d-:1536m
J34   Longueur : 13.58km     d+:880m        d-:1852m   [Nuit « en dur » et ravitaillement à Gavarnie]
Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : LUCHONNAIS, POSETS & MONTE PERDIDO (mise à jour : 05 déc.)

Après un détour vers le nord pour récupérer Audrey à Bagnères de Luchon et consacrer notre première journée de pause aux diverses nécessités d'usage (laver le linge ; compléter nos rations de nourriture pour les jours à venir ; renvoyer les crampons, les piolets, des cartes par la Poste ; et même racheter des chaussures pour certains...), nous reprenons le chemin des hauteurs. Le secteur de Luchon est pour l'essentiel un piémont de moyenne montagne bien arrosé. Mais à peine plus au sud, la crête frontalière a clairement des allures de haute montagne.
J27. Balcon au-dessus de la vallée du Lys, dans le secteur de Luchon. Vue vers l'est.
J27. Balcon au-dessus de la vallée du Lys, dans le secteur de Luchon. Vue vers l'est.
Tony et Audrey installent leurs « single room » sur les roches poli-glaciaires en aval du barrage et du refuge (à droite sur la photo) du Portillon
Tony et Audrey installent leurs « single room » sur les roches poli-glaciaires en aval du barrage et du refuge (à droite sur la photo) du Portillon
J27. Un des rares coins d'herbe à plat sous le lac du Portillon, à l'aplomb du Pic Lezat (3107 m)
J27. Un des rares coins d'herbe à plat sous le lac du Portillon, à l'aplomb du Pic Lezat (3107 m)
J28. Fort vent de sud sur les crêtes entre le Portillon d'Oô et le pic de Perdiguère.
J28. Fort vent de sud sur les crêtes entre le Portillon d'Oô et le pic de Perdiguère.
Sur le flanc méridional du Tusse de Montarqué.
Sur le flanc méridional du Tusse de Montarqué.
Le magnifique Lac Glacé et le Pic des Spijeoles (à gauche) dominent le cirque d'Espingo et , sous l'épaisse couche de nuage, le Val d'Astau.
Le magnifique Lac Glacé et le Pic des Spijeoles (à gauche) dominent le cirque d'Espingo et , sous l'épaisse couche de nuage, le Val d'Astau.
Comtemplation...
Comtemplation...
J28. Ancien cirque glaciaire au pied du col des Gourgs Blancs et du Pic du Port d'Oô.
J28. Ancien cirque glaciaire au pied du col des Gourgs Blancs et du Pic du Port d'Oô.
Nous allons franchir la passe qui se trouve à l'est (à gauche sur la photo) du Pic du Port d'Oô (le sommet pris dans les nuages)
Nous allons franchir la passe qui se trouve à l'est (à gauche sur la photo) du Pic du Port d'Oô (le sommet pris dans les nuages)
Côté français, des éboulis raides puis des amas de gros blocs permettent d'atteindre le Port d'Oô (2908 m).
Côté français, des éboulis raides puis des amas de gros blocs permettent d'atteindre le Port d'Oô (2908 m).
Côté espagnol, on en descend par une étroite et un peu « gazeuse » vire rocheuse.
Côté espagnol, on en descend par une étroite et un peu « gazeuse » vire rocheuse.
Le lac Ibones de Gias, dans la combe espagnole menant au Port Supérieur de Pouchergues
Le lac Ibones de Gias, dans la combe espagnole menant au Port Supérieur de Pouchergues
Au dernier plan, le Pic du Midi de Bigorre (avec son antenne).
Au dernier plan, le Pic du Midi de Bigorre (avec son antenne).
J28. Le lac de Clarabide et au fond le vallon d'Aigues Tortes au pied du Grand Batchimale (alias Pic Schrader, 3176 m) où nous allons camper ce soir.
J28. Le lac de Clarabide et au fond le vallon d'Aigues Tortes au pied du Grand Batchimale (alias Pic Schrader, 3176 m) où nous allons camper ce soir.
Du Port Supérieur de Pouchergues au lac de Pouchergues, 800 m de descente pas vraiment « roulante » !
Du Port Supérieur de Pouchergues au lac de Pouchergues, 800 m de descente pas vraiment « roulante » !
J28. Bivouac dans le vallon d'Aigues Tortes.
J28. Bivouac dans le vallon d'Aigues Tortes.
J29. Au réveil, d'épais nuages venus du sud débordent la frontière. Le Pic Schrader mais aussi le Port d'Aigues Tortes, col par lequel nous devons basculer côté espagnol, sont balayés par un fort vent de sud.
J29. Au réveil, d'épais nuages venus du sud débordent la frontière. Le Pic Schrader mais aussi le Port d'Aigues Tortes, col par lequel nous devons basculer côté espagnol, sont balayés par un fort vent de sud.
