en

Quel multi-outils choisir pour son vélo ?

par Anthony 22 sept. Soyez le premier à commenter share(partager) Soyez le premier à aimer ! :
Type de matériel testé : multi-outils

Résumé :

Le multi-outils, c’est la pièce centrale de la trousse à outils pour voyager à vélo, d’où l’intérêt de bien le choisir. Chaque marque propose un panel de choix très large, plus ou moins compacts, plus ou moins légers, et surtout, avec plus ou moins de fonctionnalités. Tentons d’y voir plus clair via ce petit tour d’horizon.

Voir les fiches des éléments de ce dossier :

Alien XS Topeak
170 g
Ninja 16+ Topeak
92 g 27 €
Tubi 18 Topeak
125 g 40 €
Survival Gear Box Topeak
233 g 30 €
Ratchet Rocket Lite DX+ Topeak
196 g 35 €
version 3 All-in Multitool
96 g 68 €
Ces articles complètent le dossier "(P)réparer son vélo" publié dans Carnets d'Aventures #65 :
- Quels outils emporter à vélo
- Comment choisir sa pompe vélo ?
- Quel multi-outils choisir pour son vélo ? (celui-ci)

Nombre de fonctionnalités

Sans généraliser, les outils les plus polyvalents sont, souvent, les plus lourds. À l’inverse, les plus compacts ne sont pas forcément les plus pratiques. Quelles que soient leurs promesses, leur mission première est de couvrir toutes les vis et autres serrages du vélo, avec un bras de levier suffisant. Gare aux listes de fonctionnalités à rallonge (les fameux outils 70-en-1) : certaines peuvent être soit inutiles pour votre vélo, soit peu pratiques à l'emploi.
Le Tubi 18 de Topeak ajoute de nouvelles fonctionnalités intéressantes pour ceux qui roulent en tubeless.
Le Tubi 18 de Topeak ajoute de nouvelles fonctionnalités intéressantes pour ceux qui roulent en tubeless.

Empreintes

Avant de s’équiper, on peut donc faire l’inventaire des empreintes de la visserie du vélo : Allen, Torx, plat, cruciforme… Et parfois des écrous qui nécessitent une clef plate (pour les vélos plus anciens ou des porte-bagages par exemple). Bien que certains standards du monde du vélo semblent en perpétuelle évolution, on note une convergence vers les empreintes Allen et Torx pour les réglages et réparations les plus courants.

Certains outils se basent sur le standard classique des outils à embouts, ce qui rend l’outil durable et évolutif :
  • Si un embout est détérioré, il peut être changé individuellement à moindre coût.
  • Si la visserie du vélo évolue, on peut s’équiper des nouveaux embouts adéquats.
De plus, en se contentant strictement des embouts nécessaires à son vélo, on tient là l’outil parfait sans fonctions superflues !
Avec des embouts standards, comme sur le Ratchet Rocket Lite DX+ de Topeak , on a un outil évolutif et réparable.
Avec des embouts standards, comme sur le Ratchet Rocket Lite DX+ de Topeak , on a un outil évolutif et réparable.

Praticité et bras de levier

Comme expliqué plus haut, le multi-outils doit permettre de transmettre une force suffisante pour s’occuper des vis les plus récalcitrantes et les plus difficiles d’accès. Surtout que sur le terrain, vous n’aurez pas de WD-40 pour espérer dégripper le filetage. À cet effet, deux facteurs entrent en jeu :
  • La géométrie de l’outil : sans égaler un véritable jeu de clés complet, la forme et la finition du multi-outils est capitale pour créer un bras de levier suffisant, et pour atteindre les vis à l’accès étriqué. Dans la même idée, visser et dévisser est plus simple avec certaines formes d’outils : une clé à cliquets est souvent bien plus efficace !
  • La résistance de l’outil : le corps de l’outil, ainsi que les embouts doivent être solides pour d’une part faciliter l’utilisation de l’outil, et d’autre part pour ne pas endommager les têtes de vis du vélo.
Selon la géométrie et la conception de l'outil, le bras de levier n'est pas le même.
Selon la géométrie et la conception de l'outil, le bras de levier n'est pas le même.

Forme et innovations

Ces dernières années sont apparus de nouveaux multi-outils, apportant de belles innovations. Entre autres, la pratique du bikepacking a encouragé les fabricants à créer des outils qui se logent dans des interstices du vélo : axe du pédalier, axe de direction ou encore extrémités du guidon. Un gain de place pratique pour ceux qui aiment voyager léger !

Toutefois, si le concept est séduisant, certains aspects sont à considérer :
  • ils sont souvent plus chers que les multi-outils “classiques”
  • Ils sont assez spécifiques : le All-In multitool ne convient pas à tous les pédaliers par exemple. Les outils qui se greffent dans le tube de direction nécessitent d’extraire l’étoile située dans le pivot, une opération pas si simple !
Ce dernier point peut toutefois être nuancé : par exemple, l’outil peut être installé sur votre vélo de voyage préféré, mais il peut aussi être emporté dans n’importe quelle sacoche si vous roulez sur un autre vélo.
Certains outils comme le All-in-multitool exploitent les petits interstices du vélo !
Certains outils comme le All-in-multitool exploitent les petits interstices du vélo !

Alors, que choisir ?

Chaque marque propose une large panoplie de multi-outils. Il n’est ni possible ni utile de les tester tous, alors nous en avons testé une petite sélection qui représente les avantages des uns par rapport aux autres. À vous de voir lequel vous convient maintenant ! N’hésitez pas à nous dire votre configuration en commentaires, je les lirai avec plaisir.
 
item photo

Voir les fiches des éléments de ce dossier :

Alien XS Topeak
170 g
Ninja 16+ Topeak
92 g 27 €
Tubi 18 Topeak
125 g 40 €
Survival Gear Box Topeak
233 g 30 €
Ratchet Rocket Lite DX+ Topeak
196 g 35 €
version 3 All-in Multitool
96 g 68 €

L'auteur et testeur de ce dossier :

Anthony Anthony
Commentaires