21 invités en ligne

Ski pulka dans le parc national du Sarek

(réalisé)
On parle du parc national du Sarek comme étant l'un des plus grands espaces sauvages restant en Europe.
Qui dit sauvage, dit également absence de refuge et de connexion réseau... Quant aux cabanes (renvaktarstuga sur les cartes) elles sont, de par leur vétusté, quasi toutes fermées. Seul un petit abri, au centre du parc avec un poste de téléphone, permet, le cas échéant, d'appeler des secours.
Les conditions climatiques peuvent être très difficiles et une préparation sérieuse sur le plan matériel est indispensable.

C'est à la lecture d'un carnet que j'ai découvert le Sarek. Photos et vidéos glanées sur le net m'ont plus que motivé à découvrir ces paysages.
 
Après une première expérience d'itinérance en ski pulka entre copains dans le nord de la Norvège en 2018 , un départ avorté le 17 mars 2020 (St Patrick ;)) pour cause de virus, je suis parti le 19 mars, pour 21 jours d'itinérance et autant d'autonomie, visiter le Sarek avec une petite incursion dans le Padjelanta
ski nordique
Quand : 22/03/23
Durée : 21 jours
Distance globale : 355km
Dénivelées : +4962m / -4839m
Alti min/max : 1m/1653m
Carnet publié par PatG le 11 juin 2023
modifié le 11 juin 2023
Mobilité douce
Réalisé en utilisant transports en commun (train, bus, bateau...)
C'est possible (ou réalisé) en train bus
Précisions : Départ en train de Grenoble - Genève - Zurich - Hambourg - Copenague - Stockholm - Boden - Gällivare - 46h + 3h30 de bus de Gällivare à Ritsem Retour Ritsem-Gällivare 3h30 de bus. Train de Gällivare - Boden - Umeaa - Goteborg - Copenague - Frede...
Coup de coeur ! 911 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : le train : voyage dans le voyage : (mise à jour : 11 juin 2023)

Description :

La mobilité douce avec 55kg de matos et pour une telle distance, ça se passe en train.
Réduire son impact carbone demande un bonne dose de motivation : 8 correspondances à l'aller, 10 au retour.

46 heures de voyage où l'on ne s’ennuie pas :
Lecture, musique, contemplation du paysage, visite du train et des toilettes;), contrôle de police, policiers qui oublient de descendre et qui courent entre les sièges affolés et un passager qui lance : "votre titre de transport SVP" : rigolade des voyageurs...

Et puis ne rien faire... juste ne rien faire... quel bonheur de ne rien faire... n'est-ce pas un luxe de ne rien faire ???

Deux roulettes fixées sur l'arrière de la pulka et ça roule comme une valise. Ascenseur, escalator et même la montée d'un escalier ne lui résistent pas.
(l'escalator montant et l'ascenseur en panne en même temps:'().
Au sol, le long des sièges ou dans l’espace vélo, verticale dans un casier ou suspendue au crochet vélo, je n'ai eu aucun problème pour la caser, même si dans les trains français l'espace vélo et parfois un peu virtuel...;)
J'ai le sentiment que ce type de bagage est entré dans les mœurs. Aucun contrôleur ne m'a fait le moindre commentaire sur son volume ou sa longueur et aucun supplément n'est demandé. ( je n'est pas pris de TGV : à vérifier dans ce cas)
De plus, voyager avec une pulka suscite la curiosité et souvent crée la rencontre.:)

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : le train : voyage dans le voyage : (mise à jour : 11 juin 2023)

Comment ranger tout ça dans une pulka ?
Comment ranger tout ça dans une pulka ?
comme ça !!! ;)
comme ça !!! ;)
le module de téléportation n'a pas fonctionné...
le module de téléportation n'a pas fonctionné...
Alors j'ai pris le train !!!
Alors j'ai pris le train !!!
Impressionnante gare de Hambourg.
Impressionnante gare de Hambourg.
toujours une petite place...
toujours une petite place...
Placard à balais ?
Placard à balais ?
En mode saucisson sec...
En mode saucisson sec...
Commentaires