Les gloires de ce petit matin d'août sont de piètre augure.
Les gloires de ce petit matin d'août sont de piètre augure.
L'œil de Sauron ?
L'œil de Sauron ?
Lumière de fin du monde en montant au Port d'Aigues Tortes. Pour rejoindre la crête frontalière, nous prenons l'option qui s'élève sur le versant est du Pic Schrader. Pas de sente, juste des cairns qu'il faut chercher de loin en loin, sous des cieux de plus en plus noirs. Ambiance !
Lumière de fin du monde en montant au Port d'Aigues Tortes. Pour rejoindre la crête frontalière, nous prenons l'option qui s'élève sur le versant est du Pic Schrader. Pas de sente, juste des cairns qu'il faut chercher de loin en loin, sous des cieux de plus en plus noirs. Ambiance !
Le versant ouest de la chaîne des Posets depuis le vallon d'Anes Cruces, Espagne.
Le versant ouest de la chaîne des Posets depuis le vallon d'Anes Cruces, Espagne.
J29. Audrey et Tony ont choisi de poursuivre par le bas, Sylvie et moi prenons l'option haute, par le Passo de la Gatera, puis par la crête frontalière. Ici, sous le Port de Madèra, vallée de Chistau, Espagne.
J29. Audrey et Tony ont choisi de poursuivre par le bas, Sylvie et moi prenons l'option haute, par le Passo de la Gatera, puis par la crête frontalière. Ici, sous le Port de Madèra, vallée de Chistau, Espagne.
Au Port de Madèra. Au second plan, les Pics de Cauarère et de Batoua (3034 m).
Au Port de Madèra. Au second plan, les Pics de Cauarère et de Batoua (3034 m).
Les Posets (au fond) sont maintenant dégagés.
Les Posets (au fond) sont maintenant dégagés.
Traversée sous le Pène de Millarioux (Pena Castillon sur les cartes espagnoles)
Traversée sous le Pène de Millarioux (Pena Castillon sur les cartes espagnoles)
J29. Cheminement sur la crête frontière vers le Tuco de Mommour. Côté français, des nuages remontent de la profonde vallée du Rioumajou.
J29. Cheminement sur la crête frontière vers le Tuco de Mommour. Côté français, des nuages remontent de la profonde vallée du Rioumajou.
La magnifique face occidentale de la chaine des Posets (3375 m, second sommet des Pyrénées)
La magnifique face occidentale de la chaine des Posets (3375 m, second sommet des Pyrénées)
Nous parcourons le dernier kilomètre de crêtes jusqu'au Pic d'Ourdissétou dans un brouillard dense. Mais au sommet, une brève éclaircie nous permet d'apercevoir le lac de Urdiceto où nous devons retrouver nos compagnons.
Nous parcourons le dernier kilomètre de crêtes jusqu'au Pic d'Ourdissétou dans un brouillard dense. Mais au sommet, une brève éclaircie nous permet d'apercevoir le lac de Urdiceto où nous devons retrouver nos compagnons.
Lac de Urdiceto dominé par la Punta Fulsa (Espagne)
Lac de Urdiceto dominé par la Punta Fulsa (Espagne)
J29. Lac de Urdiceto.
J29. Lac de Urdiceto.
J30. Lever de soleil sur le lac Urdiceto.
J30. Lever de soleil sur le lac Urdiceto.
Au premier plan, un bout du lac de Urdiceto. Au dernier plan, toujours dans les nuages, le Pic Schrader.
Au premier plan, un bout du lac de Urdiceto. Au dernier plan, toujours dans les nuages, le Pic Schrader.
Passage par la Collada des Cau (massif secondaire permettant la liaison entre ceux des Posets et du Monte Perdido), Espagne.
Passage par la Collada des Cau (massif secondaire permettant la liaison entre ceux des Posets et du Monte Perdido), Espagne.
En descendant vers le lac del Cau
En descendant vers le lac del Cau
Lac del Cau
Lac del Cau
Vue sur les crêtes de Montinier qui dominent la vallée de Pineta et que nous parcourrons le lendemain.
Vue sur les crêtes de Montinier qui dominent la vallée de Pineta et que nous parcourrons le lendemain.
J30. Cheminement sauvage lors de la descente (sans fin) vers Bielsa.
J30. Cheminement sauvage lors de la descente (sans fin) vers Bielsa.
J31. On rejoint les crêtes Montinier - Las Zucas sous la Tozal la Güega.
J31. On rejoint les crêtes Montinier - Las Zucas sous la Tozal la Güega.
Vue vers l'ouest depuis la Zuqueta.
Vue vers l'ouest depuis la Zuqueta.
Au premier plan, les crêtes de la Punta de la Monesma, puis de la Tres Marias. Au fond, les nuages accrochent le massif du Monte Perdido.
Au premier plan, les crêtes de la Punta de la Monesma, puis de la Tres Marias. Au fond, les nuages accrochent le massif du Monte Perdido.
En approchant de la Punta de la Monesma, 1400 m au-dessus de la vallée de Pineta (à droite).
En approchant de la Punta de la Monesma, 1400 m au-dessus de la vallée de Pineta (à droite).
En montant à la Punta Coplan
En montant à la Punta Coplan
Edelweiss.
Edelweiss.
Vue vers l'est et les crêtes par lesquelles nous venons d'arriver.
Vue vers l'est et les crêtes par lesquelles nous venons d'arriver.
Cheminement dans les karsts.
Cheminement dans les karsts.
J31. Cheminement sur les crêtes
J31. Cheminement sur les crêtes
On cherche notre chemin dans les karsts raides sous la Monesma après avoir quitté les crêtes devenues trop alpines.
On cherche notre chemin dans les karsts raides sous la Monesma après avoir quitté les crêtes devenues trop alpines.
Au sud, vue vers les moyennes montagnes sèches du piémont espagnol.
Au sud, vue vers les moyennes montagnes sèches du piémont espagnol.
J31. Bivouac 3* sur un des replats herbeux de la Faixa Alta (dans ce massif, le relief « en escalier » se caractérise par de larges replats relativement verts, les Faixa)
J31. Bivouac 3* sur un des replats herbeux de la Faixa Alta (dans ce massif, le relief « en escalier » se caractérise par de larges replats relativement verts, les Faixa)
Balcon avec vue !
Balcon avec vue !
J31.
J31.
J32. Tony dans une variante de la montée à El Zucon.
J32. Tony dans une variante de la montée à El Zucon.
Regard vers l'est et une partie des crêtes parcourues la veille.
Regard vers l'est et une partie des crêtes parcourues la veille.
Montée à El Zucon.
Montée à El Zucon.
Au second plan, le canyon d'Anisclo.
Au second plan, le canyon d'Anisclo.
Ciel singulier ce matin au sud du Monte Perdido.
Ciel singulier ce matin au sud du Monte Perdido.
J32. On cherche notre chemin sur le versant nord du Zucon.
J32. On cherche notre chemin sur le versant nord du Zucon.
Nuages d'onde au-dessus du Pico de Anisclo.
Nuages d'onde au-dessus du Pico de Anisclo.
Cheminement dans les strates du versant nord d'El Zucon.
Cheminement dans les strates du versant nord d'El Zucon.
Au col d'Anisclo
Au col d'Anisclo
Le versant nord d'El Zucon et l'itinéraire suivi.
Le versant nord d'El Zucon et l'itinéraire suivi.
Les calcaires très blancs de la Punta de Tormosa
Les calcaires très blancs de la Punta de Tormosa
J32. Passage câblé de la Faixa de la Solas
J32. Passage câblé de la Faixa de la Solas
Sentier « gazeux » de la Faixa de la Solas
Sentier « gazeux » de la Faixa de la Solas
Canyon d'Anisclo
Canyon d'Anisclo
Canyon d'Anisclo
Canyon d'Anisclo
Adieu Tony !
Adieu Tony !
J32.
J32.
Anisclo
Anisclo
A la Collata Arrablo, versant sud du Monte Perdido.
A la Collata Arrablo, versant sud du Monte Perdido.
Le beau canyon en arc de cercle de la vallée de Goriz.
Le beau canyon en arc de cercle de la vallée de Goriz.
Sous le monte Perdido
Sous le monte Perdido
J32. L'orage menace.
J32. L'orage menace.
J33. Départ matinal pour l'ascension en aller-retour du Monte Perdido
J33. Départ matinal pour l'ascension en aller-retour du Monte Perdido
En haut de la combe sommitale du Mont Perdu
En haut de la combe sommitale du Mont Perdu
Depuis le sommet du Monte Perdido, vue vers l'est. Conditions anticycloniques, période de canicule et vent de sud chargé de sable du désert engendrent une visibilité vraiment dégradée.
Depuis le sommet du Monte Perdido, vue vers l'est. Conditions anticycloniques, période de canicule et vent de sud chargé de sable du désert engendrent une visibilité vraiment dégradée.
Depuis le sommet du Monte Perdido, vue vers l'ouest. a droite, le sommet orangé est le Taillon que nous allons gravir deux jours plus tard. Au fond à gauche, la crête Pena Cebollar / Pico Tendenera située entre les vallées d'Ordessa et de Tena.
Depuis le sommet du Monte Perdido, vue vers l'ouest. a droite, le sommet orangé est le Taillon que nous allons gravir deux jours plus tard. Au fond à gauche, la crête Pena Cebollar / Pico Tendenera située entre les vallées d'Ordessa et de Tena.
Incroyable ! Comment cette marmotte a-t-elle fait pour se retrouver au sommet du Monte Perdido (3348 m, 3ème sommet des Pyrénées) ?
Incroyable ! Comment cette marmotte a-t-elle fait pour se retrouver au sommet du Monte Perdido (3348 m, 3ème sommet des Pyrénées) ?
Un petit air d'Asie centrale ? Llano Millares
Un petit air d'Asie centrale ? Llano Millares
J33. Llano Millares depuis la Collada Millares, versant sud du Casque.
J33. Llano Millares depuis la Collada Millares, versant sud du Casque.
Collada Millares
Collada Millares
Versant ouest de la Collada Millares. A droite, sur la crête, le Doigt de la Fausse Brèche.
Versant ouest de la Collada Millares. A droite, sur la crête, le Doigt de la Fausse Brèche.
On vire plein sud à travers les reliefs en gradins de la Ribera de Mondarruego.
On vire plein sud à travers les reliefs en gradins de la Ribera de Mondarruego.
J33. Champ de karst de la Ribera de Mondarruego.
J33. Champ de karst de la Ribera de Mondarruego.
Iris sauvage à l'entrée est de la Vire des Fleurs, au-dessus du Cirque de Cotatuero.
Iris sauvage à l'entrée est de la Vire des Fleurs, au-dessus du Cirque de Cotatuero.
Au-dessus de la vallée d'Ordessa
Au-dessus de la vallée d'Ordessa
La Vire des Fleurs (Faja de las Flores) emprunte la vire la plus haute visible sur la photo (en haut à droite).
La Vire des Fleurs (Faja de las Flores) emprunte la vire la plus haute visible sur la photo (en haut à droite).
Un marcheur sur la Vire des Fleurs, sous la Punta Gallinero
Un marcheur sur la Vire des Fleurs, sous la Punta Gallinero
Incroyable cheminement au-dessus de la vallée d'Ordessa
Incroyable cheminement au-dessus de la vallée d'Ordessa
La Vire des Fleurs (Faja de las Flores) emprunte la vire la plus haute visible sur la photo (un sentier secondaire passe aussi en pied de barre).
La Vire des Fleurs (Faja de las Flores) emprunte la vire la plus haute visible sur la photo (un sentier secondaire passe aussi en pied de barre).
Isard à la sortie ouest de la Vire des Fleurs.
Isard à la sortie ouest de la Vire des Fleurs.
On repique vers le nord, dans la Ribera La Catuarta
On repique vers le nord, dans la Ribera La Catuarta
J33. Bivouac royal !
J33. Bivouac royal !
J34. La jolie combe en gradins de la Ribera La Catuarta
J34. La jolie combe en gradins de la Ribera La Catuarta
Sur la frontière, entre le Pico del Cabieto et le Taillon (3144 m).
Sur la frontière, entre le Pico del Cabieto et le Taillon (3144 m).
Dans la facette sud-ouest du Taillon.
Dans la facette sud-ouest du Taillon.
Vue vers les « collus » (Collada de Millares, Collada del Descargador, Collada Arrablo) passés la veille et l'avant-veille.
Vue vers les « collus » (Collada de Millares, Collada del Descargador, Collada Arrablo) passés la veille et l'avant-veille.
J34. Sous la crête sud du Taillon.
J34. Sous la crête sud du Taillon.
Sous le Doigt et la Pointe Bazillac
Sous le Doigt et la Pointe Bazillac
En arrivant à la Brèche de Roland
En arrivant à la Brèche de Roland
La Brèche de Roland
La Brèche de Roland
Rafraichissement, versant nord de la Brèche de Roland.
Rafraichissement, versant nord de la Brèche de Roland.
On continue plein est (!) vers le Cirque de Gavarnie et sa Grande Cascade
On continue plein est (!) vers le Cirque de Gavarnie et sa Grande Cascade
Départ de la partie raide de l'Echelle de Sarradets
Départ de la partie raide de l'Echelle de Sarradets
La Grande Cascade du Cirque de Gavarnie.
La Grande Cascade du Cirque de Gavarnie.
J34. Aux couleurs nationales...
J34. Aux couleurs nationales...
Pour aller jusqu'à l'Océan, cliquer sur le "bouton" vert ci-dessous... :)
Commentaires
Patrick G - 14 nov.
Magnifique !!! Superbe photos avec un ++ pour "Les gloires de ce petit matin d'août sont de piètre augure"
Grosse envie d'y retourner...

Mika05 - 15 nov.
Merci Patrick !